26 septembre, 2014

T'en as pas marre de voir des dingues ?


C'est marrant parce que les gens qui me connaissent tout en méconnaissant mon métier me demandent tout le temps si je n'en ai pas marre de recevoir des dingues ou d'écouter les problèmes des gens.

A cela je réponds toujours deux choses. D'une part que la dinguerie, pour reprendre ce terme, est assez rare et toute relative. Ainsi, on admet que celui qui est fou est celui qui a perdu le sens du réel. Dans ce cas, quid des socialistes ? Et puis, n'en déplaise aux contempteurs des laboratoires pharmaceutiques, on a beau dire, même si des excès existent, la pharmacopée est tout de même capable de rattraper les plus perchés. Fut un temps ou une simple dépression ou un trouble bipolaire pouvait vous envoyer toute votre vie derrière les barreaux d'une chambre d’hôpital.

Quant à écouter les problèmes des gens, c'est une réflexion idiote car je tiens pour acquis que la base du lien social est l'utilité. On ne fréquente jamais de gens inutiles, fussent-des amis. Même pour une activité à priori aussi dénuée d'intérêt que mes séances de cafing, j'aime à m'entourer des gens sympathiques, rigolos et cultiver. Je n'aurais que faire d'un abruti !

Et puis, ça aussi je ne cesse de le dire, les gens à problème sont rarement dans nos cabinets. Parce que tous ceux qui viennent me voir, le font de leur plein gré. C'est à dire que cent pour cent de ma clientèle, ce n'est pas rien, sont des gens lucides. Même le pire toxico ou alcoolo que j'aie pu recevoir, restait indépendamment de ses conduites addictives baroques, quelqu'un de lucide. Bref, les vrais dingues, si vous me passez ce terme, ne sont pas dans mon cabinet mais à l'extérieur.

C'est ainsi que l'on m'a confié ce matin le lien suivant. Comme vous le constaterez si vous cliquez dessus, ce lien pointe vers un article de FranceTVinfo, dans lequel on apprend que dans le cadre de la Semaine du climat, afin de dénoncer la politique de l'autruche en matière de réchauffement climatique, des australiens se sont mis la tête dans le sable d'une plage. Des dizaines de gens ont donc creusé des trois dans le sable pour s'y fouir le chef espérant de cette manière alerter les décideurs du monde entier. 

C'est à dire qu'une bande d'abrutis qui n'a plus en tête comme réponse aux problèmes réels (ou qu'ils supposent tels) que des happenings stupides ont songé qu'une telle pantomime pourrait produire une réponse idoine amenant quelqu'un à les prendre au sérieux. Par exemple on pourrait protester contre un génocide en montrant sa biroute dans la rue ou bien on pourrait vouloir alerter l'opinion des dangers du virus Ebola en se baladant avec des oreilles de Mickey sur la tête. 

Cette bande de nazes, généralement anglo-saxons, reconnaissons-le, ont tellement tété aux mamelles de l'entertainment qu'ils sont incapables de concevoir d'autres réponses que des parodies de spectacles confinant plus aux mauvais sketches qu'à de vraies actions politiques. Si j'étais le proprio d'une grosse usine recrachant des fumées bien grasses, noires, malodorantes et chargées de polluants, je tirerais une bouffée de mon habano especial en rigolant doucement. Puis, j'appellerais mon accorte secrétaire de direction pour lui demander de réserver dans mon restau préféré où je me rendrai au volant d'une caisse motorisée par un V12. Et le soir venu, je m'endormirais d'un sommeil tranquille.

En tout cas, une chose est sure, quoique les béotiens puissent penser de ma profession, je vous assure que j'ai parfois reçu de bons allumés mais jamais un seul qui ait foutu sa tête dans le sable en signe de protestation.

9 Comments:

Blogger Adès Rahmani said...

J'avoue qu'en effet les plus allumés se croient normaux et pensent que ce sont les autres les fous! Ce qui ne les empêche pas d'être nocifs et chiants à vie!

26/9/14 10:45 PM  
Blogger Augustine C. said...

C'est marrant, les dingues avec la tête dans le sable sont dans la position idéale pour se faire administrer un coup de pied magistral dans le postérieur. Mes jambes me démangent !

26/9/14 11:02 PM  
Blogger Ordalie said...

A première vue j'ai cru que c'était des muzz.

27/9/14 3:29 AM  
Blogger Le Touffier said...

Yippee ki-yay, motherfucker !

"la base du lien social est l'utilité. On ne fréquente jamais de gens inutiles, fussent-ils des amis"

C'est vrai ? On a le droit de choisir d'aller vers les gens qui vous sont utiles ? On ne va pas en enfer pour ça ? On n'enfreint pas la règle absolue des frères de sang ?

Et pourquoi les ouvrages de psychologie ne nous informent que sur l'anormal ? Et pourquoi ne sont-ils pas obligés d'inscrire cette phrase en préambule ? Et pourquoi aucune description de l'anormal n'est-elle précédée de la définition du normal ?

Et pourquoi les dingues ne sont-ils pas informés qu'ils ne sont pas dingues ? Oui, hein, pourquoi ? Moi, je dis pourquoi.

Tu signales dans tes articles que ton rôle est souvent une sorte de rappel à la règle, le rôle du père, ne pas voter socialiste, un parent n'est pas un copain. Mais motherfucker, à quand un ouvrage de référence pour dire ce qui est normal ? Pourquoi doit-on se fader des tonnes de psychopathologie pour tenter de réunir de modestes fragments du normal ? Oui, pourquoi ? Et comment ? Et où ? Et merde.

motherfucker !

27/9/14 8:36 AM  
Blogger Le Touffier said...

Alors comme ça "être intéressé" n'est pas une faute grave ? Être intéressé par les gens intéressants, c'est bien ? Chercher son intérêt dans l'amitié ne vous classe pas dans la catégorie des fumiers ?

Il faut que je révise totalement ma sémantique sur l'intérêt.

Parce que si ça se trouve, les gens qui viennent vers moi parce que je suis intéressants (si, si), c'est pas tous des crevures famélique qui n'en veulent qu'à mon argent et à mon corps de demi-dieu ? Ce n'était pas une bonne idée de se méfier d'eux au nom de la pureté et de la sainteté ?

Dites donc les gens, il n'y a pas un seul bourrin qui aurait pu me prévenir ? Pourquoi on me dit jamais rien à moi ?

Agacé qu'il est le Touffier, il faut qu'il passe ses nerfs sur quelqu'un. Il va retourner sur la plage australienne avec les abrutis en position d'appel sodomite, et ça va fumer !

Je vais te la réchauffer moi la planète ! Faut pas énerver un Touffier. Faut pas. Et si vous voyez fondre la banquise comme vos économies, et bien au moins maintenant vous saurez pourquoi.

27/9/14 8:56 AM  
Blogger Le Touffier said...

Annonce officielle de la naissance de la psychologie du futur : la Normologie

Se plonger dans la psychanalyse, c'est comme amener sa Logan en panne à un garagiste qui, pendant des années, va revenir en détail sur l'aile avant gauche froissée par papa et le rétroviseur droit faussé par maman, et vous inciter à une réflexion intense sur ce qui différence VOTRE Logan de toutes les autres Logan, c'est-à-dire la couleur de la peinture et le motif des sièges.

Et si abordait ce qui semble n'intéresser personne : tout ce que ma Logan a de commun avec les autres Logan. On ne sait jamais, peut-être qu'il sera incapable de me retrouver la nuance exacte pour repeindre l'aile froissée, mais peut-être qu'il va décoincer le carburateur, comme sur toutes les autres Logan. Parce que moi, la Logan, personne ne m'a expliqué comment ça marchait, comment voulez-vous que je sache ce qui fonctionne ou pas ?

C'est décidé, je change, je vais aller voir un comportementaliste, non, mieux, un normologue. Comment ça, ça n'existe pas la normologie ? Mais c'est un scandale, je m'en vais te la créer moi, la normologie, je vais écrire le traité fondateur de la Normologie, moi, avec une version "pour les nuls" pour me faire de la tune.

Premier chapitre : On est tous pareil : on veut tous se croire unique.

Le Touffier, normopathe devenue normologue. Je suis sur qu'il doit y avoir un petit billet à se faire.

Et qu'est-ce que c'est que ce Blogger qui me prend pas la balise Underligned ? Ohohoh, les kangourous, vous êtes toujours sur la plage ?

27/9/14 11:00 AM  
Blogger Le Touffier said...

C'est bon, c'est officiel, il n'y a plus aucune glace en Arctique, on s'en fout, personne n'aimait le pastis là-bas. Elles s'en souviendront longtemps du frenchie, les autruches australiennes, sont pas prêtes de s'assoir avant longtemps, ces gourdes.

Mais ça passe à peine, je vais aller tenir des propos xénophobes et libertaire à la prochaine réunion des jeunesses socialistes, ils doivent bien avoir les moyens de s'offrir un S.O. musclé, parce que s'il fallait que je compte sur les militants pour me défouler, autant amener une plume d'autruche comme glaive vengeur.

J'ai l'impression d'apprendre que j'avais le droit à une réduction d'impôts depuis 10 ans et que personne ne m'a prévenu.

Bon, sinon, personne pour une bonne baston ?

27/9/14 11:09 AM  
Blogger Augustine C. said...

Touffy, tu t'ennuies ? Tu veux une énigme à résoudre ?

27/9/14 3:19 PM  
Blogger Unknown said...

"ils sont incapables de concevoir d'autres réponses que des parodies de spectacles confinant plus aux mauvais sketches"

Festivus Festivus n'a pas d'avenir, heureusement. C'est juste l'occasion de profiter de la dinguerie générale de l'époque, en attendant la fin de l'Histoire.

28/9/14 9:45 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home