09 octobre, 2006

Bienvenue sur ce blog !

Comme quelques centaines de milliers de mes compatriotes, j'ai décidé d'ouvrir mon blog. J'exerce la profession de psychothérapeute à Paris depuis près de dix ans.

La pratique clinique aidant, je reste toujours stupéfait de la méconnaissance de ma profession.

Lorque j'entends le "public" parler des "psys", les commentaires revenant le plus souvent nous octroient, soit des qualités extraordinaires, un peu comme si nous possédions les secrets de la vie et de la mort en plus d'un sixième sens nous permettant de voir ce que le commun des mortels ne verrait pas, ou bien à l'inverse, nous sommes décrits comme des escrocs incapables et inefficaces, tout juste bon à empocher l'argent de nos patients en échange de...rien !

La vérité se situe ailleurs. Au-delà de ces extrêmes (le gourou ou l'ecroc), la profession de psychothérapeute est avant tout une profession nécessitant des prédispositions et des connaissances.

Dans les prédispositions, il semble évident qu'il faille aimer les gens et avoir envie de leur venir en aide. Quant aux connaissances, les facultés de médecine ou bien de psychologie sont là pour les dispenser !

La bonne volonté ne suffit pas. Le métier reste en effet très technique et nécessite la connaissance de la psychopathologie pour diagnostiquer. Que d'erreurs commises par des néophytes qui, croyant aider un ami ou un aprent, l'auront en fait enfoncer. Si dans les cas de troubles bénins de l'humeur, le soutien d'un proche suffit, il n'en est pas de même si les troubles s'aggravent. Les risques existent et une décompensation peut produire des effets terribles. Chacun a en mémoire cette phrase idiote "quelqu'un qui parle de suicide ne se suicide pas", rien n'est plus faux mais encore faut-il connaître les statistiques du suicide !

Pour autant, les connaissances seules, ne suffisent pas non plus. L'exercide de la profession exige d'être un bon clinicien, c'est à dire d'être capable d'entrer en communication avec le patient en jouant sur la distance, le ton de la voix, le vocabulaire employé. Au risque de vous sembler infatueux ou carrément délirant, je pense qu'il faut avoir une sorte de "radar" dans la tête qui tourne et analyse sans cesse la moindre modification apparaissant chez son patient ; qu'il s'agisse d'une posture (bras croisés, décroisés, assis sur le bout du siège ou non, etc.), de son langage (choix des mots, intonation, etc.) ou des ses mimiques (mouvements du visage). Il faut tout capter, absolument tout capter de la commuication du patient car si vous espérez ne le comprendre qu'avec les mots qu'il prononcera alors vous ne comprendrez de lui qu'un tiers de ce qu'il aura voulu exprimer. Le célèbre Jean-Claude Van Damme appelerait cela "être aware", d'autres "être sensible à autruia et moi j'appele cette qualité "être sensitif". C'est sans doute une qualité requise par tous les métiers dans lesquels on est en contact avec autrui, que l'on soit flic, avocat ou commercial ou médecin. Sans ce radar, à mon sens on ne peut être un bon psy, on ne sera qu'une sorte d'ingénieur en santé mentale.

Malheureusement, la sélection par concours laisse de côté cet aspect fondamental du métier qu'est l'apitude à saisir autrui dans son intégralité, pour ne se concentrer que sur les qualités purement logico-mathématiques plus faciles à évaluer que sont les connaissances stricto-senu. Une sorte d'intelligence brute voire brutale est survalorisée, le patient devient un cas, et le psy une machine à diagnostiquer et à precrire (quand il est médecin). Montaigne disait déjà qu'il fallait mieux une tête bien faite que bien pleine mais ce n'est toujours pas compris.


Ce blog, si je dépasse le cap de la première contribution, est là pour vous faire connaître mon métier de l'intérieur.

Bien entendu, afin de respecter le secret professionnel, les situations que je pourrais évoquer ici, seront modifiées.

Bonne lecture,

2 Comments:

Blogger xxc said...

Ah bon ? Me voilà dans les liens d'un psy ! Ma santé mentale serait-elle en question ? Je m'inquiète un peu, comprenez-vous ?

Bon vent à votre blog ! Je serai un lecteur régulier.

--
xxc (citoyen durable)

12/10/06 10:23 PM  
Blogger philippe psy said...

Ben, oui, j'ai tellement apprécié votre blog que je n'ai pu m'empêcher de metre un lien. C'est mon côté militant !

Je suis aussi un fervent libéral. Lutter contre la prédation généralisée des politiques au service de l'état-fiction est aussi un moyen d'améliorer la santé mentale de nos concitoyens.

Le sieur Accoyer, député de son état, veut réglementer uen activité qui marchait fort bien toute seule. Même notre métier n'est pas épargné par l'Ordre du Bien en marche.

13/10/06 2:07 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home