23 décembre, 2007

Des nouvelles du monde !

Tiens j'ai modéré mes commentaires tout à l'heure. Celui de Syl a attiré mon attention. Elle me disait qu'une brasserie du huitième arrondissement parisien venait d'être condamnée suite au dépôt de plainte d'une femme ayant rendu responsable cet établissement de sa crise d'asthme.

Croyant à un gaga, j'ai effectué une recherche sur Google et j'ai lu intégralement l'histoire VRAIE de ce combat judiciaire. L'histoire rocambolesque est expliquée ici-même sur le site de l'association DNF, association alsacienne reconnue d'utilité publique. Passé le moment de stupeur, j'ai fini par rigoler, parce que depuis que je me balade dans les grands cimetières sous la lune, et que je récite l'Ecclésiaste, rien ne m'atteint plus !

Et puis dans le pire des cas, j'ai l'arme absolue puisque j'ai lu Consolations de la philosophie de Boèce, un magnifique ouvrage que j'avais même acheté chez Vrin, en édition justalignaire pour faire le malin, c'est à dire une édition latin-français. Le monde ne sera jamais aussi méchant à mon encontre qu'il le fut à l'encontre de Boèce, du moins je l'espère. S'il en s'est tiré, pas de raisons que je sois plus con que lui, je suivrai sa recette ! De toute manière, je suis déjà mort dans un monde moribond. Gageons que dans la phase2, des livres seront envoyés au pilon.

Mais revenons à nos moutons. C'est bon, vous êtes allés lire l'article en question ? Bien sur un juge aurait pu dire à cette jeune personne que, se sachant asthmatique et, de plus confrontée à une situation aussi stressante qu'un entretien d'embauche, elle aurait du éviter de rentrer dans une brasserie enfumée, dans la mesure où cet établissement était sans aucun doute enfumé avant qu'elle n'y entre.

Qu'enfin, n'ayant pas trouvé de place en zone non fumeur, il lui appartenait de changer d'établissement dans la mesure où celui qu'elle avait choisi, n'a pas comme obligation de résultat de lui trouver à tout prix ladite place non fumeur, étant entendu, que malgré tout sa bonne volonté, le patron de l'établissement n'a pas la capacité de pousser les murs afin de créer une place. Et qu'au surplus, la loi Evin est respectée puisque ledit établissement possède bien une zone non fumeur qui est simplement en l'état indisponible du fait d'une réservation, ce qui est parfaitement légal.

Par ces motifs, le tribunal de police aurait débouté la plaignante en la condamnant éventuellement aux dépens. Le juge aurait ensuite fait approcher la plaignante ou son avocat, et aurait doucement glissé à l'oreille : "Euh dites-moi, avez vous songé à voir un psy, parce que votre plainte, je la trouve curieuse. Et puis on a autre chose à foutre nous !". La pauvre aurait éventuellement pris rendez-vous avec un psy pour discuter de tout cela.

Ben non, dans notre monde ubuesque, c'est la brasserie qui est condamnée. Juridiquement, puisque je suis un ancien juriste, je trouve le moyen totalement délirant, mais bon, je m'abstiendrai de discuter d'une chose jugée puisque de toute manière, je l'ai assez clamé : Je fais confiance aveuglément à la justice de mon pays". Mais moi, ce que j'en dis hein ? Je regrette juste que ce brave Muray soit décédé, il aurait adoré la nouvelle et l'aurait commentée avec son style inimitable. Mais on aurait sans doute fini par le faire taire, puisque de nos jours, le harcèlement judiciaire est le moyen le plus sur de faire taire quelqu'un.

Au-delà de l'aspect juridique, l'aspect psychologique et médical de l'affaire est aussi passionnant. Car on a pu admettre qu'un stress intense pouvait être à l'origine d'une crise d'asthme. Dès lors, quel est ce stress intense ? Est-ce le fait que la pauvrette se soit retrouvée entourée de fumeurs ou bien est-ce le fait qu'elle ait été en procédure de recrutement, confrontée à un entretien d'embauche imminent ? Le débat est ouvert, et il est assez intéressant, puisqu'il mêle le droit (art. 1382 c.civ et s. sur la responsabilité), la psychologie et la pneumologie, voire la psychiatrie.

Moi cette histoire, c'est un peu comme si j'étais allergique aux crustacés et que j'aille bouffer un gros plateau de fruits de mer chez Boffinger, et qu'ensuite j'aille porter plainte parce que j'ai été malade comme une bête ! Si le juge me suit, sans me traiter de gros con en me déboutant, alors là, je ne comprends plus rien. Ceci dit je prendrais le blé des dommages et intérêts et peut-être que je referais le coup dans une autre brasserie !

Sinon, si vous voulez encore un peu rigoler, vous avez aussi cette brève publiée sur le même site. Le style et l'orthographe sont appréciables et les faits allégués méritent au moins qu'en envoie une compagne de CRS : il y a un fumeur dans l'escalier. Pff, ah la la dommage qu'il n'y ait plus de Kommandanturs auxquelles envoyer des petits mots anonymes ! En tout cas, ne pas fumer ne rend pas meilleur en orthographe qu'on se le dise. Pour rigoler, j'ai tenté d'imaginer la même chose dans un immeuble de Villiers-le-Bel (au hasard) avec un djeune au lieu d'un salarié d'une agence immobilière. Ben dix contre un, qu'il n'y aurait pas eu de plainte !

Et puis, il y a aussi celle-là qui est rigolote ! La réponse commence doucereuse, puis se raffermit vachement avant de se vouloir conciliante mais explicative. C'est extraordinaire de drôlerie. Tiens, je repense encore à Philippe Muray et à son envie de pénal ! Pas de négociation, la cause est entendue, et c'est l'artillerie lourde qu'on sort immédiatement, les recommandés, les assignations et la sanction dont on se félicitera. Finalement, alors qu'il fait un peur au départ, ce site, pourvu qu'on le lise avec une certaine distance, peut devenir assez drôle quand on a lu Muray.

Si j'agissais dans mon métier de la même manière, j'obtiendrais les résultats inverses, c'est évident. Enfin, après tout, qu'ils fassent ce qu'ils veulent, comme dit le grand philosophe Florent Pagny : ils n'auront pas ma liberté de penser !

***
Sinon, puisque je parle encore de clopes (SANS EN FAIRE LA PROMOTION HEIN !) je signale que les éditions Les belles lettres, viennent de publier un ouvrage sur La guerre des nazis contre le cancer. Je rappelle que c'est aussi cette vénérable maison qui avait aussi publié le pamphlet intitulé : Je fume et alors ? La publication de ces ouvrages tombe-t-elle sous le coup de l'article L.3511-1 et s. du Code de la Santé publique prohibant la publicité et la propagande en faveur du tabac ? Voilà une question de droit intéressante, dans la mesure où cela deviendrait une précédent incroyable contre la liberté de penser. Mais depuis quelques dizaines d'années, nous avons l'habitude des lois mal ficelées, alors pourquoi s'alarmer, après tout même en URSS, les gens vivaient.



ADDENDUM : précisions légales vachement importantes !

A toutes fins utiles, je clame haut et fort qu'il serait vain et carrément méchant d'imaginer qu'il puisse y avoir un quelconque lien entre l'association DNF dont je parle dans cet article et l'ouvrage "La guerre des nazis contre le cancer" édité aux Belles lettres. D'ailleurs il y a trois astérisques qui démontrent qu'en fait ce sont deux articles en un seul, alors qu'on ne vienne pas m'ennuyer. Non, je ne vois pas des Nazis partout ! Pas de réductio ad hitlerum avec moi ! Ce n'est pas mon genre.

Le seul lien entre ces deux articles réunis en un seul, est évidemment cette maudite cigarette, dont je rappelle qu'elle tue aussi surement qu'un javelot qu'on vous planterait en plein coeur, ou une balle de 357magnum vous faisant éclater votre boîte crânienne, ou une corde qui briserait vos cervicales, ou encore une guillotine tranchant votre cou frêle, ou même une route verglacée un petit matin de janvier qui vous enverrait valdinguer dans un ravin profond, ou encore un sèche cheveux branché que vous feriez tomber dans votre baignoire comme Cloclo, ou peut-être aussi bien qu'un Boeing 747 ou un Airbus A380 ayant décidé de se crasher sur vous par le plus grand des hasard, ou qu'un tsunami taquin qui vous noierait de la puissance de ses flots, qu'un CD de ZAzie que vous écouteriez en boucle durant 24h, et de manière générale de la même façon que tous les trucs dangereux que vous connaissez !

Sur ce, encore un article, et je vais dormir un peu ! Et ne fumez pas, je vous ai à l'oeil ! De toute manière sinon, je vous balance, j'ai une adresse maintenant ! Je pourrais aussi vous dire de prendre du Champix, mais d'une part, ce serait faire de l'exercice de la médecine illégal, et d'autre part je rappelle que la publicité pour les médicaments est sévèrement règlementée.

Cerné par la loi, je me tais !

2 Comments:

Anonymous Syl said...

Parfaitement, je n'écris pas que des âneries !! Lol

Si je vous souhaite un Joyeux Noël, sans doute allez vous nous pondre un superbe article sur l'angoisse de la recherche du cadeau adéquat, alors je n'ose pas du coup... ^^

A bientôt

23/12/07 8:32 PM  
Blogger philippe psy said...

A vous aussi, joyeux Noël. Merci pour votre information !

23/12/07 10:44 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home