30 septembre, 2007

Poker et comportementalisme !



Hier soir, nous avons été invités par Sean, être hybride, monstrueuse chimère résultant du croisement improbable entre un Staline rigolard et un Al Capone gestionnaire. Ce qui est bien, avec les invitations de Sean, c'est qu'on ne sait jamais comment ça va se passer.

Ca peut être protocolaire, autour d'une table, un peu comme si vous étiez invité par quelqu'un de normal, ou bien, une soirée informelle, avec une profusion de mets et d'alcool, que l'on consommera autour de la gigantesque table basse, vautré sur ses immenses canapés, en face de sa télévision géante.


Mais revenons à nos moutons. La soirée bat son plein. Tout se passe bien, on rigole comme des baleines et les gens sont agréables. L'énigmatique GCM, l'homme aux cernes noirs et au regard inquiétant, qui trainait je ne sais où, arrive vers 1h00 du matin. Vêtu d'un teddy blanc étonnant, qui lui assure un look mixte de rappeur proxénète, il arrive avec sa mallette de poker. si je le ne connaissais pas, je me dirais que ce mec vient de relever les compteurs !

Fut un temps ou certaines personnes, se baladaient avec les boules Obut dans le coffre de la voiture, lui c'est sa mallette de poker ! Parfois, je me demande ce qu'il trimballe dans le coffre de sa voiture. Les Experts de Las Vegas s'en donneraient à coeur joie !

Il est bientôt rejoint par George Killian, qui jouait le beau à l'inauguration du salon du deux roues, parce qu'il avait des invitations spéciales, et qu'il ne m'en a même pas fait profiter ! Il faut toujours se méfier des roux, je lui ai donné ma confiance bien trop tôt ! Enfin, mon fillot étant déjà là, voilà de quoi former une table de poker.


Moi, je ne joue jamais au poker. De toute manière, je ne joue jamais aux cartes. Le seul jeu dont je me souvienne, c'est la bataille, parce que c'est simple et j'oublie toujours toutes les règles des autres. Je précise évidemment que je ne joue jamais à la bataille. Les cartes m'emmerdent, comme m'ont toujours emmerdés les jeux de société.

En plus, jouer de l'argent n'est pas mon truc, je pense que je tricherais. L’argent est trop dur à gagner. La seule fonction que je pourrais avoir dans un casino, c'est la direction, parce que je préfère exploiter le vice des autres, plutôt que l'on exploite les miens. Enfin, quand je dis direction, je pense plutôt à la propriété. De toute manière, n'ayant aucun vice, je ne me vois pas posséder un casino. Exploiter le vice des autres est vicieux.


Généralement, je préfère papoter, alors je les laisse jouer au poker. De temps en temps, je vais les voir, les observer, pour savoir qui gagne. L'ambiance tripot est amusante ; chacun joue sérieusement, le verre posé à côté, les bouteilles s'amoncelant sur la table. Je connais les règles basiques, mais je suis vite perdu au Texas Hold'em, et comme eux sont de vrais initiés, jouant dans des cercles de jeux, je suis vite paumé. Mais c'est assez drôle de les entendre ! Les termes anglais qui émaillent le discours sont amusants, d'autant plus que l'ambiance de base est plutôt Tontons flingueurs.


Mon pauvre fillot qui est complètement naze, perd vite tous ses jetons et quitte la table. Il est crevé, il a eu une dure journée et décide de rentrer chez lui. Je le raccompagne à son scooter et je remonte prendre sa place. Je ne joue évidemment pas, mais je m'amuse à observer les joueurs. GCM vient de gagner la première partie. Comme, je ne peux évidemment pas me contenter d’observer en me taisant, je décide donc de m’impliquer.

J’ai le choix de conseiller Sean, GCM ou George Killian. GCM, c’est hors de question, ce garçon est l’orgueil fait homme. Je l’apprécie beaucoup, mais son demi-sourire perpétuellement victorieux est assommant. Encore quelques années, et il finira par se prendre pour moi ! George Killian, ne m’ayant pas emmené à la soirée d’inauguration du salon de la moto, il est hors de question que je puisse l’aider ; ça lui apprendra. Je porte donc mon dévolu sur Sean.

J’observe attentivement George et GCM. Le premier a le visage plus mobile. C’est un bon joueur, un type intelligent qui joue en cercle. Mais il est volubile et son jeu est plus risqué. C’est amusant de l’observer car il a du mal à se contrôler. Je ne dirais pas que je lis en lui à livre ouvert mais il est moins complexe, c’est un type adorable et ouvert qui intègre parfaitement sa sensibilité. Il compense sa vivacité et sa labilité émotionnelle par de grandes capacités mathématiques, sans doute perfectionnées au cours de ses études d’économie. Il peut risquer, mais il sait toujours ce qu’il y a comme cartes. C’est un excellent statisticien.

GCM, lui est meilleur dans le contrôle de ses émotions. C’est aussi un excellent joueur, adepte des clubs et des parties sur l’Internet. Toutefois, son orgueil immense est finalement une faille. A force de tenter de tout contrôler pour camper un personnage, sorte de grossière caricature cheap de Scarface sous Thorazine, qu’il imagine parfait. Sous ce masque en carton-pâte un peu adolescent, il tente de dissimuler sa grande sensibilité. Je pense qu’il réussit partiellement et qu’il berne les plus sots.

Effectivement, son visage est plus fermé. Si on ne l’observe pas méticuleusement, on finirait pas imaginer qu’il a un contrôle total sur lui-même. Son physique est une aide précieuse. Grand, mince à la limite de la maigreur, il a de plus ce regard inquiétant, un peu fiévreux et ses cernes noirs sous les yeux, qui en font parfois un personnage de théâtre, et qui réussissent sans doute à impressionner les plus jeunes. Tout ceci est évidemment artificiel. Il n’est pas vraiment contrôlant, sinon il ne fumerait pas comme un pompier, ne boirait pas comme un trou et ne serait pas un joueur pathologique. Un vrai contrôlant, se couche à 22h00, ne fume pas, ne boit pas, et ne mène pas une vie de patachon comme GCM !

Sean, lui, c'est un peu le milliardaire russe, monstre froid dans les affaires, capable de licencier pour une poignée de main moite, mais généreux dans le cadre privé. Totalement imprévisible, il a raté une belle carrière de dictateur ou de narcotrafiquant caractériel. Incapable de se contrôler bien longtemps, on devine facilement ses émotions mais il vous en voudra de l'avoir deviné. Il est grande gueule, volubile, risque-tout. Par contre, c‘est un être calculateur qu’il ne faut pas sous-estimer. Ainsi, après avoir perdu plusieurs fois contre GCM qui jouait mieux et de manière plus « scientifique », Sean est allé s’entraîner en cercle de jeux, et est revenu au bout d’un mois bien meilleur joueur. Sean est orgueilleux et calculateur, alors il ne faut jamais se fier à son apparente bonhommie. On peut l’avoir une fois mais pas deux.

Assis à la table, j’observe donc George et GCM. George. Je sais que même si le néo-cortex de ces individus intelligents fonctionne à plein régime, il reste difficile de contrôler son système limbique et ses émotions. D’ailleurs, les joueurs professionnels le savent bien. Même si le poker a des règles, le bluff compte aussi et il est risqué de montrer ses émotions. Certains vont même jusqu’à utiliser des gouttes oculaires de manière à contrôler la dilatation de leurs pupilles.

Je m’amuse donc à les observer l’un et l’autre. Ce que je traque, c’est la faille du contrôle qu’ils exercent sur leurs mimiques via leur néo-cortex, qui trahira leurs émotions. Pour cela il suffit d’observer le visage, les muscles faciaux et les regards. Or s’il est plus facile de contrôler son regard, il est nettement moins aisé de contrôler ses 55 muscles faciaux. Résidus de notre « animalité », les mouvements de ces 55 muscles faciaux, s’organisent en mimiques, qui, chez l’être humain normal indique l’état émotionnel positif, négatif ou neutre. Ces techniques sont assez connues en comportementalisme même si elles sont à considérer avec prudence car jamais sures à cent pour cent.

Au bout de quelques mains, je suis presque sûr d’avoir trouvé le truc qui trahit George Killian. Si son visage et son regard restent sous contrôle, sa tension se trahit par une crispation des muscles temporaux et des auriculaires supérieurs. Le visage est serein, mais lorsqu’il n’a pas un bon jeu, ses tempes se tendent curieusement et ses oreilles s’écartent imperceptiblement. Il doit le sentir et relâche ses muscles, mais le stress fait que cela semble difficile. Cela me permet donc à partir d’un certain moment de pouvoir dire à Sean, quand se coucher ou au contraire, quand augmenter les mises lorsqu’il reste seul face à George.

Pour GCM, c’est un peu plus dur, car il a de l’entraînement dans la duplicité. Sans doute éduqué dans des établissements scolaires où il fallait jouer le dur pour ne pas être une victime, il sait parfaitement se contrôler. De plus, il sait que je l’observe patiemment. Il joue d’ailleurs le malin, en m’assurant qu’il n’a aucune faille et que je ne lirai rien sur lui. J’attends donc sans rien dire. Ce sera plus dur, mais je pense avoir trouve sa faille. Elle est presque imperceptible. Chez lui, c’est le muscle nasal qui le trahit et dans une moindre mesure, le muscle pyramidal.

Quand il a un mauvais jeu ou quand il a un doute, que les choses ne sont pas claires dans sa tête, on a l’impression que son nez s’affaisse un peu. C’est évidemment léger, mais c’est indubitable. C’est même plus criant que chez George, car c’est amusant de voir ce tressaillement infime dans son visage de marbre. Cela me permettra toutefois de bien guider Sean. A un moment donné, sans doute très vexé d’avoir été percé à jour, GCM me dit qu’il n’était pas stressé parce qu’il a « un jack et un neuf ce qui est une excellente main dans une table de trois joueurs ». Outre le côté amusant de son expression, je ne serai jamais sur de ce qu’il me dit dans la mesure où je ne sais pas aussi bien joueur que lui au poker. Toutefois, malgré les dénégations de GCM, c’est Sean qui a fini par gagner en leur mettant une jolie branlée. Ma technique semble fonctionner à 90%.

Alors qu’en est-il ? Je suis persuadé que la technique marche. Elle a cependant deux limites quand on joue.

  • D’une part elle nécessite beaucoup d’entraînement car il faut vraiment se concentrer pour observer ces tics involontaires trahissant les émotions d’un bon joueur ;

  • D’autres part, malgré l’apport évident de ces techniques comportementales, subsistent la nécessité d’être bon statisticien pour connaître les probabilités que les adversaires aient telles ou telles cartes, ou que celles ci soit dans le flop.

  • Enfin, le hasard des cartes reste important et la chance est présente ou non.


Enfin quoiqu’il en soit, Sean a gagné ! Toutefois, dans un souci de légalité citoyenne et solidaire, je vous rappelle que les jeux d’argent sont soumis à une législation stricte et qu’en plus ils constituent une addiction.


6 Comments:

Anonymous GCM said...

Sean et GK se joindront probablement à moi pour dire que cet article, c'est du grand n'importe quoi !!!

1 - tu n'as pas aidé Sean, bien au contraire ! Lorsque GK a quitté la table, Sean avait en gros 5 fois mon tapis, ce qui s'ignifie que la partie aurait dûe être pliée en 2 temps 3 mouvements, alors qu'elle a encore durée une bonne demi heure, voire presque 1 heure.

2 - Je n'ai pas dit "Jack et 9 c'est excellent", mais qu'étant donnée la taille de mon tapis, un valet et un neuf constituaient un couple valant largement ce que je possédais.

3 - Les mouvements musculaires que tu as crû percevoir dans la région nasale de mon visage n'étaient dûs qu'à une horrible sinusite qui me pourrissait la vie hier soir...


Certes j'ai bien perdu cette seconde partie, mais je n'ai ni à en rougir, ni à t'en laisser le triomphe. Pour être un peu technique, Sean et GK avaient tous 2 recavé (c'est à dire racheté des jetons), ce qui ne fût pas mon cas !
En outre, Sean a très bien joué, il faut rendre à César ce qui appartient à César.


Ton ami (et néanmoins souffre douleur !!!)

GCM

PS : On apprend beaucoup à marcher avec les animaux.

30/9/07 6:18 AM  
Blogger philippe psy said...

1- Je ne suis resté assis que par intermittence, ce qui fait que je n'ai pu conseiller Sean durant toute la partie. Mais quand je l'ai fait, ça a marché ;

2- La sinusite a bon dos !

Ton ami et néanmoins éducateur

Philippe

PS : Tu as raison de citer Wolf Larson, il nous apprend beaucoup à tous les deux !

30/9/07 6:21 AM  
Anonymous Stagiaire said...

Bonjour,

Concernant les jeux d'argent, hélas la législation française ne permet pas d'implanter des casinos partout... Hélas ? ai-je dit hélas, quand on voit que ce sont les stations thermales, balnéaires ou montagnardes où l'on peut implanter un casino, je me dit que finalement, il faut bien aussi vivre pendant la saison basse quitte à ponctionner sur l'argent des habitants locaux et non sur ceux des estivants, des curistes ou des mordus de ski.

Concernant, le poker... que dire... le meilleur, c'est Patriiiiiiiiick.

Enfin, je ne suis que stagiaire, mais je pense qu'en continuant à vous lire je m'améliorerai.

PS : Ai-je mérité ma croutonnade ?

30/9/07 10:21 AM  
Blogger philippe psy said...

Mon cher stagiaire,

Le jeu est un vice et j'espère que vous vous en souviendrez.

Bien entendu, vous avez mérité votre croutonnade !

Qui est ce Patrick dont vous parlez ?

30/9/07 3:34 PM  
Blogger Laurence said...

Bruel, voyons Phil !

30/9/07 4:54 PM  
Anonymous Anna said...

Gcm,je ne vous connais pas mais vous m'étonnez. Philippe est un excellent profileur et observateur. Quand il cesse de faire le crétin et devient sérieux, il est performant.

Donc j'ai tendance à le croire quand il dit vous avoir démasqué. Vous êtes trop orgueilleux, cela vous perdra !

30/9/07 11:20 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home