15 novembre, 2014

Nabilla !

Calendrier Nabilla 2014 (collection privée du Dr Le Touffier)

Je vous avoue que l'affaire Nabilla ne m’inspirait rien de bien précis et que je n'aurais jamais écrit un article sur ce sujet. Ce qui lui arrive était à prévoir. Sujet ultra-narcissique n'ayant pour seul horizon que ses propres désirs et pour unique prison que la frustration intolérable qu'ils ne soient pas tous satisfaits immédiatement, il était évident qu'un jour la belle brune en arriverait là. Soit qu'on la tue, soit qu'elle tente de tuer quelqu'un.

C'est à la demande du Touffier que je rédige cet article. Soit qu'il ait réagi en vieux médecin paternaliste affligé par la tournure funeste qu'a pris le destin de cette gamine de vingt-deux ans, à moins qu'il ne soit très triste de ne plus pouvoir reluquer ses gros seins dans l'émission Touche pas à mon poste ! Je ne le saurais sans doute jamais.

Alors que dire de cette affaire ? Je crois avoir tout dit dans le premier paragraphe finalement. On a à faire à un cas classique de narcissique qui, comme le précise le DSM. C'est ainsi que le patient présente au moins cinq des symptômes suivants :
  • le sujet a un sens grandiose de sa propre importance (par exemple, surestime ses réalisations et ses capacités, s'attend à être reconnu comme supérieur sans avoir accompli quelque chose en rapport) ;
  • est absorbé par des fantasmes de succès illimité, de pouvoir, de splendeur, de beauté, de perfection, ou d'amour idéal ;
  • pense être « spécial » et unique et ne pouvoir être admis ou compris que par des institutions ou des gens spéciaux et de haut niveau ;
  • montre un besoin excessif d'être admiré ;
  • pense que tout lui est dû : s'attend sans raison à bénéficier d'un traitement particulièrement favorable et à ce que ses désirs soient automatiquement satisfaits ;
  • exploite l'autre dans les relations interpersonnelles : utilise autrui pour parvenir à ses propres fins ( mensonges, chantages, violence verbale, etc.) ;
  • manque d'empathie : n'est pas disposé à reconnaître ou à partager les sentiments et les besoins d'autrui ;
  • envie souvent les autres, et croit que les autres l'envient ;
  • fait preuve d'attitudes et de comportements arrogants et hautains.
On notera que la belle Nabilla s’illustre particulièrement dans les neufs symptômes décrits ce qui est plutôt rare. C'est pourquoi, il n'est pas anormal d'entendre des commentaires selon lesquels "ce serait bien fait pour cette petite pute" ou encore "qu'elle l'a bien cherché cette salope". Les narcissiques sont en effet unanimement détestés. Et tandis que l'on peut trouver par exemple un hystérique touchante car l'on sent sa fragilité même derrière sa perversité, le narcissique ne bénéficie pas des mêmes circonstances atténuantes tant sa manière d'être "faible avec les forts et fort avec les faibles" semble répugnante à tous les gens normaux.

Évidemment on a pu trouver ça et là des gens pour la soutenir et même parvenir à être persuadé que la pauvre n'était qu'une victime et qu'il fallait que la justice soit clémente par exemple en la libérant immédiatement. De même que ses monstrueuses consœurs Paris Hilton ou encore Kim Kardashian, Nabilla a avant tout pour vocation d'exploiter les pauvres filles dépressives qui se projettent dans sa sinistre vie de poupée marketée. Il est donc normal que de tous les endroits glauques du pays touchés par la crise, des voix s'élèvent pour protester qu'on leur ait ôté leur idole, celle qui parvenait à leur faire croire qu'on pouvait se sortir de la médiocrité sans aucun travail pour parvenir au luxe et à la notoriété.

Pour autant, je ne souhaite pas charger la barque, laquelle est déjà bien pleine. Je veux juste me souvenir que, quelle que soit l'assurance dont elle tente de faire preuve dans tous les émissions débiles dans lesquelles elle apparait, Nabilla n'est finalement qu'une gamine de vingt-deux ans, une idiote mal éduquée, un pur produit d'un environnement duquel toute loi a disparu pour n'en laisser qu'une, celle édictée par L'Oréal : Parce que je le vaux bien. Je lui accorderai bien volontiers les circonstances atténuantes.

Je me doute que l'affaire sera correctionnalisée et qu'elle ne passera jamais aux Assises. Toutefois, je souhaiterais que la loi ne soit pas clémente envers Nabilla et qu'une peine de prison ferme soit prononcée. Il me semble que trois ans fermes, sachant qu'elle n'effectuera que la moitié de sa peine parce que nous sommes en France, serait la bienvenue. Non que je lui en veuille ou que je sois cruel mais parce que je pense que la manifestation de la loi, pour une fois dans sa vie, soit la meilleure chose qui puisse lui arriver. 

Je me doute bien que passer dix-huit mois en cellule ne soit pas une sinécure mais d'abord elle a poignardé son amant et ça n'est pas rien. Enfin, si la justice se montrait trop clémente, cédant encore aux manipulations de la jolie brune, je me doute de la tournure que prendrait la vie de Nabilla. Je suppose, et sans doute à raison, qu'après avoir détruit sa cloison nasale à coups de coke puis son utérus à coups de chlamydiae, elle se suicidera vers quarante ans, à moins qu'elle ne soit tuée au cours d'une soirée de débauche par un énième amant sociopathe.

Il est donc temps de grandir et la prison ferme y aide parfois. En leurs temps Valérie Subra comme Florence Rey sont passées par cette étape et il semble qu'elles n'aient plus fait parler d'elles et mènent maintenant des vies rangées.




3 Comments:

Blogger chaton said...

Tiens, je n'aurais pas imaginé que des nanas narcissiques se retrouveraient avec des mecs sociopathes. Comment ça se fait?

16/11/14 11:29 PM  
Blogger Le Touffier said...

Monsieur Philippe,

Qu'il est bon de lire une analyse rationnelle du phénomène Nabilla. Le niveau de violence verbale, d'animalité frustre, un environnement haineux peuplé d'hystériques prêtes au pire pour voler à Nabilla trois secondes de l'attention d'une caméra, tout cela ne parvient plus à provoquer chez moi le rejet et le dégout mais un phénomène de sidération mentale.
D'ailleurs, je ne voyais pas du tout ce que l'on pouvait écrire sur le sujet.

Votre conclusion ne me parait pas sévère mais juste. Dans cette société sans repère, aucun totem, aucun tabou ne résiste à l'appétit de l'ogre médiatique et sa règle des trois "L".
Une Bimbo qui met en péril sa paire de Louboutin mérite la geôle. Je soutiens votre vision rédemptrice. Trois ans avec des sabots en plastique mou devrait lui redonner le sens des valeurs.

Bien à vous.

Le Touffier
Membre viril de la Société Française des altocacophistes, affiliée à la Confédération Générale des Rétifistes.

17/11/14 10:06 AM  
Blogger Maxime said...

Vous faite l'impasses sur les violences que Nabila a vécu enfant

21/11/14 2:54 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home