20 septembre, 2014

Le gars Thomas !


J'aurais pu écrire sur le sujet bien avant mais j'étais occupé. Quel sujet ? Mais à propos de Thomas Thévenoud bien sur ! C'est assez amusant parce que l'histoire est sortie au moment ou je parlais de la "sociopathie ordinaire", ce comportement que l'on observe chez des gens qui n'obéissent qu'à une règle simple, je veux je prends, sans qu'intervienne la moindre délibération morale. 

Ceci dit, je ne pourrais pas affirmer que ce désormais célèbre député sorti de l'anonymat soit réellement un sociopathe. On peut aussi imaginer que ce soit simplement la rencontre d'une histoire singulière avec un environnement particulier qui ait produit ce comportement aberrant. Je suis persuadé que Thomas Thévenoud ne noyait pas de chatons étant enfant et je suis sur que sa biographie est exempte des événements que l'on retrouve habituellement chez les tueurs en série.

Quand l'affaire a éclaté, je ne connaissais pas ce personnage. J'ai juste eu une sorte d'illumination en me disant que c'était là le pur produit de l'IEP de Paris, cette vénérable institution tellement transformée (pervertie ?) par son ancien directeur. Je n'ai rien de particulier contre cette école si ce n'est que, comme toutes les formations élitistes, elle peut avoir des effets pervers chez les sujets les plus faibles. L'admission dans une grande école peut en effet provoquer un "effet melon" chez certains qui sont dès lors persuadés de leur singularité qu'ils entrevoient comme un ticket pour l'Olympe où loin de la plèbe ils pourront vivre en n'étant soumis qu'à leurs désirs.

Ces traits ne sont pas uniquement présents chez certains élèves de l'IEP de Paris mais se retrouvent aussi dans toutes les grandes écoles accessibles sur concours. Certains, et je ne doute pas que ce soit la majorité, seront ravis que leurs efforts aient porté leurs fruits tandis que d'autres, les plus fragiles, verront dans leur admission une revanche sur une adolescence pas toujours très heureuse. Dès lors, leur vie sera guidée par le fait qu'ils en ont assez bavé et que c'est au tour des autres de les subir. On ne devrait jamais donner une once de pouvoir à d'anciennes têtes de turc sans leur avoir imposé au moins la nécessité d'avoir fait le ménage dans leur tête. La victime peut aisément se transformer en bourreau.

Je ne sais évidemment rien de la jeunesse de Thomas Thévenoud. J'ai juste été alerté par certaines images que j'ai vues. La première, c'était lui montant le perron de l’Élysée. Il avait beau porter un très beau costume et être élégant, je l'ai trouvé terriblement gauche. Je pèse bien plus lourd que lui et pourtant je n'ai pas cette impression de balourdise quand je marche. Sans doute que je connais les limites de mon corps et la masse que mes muscles doivent entrainer. Tel n'était pas le cas de ce cher Thomas. J'ai eu l'impression d'avoir à faire à un ancien "petit gros" ce qui aurait pu expliquer aisément son comportement moral aberrant.

J'ai alors demandé à trois chères patients chez j'ai décelé une grande intuition ce qu'elles avaient pensé du personnage. Toutes les trois étaient d'accord avec moi en affirmant que Thomas Thévenoud devait sans doute être un ancien enfant obèse qui avait du mincir avant d'entrer en politique afin de faire coïncider ramage et plumage. On ne parlera jamais assez de la cruauté des enfants et je suppose que si l'adolescence de Thomas Thévenoud a été celle d'un jeune obèse, il a du en souffrir. Les mauvais traitements marquent parfois irrémédiablement si l'on ne prend pas la peine de sortir du conditionnement qu'ils opèrent chez la victime. On devient soit une victime à vie soit un bourreau décidé à prendre sa revanche.

Surtout que je suppose que le jeune Thomas était bon élève car on n'entre pas à l'IEP de Paris en étant le dernier des ânes. Une fois encore, même s'il est préférable d'être bon élève, c'est aussi un trait qui peut couper du reste de ses petits camarades. Le bon élève est parfois le fayot tel que le décrivit admirablement Goscinny au travers du personnage d'Agnan dans Le Petit Nicolas. Ce n'est évidemment pas une constante et j'ai connu des tas de bons élèves qui faisaient attention à ce que leurs excellents résultats ne les coupent pas du reste de la classe pour ne pas subir l'opprobre ou la jalousie de leurs camarades. Imaginons un instant Thomas Thévenoud en petit gros obtenant de bons résultats et affublé d'une mère castratrice méprisant l'épanouissement psycho-affectif de son fils et c'est une petite bombe à retardement que nous avons.

Tout ceci n'était que vaines suppositions et j'aurais pu me tromper. Mais c'est un autre reportage qui m'a confirmé ce que je pensais. Il s'agissait de la récente fête de la Rose, grande cérémonie socialiste s'il en est, au cours de laquelle Arnaud Montebourg accueille Thomas Thévenoud. Pour dire les choses simplement, Montebourg c'est le beau mec, grand et tchatcheur et Thévenoud le petit gars insipide qui ne ressemble à rien. Et c'est très amusant de voir la manière dont ce dernier devient le jouet du premier. Montebourg commence à le flatter d'une drôle de façon à la manière d'un jeune patron d'avant-guerre faisant l'éloge d'un bon ouvrier fidèle mais un peu simplet. Après l'avoir complimenté, voici qu'il le serre dans ses bras et le décoiffe presque comme un chasseur le ferait de son fidèle épagneul qui vient de lui ramener le faisant abattu. Bon chien ça, c'est un bon chien ça, entend-on presque !
 
On voit immédiatement dans cette courte vidéo de treize secondes s'établir un parfait rapport de domination-soumission dont je suppose Montebourg n'a même pas conscience. Montebourg croit agir de manière adéquate alors qu'il ne fait que reproduire quelques dizaines d'années après, ce qu'a peut-être enduré Thévenoud dans la cour de récréation. Même après être issu de Sciences-Po Paris et avec un mandat électif national, le pauvre Thévenoud reste le soumis. Il a beau pérorer à l'assemblée nationale, il suffit de le voir en groupe alors qu'aucun rôle particulier ne lui est assigné par uen fonction ou un protocole pour le voir redevenir ce qu'il a sans doute été : une victime des plus beaux, des plus forts, des plus adroits.

Le comportement même de Thévenoud après qu'il eut été démasqué est aussi révélateur d'une psychologie singulière. Démis de ses fonctions de secrétaire d'état et renvoyé du parti socialiste, rien en effet ne l'obligeait à abandonner son mandat de député si ce n'est l'honneur et la morale commune. Pourtant, malgré les incroyables pressions, rien n'y a fait, Thomas Thévenoud s'accroche à son siège comme une bernique à son rocher. Tant d'efforts pour que tout lui soit enlevé, il ne l'imagine même pas, alors même que cet incroyable scandale lui interdit désormais de remettre le pied à l'Assemblée nationale. Bien sur, on peut aussi imaginer que exécutif confronté à une défiance sans précédent de la part du peuple n'ait pas envie en cas de démission, de subir des élections partielles en Saône-et-Loire qui ferait entrer un élu FN à l'Assemblée. Tout est possible.

Je ne pourrais donc pas affirmer que les comportements de Thomas Thévenoud soient celui d'un sociopathe même si cette absence totale de morale y fait penser. Imaginer que ce type qui était vice-président de la mission d'information contre la fraude fiscale suite à l'affaire Cahuzac n'ait pas payé ses impôts depuis au moins trois ans, c'est vraiment énorme. Toutes choses égales par ailleurs, imaginer que ce terne petit député jusqu'alors inconnu pouvait se montrer d'un tel cynisme est comparable aux révélations concernant Jimmy Savile après sa mort, cette vedette déjantée et rigolote de la BCC dont on sait maintenant qu'il était nécrophile et pédophile.

Chez le sociopathe, il y ale côté jardin avenant et fleuri et le côté cour sombre et nettement moins reluisant. Il n'est jamais aisé de déceler ce "coté cour" chez eux et tout au plus peut-on se borner à des impressions ou intuitions les concernant sans détenir de preuves formelles tant ils verrouillent parfaitement leur intimité, ne laissant percevoir qu'une façade policée. Personne ne sait comment nait la sociopathie, s'il s'agit d'une tare génétique qui les rendrait incapable de morale ou bien s'il ne s'agit que de comportements sélectionnés par eux pour se défendre d'avanies subies par le passé.

Avec le peu d'informations dont je dispose, c'est à dire ce que les médias ont publiés, et la lecture à froid que j'en fais, j'ai la nette impression que dans ce cas la sociopathie résulte de la collision entre un pauvre type à problèmes et un environnement de pouvoir qu'il avait surinvesti narcissiquement. En l'état, si la sociopathie n'est jamais aisée à prouver, il semblerait que le narcissisme soit bien présent de manière pathologique.

S'il est commun de dire qu'il ne faudrait jamais donner le pouvoir à quelqu'un qui le demande, il serait bon de ne jamais le donner à un pauvre type qui l'instrumentalisera à seule fin de se transformer, lui l'ancien nain de ses cauchemars, en géant de ses rêves.


9 Comments:

Blogger Perrine Kossmann said...

Cher Philippe Psy (si vous permettez),

Juste quelques mots pour vous dire qu'une normalienne, et même peut-être pire, une athénienne (c'est-à-dire une ancienne membre de l'Ecole française d'Athènes), titulaire d'un doctorat d'histoire et épigraphie grecque antique, maître de conférences en histoire grecque antique, vous lit, et se marre, beaucoup. Même en pleine déprime post-rupture douloureuse.
Merci pour vos articles.

20/9/14 1:53 PM  
Blogger Adès Rahmani said...

Pour moi le pire sociopathe narcissique manipulateur balourd c'est Hollande.

20/9/14 2:06 PM  
Blogger Adès Rahmani said...

Donc encore un socialopathe qui se dit de gauche pour mieux camoufler son égoïsme.

20/9/14 2:11 PM  
Blogger Augustine C. said...

La petite vidéo est très révélatrice. On a l'impression que le petit Thomas a peur de se prendre une mandale et esquive en se roulant en boule avant de se redresser en réalisant que la mandale ne viendra finalement pas, mais dans son regard on sent qu'il sait qu'il est un éternel souffre douleur et qu'il le sera toujours autant qu'on sent qu'il espère que personne n'a rien remarqué de sa réaction poulemouillesque.

20/9/14 2:19 PM  
Blogger Unknown said...

Thévenoud et Eichmann, même combat ?

20/9/14 4:54 PM  
Blogger Le Touffier said...

Vous savez qui c'est ce gars-là ? (Le petit gros fuyant qui ne soutient même pas mon regard, où sont les caméras ?)

C'est le porte-parole du groupe socialiste. (On dirait pas, hein ? C'est vous dire à quel point sans moi le Parti Socialiste ne serait qu'une guilde de sous-préfet et d'épiciers de sous-préfecture. Vous ne le connaissez pas ? Normal, regardez-le, qui aurait envie de la connaitre ?

C'estThomasThevenou onsenfout. (De Pruillé-le-Chétif par sa mère, et de Souge-le-Ganelon par le beau-frère d'un copain à son père. Pas le peine de noter son nom, vous n'en entendrez jamais parler).

Et il est d'où ? DE SAONE-ET-LOIRE ! (C'est bon, Thomas, tu prends ton béret et tu vas nous chercher cinq kilos de patates, des pas trop chères, il n'y a que toi qui en mange. S'il reste un peu de monnaie tu t'achèteras une chemise neuve).

A. M. ne serait pas à l'UMP, on dirait presque la morgue d'un socialiste.

Ma théorie c'est que pour avoir son quart d'heure de gloire, T.T. avaient deux solutions : coucher avec Ségolène Royale ou ne pas payer ses impôts.

20/9/14 9:30 PM  
Blogger Adès Rahmani said...

@le Touffier: excellent!

21/9/14 12:34 PM  
Blogger raimverd said...

D'accord Philippe, Thomas était obèse, en a bavé et se venge.
Il reste un point à éclaircir.
Pourquoi se cacher sous les projecteurs?
Docteur Cahuzac lui faisait équipe avec Mister Hyde qui restait dans l'obscurité suisse.

Que pensez vous de çà :
http://www.lemonde.fr/le-magazine/article/2014/09/21/apres-l-affaire-thevenoud-le-coming-out-des-phobiques-administratifs_4489471_1616923.html

21/9/14 3:51 PM  
Blogger Le Touffier said...

@Adès, oui, bien sur. Pourquoi ce commentaire ? ;)

22/9/14 2:30 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home