29 novembre, 2010

Les jeunes sont un peu cons ...



... mais il ne faut pas leur en vouloir ! N'allez pas imaginer que je pense sincèrement que les jeunes soient vraiment des cons. Non, en fait ils ne le sont pas vraiment, ils sont juste légèrement handicapés mentaux. Je m'explique !

Parfois en soirée, quand je révèle ma profession, il arrive qu'on me pose des tas de questions, un peu comme si je détenais les secrets de la vie et de la mort. A  plusieurs reprises, on m'a ainsi demandé :si c'était vrai que tout était fixé avant six ans ? Depuis que Freud a sorti cette énormité, la psychologie du développement a beau eu faire des progrès terribles, nul ne s'en soucie, les gens préfèrent toujours s'en tenir à la scolastique psychanalytique. C'est un modèle simpliste, ne tenant aucun compte des différences entre individus, ni surtout des progrès scientifiques considérables, avec lequel tout le monde peut jouer au psychologue en affectant de comprendre absolument tout. Et puis la causalité parentale explique tout ; de toute manière si ce n'est pas psychologique, ce sera génétique.

Évidemment, rien n'est fixé à l'âge de six ans et le cerveau de l'enfant continue à se modeler jusqu'à ce qu'il atteigne la maturité de l'adulte, quand il y parvient.  Grâce aux neurosciences et à l'imagerie médicale, nous sommes surs d'une chose : les adolescents et  les tout jeunes adultes n'ont pas le même cerveau que nous autres, les adultes responsables.

Ainsi, hier lors de cette terrible tempête de neige qui m'a trouvé coincé dans ma vieille 304, le jeune Thomas m'a submergé de SMS auxquels j'ai répondu. Il voulait aller je ne sais où et je lui disais que compte-tenu du temps, ce n'était pas forcément une bonne idée. Il m'a opposé des tas d'arguments idiots auxquels j'ai répondu par un ferme et défintif : "tu es majeur, fais ce que tu veux." L'expérience enseigne en effet qu'il ne faut jamais dialoguer avec un jeune.

J'ai ensuite rajouté qu'après une sortie de route sur le verglas, lorsqu'il serait broyé par les minces tôles de sa Twingo, le froid le tuerait bien plus vite que ses blessures et que les pompiers  ne trouveraient qu'un cadavre rigidifié. D'ailleurs, il parait que mourir de froid est une belle mort : on s'endort et zou. Je lui i juste demandé s'il préférait que l'on mette "Thomas" sur sa couronne ou s'il préférait que l'on fasse écrire "Lapinou", surnom que nous lui donnons.


Le jeune Thomas n'a pas voulu s'en laisser conter et m'a opposé différents arguments et a même laissé entendre que je n'étais qu'une sorte de vieillard peureux. Pourquoi pas ! Je n'ai pas voulu entrer dans un débat stérile aussi lui-ai je simplement dit que je refusais de parler à un post-adolescent dont le cerveau était mal myélinisé ! Que n'avais je pas dit là ! Le jeune inculte m'a renvoyé un SMS dans lequel il m'a juste écrit "koi ?". Je n'ai évidemment pas poursuivi, laissant à ce jeune cuistre le soin d'aller chercher la signification de ce terme un peu technique. Si je veux bien enseigner aux jeunes, j'attends d'eux qu'ils aient tout de même un niveau minimum, une sorte de smic lexical nous permettant des échanges fructueux.

En bref, les progrès dont je parlais plus haut nous ont enseigné deux choses. Les résultats de récentes études IRM d’envergure, portant sur le développement cérébral tout au long de la vie, indiquent que certaines des aires du cerveau impliquées dans la cognition sociale subissent un développement prolongé tout au long de l’adolescence. Dans certaines parties du lobe frontal, du lobe temporal et du lobe pariétal, l’épaisseur de la couche de matière grise à la surface du cerveau évolue selon une courbe en forme de U inversé dont l''apogée intervient à l’adolescence. Dans ces aires sociales du cerveau, l’épaisseur de la matière grise augmente tout au long de l’enfance, atteignant son maximum aux environs de la puberté ou durant le début de l’adolescence. pour subir ensuite un amincissement graduel tout au long des années restantes de l’adolescence. L’une des explications avancée pour l’augmentation locale de l’épaisseur de la matière grise jusqu’à, et aux environs de, la puberté est que le nombre de connexions synaptiques augmente (synaptogenèse). L’amincissement de la matière grise, qui intervient par la suite durant le reste de l’adolescence refléterait, alors l’élimination de certaines de ces synapses – aboutissant à des circuits neuronaux plus finement adaptés, qui répondront de manière optimale à la tâche en cours. En bref, la science nous permet de comprendre qu'un adolescent qui se prend la tête en écoutant Kurt Cobain n'est pas forcément un grand penseur ni surtout et fort heureusement un schizophrène mais sans doute un pauvre gamin dont les circuits neuronaux sont mal spécialisés ce qui aboutit à des pensées diffuses, partiales et un peu bêtes. Il ne faut donc pas s'alarmer de voir des gosses de quinze ans s'enrôler dans les manifestations et surtout ne pas y voir un véritable engagement politique mais plutôt une manifestation de ce que l'on appelait autrefois l'âge bête.

Un autre changement neuroanatomique majeur, observé grâce à l’IRM, est le fait que, tout au long de l’adolescence (et même passé vingt ans), le volume de la « matière blanche » constituant le cœur du cerveau augmente régulièrement. Il y a maintenant des preuves sérieuses indiquant que cette augmentation constante du volume de matière blanche au cours de l’enfance, de l’adolescence et au-delà, reflète la myélinisation. La myéline isole les axones et améliore considérablement la vitesse de circulation des influx nerveux. À partir de la naissance et jusqu’au début de l’âge adulte, la myéline s’enroule progressivement autour des fibres axonales, accélérant la transmission des signaux à l’intérieur du cerveau. Cela semble être particulièrement vrai dans les aires cérébrales « associatives » d’ordre supérieur, qui gèrent les fonctions cognitives complexes, contrairement aux aires de traitement sensoriel primaire qui sont totalement myélinisées relativement tôt dans la vie. Nous avons donc la preuve qu'un cerveau pauvrement myélinisé donnera des cognitions approximatives. 

Si nous associons cela à ce que j'exposais précédemment, nous avons donc compris que le jeune pense non seulement trop (trop de neurones) mais aussi mal (pas assez de myéline). Dès lors les arguments de Thomas que j'aurais pu juger idiots, n'apparaissent que congruents par rapport à l'évolution imparfaite de son jeune cerveau.

Bien entendu, tout ceci n'implique pas qu'il ne faille pas écouter ni soutenir les jeunes mais simplement se souvenir de notre rôle d'adultes et avoir une "juste distance".  Notre rôle est de les structurer et non de faire du jeunisme. Faire voter les jeunes de plus en plus jeunes, les associer trop précocement à des enjeux qu'ils ne mesurent pas, est donc une hérésie.Même si je n'en disconviens pas, certains jeunes sont plus murs que d'autres.

"Si jeunesse savait et si vieillesse pouvait" dit un proverbe. Peut-être que c'est une bénédiction que les vieux ne puissent pas comme les jeunes. D'ailleurs, des institutions politiques comme le Sénat dont l'origine étymologique vient de senex, le vieillard, étaient là pour contrebalancer la fougue des jeunes. Peut-être que les proverbes viennent du fait que l'on ne sache plus contrebalancer la jeunesse en se contentant de les suivre. Ainsi, tout le monde a en mémoire la prestation grotesque d'un Balavoine (R.I.P.) s'exprimant au nom des jeunes face à un Mitterrand feignant de le comprendre (vidéo ci-dessous).

Les jeunes sont donc souvent un peu cons mais on ne peut pas leur en vouloir. En tout cas, moi qui ai un cerveau totalement myélinisé, je m'interdis de me moquer d'eux et je regarde d'un air amusé leurs lubies et autres engagements. Plus d'explications ici.

20 Comments:

Blogger V. said...

oui enfin Balavoine il avait quasiment 30 ans à ce moment là. Je pense que la myéline ne fait pas tout.
Je me souviens que je les trouvais tous les trois vieux à l'époque, lorsque j'avais vu l'émission. Mais l'un me semblait franchement péniblos et plus spécialement en âge de se ranger du côté des "jeunes".

Enfin.. ça n'engage que moi (et ma myéline).

29/11/10 11:26 AM  
Blogger Epicier vénéneux said...

"koi ?"

mdr

de toute manière si ce n'est pas psychologique, ce sera génétique.

Hé oui! mais il n'y a pas de fatalité: avec quelques granules homéopathiques et deux-trois séances de radionique, on peut atteindre une totale liberté de penser cosmique vers un nouvel âge réminiscent. Alors votre pseudo-science, Philippe, hein...

29/11/10 11:46 AM  
Blogger monoi said...

Dans le meme ordre d'idees, il y a un autre proverbe qui est tres bon: "old age and treachery will overcome youth and skill".

29/11/10 11:50 AM  
Blogger V. said...

Doit on comprendre qu'un cerveau totalement myélinisé signifie qu'on est à l'abri de la connerie ?
(même si on reste toujours le con de quelqu'un)

Y aurait il une quantité de myéline prédéfinie ? Et du coup, si on en fabrique pas assez on devient un gros sanglier abruti ? les nazes auraient ils donc une excuse ?

Fuck... Je vais plus pouvoir détester mes semblables !
:o)

29/11/10 12:05 PM  
Blogger Laurence said...

Est-che qu'on peut che démyéliger le cherveau en faisant des roulades ??


Alloooooo Chylvain coucou

29/11/10 12:22 PM  
Blogger V. said...

en même temps dans congruent...

29/11/10 6:16 PM  
Blogger philippe psy said...

@Laurence : euh non, il n'a pas été prouvé que la gymnastique démyélisait le cerveau ! Toutefois, le lien entre l'intelligence et la pratique de la gymnastique n'est pas prouvé non plus. :)

29/11/10 7:56 PM  
Blogger Thomas said...

Epicier : je n'écris pas "koi?" comme cela...Philippe exgère. J'utilise plus "kwa?"

Et puis pour la petite histoire, je devais aller à Gambais, chez un de mes aïeux (true story). Toutefois, nous n'avons pas fait de mal à ces dames et il n'y avait pas un poil de neige sur la N12 !

29/11/10 8:56 PM  
Blogger philippe psy said...

"salu c toma tu fé koi LOL"

29/11/10 9:11 PM  
Blogger Epicier vénéneux said...

Thomas: on n'en est pas encore au "qwa?" du célèbre Disciple du - non moins célèbre - Léonard de Turk et De Groot! ouf.

Myélinisez bien vos cerveaux les amis, car apparemment c'est la meilleure prévention contre la maladie d'Alzheimer! elle touche plus les femmes que les hommes et les couillons plus que les moins couillons.

Alors tous à vos grilles de sudoku! Car comme le disent les Anglais, a sudoku a day keeps Alzheimer away.

29/11/10 9:34 PM  
Blogger El Gringo said...

Une personne de ma très proche famille fait un sudoku par jour.
A priori, Alzheimer ne la guette pas... par contre, son myélome est avéré.

30/11/10 1:32 AM  
Blogger El Gringo said...

A oui, aussi, je ne savais pas que Balavoine était con.

30/11/10 1:34 AM  
Blogger philippe psy said...

@Gringo : il faisait confiance au premier pilote d'hélicoptère venu ! C'est assez con ça tout de même !

30/11/10 2:53 AM  
Blogger GCM said...

c ki milène ?

30/11/10 11:40 AM  
Blogger Orage said...

Ce que Balavoine a fait de mieux: participer au Paris-Dakar.

30/11/10 5:04 PM  
Blogger Laurence said...

milène, c la fille ke toma voulé allai voir dan la nèje ! ptdr

30/11/10 8:01 PM  
Blogger GCM said...

Un truc au sujet de l'hélico... C'est un concours de circonstances qui a fait que balavoine est monté à bord. Au départ, il était prévu que Yann Arthus Bertrand y soit à sa place.

Mouais...

1/12/10 12:34 PM  
Blogger L said...

Yann Arthus Bertrand au Paris-Dakar qui hésite entre l'avion et l'hélico, j'aime bien le concept.

5/12/10 7:41 AM  
Blogger emmanuel said...

Et les femmes sont victimes de leur cycle hormonal !

Heureusement, Philippe échappe à ces deux écueils et sa pensée est toujours d'une grande rigueur.

6/12/10 3:44 PM  
Blogger Titus said...

Pour l'aider à passer cette phase de myélinisation et ses poussées d'hormones, l'ado sera affranchi sur son désir inconscient de tuer son père et de niquer sa mère.

6/1/11 10:03 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home