01 septembre, 2007

Devenir consultant de seconde zone !

Un exemple de consultant !

Tout le monde rêve de venir consultant. Dès qu'on prononce ce mot, on imagine immédiatement les jolis costumes, les notes de frais, les déplacements et les conseils avisés que l'on va prodiguer auprès des décideurs. Et je comprends que vous aussi, vous ayiez décidé de nuire à votre prochain en gagnant bien votre vie, en devenant consultant en n'importe quoi ! Alors je vais vous expliquer la marche à suivre.

Comment devenir consultant me direz-vous ? Il existe deux voies, sachant que de toute manière, on peut être consultant en tout et n'importe quoi ! Dans les faits, et c'est courant, vous pourrez même être consultant en psychologie, sans jamais avoir lu un ouvrage sérieux, en vous contentant juste d'un survol rapide d'un titre de la collection Marabout.

Il y a la voie royale qui consiste, après de brillantes études vous ayant mené à un diplôme d'école supérieure de commerce ou d'ingénieur (les plus réputées uniquement), voire de faculté (Dauphine uniquement), à intégrer un des leaders du marché, Accenture par exemple, puisque c'est l'un des plus connus. Ces grands cabinets intègrent différentes divisions, certaines très techniques (ingénierie, finance, etc.) tandis que d'autres seront plus champêtres comme les RH avec tout un tas de trucs sympathiques tels que l'outplacement, le coaching, le change management, etc.

C'est évidemment dans les spécialités RH que vous pourrez donner libre cours à vos fantasmes, sachant que chaque année voit une nouvelle théorie, vite battue en brèche l'année suivante par une nouvelle. C'est un peu comme la mode, chaque nouvelle collection éclipse la précédente. Dans ces spécialités, vous pourrez trembler en ayant le destin de gens entre vos mains, et même jouer au docteur si vous avez la chance de les recevoir en entretien, en rédigeant ensuite de chouettes documents sans appel dans lequel vous établirez votre diagnostic rien qu'à vous. Achetez vous une panoplie de médecin et mettez le petit sthétoscope en plastique autour du cou, et hop, vous y êtes !

Et puis, si vous êtes pris dans un très grand cabinet, votre parole sera parole d'évangile parce que jamais personne n'osera vous remettre en doute, puisque vous aurez l'étiquette spécialiste ! Tant pis, si à peine recruté, vous êtes hâtivement formé et envoyé directement au front, souvenez-vous qu'il n'y a que la foi qui sauve.

Ainsi, j'ai un ex patient travaillant dans un ce ces grands cabinets de conseil qui m'a demandé en déjeunant si je savais ce qu'était le change management parce qu'on lui avait collé une mission sur ce sujet. On en a parlé et il a convenu que de toute manière, vu que son rapport finirait dans un tiroir, il n'allait pas se rendre malade pour cela !

Toutefois, si vous n'avez pas eu la chance d'être issu d'une prestigieuse école ou université, ne désespérez pas, il vous reste la voie longue. Vous serez une sorte d'officier sorti du rang. C'est moins brillant mais rassurez-vous, vous aussi vous pourrez jouer les spécialistes autoproclamés de l'humain et conseilleur.

Dans ce cas, ne vous reste qu'à vous taper une carrière moyenne et pleine de frustrations. Vos collègues issus de HEC ou de l'X auront des promotions fulgurantes et vous passeront devant, tandis que vous, tout juste diplômé de l'Ecole Spéciale des Ventes et de Marketing de Noeux-les-Mines (ESVMNM - accessible sans bac avec un chèque de 8000€), ou de l'Ecole d'ingénieurs de Foug (EIF - recrutement sur dossiers avec un niveau BTS), vous ne devrez guère espérer mieux qu'un poste moyen. Mais rassurez-vous, vers l'âge de cinquante ans, on finira par vous jeter dehors car vous ferez partie d'une charrette.

Un consultant en outplacement, vous recevra deux ou trois fois, s'enquérant faussement de votre avenir et tout sera dit. Muni de votre prime de licenciement, c'est avec intérêt que vous repenserez à ce clampin qui vous a reçu pour la session d'outplacement. Vous vous direz que vous n'êtes pas plus con que lui, et que vous aussi vous pourriez être consultant ! Alors, vous vous ruerez sur le magazine L'entreprise, avec son dossier spécial "monter une société chez soi", et sur le livre "Devenir consultant" acheté chez Eyrolles, et hop à vous la belle vie !

Donc, à défaut d'avoir pu intégrer un grand cabinet, qu'à cela ne tienne, vous n'aurez qu'à créer le votre, en mettant votre nom suivi de consultant ou consulting si vous voulez vous donner une touche anglosaxonne toujours très prisée. Ainsi, si votre patronyme est Chaudard, comme le célèbre sergent-chef de la septième compagnie, dont vous êtes par exemple le fils, votre raison sociale sera : Chaudard Consulting ! Avouez que ça jette !

Ensuite, ne restera qu'à vous faire réaliser un chouette site internet sur lequel vous présenterez votre activité en termes vagues, dénotant ainsi vos vastes compétences et votre "transversalité". C'est ainsi qu'à l'instar de ce cabinet important, vous pourrez vous aussi écrire :

"Le monde du travail évoluant en permanence, il est devenu vital pour les organisations de s’ajuster en continu. Notre métier consiste, ainsi, à aider nos clients à résoudre la dimension humaine de ces changements en les accompagnant dans la réflexion, la construction et la mise en œuvre de solutions sur mesure adaptées à leur problématique."

C'est de la bouillie, cela ne veut rien dire ou pas grand chose, n'apporte aucun élément objectif permettant de savoir ce qu'ils font exactement, mais ça fait terriblement "humain", tout en restant ambitieusement collé au monde de l'entreprise. En bref, ça réconcilie le capital et le travail et Marx et ses théories fumeuses peuvent aller chier une bonne fois pour toute !

Et si vous avez les moyens, alors vous pourrez vous offrir un chouette logo, chargé de toute un tas de trucs symboliques, que vous expliquerez à vos clients, pour bien leur faire comprendre que vous êtes un consultant qui en a dans la tête et qui réfléchit à tout, absolument à tout ! C'est ainsi que, toujours pour ce même cabinet, vous pourrez vous aussi coller ce genre de laïus un peu con sur votre site :

"Right Management repense son offre pour mieux répondre aux attentes du marché des ressources humaines. Ainsi les activités de Right Management s’articulent aujourd’hui autour du cycle de vie du capital humain. Ce positionnement s’accompagne d’une nouvelle identité visuelle.

Le logo de Right Management est une version stylisée d’un sextant. Compagnon bien connu des navigateurs, il permet de définir de façon précise un cap grâce à un calcul d’angle entre la position de la lune et l’horizon. Il est le symbole de l’expertise, de la direction, de la précision."

Alors là, vous savez enfin où vous êtes. Vous, pauvre con de client, sembliez perdu face à vos problèmes, mais par chance, vous avez rencontré une boîte qui a un sextant pour logo et qui, astucieusement vous explique que c'est le symbole de l'expertise, de la direction et de la précision, au cas où vous auriez été si bête que vous pensiez que c'était un instrument de cuisine. Quels que soient vos problèmes, vous pourrez dormir tranquille !

Alors, à vous de choisir un logo aussi chargé symboliquement de sens. Creusez vous la tête ! Et si vous mettiez une boussole, hein ? Pas bête non ?! Par exemple, Gérard, avec qui j'avais fait de la formation et qui possède aussi son cabinet de conseil, a fait un site en violet ! Et il m'a expliqué ce que symboliquement le violet signifiait, mais je ne m'en souviens plus, alors que je trouvais cette couleur un peu laide.

Moi, cette couleur violette me rappelait l'encre qu'employait une nana quand j'étais en quatrième. Cette fille s'appelait Karine, et était baba-cool. Donc quand je vois de l'encre violette, je pense à une jolie adolescente un peu éthérée en jupe large et malpropre, c'est vous dire si la symbolique a ses limites! Donc, faites comme Right Management, et expliquez bien ce que votre logo veut dire !!! Attention aux interprétations ! Moi par exemple, si j'avais vu le sextant de Right Management, je me serais dit que ces mecs étaient spécialisés dans l'accastillage et je me serais planté ! Je leurs aurais téléphoné pour acheter des voiles ou des gilets de sauvetage et on m'aurait pris pour un con ! Donc, toujours expliquer le logo !!!

Et puis il y a le nom qui compte, c'est sur que si vous ne voulez pas mettre votre patronyme, il faut alors chercher un super nom en vérifiant qu'il n'a pas été déjà pris et déposé à l'INPI. C'est sur que Right Management, ça en jette ! Ca veut dire ce que ça veut dire, on sent déjà toute l'efficacité de la structure, ça va enfin marcher droit dans votre boîte avec eux ! Alors puisque "right" est pris, je vous propose "direct" ? Direct Management, Sarl au capital de 8000€, gérant : Jen-Paul Chaudard !

Vous avez le profil du boulot, le nom et le logo, ne vous reste qu'à trouver ce que vous allez faire. Bon, si votre boulot a été un peu nul, et que vous ayiez navigué de services en services, à la manière d'un Gaston Lagaffe un peu plus doué, vous êtes en train de vous dire que vous ne savez vraiment pas quelle compétences vous allez vendre puisque les vôtres sont proches de zéro. Pas de panique, vous répondrai-je, car il vous reste deux secteurs porteurs à investir pour faire du blé :
  • Les RH (relations humaines) : parce que sous prétexte qu'on touche à l'humain, on se dit qu'on va pouvoir dire et faire tout et n'importe quoi, dans le genre psycho de bazar ;

  • La stratégie : parce que cela jette et que comme les bons livres sont soit rédigés en anglais et que cela fait chier les gens de les lire, ou bien réservés aux militaires et difficilement accessibles, là aussi vous pourrez dire et faire n'importe quoi !
Soyez surs qu'avec ces deux secteurs vous aurez largement de quoi faire ! Et puis, ne soyez pas ladres et dites vous bien qu'un bon consultant est avant tout un conseil, apte à prodiguer toutes sortes de conseils pourvu qu'on les lui paye ! Donc, n'hésitez pas à faire des RH, de la Stratégie, et même des cours de cuisine si vous sentez qu'il y a une demande et que vous pouvez y répondre. Souvenez-vous que depuis que vous êtes consultant, vous êtes votre propre tolier et que vous n'en avez plus rien à battre des compétences puisque c'est vous qui vous vous jugez ! L'important c'est le blé que vous allez prendre pas le résultat effectif !

Bon, puisque vous êtes consultant de seconde zone, il vous reste à trouver des clients. Les gros étant déjà phagocytés par les très gros cabinets, qui font du réseau via leurs écoles, il vous reste les petits clients. Pour cela, de votre bureau, installé dans un coin de votre salon, téléphonez à vos amis, allez trainer dans des salons professionnels, collez votre patronyme sur des sites de réseaux, en bref faites des pieds et des mains pour être visible afin qu'un jour un type quelconque se dise en vous voyant : "pourquoi ne pas lui faire confiance après tout ?"

Ce sera votre première affaire et je vous dis bravo. Ensuite, enhardi, vous comprendrez que consultant ce n'est pas très difficile et qu'il n'y a que le premier pas qui coûte ! Après quoi vous hâterez de faire le tour des laissés pour compte moins courageux que vous, pour les entraîner dans votre aventure ce qui fait que vous serez consultant encadrant d'autres consultants, autant dire une sorte de consécration ! Votre petite structure ne reculera dès lors devant rien, et présentera une palette très large de formations et de conseils ; un vrai restaurant chinois avec 250 plats à la carte et un seul mec en cuisine !

Ainsi, regardez l'offre pléthorique ce cabinet ! C'est un de mes confrères qui a trouvé ce site en effectuant une recherche et il a tellement rigolé qu'il m'a envoyé le lien pour que je puisse rire moi aussi. Pour le logo, je reste toutefois dubitatif, ce regard d'enfant a un côté gênant au moment ou le pédophile Evrard et devenu l'hypercriminel, le monstre absolu. Moi à leur place j'aurais évité ce regard d'enfant. Symboliquement, je suppose que ça signifie l'émerveillement total, etc., mais c'est un peu étrange, ça donne au site un côté "pédophile en goguette" qui me met mal à l'aise.

Mais assez parlé du logo, admirez la page d'accueil et vous constaterez qu'ils font tout, absolument tout. Et manifestement, le patron est comme vous, puisqu'il explique que son cabinet est le fruit d'une expérience réussie en management. Où, dans quoi, on ne le sait pas, mais peu importe ! Je vous avoue que le reste du verbiage m'a un peu fait chier mais il ne vous est pas défendu de le lire ! C'est même conseillé si vous aussi, vous voulez devenir Consultant alors que vous n'avez aucune compétence particulière ! Ca vous apprendra à rester dans le vague, c'est toujours utile si on vous pose des questions dérangeantes.

J'ai simplement noté qu'ils se disent être les premiers concepteurs de tests psychométriques "destinés à la performance professionnelle "! Rien que cela, mais sans doute le rédacteur aura-t-il voulu dire que son fameux test mesure la performance professionnelle. Je serais d'ailleurs curieux de voir ce test, sachant ce que représente comme travail et ce que nécessite comme compétences, la création d'un test dument validé.

Poursuivant la lecture de ce site, je tombe ensuite sur cette page d'anthologie présentant "les hommes" de ce cabinet. Titres ronflants, spécialités fumeuses, encore un peu et on se croirait dans une secte d'allumés ! L'un d'eux a ainsi pour expertise, je cite : "Immersions interculturelles ; comportemental sous stress" (sic).

Mais à la fin, le cabinet nous rassure en nous expliquant que ses "hommes" travaillent sous la haute supervision de spécialistes, psychologues et psychiatres, mais que malheureusement la déontologie de ces professions ne permet pas de publier leurs noms. Ah bon ? C'est nouveau ? Je ne sais pas ce que dirait l'ordre des médecins et l'association française des psychologues s'ils apprenaient qu'un cabinet se fait mousser sur leur dos. Vous voyez que l'arnaque n'a aucune limite, il ne leur manque plus que le logo "vu à la télé" et un autocollant "dormez tranquille" pour rassurer les foules !

En ce qui me concerne, je suis bien sur allé consulter avidement la partie intitulée "la personne" synthétisant l'offre de ce mirifique cabinet en terme d'aides à la personne. A défaut d'être sérieux, c'est en tout cas très drôle à lire, une fois que l'on a réussi à apprivoiser le style un peu curieux :

"VOUS êtes donc l'essence de la richesse de votre entreprise ! ... mais à ce titre, vous êtes-vous déjà demandé quelle valeur ajoutée apportez-vous tous les jours à cette entreprise ?"

Compte-tenu de ma profession, je me suis aussi intéressé à la partie intitulée "développement comportemental" pour laquelle, l'auteur a même mis un copyright comme si ces deux mots pouvaient être protégés. Alors là, on apprends que :

"De plus en plus de collaborateurs vivent au quotidien des situations "forcées", contre nature, ou de mal-être (burn-out), face à des aptitudes professionnelles ou comportementales nécessaire, exigées par le poste qu'ils occupent. D'autres se verront obligés d'évoluer avant de prétendre poser leur candidature pour un nouveau poste."

C'est mal rédigé mais on s'en fout. S'ensuit la méthode par laquelle ce fabuleux cabinet, vous permettra d'adapter vos comportements aux buts que vous poursuivez. C'est un peu ce que je fais, sauf que je n'ai pas un si joli site ! Dans tous les cas, à défaut d'être efficace, ça je n'en sais rien, c'est très drôle à lire.

Enfin, je conclus par le fameux "coaching" qu'un tel cabinet se devait de proposer et là j'apprends en lisant que :

"La démarche de coaching est donc une démarche de formation à révéler à autrui ses propres talents et ressources pour progresser, par exemple par la maïeutique, permettant d'amener au conscient les qualités d'une personne."

La je vous avoue que tout cela me dépasse dans la mesure où cela lie Socrate à la psychanalyse, c'est bien trop complexe pour moi. Je ne suis pas certain que l'auteur de ces lignes ait véritablement compris ce qu'il écrivait, peut-être s'est-il contenté de piocher au hasard des mots qu'il jugeait un peu compliqués pour les assembler dans des phrases bancales afin de jouer les malins ou les "affranchis" comme on disait dans les années cinquante. Je n'en sais rien.

Quoiqu'il en soit, tout le site est l'avenant et c'est vraiment très drôle à lire. rien de plus comique qu'un connard qui se prend au sérieux, vous l'admettrez, ça rappelle un peu Pierre Richard dans la chèvre ! D'ailleurs, si vous parcourez le site en entier, vous pourrez même vous amuser à trouver les nombreuses fautes d'orthographes qui émaillent tous les textes ! L'auteur ne comprend pas vraiment ce qu'il dit et de plus il l'écrit avec des fautes. A sa place, voyant qu'il n'a peur de rien et surtout pas du ridicule, je rajouterais dans son catalogue de formations, une session d'orthographe et de grammaire, parce qu'il maîtrise totalement le français !

Mais bon, vous avouerez que c'est rassurant non ? Vous voyez que même un analphabète peut devenir consultant ! Alors si vous ne savez pas quoi faire de votre vie, que vous ayez cinquante ans, et que ayez touché un peu de fric de votre employeur qui vous a lourdé, n'hésitez pas et vous aussi devenez consultant.

Si en plus vous avez la chance d'avoir peu de sens moral, vous parviendrez à gagner de l'argent en faisant beaucoup de dégâts notamment dans les RH, lorsque vous vous amuserez à jouer les apprentis psys en détruisant les gens. Et qui sait, peut-être que prochainement vous ferez même de l'assessment et que vous pourrez vous en flatter !

Et dire qu'après cela, il y en a qui ose se foutre de la gueule des marabouts africains qui vous reçoivent au fond d'une cour du XVIIIème arrondissement ou de la Seine-Saint-Denis !

7 Comments:

Anonymous Anonyme said...

Dans les musts de ces consultants il y a l'école du Dahu !

Antoine

1/9/07 11:24 AM  
Blogger El Gringo said...

Le fameux expert en "Immersions interculturelles et comportement sous stress" se nomme Alain de RE. Peut être un descendant de Gilles de RETZ? Dans ce cas, on comprend mieux leur logo.

A la rubrique "Mécénat", on découvre que l'AFESIP est convaincu que "la femme a droit à la même respectabilité que celle de l'homme!"
Et réciproquement...

1/9/07 1:00 PM  
Anonymous Louis said...

Il existe aussi de très bon consultants, et vous n'en parlez pas !

1/9/07 6:29 PM  
Blogger philippe psy said...

Non, de la même manière que l'on ne parle jamais des trains qui arrivent à l'heure. D'autre part, je pense avoir lourdement insisté sur les "consultants de seconde zone", sans remettre en cause les gens sérieux de ce secteur ! Un peu d'humour ou bien ne venez pas me lire, sinon vous piquerez une crise de nerfs !

1/9/07 6:30 PM  
Anonymous Le Grand Charles said...

Vous etes en grande forme. Votre billet est excellentissime et vous nous avez trouve une perle avec les specialistes en 'immersion culturelle' au style inimitable.
____
Titres ronflants, spécialités fumeuses, encore un peu et on se croirait dans une secte d'allumés ! L'un d'eux a ainsi pour expertise, je cite : "Immersions interculturelles ; comportemental sous stress" (sic).
____
Collector.

Chaudard Consulting, facon 7eme compagnie specialiste en alimentation des systemes ballistiques avec Lefebvre en inge artificier, c'etait tres bon aussi.

4/9/07 5:35 PM  
Blogger philippe psy said...

Ah Charles, n'avez vous donc jamais lu le billet que je fis paraitre sur la 7eme compagnie en aout ? C'est désolant !!!

Pour ce site qu'on m'a donné, effectivement c'est du grand n'importe quoi ! totalement délirant !

5/9/07 1:46 AM  
Anonymous Anonyme said...

L’envie de commenter me prend :-) (pas le besoin là). Phil, tu sembles mettre ton texte sur l'étagère de l'humour. Personnellement j'y vois plus de la moquerie, limite de la dérision... non? Y a pas beaucoup de compassion dans ton texte, là?

L'humour c'est plus une forme d’esprit consistant à décrire les imperfections de la réalité de façon drôle.

Mouais, tu vas me dire arrête de jouer sur les mots...ok.

C'est drôle un spy qui fait de l'humour :-) Ton blog est-il ton psy? Hahahahaha

17/9/07 9:58 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home