11 novembre, 2014

Relation thérapeutique, proximité et similarité !


Sur Facebook, dont je ne me sers que comme agrégateur de sites, je suis abonné à une page intitulée "Philippe Muray aurait adoré" dans laquelle des internautes divers partagent le contenu de documents divers allant dans le sens de ce que l'auteur prématurément disparu nommait le festivisme.

C'est ainsi que j'ai eu accès à cet article dans lequel une patiente homosexuelle semblait très choquée d'apprendre que sa psy avait participé à la Manif pour tous. Personnellement, je ne sens rien de vraiment choquant dans ce qu'évoque cette jeune femme même si parfois, le ressenti me semble bien sur outré. On peut avoir participé à La Manif pour tous sans être pour autant un homophobe patenté ou un néo-nazi. On peut ne pas être d'accord sur tous les sujets avec son patient et pour autant prodiguer une écoute et des conseils de qualité. D’ailleurs certains commentaires sous l'article font état de cela.

Je n'ai ici jamais caché ma détestation du socialisme et pourtant, si je discute avec un militant UMP, je comprends que l'on puisse être de gauche. Sans doute que ma qualité d'anarchiste de droite me permet de naviguer sur l'échiquier politique aisément de manière à bien m'entendre avec quantité de gens. J4ai souvent été pris pou un gauchiste par des gens de droite et vice-versa. C'est ainsi que venus de ce blog, j'ai eu des gens de gauche. Ils ne sont pas majoritaires mais ils sont su distinguer derrière mes mots plus de complexité qu'il n'y parait. Comme me disait Mlle J. voici deux semaines tandis que je me moquais gentiment d'elle en lui rappelant son gauchisme : "je sais que bien que de droite, vous êtes un brave type".

Comme me disait récemment J. une jeune femme de gauche que je reçois : "je sais que vous êtes de droite mais aussi un brave mec". C'est parfois suffisant pour aplanir les différences. De toute manière face aux patients je n'ai pas à faire état de mes idées. Et si les gens les devinent, c'est qu'au travers des mots et des idées, on sait finalement où penchent les gens.

Cependant, je comprends que s'agissant de la relation thérapeutique, trop de dissensions puisse nuire à la thérapie. Certes la thérapie repose sur une technique mais celle-ci s'oublie toujours au profit d'une relation particulière qui s'établit entre le psy et le patient. A Paris, nous sommes tous issus de Paris V, Paris VII ou Paris X et ce n'est pas pour autant que nous soyons tous des clones. Et heureusement.

A l'époque où je cherchais un analyste pour faire une psychanalyse jungienne, j'ai vu pas mal de confrères. Combien, je ne sais plus. Six ou sept sans doute. Je ne pense pas que ce soit les dissensions politiques qui aient beaucoup joué dans mon refus de persister avec la plupart d'entre eux mais l'absence de similarité. Un cabinet trop bien rangé, un rendez-vous où j'étais assis face au bureau derrière lequel trônait le psy,  un jargon incompréhensible tout comme une attitude trop réservée, me semblaient à l'époque incompatibles avec ce que je savais de moi.

C'est ainsi que lorsque je rencontrais le Dr C. psychiatre et psychanalyste, je sus qu'il était le bon. D'abord son cabinet ressemblait à mon bureau sauf que chez moi, il aurait fallu une fourche pour ranger tandis que chez lui, c'était au tractopelle qu'on aurait du recourir. Je n'aime pas les gens trop ordonnés, c'est un fait. De plus sur le divan, sur lequel jamais je ne me suis allongé, un Figaro trainait là oublié de la veille. J'étais chez un gars de droite classique. J'étais chez moi.

Ce brave psychiatre qui parait-il était fort connu du milieu restreint des analystes jungiens fut bien étonné lorsque je lui avouais que ce n'était pas pour la qualité de ses publications, que je n'avais jamais lues, que je l'avais choisi mais simplement parce qu'on m'avait donné l'adresse par hasard et que j'avais trouvé son cabinet accueillant tout en me sentant conforté par le fait que je n'aurais pas à faire à un con de gauchiste.

L’attraction interpersonnelle est un processus graduel étudié en psychologie sociale expliquant les affinités avec autrui. Elle constitue une étape importante dans l’établissement d’une relation interpersonnelle, et peut aboutir à des relations amicales ou amoureuses. L’évolution de ce processus est influencée par plusieurs facteurs, comme la proximité, l’apparence physique, la similarité ainsi que la complémentarité.


La similitude est un autre facteur intervenant dans l’attraction interpersonnelle. La proximité renforce la familiarité, qui, à son tour, permet à deux individus de découvrir leurs similitudes. Celles-ci viennent alors consolider les relations. Les psychologues sociaux ont tenté de comprendre pourquoi la similitude engendrait l’attraction. Avant tout, les similitudes entre individus permettraient d’entretenir des relations équilibrées avec autrui. Ainsi, une relation sera plus harmonieuse si les individus partagent les mêmes intérêts. De plus, le comportementalisme explique que si nous aimons les gens qui nous ressemblent c’est tout simplement parce qu’ils nous renforceraient dans ce que nous sommes.

D'autres expériences ont tenté d’évaluer les effets simultanés de l’attraction physique et des similitudes dans les caractéristiques personnelles et leurs résultats suggèrent la très grande importance des traits de personnalités, d’attitudes, physiques et biologiques. Les similarités influencent donc l'attraction personnelle. Peut-être que le transfert c'est aussi simple que cela.
De même la proximité permet aussi de créer des liens et c'est même peut-être la première des causes. On a pu démontrer que les individus choisissent leurs amis et leurs partenaires parmi ceux qui sont à proximité, autrement dit : accessibles physiquement. Ces études montrent au travers de leurs résultats, que c'est la proximité permet aux individus de se croiser et de parler davantage, créant des espaces pour développer des liens amicaux tout en abolissant les différences mineures.

La proximité est donc un autre facteur important à l’établissement d’une attraction interpersonnelle. Cette proximité physique augmente les possibilités d’interaction avec autrui et permet d’anticiper l’interaction via la formation d’a priori. Si ce dernier est positif, les relations avec autrui seront probablement plus harmonieuses.

C'est sans doute la raison pour laquelle, bien que je sois parfois véhément dans mes écrits, je peux recevoir, venus de ce blog, des gens assez différents de ce que je suis. Dans la mesure où chacun puise dans ce que j'écris ce qui lui convient, s'habitue à mes excès, à mes emportements mais aussi à mon humanité (mon côté brave gars), il est possible au fur et à mesure de la lecture de développer avec l'inconnu que je suis pourtant une proximité permettant de développer un sentiment de similarité.

C'est d'ailleurs ce qui me permet, les rares fois où l'on me reproche mes retard répétés, sérieusement ou en plaisantant, d'expliquer aux gens que je suis tel que je me montre sur le blog et qu'il était tout à fait délirant d'imaginer que dans la vie je puisse être un roi du contrôle vivant avec une horloge dans la tête. 

Bref, tout cela pour dire que proximité et similarité sont les mamelles de la relation thérapeutique, laquelle oserais-je dire étant la condition sine qua non d'une thérapie réussie. Et j'ai beau être plutôt habile pour ouvrir les portes fermées, quelles qu'elles soient, serrures perfectionnées nécessitant des doigts de fée ou portes de granges cédant à coups de pied, je dois avouer que trop de différences en termes de valeurs seraient sans doute un handicap.

Bref, de la même manière qu'un proverbe explique que l'on se marie dans sa rue, il est aussi nécessaire de choisir un psy avec qui l'on partage un certain nombre de valeurs.

2 Comments:

Blogger Adès Rahmani said...

Je ne pense pas avoir besoin d'un ps'y mais un comme vous j'aimerai bien! Un brave gars... C'est la porte de grange qui pense ça! Un mec bien et encore merci pour vous billets intéressants et amusants!

12/11/14 11:45 PM  
Blogger Le Touffier said...

il est aussi nécessaire de choisir un psy avec qui l'on partage un certain nombre de valeurs.

Encore faut-il connaitre ses propres valeurs, c'est une des limites du choix. C'est grâce à l'entremise d'un Ingénieur Chamane que j'ai appris la capacité des Capricornes à gérer le "hors piste" et à s'y tenir. Et quand le "hors piste" se transforme en piste balisée, il devient plus facile de descendre jusqu'à la buvette. Ce qui reste le but de toute psychothérapie efficace.

C'est peut-être cette capacité à baliser le hors-piste qui fait venir à vous les amateurs de poudreuse (jeu - de - mot, je mets dix francs dans le nourrin).

14/11/14 10:33 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home