18 mai, 2015

Culture générale et chèvrefeuille arbustif !


Mon dernier patient me disait ne pas connaitre Jean Nouvel non plus. Ceci dit ayant lu mon article il s'est rué de lui même sur un livre de culture générale. Comme c'est un ingénieur alsacien, je ne lui en veux pas. Je ne crois pas que Nouvel ait édifié la moindre construction dans ces contrées. Ceci dit mon patient s'est interrogé sur ses fréquentations et s'est rendu compte qu'il fréquentait peut-être trop de geeks ce qui le handicapait sur ce point.

Personnellement mes haies ayant eu à souffrir des attaques de la pyrale du buis (saleté de chenilles chinoises), je me suis mis en quête d'une plante offrant une alternative au buxus sempervirens devenu fragile. J'avais dans mon jardin un arbuste dont je ne me souvenais plus du nom. Avant de partir chez Truffaut (cher mais belles plantes), j'en arrache donc un rameau afin de le montrer à un des vendeurs.
 
Sitôt dit, sitôt fait, à peine entré chez Truffaut, je me mets en quête du responsable du rayon arbustes car il existe un rayon arbuste chez Truffaut ! Si, si ! Voyant le quidam, je le hèle alors poliment en lui demandant si par le plus grand des hasards il ne pourrait pas me donner le nom de l'arbuste dont je tiens présentement un rameau sous ses yeux.

Ce dernier se saisissant doctement du rameau, l'observe et me le tendant me dit d'un ton encore plus docte : "c'est sans doute un lonicera nitida, vous trouverez cela derrière l'allée". Je suis sur que ce gueux aurait rêvé que moi client, je sois en veine d'une explication qu'il m'aurait fournie tel un instituteur s'adressant à un gamin attardé. A ce moment, j'ai lu dans son regard tout l'espoir qu'il avait mis dans sa réponse ! Il rêvait de se faire de l'égo au détriment du mien et que je lui avoue piteusement que je ne savais pas ce qu'était le lonicera nitida !

Hélas pour lui, ma culture générale, acquise durement à glandouiller en lisant tout et n'importe quoi a fait que ce maraud allait en avoir pour ses frais. Car à ce moment là, mon épouse qui m'accompagnait, me demanda : "un lonicera, tu connais ?" Et tandis que l'autre voyant sa maigre victoire poindre à l'horizon souriait, voici que je répondis à mon épouse : "bien sur c'est du chèvrefeuille arbustif".

D'une phrase simple mais parfaite, tel une feinte dans un duel à mort entre deux égos qui frapperait droit au cœur entre les côtes, j'avais coupé l'herbe sous le pied de ce vendeur arrogant. Je l'imaginais déjà ce malotru nous dire comme on éduquerait deux gros ploucs que le lonicera nitida est le nom latin savant du chèvrefeuille arbustif. Du ton de celui qui explique des choses simples que le commun des mortels devrait considérer comme acquises dès l'âge de sept ans.

C'était peine perdue ! Des heures perdues dans mon canapé à lire tout et n'importe quoi alliées à ma mémoire, qui à l'instar de mon estomac, me permet de digérer tout et n'importe quoi et encore plus les choses qui n'ont qu'un intérêt relatif et voici que le rêtre s'avouait vaincu et partait piteux la queue entre les jambes.

Alors la prochaine fois que l'on me demande à quoi sert à la culture générale, je répondrai que c'est utile à plein de choses et notamment à tancer vertement les vendeurs prétentieux !

2 Comments:

Blogger filleàgentils said...

Il est aussi possible que votre vendeur s'emmerde comme un rat mort et que montrer sa connaissance des arbustes soit un moyen de faire la conversation?

18/5/15 10:35 PM  
Blogger Maxime said...

La culture générale peut-être très utile pour ceux que la nature n'a pas doté d'une quantité aussi infini de testostérone et de corps caverneux que le Gringeot. Elle vous permet d'obtenir l'admiration des dames, et une femme qui vous admire, c'est une femme qui écartera bien plus facilement les cuisses.

Voilà comment geeks, ces erreurs de la nature, font pour se reproduire. Bon, ok, peut être juste un seul (moi).

21/5/15 1:27 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home