12 mars, 2007

Misanthrope ?


Misanthrope : adj. et n. Personne qui déteste le genre humain. Personne peu sociable, qui fuit ses semblables et s'isole de la société.

Misanthropie : (n.f.) disposition d'esprit qui pousse à fuir la compagnie des gens.
A ne pas confondre avec Misandrie.

La misanthropie désigne la haine du genre humain. Une personne affectée par la misanthropie est appelée misanthrope. (gr. misein qui signifie « haïr » et anthropos « humain »). La misanthropie s'oppose à la philanthropie et à l'amour du prochain. Le misanthrope n'aime pas les gens, les trouve insignifiants.

La misanthropie est la disposition d'esprit qui pousse à fuir la compagnie des gens, un misanthrope aime la solitude, fuit ses semblables et peut être bourru et insociable source : Petit Larousse Illustré 2001

***

Chaque jour qui passe, je me sens un peu plus misanthrope, un peu plus enclin à fuir le contact de mon prochain. C’est une disposition d’esprit qui n’aide pas forcément dans le métier qui est le mien. Peut-on suivre quelqu’un, l’aider, le faire progresser si, à peine l’a-t-on vu depuis deux minutes, qu’on se met à penser : « Qu’a-t-il encore celui-ci ? De quel minuscule problème va-t-il m’entretenir ? Quel est son vice ? Enfin, bon, comme à la mine, faut bien gagner sa croûte».

Il faudrait que je fasse quelque chose. Soit je reprends médecine, et je deviens une machine à prescrire, enquillant les patients à la chaîne, mais je suis trop vieux. Soit, je jette les gants et je change de profession. Pourquoi pas ? J’ai une formation de base assez solide et je peux valoriser facilement mes dix années de clinique. J’ai un radar dans la tête qui fonctionne bien et dont je suis fier puisque c’est mon seul talent. Lorsque j’observe et écoute, ce radar me permet de deviner précisément les gens. Je sens leurs peines, leurs angoisses, leurs espoirs, mais aussi leurs failles. Pour moi, tout est signes et symptômes, qu’il me suffit ensuite d’arranger pour deviner l’angle d’attaque, la fêlure de l’âme, le point faible de l’édifice, la faille du système. Que pourrais-je faire avec cela ? Il faut que je réfléchisse.

Mais il se peut aussi que, l’âge venant, même si je ne suis pas si vieux, je me dise que Barbey d’Aurévilly avait raison lorsqu’il déclara : « A part les prêtres, les militaires et les poètes, le reste de l’humanité est faite pour le fouet ».

La sagesse de Diogène le cynique pourrait aussi me donner une esquisse de réponse. Lorsqu’on lui demanda si le secret du bonheur résidait dans la misanthropie et la répulsion vis à vis de la compagnie d’autrui, il répondit :

« Vois-tu, plusieurs m'accusent de misanthropie et de folie. Concernant la première accusation, voici ce que je réponds à mes accusateurs: ils se méprennent sur la nature de l'homme que je cherche et que je n'arrive même pas à trouver au marché lorsqu'il fait jour!

Par homme, je ne te parle pas de celui qui craint l'exil! Je ne fais pas allusion aussi à celui qui se vautre dans le plaisir et qui se farde pour satisfaire les désirs de son amant! Ou encore de cet autre dont la soif de gloire est si démesurée qu'il est prêt à détruire une ville pour assouvir son désir.

Non! L'homme que je cherche est celui qui est maître de soi et qui est libre par-dessus tout! Sans patrie, il est citoyen du monde. Luttant contre le plaisir, il est lui-même le souverain de sa conduite et libéré des passions, il ne craint rien! Cet homme, en fait, est un homme de bien. »

***

Allez pour finir plus sereinement, versons dans la culture, aussi vous proposerai-je une petite citation :

"Tout homme qui à quarante ans n'est pas misanthrope n'a jamais aimé les hommes."
Honoré de Balzac, Extrait des Pensées

1 Comments:

Blogger tubo said...

Cette citation est en fait tirée de Maximes et Pensées de Sébastien-Roch Nicolas de Chamfort.
Cordialement.

10/11/10 6:47 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home