30 mars, 2015

Des nouvelles de Jésus : où je flippe un peu tout de même !


Jésus m'a écouté. Alors même qu'il avait commencé un exorcisme avec un certain succès, il a bien voulu explorer d'autres causes physiologiques. Parce que je veux bien croire au surnaturel, mais pas tant qu'on aura pas balayé toutes les explications surnaturelles.

Alors voici quinze jours, c'était un mercredi, Jésus s'est retrouvé face à un neurologue. Un balèze, un praticien hospitalier qui non content d'être un simple neurologue est aussi épileptologue. Et croyez-moi que le gars est une pointure, il a fallu que je pleure et que j'ameute du réseau pour obtenir un rendez-vous avec ce gusse.

C'est ainsi que la tronche bardée d'électrodes, Jésus s'est plié aux examens qui sont duré des heures. Verdict ? Rien du tout, bon pour le service. Le mec, aussi balèze soit-il, n'a rient trouvé qui clochait. Pas d'épilepsie temporale à l'horizon en particulier, ni rien d'autre à signaler, ce n'est pas neurologique.

Alors face aux symptômes assez curieux, du bout des lèvres, le neurologue a préconisé un retour à la case départ : la psychiatrie. Et là, Jésus a juste demandé au neurologue s'il pensait qu'un cinquième psychiatre y verrait plus clair que les quatre précédents. Le neurologue n'a rien dit et encore moins quand Jésus lui a avoué que le seul truc qui avait fonctionné, c'était l'exorcisme ! Rien de plus n'a été dit, dans le genre "moi j'ai fait mon boulot, allez voir ailleurs si j'y suis".

Le dimanche suivant, Jésus avait sa seconde séance d'exorcisme ! Et moi, je l'ai récupéré le mardi suivant, donc la semaine passée. Jésus et moi, on s'entend bien. Il faut dire que je suis le mec ouvert d'esprit. Je ne suis pas à priori contre l'idée de possession même si j'admets que c'est vraiment en dernière intention qu'on doit soupçonner cela. Je ne suis pas le seul. Je connais deux psychiatres, pourtant d'un excellent niveau, qui ont déjà eu recours aux services d'un prêtre exorciste. Bien sur, ils m'en parlent librement en déjeunant mais ne l'avoueront jamais par ailleurs !

Jésus s'est donc pointé à l'heure au rendez-vous. Toujours aussi sympathique le Jésus. Et puis, il faut admettre que c'est un mal pour un bien, mais que sa "possession" lui aura fait un bien fou ! Plus question de déconner maintenant, ça lui a mis du plomb dans la tête. Il faut dire que vu les symptômes dont il me parle, bruit dans les murs, conversations avec une entité, sensations de brûleurs, etc., ce n'est pas rien la possession. Ça remet les idées en place.

Là il m'a dit que la seconde séance d'exorcisme lui avait fait du bien mais que maintenant, dès qu'il évoquait sa foi, qu'il en parle ou qu'il prie, il se mettait à grogner ! Moi j'ai écouté benoîtement ce qu'il me disait parce que je ne savais pas ce que pouvait donner un mec en train de grogner. J'ai eu vite fait de voir !

Parce qu'à un moment, sans doute par volonté de me donner un aperçu de la dernière trouvaile de l'entité qui le possède, s'est mis à parler de dieu, de Jésus et de la conversion des athées. Ce n'était qu'une conversation à bâtons rompus plutôt sympathique ou Jésus me parlait de ses convictions sans qu'il n'y déploie une quelconque activité maniaque ou hypomaniaque. Non, rien qu'un mec qui vous parlerait de sujets qui le passionnent.

Et là, devant mes yeux ébahis, je l'ai vu se plier en deux, se casser sur le fauteuil comme s'il avait mal, il m'a jeté un drôle de regard. Déjà qu'il a les yeux bleus et un regard un peu dur parce qu'ils sont enfoncés dans les orbites, là son regard m'a foutu les boules comme on disait dans les années quatre-vingt.

Aussi vrai que je me prénomme Philippe et que j'aime les marcassins, même que je me fais envoyer des courriers chez moi au nom de Philippe Marcassin quand je ne veux pas filer mon vrai nom, j'ai cru que c'était autre chose qui me regardait. Allez si j'étais écrivain œuvrant dans le fantastique, je dirais que j'ai aperçu quelque chose de malveillant l'espace d'un instant dans ce regard qu'il m'a jeté.

Mais ce n'était que le premier acte de la tragédie. Le second acte est vite arrivé quand Jésus toujours scié en deux s'est mis à grogner. Et pas qu'un peu, le grognement faisait doucement place à un rugissement. Bien sur pas aussi fort qu'un lion mais suffisamment fort pour que j'en conçoive une peur bien légitime.

Il faut dire que je suis dans une copropriété et que le fait de recevoir des gens possédés qui grognent pourraient me valoir une juste inimitié des autres copropriétaires. J'avoue aussi, que même moi qui n'ai jamais eu peur d'un barge ni d'un taré quelconque, alors que je m'évanouis à la moindre goutte de sang, je n'en menais pas large. Parce que ce que je voyais, c'était suffisamment impressionnant pour foutre les jetons. J'avais en face de moi, un mec courbé en deux sur le fauteuil en train de grogner comme une bête. Et loin derrière, comme masqué par cette "chose" qui le forçait à grogner, j'entendais la voix de Jésus me suppliant de ne pas m'inquiéter.

Moi, j'ai fait ce qu'on fait dans les films dans ces cas là, j'y suis allé d'un petit Notre-Père et croyez moi je l'ai récité avec ferveur. Les grognements se sont arrêtés et nous avons pu rediscuter. Je ne sais évidemment pas à quoi j'ai été confronté. Durant l'heure de séances, ces grognements se sont fait entendre deux ou trois fois mais de manière atténuée. Et puis, comme j'avais vu que Jésus pouvait en fin de compte les faire taire, j'ai repris confiance.

Dans l'après-midi, il nous a rejoint au café. Et là en présence de Jean Sablon ça a recommencé, même que lui non plus n'en menait pas large et m'a demandé ce que j'en pensais ! Rien du tout ! Je n'en pense rien. C'est juste là, ça existe et je ne sais pas ce que c'est ! 

Jésus qui malgré ce qu'il traverse, reste un jeune homme chouette et taquin, nous a même dit qu'à 16h30 pile, il allait envoyer un gros Scud à cette entité. Et effectivement, peu après, C. nous avait rejoint. C. sst charmant mais il n'est pas baptisé et se dit athée. Alors, à 16h30 piles, Jésus, le regardant fixement, et commençant déjà à grogner comme si "l'autre" avait senti le piège, a dit à C "Fais toi baptiser". Et là, ça été la panique, les grognements gutturaux sotn revenus assez forts pour que des gens à la terrasse se retournent.

Jean Sablon qui a le métabolisme d'un yucca a vite calmé Jésus en lui demandant de se concentrer sur une image neutre et ça a marché. Moi de mon côté j'ai calmé C. qui n'en menait pas large parce que ce n'est pas tous les jours que l'on voit un mec exiger que vous vous faisiez baptiser en grognant sourdement et en vous lançant un regard terrible. 

Bref, on rigole bien aux séance de cafing ! On avait déjà des personnes plutôt hautes en couleur et maintenant on a notre possédé qui grogne à la demande ! Comme je le disais à Jésus pour détendre l’atmosphère, je vais acheter un attelage pour mettre une caravane au cul de la Jaguar et je vais le produire dans les foires ! Une belle peinture sur les flancs de la caravane annonçant "Tremblez en vous confrontant à Jésus le possédé !" et le business est parti ! 

Tiens je pourrais rajouter Jean Sablon dont l'inactivité fait parfois croire qu'il est en coma dépassé et qui nous étonne toujours en disant un mot, preuve qu'il est en vie !

Ma vie parfois c'est un peu Freaks !

4 Comments:

Blogger Augustine C. said...

Tant qu'il ne vomit pas, tout va bien !

30/3/15 4:34 PM  
Blogger filleàgentils said...

Je suis partagée: j'ai envie de voir ce que ça peut donner tellement c'est incroyable et d'un autre côté, si c'est vraiment ce que vous dites, il y a peut-être un risque: celui que l'entité passe d'un corps à un autre. Un "Notre -Père est-il suffisant pour vous protéger?

31/3/15 9:35 AM  
Blogger E-S said...

Je me rends compte que le kundalini/la possession est un phénomène assez connu chez les praticiens de la magick - à voir ici:
http://realitysandwich.com/164556/lucid_dreaming_and_mental_illness/
http://disinfo.com/2012/11/dreams-without-nightmares-hygeine-for-our-souls/

C'est effectivement un risque touchant ceux qui tentent certaines pratiques occultes avancées sans maîtriser les bases. Pour le dire autrement, certaines méthodes exploitant l'autosuggestion pour affecter le comportement et les systèmes de croyance peuvent endommager le "software" de l'esprit - certains parlent d'ailleurs de "bricking your own brain" comme quand une mauvaise mise à jour de firmware ou un jailbreak raté rendent un smartphone inutilisable.

22/4/15 3:00 PM  
Blogger E-S said...

Ah-ha: j'ai trouvé en page 7 de ceci:
http://t.co/hrOBiimllZ

Le cas a l'air typique d'un sigil mal terminé, ce qui est courant pour un praticien néophyte trop ambitieux. En s'attachant ou attribuant une personnalité à son invocation (sigil), celle-ci gagne une emprise sur le lanceur et se met alors à le tourmenter.

22/4/15 3:11 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home