30 mai, 2016

Ils ont osé !


Tous mes lecteurs savent que j'aime la première guerre mondiale. en fait, c'est idiot, je ne l'aime pas puisque ce fut une immense boucherie. Disons que je m'y intéresse. Mes grands-parents l'ont faite, mon grand père paternel dans l'artillerie française et mon grand-père maternel dans le train des équipages italiens. Il faut dire que le pauvre ne avait marre de rouler dans les Dolomites avec des phares de black-out en entendant ses copains verser dans les ravins. Alors quand on lui a proposé de venir sur le front français, il s'est dit que ce serait plus cool. Et il est arrivé à Verdun !

Mes deux grand-mères avaient la collection complète et reliée du journal de guerre le Miroir que je lisais avidement quand j'allais les voir étant petit. Je regardais les images, lisais les articles et concluait que ces crétins de boches avaient eu tort de nous piquer l'Alsace et la Lorraine ! Peu de morts ou de blessés dans ces récits de guerre mais des articles militants séparant totalement les bons, nous, des méchants, les fridolins ! On y lisait par exemple que les Uhlans, ces cavaliers armés d'une pique coupaient les mains des petits enfants français. C'est dire s'ils étaient cruels les teutons !

Par la suite, j'ai lu Péguy, un capricorne comme moi, et Alain-Fournier et je les ai appréciés. J'ai gardé un souvenir ému du Grand Meaulnes et de son amour pour Yvonne de Galais, ce doit être mon côté jeune fille ! Et j'ai su que les deux, comment tant d'autres, étaient morts durant la Grande Guerre, Alain-Fournier à l'âge de 27 ans et Charles Péguy à 41 ans, tous les deux en 1914.

Ensuite, j'ai lu des ouvrages plus sérieux sur la guerre et puis j'ai visité les champs de bataille à plusieurs reprises. Et là, j'ai toujours été saisi d'effroi. quiconque ne s'est jamais rendu à Verdun ou aux Eparges, ne comprendra jamais l'ampleur du carnage. Ces villages martyrs, ces terrains bouleversés par les obus, ces champs de croix à l'infini, ces monceaux de crânes que l'on aperçoit dans l'ossuaire de Douaumont sont autant de témoins de l’âpreté des combats.

J'avais donc été très légitimement irrité en apprenant qu'un certain Black M, que je ne connais d'ailleurs pas avant qu'on en parle vu que je suis de la vénération de Claude François et de C Jérôme, allait chanter le jour de la commémoration du centenaire de la bataille de Verdun. J'avais en outre été abasourdi en entendant ce crétin expliquer aux jeunes qu'il fallait venir nombreux parce qu'on allait bien s'amuser. Puis, constatant qu'il ne fallait pas s'en prendre à ce lampiste j'avais voué aux gémonies ces merdes d'élus prêts à tout pour rameuter l'électorat des jeunes, quitte à cracher à la gueule de ces jeunes hommes morts dans cette atroce bataille.

J'ai appris hier et même vu qu'en lieu et place de ce rappeur merdique, la commémoration, ou plutôt la "scénographie" comme on dit maintenant avait prévu que des jeunes allemands et français s'élancent entre les tombes pour courir au son des des Tambours du Bronx.

Après avoir vu cela, cette odieuse manifestation, si l'on m'apprenait que notre bon président a un cancer du trou du cul qui le fait pourrir de l'intérieur et qu'il risque de trépasser dans les pires souffrances, je ne suis pas sur que je serais plein d'empathie pour lui. Comment peut-on avoir l'idée de faire courir entre les tombes d'un cimetières qu'on appelle généralement lieu de repos éternel ?

Je comprends évidemment la lourde symbolique consistant à opposer la keunesse franco-allemande réunifiée s'opposant aux combats fratricides de leurs aînés. Mais merde, dans un cimetière ? Dire que cette bande de cons n'a pas de mots assez forts pour nous vanter leur sacro-sainte putain de république dont ils vantent les pseudo-valeurs avec l'onction d'un vieux prélat et que ça ne sait même pas respecter les morts !

J'aimerais juste lui survivre. Car si ceux qui m'ont vu courir ont aujourd'hui une longue barbe blanche - je déteste le sport - en revanche je puis vous assurer que je jouis d'un transit intestinal parfait. Je me ferais donc un plaisir d'aller chier sur sa tombe. Une belle et bonne selle bien moulée et bien ferme comme disent les médecins quand ils évoquent un bel étron fleurant bon la bonne santé de celui qui l'a fait. Un vrai rêve de gastro-entérologue !

Ce serait ma scénographie à moi ! Mon hommage bien senti à ce guignol ! J'ai le droit d'être moderne voire carrément contemporain à la manière d'un Piero Manzoni quand je rends hommage à Hollande !

Puisque rien ne les choque autant oser !


2 Comments:

Blogger Darryl said...

Et que fait le Baron Samedi du vaudou haïtien dans cette sinistre pantalonnade?

2/6/16 10:55 AM  
Blogger Kevin Macarry said...

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

15/6/16 6:04 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home