12 janvier, 2009

La fille la plus populaire du lycée !



Tous ceux qui ont déjà regardé des films américains débiles pour adolescents, savent qu'il semble y avoir deux événements majeurs dans la vie du jeune américain.

Il y a tout d'abord, le fameux "spring break", les vacances précédant les examens, au cours duquel tout jeune américain se doit d'aller ingurgiter des litres de bière, de vomir avec ses copains, tout en essayant de choper le plus de gonzesses possible. Le tout se passe généralement soit au Mexique, soit en Floride, avec la complicité des autorités locales. Mais le spring break, on s'en fout.

Enfin, il y a le bal de fin d'année surnommé "prom" où l'on élit la reine du bal qui est la fille la plus populaire du lycée. C'est généralement une blonde canon, riche et super désagréable, et toujours accompagnée de deux ou trois filles moins jolies qui lui servent de faire valoir, mais qui en fait la haïssent. Cette belle blonde est toujours maquée au quaterback de l'équipe locale de foot, une sorte grand blaireau musculeux, blond à dents blanches qui passe son temps à se moquer des toquards malingres du club d'informatique.


La notion de mec ou fille le plus populaire du lycée, n'existe pas chez nous. L'esprit de compétition n'est pas notre fort, et sans doute que nous avons l'égalitarisme si chevillé au corps, qu'il paraîtrait inconvenant d'imaginer qu'un adolescent puisse avoir plus de mérite qu'un autre.

En France, on n'aime exclure. Souvenons-nous que lors de la première édition de la Star Academy, de belles âmes s'étaient insurgées à l'idée qu'on puisse voter pour EXCLURE un candidat. Ces belles âmes avaient alors imaginé qu'on voterait pour garder son candidat préféré. Bon, à la fin, c'est la même chose : il y en a un qui est jeté dehors. Mais bon, techniquement parlant, ce n'est pas celui que l'on n'aime pas, c'est simplement celui qu'on aime un peu moins qui part. Et ça c'est important. Être deuxième sur deux, c'est psychologiquement plus sympa qu'être dernier, même si c'est pareil.

Alors, la tradition de la fille ou du garçon le plus populaire du lycée est-elle une bonne chose ? On serait tenté de répondre par l'affirmative, puisque cela apprend aux jeunes l'émulation et l'esprit de compétition.

En revanche, on peut aussi distinguer deux effets pervers :

D'une part, à force de tout miser sur l'apparence, on en vient vite à privilégier la forme sur le fond. Dès lors, même en politique ce n'est plus le meilleur ni le plus qualifié qui gagne, mais celui a les dents les plus blanches et le sourire le plus charmeur. Et c'est certain qu'à ce jeu là, nonobstant leurs qualités intrinsèques, Obama avait plus de chances que Mc Cain.

Et puis, on peut aussi imaginer qu'à force de privilégier les caractères extravertis, on condamne tous ceux qui sont nés introvertis. Malheur à ceux qui sont nés affligés d'un physique ingrat, voire passe-partout, ou affublé d'une anxiété sociale. Pour ceux-là, nulle chance de parvenir au Panthéon. La plupart s'en remettront en végétant dans le club informatique ou d'échecs du lycée, ou en confectionnant un magnifique herbier avec leurs amis de l'amicale des petits botanistes.

Et puis, il y a tous ceux qui ne s'en remettront pas. Ceux qui plus fragiles psychologiquement, ressentiront une telle frustration à l'idée de ne pas capter les regards de leurs petits camarades, qu'ils en viendront à ruminer leur échec jusqu'à la décompensation finale. C'est alors qu'un beau jour, ils viendront dans leur lycée armé d'un M16 pour faire un carton sur leurs condisciples.

Cette tradition du garçon ou de la fille la plus populaire du lycée, en laissant de côté les plus fragiles psychologiquement, serait-elle à l'origine de drames comme Columbine, Littleton ou Virginia Tech ? Ce serait une piste à étudier.

Toutefois, souvenons-nous aussi que cela flingue aussi dans d'autres pays du monde, puisque même la paisible Finlande a connu deux épisodes similaires. Le Canada et l'Ecosse figurent aussi dans ce palmarès. Alors, peut-être qu'il ne s'agit que de psychiatrie bien banale, tout simplement de cas pathologiques non détectés.


Quoiqu'il en soit, même si je n'ai plus l'âge d'être au lycée, flinguer mes petits camarades ne me serait jamais venu à l'idée puisque j'étais très populaire. Je constate même que ceci continue. Comme je suis parfois un peu con, à la limite pétasse, je me suis amusé à calculer le nombre de textos, messages mails, commentaires sur Facebook et coups de téléphone que j'avais eus pour mon anniversaire. Il faut être sacrément débile pour faire ce genre de calculs, croyez-moi !

J'ai donc eu 34 coups de téléphones et un peu plus de cent messages écrits. J'ai été très content et j'en profite pour remercier les gens qui ont pensé à moi.

J'en déduis donc que cette année, c'est encore moi la fille la plus populaire du lycée ! D'où le montage idiot illustrant cet article ridicule qui n'aura pas manqué de vous surprendre !

7 Comments:

Blogger GCM said...

J'aime pas les anniversaires

21/1/09 11:52 AM  
Blogger Stéphanie said...

Vous avez de belles jambes mais vous un poil trop féminin à mon goût...
NEXT !!!

21/1/09 12:00 PM  
Blogger Laurence said...

Je n'ai que 6 amis sur Facebook, et encore, il a fallu que je les paie pour qu'ils acceptent d'être mes amis !

21/1/09 12:04 PM  
Blogger GCM said...

@Lo : oui d'ailleurs j'ai pas reçu ma part du butin

22/1/09 12:35 AM  
Blogger Moop said...

je me dis en lisant ca que peut etre tu tamuses a regarder nos commentaires aussi alors, meme si jhesitais a le faire apres avoir appris que cetait encore toi la plus populaire, je voulais te dire que tu etais ce genre de caractère qui a tout compris a la vie et sérieusement... qu'est ce que tu fous sur un blog ? tu devrais etre président ou jsais pas... fin bref, merci pour ces longs et précieux articles

22/1/09 2:03 AM  
Blogger Tom said...

C'est votre bobine sur la photo?

22/1/09 8:33 PM  
Blogger colombine said...

Putain, je ne sais pas quoi dire à ma fille qui me demande des trucs pour être populaire....

20/1/12 10:09 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home