08 janvier, 2009

Réchauffement climatique et délires passionnels !

Cette année, au moins les sudistes ne nous font pas chier avec leur putain de soleil !
(Nous on a des chasse-neige ! )

Ce qui est bien avec les sectateurs du réchauffement climatique, c'est que lorsque les températures sont trop douces, ils vous disent "ah vous voyez !". Mais, dès qu'il fait froid, et que les températures baissent en deçà des moyennes saisonnières, ils vous expliquent que c'est aussi dû au réchauffement climatique en se lançant dans une grande explication pseudo-scientifique dans laquelle interviennent des tas de variables auxquelles on ne comprend rien.

Ils me font toujours penser aux communistes. Parce que si vous dites à un communiste que son idée est peut-être géniale sur le papier, mais que dans les faits, partout elle fut appliquée, il n'y eut que famine, massacre et malheur, il vous répondra toujours que justement c'est parce que cela a été mal appliqué. En bref, le coco et l'écolo ont toujours raison. C'est d'ailleurs le propre de tous les raisonnements paranoïaques dans lesquels le réel est toujours filtré, malaxé et trituré de manière à cadrer avec le dogme. La paranoïa, qu'on appelait aux XIXème siècle, la folie raisonnante, est un rationalisme morbide impossible à enrayer.

En psychopathologie, on classe ce genre de raisonnements à la con sous la rubrique de "délires passionnels". Ils sont dits passionnels du fait de la nature du sentiment qui les inspirent : la passion. Ces délires débutent par une première interprétation délirante de la réalité ("Le capitalisme, ou le libéralisme, c'est le mal") ou parfois par une intuition délirante initiale. Ils se développent ensuite avec une forte charge émotionnelle qui peut provoquer un comportement dangereux. En revanche, le délire ne s'étend pas à d'autres domaines, il reste limité à un principal objet. On appelle cela le délire en secteur.

Cela donne par la suite des comportements curieux comme peut-être celui de Nicolas Hulot qui voit la patte des pollueurs dans tous les dérèglements observés. La simplification à outrance de problèmes complexes, la tendance à chercher un bouc émissaire, rendent ce type de délire particulièrement opérant. Et ce d'autant plus que la base de ces délires passionnels peut sembler rationnelle. En effet, à moins d'être crétin, chacun de nous pense qu'il vaut mieux ne pas polluer que de vivre comme un porc. Même mon ami Le Gringeot, ne balance plus son huile usagée dans les égouts quand il fait la vidange de sa Harley-Davidson.

Il faut souvent une bonne mise à distance pour s'apercevoir que l'on est face à des délires passionnels. D'une part, parce que leur base semble cohérente (ne pas polluer par exemple) et que les paranoïaques étant des sujets en proie à une hypertrophie du moi, sont souvent des gens extrêmement convaincants toujours prompts à exclure celui qui n'est pas d'accord du débat en pratiquant l'anathème. Car pour un paranoïaque, la vie est simple : "qui n'est pas avec moi est contre moi !". C'est la rigidité de leur raisonnement et la calcification de leur thématique unique qui doivent donner l'alerte.

On distingue cinq types de délires passionnels : l'érotomanie (se croire aimé d'une personne), le délire d'interprétation de Sérieux et Capgras, le délire de jalousie, le délire des sensitifs de Kretschmer et enfin le délire de revendication.

Les délires de revendication sont des délires systématisés et en secteur, essentiellement basés sur une interprétation délirante. Ils reposent sur la croyance délirante en un préjudice subi, accompagné d'exaltation, de quérulence et d'agressivité. Il s'agit pour les paranoïaques qui en sont atteints de « faire surgir la vérité » ou de punir les coupables. On distingue :

  • l'idéaliste passionné : passionné par une cause (politique, mystique, sociale), il se fait une « mission » de la porter, et de la transmettre de manière fanatique, et d'en être le prosélyte infatigable ;
  • l'inventeur méconnu : cherchant à faire reconnaître son invention présumée ou l'antériorité de celle ci par rapport à sa découverte « officielle » ;
  • le quérulent processif : conviction délirante d'avoir été lésé, multiplication des recours en justice et des procédures contre ses persécuteurs présumés ;
  • le délire de filiation : conviction délirante d'une ascendance illustre (souvent royale, aristocratique ou d'autre personnage en vue).
L'individu en proie à ce type de délire passionnel en secteur n'est plus accessible à la raison, et l'on aborde alors les frontières de la psychose, dans laquelle l'individu perd le sens du réel. Aveuglé par sa cause et son combat, le paranoïaque est prêt à tout y sacrifier. Mais le pire est qu'une fois mis face à son échec patent et ses erreurs, ce paranoïaque ne reconnaitra jamais son erreur. Il ne verra dans son échec que le résultat de l'intervention masquée d'un tiers. C'est le propre des délires passionnels de se nourrir de tout et de s'amplifier, sans jamais s'atténuer.

Notre époque est sujette à ce type de délires. Non qu'il y en ait plus qu'avant, à mon sens, mais que les moyens d'information permettent à ces délires de s'étendre de plus en plus rapidement. Et puis, ce type de délires est aussi très pratique, puisqu'en recourant à une explication à-priori rationnelle, alors qu'elle n'est que paranoïaque, ces délires fournissent un prêt à penser pour tous ceux qui préfèrent abdiquer leur libre arbitre et décident une fois pour toute que penser par soi-même est trop compliqué et que les raisonnements dichotomiques en noir et blanc sont plus aisés à manipuler que la nuance.

C'est ainsi qu'antiracisme, arrêt du tabac, écologie, solidarité, sont autant de bonnes idées charitables à la base, qui se sont transformées en autant de délires passionnels. L'époque fait la part belle à tous les Torquémada en mal de reconnaissance.

Alors oui, il a neigé sur la Canebière ! On a pu skier sous Notre-Dame de la Garde ? Les voitures abandonnées s'entassent sur l'autoroute de l'Estérel bloquée par la neige? Et donc ? C'est encore dû au réchauffement climatique. Et ce sera le poteau pour tous ceux qui oseront émettre un doute.

(Putain j'ai enfin rédigé un article sérieux)

12 Comments:

Blogger Sylvain JUTTEAU said...

Quand vous parlez de politique en exploitant vos compétences en psychologie, votre blog devient exquis.

Merci.

Toju

8/1/09 10:51 PM  
Blogger Sylvain JUTTEAU said...

Vous vous souvenez de l'article du 16 septembre 2007 sur le VTT.

....Et des variations sur le thème "VTT"?



Violenter un Touriste Teuton

Viens Téter ta Totote

Vagissement Très Terrifiant

Vise Ton Trou

Véhicule Terriblement Tendance

Va Te Tondre

Violente Tisane au Tilleul

Vitriole Ta Tronche

Vois Tes Tétons

Vire Tes Taches

Valise Théoriquement Transportable

Vis Tes Tensions

Violence des Tigres Tamouls

Venir Trop Tôt

Vomir Tes Tripes

Villetaneuse Temple des Trotskistes

Vétérinaire Traitant les Tiques

Vache Toute Tachée

Vaincre une Tempête Titanesque

Vouloir Trop Travailler

Voir Ta Tête

Vanter Tes Travers

Vessie Trop Tendue

Vénérer Toju le Troubadour


Toju

8/1/09 11:05 PM  
Blogger Sylvain JUTTEAU said...

Il y avait un autre article sur GCM, avec le même type de variations concernant l'acronyme "GCM".

...mais je ne me souviens plus de la date,...c'est con.

Quelqu'un se souvient ??

Toju

8/1/09 11:07 PM  
Blogger Sylvain JUTTEAU said...

PETITION CONTRE LA TOUCHE "ENTER" DE GCM.

Signez là :






Toju

8/1/09 11:21 PM  
Blogger Criticus said...

« ces délires fournissent un prêt à penser pour tous ceux qui préfèrent abdiquer leur libre arbitre et décident une fois pour toute que penser par soi-même est trop compliqué et que les raisonnements dichotomiques en noir et blanc sont plus aisés à manipuler que la nuance. »

Et c'est pourquoi, quand on les convainc qu'ils ont tort, les convertis aux sophismes de l'heure, entrevoyant la duperie dont ils ont été victimes, mais ne pouvant toutefois l'accepter, deviennent agressifs à l'égard de leur potentiel éclaireur. C'est comme cela qu'ils ont tué Socrate, condamné à boire la ciguë pour impiété et corruption de la jeunesse, alors même qu'il voulait lutter contre les sophistes, leur impiété et leur corruption de la jeunesse. Rien n'a changé depuis.

9/1/09 2:41 AM  
Blogger LOmiG said...

L'islam encourage-t-il la naissance de délires paranoïaques ?

9/1/09 8:23 AM  
Blogger monoi said...

Le rechauffement climatique c'est pour les vrais arrieres (qui sont nombreux, c'est vrai).

Maintenant, c'est le changement climatique vu que le rechauffement, c'est pas encore ca. Et cette nouvelle formule a l'avantage d'etre gagnante a tous les coups, quoi qu'il arrive! C'est pas beau ca?

9/1/09 8:57 AM  
Blogger Rubin said...

Fantastique. Du grand Philippe.

9/1/09 9:15 AM  
Blogger Yoramski said...

Eo, j'ai découvert ce blog il y a peu de temps en cherchant des infos sur les styles sociaux, bref...
Las d'entendre et de lire toujours les mêmes tissus d'âneries j'ai été rapidement touché par la diversité des sujets et la façon de les traiter par son auteur.
Depuis, je parcours les articles avec le sentiment d'être un peu moins seul, alors sans faire trop long, merci et nick sa reum "w.rikiki.o"

9/1/09 11:50 AM  
Blogger philippe psy said...

Merci pour vos commentaires !

@Lomig : il est parfois difficile de différencier le délire passionnel du sentiment religieux.

Notons aussi que dans certains pays proclamant l'athéisme comme seule manière de penser, la croyance en la psychiatrie (en tant que science) fut-elle même un délire passionnel.

9/1/09 12:05 PM  
Blogger J said...

Je voudrais signaler que "MLC" a été rebaptisé accidentellement "LHC" dans la liste des liens, et deux LHC l'un au-dessus de l'autre, c'est louche.

Pour en revenir au sujet, comment peuvent faire les curieux maladifs qui, ayant passé l'essentiel de leur vie à trouver des réponses définitives à des tas de questions plus ou moins intéressantes, en arrivent à toujours avoir raison contre tous les gens non-curieux et donc mal-informés, pour distinguer le moment où leur obsession personnelle vire au délire passionnel ?

De même qu'un paranoïaque peut vraiment avoir des ennemis, le délirant pourrait vraiment avoir raison sur certains trucs. Comment peut-il, s'il a la prudence de vouloir justement éviter de tomber dans la folie raisonnante, se garder de cet écueil ? Va pour la remise en cause, perpétuelle ou au moins régulière, mais quand on arrive systématiquement aux mêmes conclusions puisque partant de la même vieille réalité à chaque fois, on n'est pas avancé...

Et pour terminer, si la Vérité est inaccessible en absolu, est-ce que cela ne veut pas dire que ce sont finalement toujours ceux qui sont de plus mauvaise foi de la manière la plus convaincante, qui ont raison ?

9/1/09 1:58 PM  
Blogger philippe psy said...

@J:l'humour est une preuve de santé mentale. L'humour est donc absent chez le paranoïaque. Rire de soi est aussi une bonne thérapie pour éloigner le spectre de la paranoïa.

9/1/09 3:51 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home