25 janvier, 2009

Management et hauts potentiels !


Formation d'un haut potentiel !


Lorsqu'ils me parlent du monde du travail, les quelques jeunes patients à haut potentiel (ceux que l'on nomment précoces ou surdoués) se plaignent toujours du mauvais management. Déjà souvent victimes durant leur scolarité d'enseignants médiocres, ces jeunes se retrouvent ensuite confrontés à des cadres qui n'ont aucune capacité à favoriser leur insertion dans le monde du travail.

Chacun d'eux m'explique, qu'alors qu'il était venu plein d'espoir et enfin persuadé que ses mérites allaient être exploités et reconnus, ils se sont trouvés confrontés à des structures aussi peu créatives qu'un régiment d'infanterie. Règles rigides, monotonie, ennui, tâches peu enrichissantes, interdiction formelle de prendre des initiatives, sont leur lot quotidien.

Un bon nombre arrive à être dégouté assez rapidement du monde du travail et comprennent bien vite ce qu'expliqua Dieu à Adam lorsqu'il lui dit : "tu gagneras ton pain à la sueur de ton front". Tant et si bien qu'après quelques mois pour les plus rapides, et quelques années pour les plus résistants, ils s'abiment dans une résignation morose que l'on dénomme joliment "dépression noogène".

Cet état de fait ne concerne pas seulement les petites entreprises mais aussi les multinationales. Et bien entendu, je ne parle ici que de vrais hauts potentiels et aucunement de gens réputés très intelligents, diplômés de prestigieuses écoles, dont nous admirons aujourd'hui les compétences véritables au travers de la fameuse crise financière.

Les hauts potentiels se signalent avant tout par une créativité et une sensibilité hors du commun avant leurs résultats scolaires qui sont parfois moyens. Rien n'est vraiment fait pour eux. Empêcheur de tourner en rond, s'interrogeant sans cesse sur le pourquoi et le comment, le monde du travail est souvent une machine qui les broie, d'où des résultats souvent en décalage avec leurs capacités.

Du fait d'un encadrement poussif composé de gens médiocres, aux compétences managériales désespérantes, l'entreprise classique est le tombeau de tous ceux qui ont espéré autre chose qu'un destin lié à leur capacité de soumission et à leur propension à lécher le cul de leur supérieur.

En vérité je vous le dis, si Bonaparte était né aujourd'hui, il se serait fait chasser de l'armée, comme de toute administration, et végéterait à un poste subalterne dans une entreprise quelconque. A moins, que lassé de ce monde de crétins, ils ne se soit mis à la boisson afin de maintenir un filtre entre lui et la réalité.

10 Comments:

Blogger Laurence said...

Aaah la zone-pour-aplatir-les cartons... quelle similitude entre cette scène et le code des marchés publics ! ne pas réfléchir, surtout ne pas réfléchir.... c'est presque mon quotidien ;)

26/1/09 1:41 PM  
Blogger Laurent J said...

Que faites vous pour ces personnes quand vous en rencontrez?
Est ce qu'ils ont conscience d'être des personnes à haut potentiel?
Est ce que attirer leur attention sur la piste "se mettre à son compte" peut être une solution?

26/1/09 3:13 PM  
Blogger Sylvain JUTTEAU said...

Monsieur Philippe Psy,

Je suis tombé sur un article du journal le Figaro évoquant la garbure à propos d'un spectacle au Châtelet.

La garbure, ..ah la garbure...!

Cette garbure n'est pas sans me remémorer quelques envolées sur la croutonnade.

...
...
..
..
.
.

Toju.

26/1/09 4:19 PM  
Blogger Criticus said...

@ Philippe

« En vérité je vous le dis, si Bonaparte était né aujourd'hui, il se serait fait chasser de l'armée, comme de toute administration, et végéterait à un poste subalterne dans une entreprise quelconque. »

C'est en fait exactement ce qui était en train de lui arriver quand la Révolution a éclaté : il alternait entre végétation dans des garnisons et végétation en Corse.

Rien que pour cela, j'ai des envies de Révolution, moi... Libérale et conservatrice, mais une Révolution quand même ! L'inverse de ce que des esprits conservateurs assez aliénés pour se croire subversifs font avec leurs fameuses grèves...

26/1/09 5:02 PM  
Blogger marie said...

Salut à tous,
Il peut arriver aussi par exemple dans mon entreprise ou j'encourage les initiatives personnelles, j'accepte les prises de risques après avoir défini les objectifs avec l'assentiment et l'enthousiasme du collègue cette réaction : Aujourd'hui j'ai eu droit a un caca nerveux d'un membre de l'équipe "c'est trop... j'ai besoin d'être guidé ! " donc il est difficile d'estimer la carrure de la personne en situation de stress.
Il est vrai que dans les entreprises il y a un vrai gâchis de talents. La destruction démarre à l'école qui blébicite que les cerveaux droits....

26/1/09 7:34 PM  
Blogger Anna said...

Bravo pour votre article ! Mais plus que votre acuité intellectuelle, à laquelle on finit par s'habituer, ce qui me rassure, c'est que je ne sois pas la seule à avoir apprécié la série "Malcolm", à l'origine destinée à un public bien plus jeune.

26/1/09 8:10 PM  
Blogger Patricespi said...

Merci infiniment pour les conclusions de votre billet. Cela me fait plaisir... je vais pouvoir me comparer à Napoléon puisque depuis toujours j'ai travaillé dans des entreprises quelconques à des postes subalternes où je végétais. Les quelques momennts de "bonheur" professionnel suivaient un léchage de cul en bonne et due forme.

26/1/09 9:39 PM  
Blogger Anna said...

Cher Philippe,

J'en appelle à votre bonté, votre équité et votre grande magnanimité.

Me permettrez-vous de faire comme votre ami Toju en profitant de votre énorme et légitime audience pour annoncer que je viens de publier quelques articles sans intérêt sur mon propre blog ?

Je n'ai rien de précis ni d'intéressant à dire mais j'aime tellement être lue !

27/1/09 9:20 AM  
Blogger Laurence said...

Anna,

J'ai pris sur moi de publier ton commentaire immédiatement afin que les lecteurs découvrent dès que possible ta si jolie prose.

De plus, Philippe ne m'en voudra pas puisque tu lui fais régulièrement de la publicité.

Et pis des fois, je fais ce que je veux, na !

27/1/09 10:56 AM  
Blogger philippe psy said...

Comment cela, on utilise mon blog pour se faire de la publicité ? Et on modère les commentaires sans même m'en aviser !?! Je crois rêver !

Ceci dit, Anna, votre demande était tellement nimbée de vile flatterie, que j'aurais publié votre commentaire.

27/1/09 1:53 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home