16 octobre, 2006

Commentaires de mon filleul !

Samedi matin, j'écris un mail à mon cher filleul pour lui dire que je viens de créer un blog et que comme des centaines de milliers de français, je veux moi aussi laisser éclater mon égo sur le net ! Je lui propose donc, s'il en a le temps , de passer lire mes modestes petits posts. Bien entendu, j'accueillerai toutes critiques de sa part avec grand intérêt et une infinie bienveillance.

Il me connait de toute manière suffisamment pour savoir que je n'aime pas les mauvaises critiques. Et de plus, Noël approchant, il sait d'autant plus qu'il a intérêt à me flatter copieusement parce que sinon, il n'aura pas de cadeau de Noël ! Vides les godillots du fillot posés devant le chemine! Que dalle!

Déjà l'an dernier, il n'a pas eu de cadeau ! Enfin, je lui ai offert des livres mais j'ai oublié de les lui donner ! Quand il est venu à mon cabinet, soit les livres étaient chez moi, soient ils étaient vraiment chez moi, lorsqu'il passait à mon cabinet ! Pff, j'ai réussi à le faire patienter mais d'ici trois semaines maximum, je me suis promis d'aller acheter ses livres !

Bon, mon filleul n'a plus trois ans, c'est sûr puisqu'il en a trente, mais quand même, je dois lui donner ce que je lui ai promis. Je lui aurais tout de même appris à être patient et çà c'est une leçon qui n'a pas de prix! Et puis jj'aurais fait de la trésorerie sur son dos !

Tout ceci pour vous dire que mon filleul, vint lire le blog, apprécia immodérément et me renvoya un mail que je reproduis in extenso. Je le reproduis d'autant plus facilement que ce mail me flatte !


"C'est comme toi très bon, très intelligent et plein d'humour.
J'ai pu à la fois rire de tes âneries, me délecter de ton savoir et me souvenir de la chance que j'ai eue de te rencontrer.
Merci "Mon Bon Parrain", je t'aime beaucoup et t'admire autant.

Ton Filleul et plus fidèle lecteur.

P.S :Je t'invite quand même à relire ton blog en entier, il y a pas mal de fautes de frappe qui, surtout sur la fin, modifient le sens de tes phrases. Tu passes d'un style aérien aux développements limpides, à des anecdotes dont la compréhension peut parfois être confuse.
J'ai hâte d'en discuter avec toi...

Le P.S c'est surtout pour t'énerver....mais de toute façon avec un P.S j'étais sûr de t'énerver."


Bon, vous aurez noté que s'il commence bien, il finit euh..moyennement bien. Certes je fais plein de fautes de frappe !!! Et je tente de les corriger en me relisant ! Après tout, a-t-on jamais lu que les manuscrits de Victor Hugo fussent exempts de ratures ? Léonard de Vinci lui-même n'a-t-il pas fait des repentirs sur ses toiles ???

Par contre, oser me dire que mes posts sont confus !!! Quel petit con!! Il va voir son cadeau ! Tiens je vais lui offrir un bon d'achat de 10 euros à la Fnac ! Et toc! Ca lui apprendra à ne pas me respecter ! Moi qui gentiment, voulais lui offrir une Porsche Boxster ! Ben, il n'aura rien d'autre qu'un bon d'achat tout pourri et encore à valoir sur l'achat d'un appareil électro-ménager!

Ceci dit le sacripant a du comprendre que la fin de son commentaire avait provoqué son courroux! Déjà il a tenté de m'appeler et je n'ai pas répondu ! J'ai attendu 24 heures, qu'il me rappele. Et au téléphone, il a voulu me reparler du blog. J'ai donc silencieusement écouté ses critiques qui furent dythirambiques ! Ceci dit, c'est trop tard pour la porsche tu aurais du y penser bien avant petit con avant d'oser la moindre critique à mon encontre! Tule sais pourtant queje détste que l'on me critique, non pas par manque d'intelligence mais parce que j'y suis allergique ! Je peux me vautrer dans le pollen, dans le poil de chat, dans tout ce que vous voulez, ca va, allergie zéro. Mais la critique, je peux pas, c'est ma faiblesse !


Mais bon, le plus drôle, c'est ce qu'il m'a expliqué au téléphone. Rien que pour vous, bande de veinards, chers admirateurs, voici peu ou prou le dialogues que nous eumes.

Lui :"au fait ce blog, il est anonyme ?"
Moi :"Oui bien spur, pourquoi ? Peut-être qu'un jour je ferai un lien vers mon site officiel. J'attends de voir les réactions si toutefois je suis lu".
- Ah bon, tu pourrais ne plus être anonyme ? Mais méfie-toi ! me dit-il !
-Mais de quoi devrais je me méfier ?
- Ben, moi je te connais super bien, alors tes textes me font rire mais pff, sais-tu comment ils pouraient être interprétés ? Imagine, moi je ne connaitrais pas, je me dirais "quel gros con, pour qui se prend-t-il ?!"
- Ah, tu n'aurais pas l'intelligence de savoir que je plaisante ? Par exemple dans le post intitulé "dîner de cons", quand j'écris "tel un dieu bienveillant descendu de son Olympe...", tu prendrais cela au sérieux ?? Vraiment ?
- Non enfin, sait-on jamais, ca peut choquer !
- Ah oui peut-être. Donc si tu préfères je peux aussi fair eun blog chiant ? J'irai sur des sites médicaux, faire des copier-collers d'articles de fonds sur la psychopathologie pour les mettre sur mon blog comme un étudiant en DEUG de psycho de Paris X !
- Non bien sûr mais..
- Et puis je me ferai pousser uen barbe, je me mettrai à fumer la pipe et je finirai par tout trouver grave !
- Non, mais bon je voulais t'en parler, tu sais combien les gens peuvent avoir des réactions étranges !
- Ben, sincèrement, s'ils prennent mon blog pour un truc sérieux et s'ils ne comprennent pas le second degré à ce point, faut les enfermer! Ou alors tenter une greffe de cerveau !
- Non, tu sais très bien que..
- Oui les paranoïaques pourraient mal le prendre mais c'est la clientèle la plus chiante de la terre alors je m'en passe ! (tiens je ferai un post sur les paranoïaques)
- Bon écoute, on en reparle en déjeunant, c'est un sujet intéressant. Je t'embrasse.
- Sois béni mon filleul ! Puisse ma sagesse et mon intelligence t'accompagner ce jour encore ! Et puisses-tu m'inviter à déjeuner dans un endroit qui me mérite !

***

Alors pour faire plaisir à mon fillot, je vais jouer le mec sérieux.

Commençons par le normal et le pathologique, notion centrale dans mon métier ! Et là, y'a pas faut citer Goerges Canguilhem !!! Vous noterez que Georges a une tête de mec sérieux !

Le normal et le pathologique

Sans les concepts de normal et de pathologique la pensée et l'activité du médecin sont incompréhensibles. Il s'en faut pourtant de beaucoup que ces concepts soient aussi clairs au jugement médical qu'ils lui sont indispensables. Pathologique est-il un concept identique à celui d'anormal ? Est-il le contraire ou le contradictoire du normal ? Et normal est-il identique à sain ? Et l'anomalie est-elle même chose que l'anormalité ? Et que penser enfin des monstres ? Supposé obtenue une délimitation satisfaisante du concept du pathologique par rapport à ses apparentés, croit-on que le daltonisme soit un cas pathologique au même titre que l'angine de poitrine, ou la maladie bleue au même titre que le paludisme, et qu'entre une infirmité dans l'ordre de la vie de relation et une menace permanente pour la vie végétative il y ait d'autre identité que celle de l'adjectif qui les qualifie dans le langage humain ? La vie humaine peut avoir un sens biologique, un sens social, un sens existentiel. Tous ces sens peuvent être indifféremment retenus dans l'appréciation des modifications que la maladie inflige au vivant humain. Un homme ne vit pas uniquement comme un arbre ou un lapin.

On a souvent noté l'ambiguïté du terme normal qui désigne tantôt un fait capable de description par recensement statistique - moyenne des mesures opérées sur un caractère présenté par une espèce et pluralité des individus présentant ce caractère selon la moyenne ou avec quelques écarts jugés indifférents - et tantôt un idéal, principe positif d'appréciation, au sens de prototype ou de forme parfaite. Que ces deux acceptions soient toujours liées, que le terme de normal soit toujours confus, c'est ce qui ressort des conseils mêmes, qui nous sont donnés d'avoir à éviter cette ambiguïté. (cf. le Vocabulaire philosophique de Lalande). Mais peut-être est-il plus urgent de chercher les raisons de l'ambiguïté pour en comprendre la vitalité renouvelée et en tirer leçon plutôt que conseil.

Cette page est honteusement recopiée de l'ouvrage de Georges CANGUILHEM, La connaissance de la vie, Hachette, 1952 (pp 194-212): les "enrichissements" de style sont personnels et bien sûr les erreurs de copie sont involontaires, étant évident que je conseille au lecteur de se reporter au texte original...que j'ai de toute manière encore plus honteusement pompé sur un site web !

La photo du marcassin c'est parce que jele trouvais mignon, ça n'a rien à voir avec le texte ! Peut-être que Canguilhem aimait les marcassins mais cela ne s'est jamais su en tout cas. Je ferai des recherches si vous voulez. En tout cas, dans le livre Le normal et le pathologique, il ne fait pas référence aux marcassins ou bien demanière subliminale !

Voilà qui fera plaisir à mon fillot ! Ceci dit l'ouvrage est fort intéressant. Bon, moi je vais me laisser pousser la barbe et m'acheter une pipe et des lunettes. Et dès demain, je deviens chiant.



Ca y est !!!!!!


1 Comments:

Anonymous Marie-Noëlle said...

Votre filleul à l'air d'être un foutu emmerdeur non ? Deux claques et au lit sans dessert !
En tout cas, bravo pour votre blog, il est super et on parle enfin des marcassins :))

Allez je ne vous connais pas mais je vous fais uen bise d'encouragement !

18/11/06 6:00 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home