22 septembre, 2009

Mention obligatoire !

Photo retouchée par un système informatique


C'est en lisant cet article de H16, que j'ai appris qu'un projet de loi prévoyait que les photos retouchées devraient obligatoirement comporter une mention « Photographie retouchée afin de modifier l’apparence corporelle d’une personne ».

Alors parce que je suis rien qu'un ultra-libéral, je devrais être contre ! Et bien non, je suis pour et j'applaudis des deux mains !

Lorsque je regarde la présentation d'un futur ensemble immobilier et que l'on m'écrit "libre interprétation de l'artiste", je comprends que ce dernier a pris quelques libertés avec la réalité.

Lorsque sur un plat cuisiné, la photo figurant sur le paquet, est accompagnée d'une mention expliquant qu'elle a été réalisée différemment, je comprends aussi qu'à l'intérieur du paquet, je vais retrouver une ragougnasse n'ayant que peu de lien avec la jolie photo.

Lorsque sur une pleine page, je vois une photo de la Gringeot 250 super équipée et qu'on m'annonce qu'elle ne vaut que 10 000 euros, on me prévient aussitôt que la photo illustrant l'annonce est en fait la Gringeot 450 XS Turbo Philippepsy Edition avec option toit ouvrant, jantes larges , peinture à paillettes et logo en forme d'entonnoir chromé sur les ailes avant, facturée 25 000 euros et non 10 000 !

Dans tous les cas, les publicitaires font leur boulot en faisait rêver afin de stimuler l'acte d'achat et c'est normal. Mais dans tous les cas, on prévient les futurs acquéreurs qu'il y a une petite distorsion de la réalité, ce qui est normal aussi. On veut bien admettre ce que le droit nomme le bon dol, c'est à dire une exagération du marchand qui vous assure qu'en achetant telle voiture vous serez le tombeur de ces dames, mais pas le dol ou l'escroquerie.

Il me semble donc normal que lorsqu'un vendeur de fringues présente son produit sur les miches d'une gonzesses aux formes retouchées sous Photoshop, il précise que la demoiselle a été modifiée par un procédé informatique. Il y a distorsion de la réalité et ne pas le préciser est une faute aussi caractérisée que si votre bistro favori vous vendait un pichet de piquette infâme mise en bouteille dans un flacon de premier grand cru classé.

Certes, peut-être que le texte n'était pas nécessaire et l'on ne peut que s'.lever contre cette inflation législative. Il suffisait sans doute de condamner un couturier pour escroquerie, manœuvre dolosive, ou que sais-je encore et un procureur aurait bien trouvé cela dans un code pénal, et le tour aurait été joué, les confrères se seraient alignés. C'est encore un texte de circonstance mais il me semble juste. Si l'on protège l'amateur de vin ou de foie gras des contrefaçons, il n'y a pas de raisons pour ne pas offrir cette même protection à l'adolescente ou à la shampouineuse qui rêvent devant les publicités des magazines féminins.

Il me semble aussi doublement juste car la retouche des filles des magazines a un effet pernicieux en faisant croire à de petites adolescentes qu'elles pourront un jour ressembler à celles qu'elles voient.

A l'inverse des actrices dont on sait qu'elles jouent, le mannequin campe la vraie vie. Et pire encore, propose une sorte de "vraie vie" fantasmée et parfaite" offrant ainsi un modèle. De ce fait, elle participe à l'édification de l'identité sociale de bien des jeunes femmes. Peut-être pas des plus malignes certes mais et alors ?

En mentant éhontément, en trompant de manière scandaleuse le public, l'industrie du luxe et du prêt à porter, participe activement l'augmentation constante des TCA (troubles des conduites alimentaires) et la dysmorphophobie. En présentant des femmes n'existant pas, les annonceurs modifient de manière scandaleuse l'image corporelle vers laquelle veulent tendre les femmes.

Tenez si j'avais été le député chargé du projet de loi, j'aurais rajouté l'obligation pour ces annonceurs de préciser l'âge du mannequin s'il est mineur afin que l'on comprenne que celles qu'ils présentent comme de jolies trentenaires, ne sont généralement que des gamines anorexiques de quinze ans maquillées comme des putes.

Ce texte n'était peut-être pas nécessaire. Peut-être notre code pénal possédait-il déjà un article correspondant au but poursuivi ? C'est fort possible. Dans tous les cas, c'est une bonne gifle à ces marchands de rêve frelaté.

«Art. L. 2133-2. – Les photographies publicitaires de personnes dont l’apparence corporelle a été modifiée par un logiciel de traitement d’image doivent être accompagnées de la mention : « Photographie retouchée afin de modifier l’apparence corporelle d’une personne ». Le non-respect du présent article est puni d’une amende de 37.500 €, le montant de cette amende pouvant être porté à 50 % des dépenses consacrées à la publicité.» (proposition n° 1908 du 15 septembre 2009)


8 Comments:

Blogger Robert Marchenoir said...

Merde, je viens d'atterrir par erreur chez Maître Eolas.

Sinon, pour la photo, c'est bien essayé, mais tout le monde voit bien que c'est une vraie photo de Philippe Psy pas du tout retouchée.

Eh, ho, faut pas nous prendre pour des abrutis, non plus.

23/9/09 3:09 AM  
Blogger Choopi said...

Franchement, ca se voit que l'entonnoir a été retouché..D'ailleurs existe t-il une loi portant sur la mention specifique des retouches d'apparence sur entonnoir? Ca vaudrait bien...hmmmm?... 45 000 euros d'amendes ca non?

23/9/09 9:16 AM  
Blogger monoi said...

On pourrait aussi argumenter qu'a force de vouloir proteger quelques uns (mal), on emmerde les autres et on finit par abrutir tout le monde. Ce qui a conduit ineluctablement a une societe ou personne n'est responsable de rien, mais la victime de quelque chose.

Faudrait savoir.

23/9/09 10:13 AM  
Blogger philippe psy said...

@Marchenoir : je suis beaucoup plus simple que maître Eloas.

@Monoï : si la photo ne correspond pas à ce qu'il y a dans la boite, on le dit ! Il ne s'agit pas de protéger mais aussi de rappeler ces voyous à des règles morales simples !

23/9/09 7:13 PM  
Blogger marie said...

moi je m'enfous j'ai la trouille du bistouri, donc je peux en recevoir plein la vue mais je ne me sens pas concernée....

25/9/09 12:28 AM  
Blogger Stephanie said...

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

25/9/09 11:37 AM  
Blogger monoi said...

De quelle boite s'agit il? On peut acheter des modeles en boite? J'aimerais bien l'adresse du magasin....

Je ne comprends toujours pas pourquoi ce devrait etre l'etat (ou ces casse couilles de politiciens) qui s'en mele.

25/9/09 11:38 AM  
Blogger Robert Marchenoir said...

Je propose aussi qu'on fasse une loi de transparence contre le maquillage, qui est évidemment une odieuse tromperie sur la marchandise. Une fille qui se maquille n'aura pas le droit de sortir dans la rue sans une pancarte autour du cou avertissant : "Attention, sans mon maquillage je suis un thon tout à fait quelconque".

De même, les femmes qui portent un soutien-gorge mettront la pancarte : "Attention, apparence trompeuse, j'ai peut-être les seins qui tombent, risque de débandaison massive au plumard".

Celles qui ont des faux seins, j'en parle même pas, elle se les verront amputer sur place.

Ah oui, parce que j'avais oublié de vous dire, il faudra évidemment une brigade contre le vice et pour la propagation de la vertu patrouillant les rues, afin de faire respecter tout ça.

Evidemment, nous on manque d'expérience, mais la solution est toute trouvée : on demandera à nos nouveaux amis saoudiens de nous détacher leurs spécialistes. En échange de la finance islamique, ils nous doivent bien ça.

11/10/09 6:20 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home