23 mai, 2015

Un monde qui change !


Je discutais avec un patient vivant par delà un océan furieux, en des terres où l'hiver dure des mois et qui m'a expliqué qu'une fois, alors qu'il dansait en boîte de nuit, une fille s'était approchée de lui en lui disant : "T'as-tu don l'air d’avoir du fun toué !". Ce que nous traduirions par "toi, tu sembles bien t'amuser ! ". Cette approche roborative et sympathique l'avait un peu décontenancé et il n'avait pas poussé plus loin la relation.

Ce n'est qu'ensuite qu'il avait tenté une autre approche. Mais ayant gardé ses mœurs venus d'un autre temps et d'un autre continent, l'insensé, peu au fait des coutumes locales,  s'était laissé aller à inviter la demoiselle à diner en réglant l'addition plutôt que de partager en deux équitablement, ainsi que l'eut fait n'importe quel mâle un peu moderne parait-il. La leçon qu'il en retira fut déterminante puisqu'elle consista en un mail bien senti dans lequel la demoiselle lui rappelait qu'elle était indépendante et n'avait pas besoin d'être nourrie, pas plus qu'elle n'estimait devoir dépendre d'un homme. Le adieu clôturant le message n'appelait évidemment pas de réponse.

Hélas, la leçon ne s'imprima pas dans son cerveau et notre pétulant séducteur, encore accroché à des pratiques antédiluviennes, sans doute héritée des pratiques médiévales de l'amour courtois, s'entêta à conserver ses pratiques phallocrates. Pensant que la précédente était sans doute une féministe acharnée et enragée, il en déduisit qu'avec une autre, il aurait plus de chances. C'est ainsi qu'une nouvelle invitation à diner fut acceptée par une autre demoiselle et qu'il régla l'addition à la fin du repas.

Cela ne plut pas plus à celle-ci qu'à la première. Et elle le lui fit savoir en lui expliquant que ce n'était pas parce qu'il l'avait invitée à diner qu'il pourrait la baiser ! Notre homme tout entier pétri d'amour courtois autant que de logique cartésienne fit savoir à la pétroleuse que l'invitation à diner n'était pas faite pour baiser comme elle n'avait pas non plus été envisagée pour ne pas baiser.

En un mot comme en cent, il lui expliqua que l'invitation à diner était quelque chose qu'il avait eu plaisir à lui offrir indépendamment du fait qu'ils puissent ou non baiser et que donc, les deux séquences n'avaient aucun lien entre elles. Mais passablement agacé par la réaction de la demoiselle, il préféra rompre la relation qu'il savait ne pas s'engager sous de bons auspices.

Sa méconnaissance des moeurs du nouveau monde, de ce qu'il faut faire ou ne pas faire, lui fut funeste. Lui qui pensait que dans une société moderne où les différences étaient largement encouragées, on lui ferait bon accueil, comprit bien vite que les siennes ne trouveraient jamais un accueil favorable.

Tant et si bien qu'aujourd'hui, ayant toujours conservé ses habitudes de maudit français, il en est réduit à rencontrer d'autres hommes au sein d'une association dénommée Les hommes de cœur, où il peut s'épancher sur ses malheurs tout en écoutant ceux des autres. Je ne connais pas pas cette association mais d'après ce qu'il m'en a dit, c'est une sorte de cénacle au sein duquel, les hommes se souviennent qu'ils ont été des hommes tout en se rappelant qu'il leur faut respecter les femmes avant tout.

Que c'est laid une société qui s'américanise !


"Bonne Dame, je ne vous demande
Que d’être accepté pour serviteur.
Je vous servirai en bon seigneur,
Quelle que soit ma récompense.
Me voici à vos ordres :
Etre noble et doux, gai, courtois !
Vous n’êtes point un ours ni un lion,
Vous ne me tuerez pas, si je me rends à vous !"
Bernard de Ventadour (XIIème siècle)

6 Comments:

Blogger Adès Rahmani said...

Et dire qu'il n'y a rien de plus beau qu'un homme généreux...

2/6/15 11:44 PM  
Blogger El Gringo said...

C'est marrant, le style de ce texte ne te ressemble pas. C'est toi qui l'a écrit ou tu as un nègre maintenant?

5/6/15 1:44 AM  
Blogger LOUIS NICOLAS said...

https://www.youtube.com/watch?v=cGTlqydmq2c&list=PL0E0E7D23BEB4562F&spfreload=10

7/6/15 9:08 PM  
Blogger LOUIS NICOLAS said...

https://www.youtube.com/watch?v=FIZGNAF1j00

7/6/15 9:18 PM  
Blogger andy said...

L'humanité ne connait généralement pas la sagesse et le bon sens On est passé d'un extrème a l'autre, autrefois la femme se devait d'etre parfaitement soumise, une parfaite maitresse de maison De nos jours on met en valeur l'inverse une femme "indépendante" qui "a un travail et un salaire" "qui n'a pas besoin d'un homme pour savoir ce qu'elle veut" "qui a une vie sexuelle indépendante et variée" Bien sur les femmes sommés de vivre comme des hommes ne peuvent que pour la majorité d'entre elle etre très malheureuses Et bien sur la cause de leur malheur est tout trouvé : les hommmes C'est de la faute des hommes si leur boulot et chiant et mal payé, si leur compagnon ne ressemble pas au prince charmant ou que leur couple traverse des moments difficiles, si les gosses sont chiants, si le monde ne tourne pas rond,etc Les féministes sont fortes a ce petit jeu la On vous a liberé de l'influence néfaste du patriarcat de jadis mais vous continuez a ne pas etre heureuses ? Normal le combat n'est pas fini, il existe encore oh scandale du machisme chez les ouvriers, les agriculteurs, les footballeurs, certains patrons, dans la culture rap ou porno chic ou hard Il faut continuer la lutte, l'homme est le mal l'exploiteur, nous sommes le bien la justice l'amour l'avenir le progrès ils sont la haine le passé le fascisme

27/6/15 12:18 PM  
Blogger Kevin Macarry said...

"vivant par delà un océan furieux, en des terres où l'hiver dure des mois " à tout hasard il ne serait pas en suède?

1/11/15 10:18 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home