04 février, 2007

Que fait la police ? Où est l'état ?

Soucieux, non pas de mon prochain, ce qui serait terriblement restrictif voire totalement égoïste, mais de la terre entière, je viens de prendre conscience d'une chose terrible. Jusqu'à une date récente, j'étais bête. Je prônais la responsabilité de chacun et je pense même que j'en avais fait un axe central dans mes thérapies.

Fort heureusement, grâce à notre ministre de la santé, je sais maintenant que quoique fasse les gens, si l'on est sur, qu'ils font mal, il faut non plus simplement leur dire, mais carrément les obliger à suivre des comportements plus bénéfiques. La Chine et l'URSS en leur temps ont appliqué de tels programmes et c'était bien ! Bien sûr, on pourrait objecter que certains sont passés par les goulags ou les camps de travail mais et alors ? S'ils avaient scrupuleusement suivi les directives politiques, ça ne leur serait pas arrivé ! Pff, on ne va pas défendre des déviants ! De toute manière, cet Alexandre Soljenitsyne m'a toujours semblé suspect ! En plus les camps de travail chinois, les "Laogai", permettent d'acheter des tas de trucs sympas fabriqués par ces déviants, pour vraiment pas cher !

J'ai dès lors cherché à quel péril terrible je pourrais m'atteler. La drogue, l'alcool et le tabac étant pris, il ne me reste pas grand chose. J'ai bien pensé à la nourriture, mais là encore, c'est un secteur déjà pris par notre fantastique ministre.

Xavier Bertrand, bien qu'il soit le porte-parole de Nicolas Sarkozy pour cette campagne électorale, est un boulimique de travail et continue à bouffer du dossier. Après la mise en œuvre du décret anti-tabac, il s’attaque maintenant à notre alimentation et à la «représentation collective du corps dans la société » en application de loi de Santé Publique de 2004 et du « programme national nutrition santé » qui répond pour les initiés au doux nom de PNNS2.

Je rappelle, à me chers lecteurs non fumeurs, qui ne se sont pas sentis attaqués par ce décret funeste, qu'ils vont eux aussi bientôt se faire niquer par l'état tout-puissant. En effet, une des mesures récemment annoncée par Xavier Bertrand, est d'exiger que chaque publicité vantant des produits alimentaires transformés contienne un message sanitaire de ce type :

  • « Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé »

  • « Pour votre santé, évitez de grignoter entre les repas »

  • « Pour votre santé, pratiquez une activité physique régulière »

  • « Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour »
Vous qui pensiez vous en sortir, même pas ! Tout est prévu, réglementé, pesé, contrôlé dans l'Empire du Bien. Ceci dit pour ceci, notre bon ministre a du souci à se faire parce que d'après ses photos, il me semble bien rondelet.

Alors voilà le secteur de la bouffe étant déjà pris, qu'à cela ne tienne, je peux prouver que je peux aller encore plus loin que notre bon ministre pour combattre les fléaux qui menacent chaque jour l'être humain. Moi qui adorais le stoïcisme, en tant que doctrine d'ultra-responsabilisation de l'être humain, je m'adonne depuis hier à l'hygiénisme totalitaire, bien décidé à pointer du doigt tout ce qui ne va pas dans le sens d'une vie très longue. Le point ultime de toute vie humaine sera de crever dans un hospice, une perfusion dans la saignée du coude, une sonde dans l'urètre et un bassin sous le cul !

Mes réflexions personnelles m'ont fait remarquer que nous allions tous mourir ! Je n'y avais jamais fait attention stupide comme j'étais ! Je fumais, je buvais, j'étais un sot ! Oui, regardez autour de vous et vous constaterez que tous les êtres qui vous entourent, quelque soit le degré d'intimité que vous ayez avec eux, sont voués à la mort. Rassurez-vous, même si le tabagisme passif ne les tuera plus, grâce à notre ministre, même vos enfants mourront un jour. N'est-ce pas inadmissible ? Personne ne se révolte pourtant ! Alors, j'ai voulu être le premier à en parler ! Je souhaite faire éditer cette affiche que l'on pourra apposer dans toutes les maternités !


Pour finir sur une note culturelle :

L'homme est un apprenti, la douleur est son maître,
Et nul ne se connaît tant qu'il n'a pas souffert.
C'est une dure loi, mais une loi suprême,
Vieille comme le monde et la fatalité,
Qu'il nous faut du malheur recevoir le baptême,
Et qu'à ce triste prix tout doit être acheté.

Alfred de Musset, "La nuit de mai", in "Les Nuits", 1837

Alfred de Musset 1810 - 1857

1 Comments:

Anonymous Julie said...

Bien que ne fumant pas, je suis de tout coeur avec vous, vive la liberté !

6/2/07 3:22 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home