08 septembre, 2009

Alerte rouge et sirène hurlante !

Salariés ayant revêtu leur tenue anti Grippe !

Quand je partais aux USA, on nous bassinait déjà avec la cote d'alerte de l'OMS, ne sachant pas si on devait passer du niveau quatre au niveau cinq, sachant alors que le niveau six et dernier niveau suivrait automatiquement. Bref, on allait peut être pas tous mourir, mais manifestement on allait être moins nombreux dans les transports en commun. Les amateurs de films catastrophe imaginaient des scènes terribles dans lesquelles des médecins revêtus de scaphandres autonomes se penchaient sur des moribonds à la langue noire et gonflée, tandis que les misanthropes se frottaient les mains se réjouissant d'être enfin seuls au monde !

Et puis, rien n'est venu ! Certes, il y eut quelques cas de grippe H1N1 ici et là mais rien d'aussi terrible que ce qu'on nous avait annoncé. Peu de temps après être revenu des USA, je croisai même un rescapé de cette épidémie qui me raconta qu'en fait de maladie terrible, il ne s'agissait que d'une banale grippe soignée à coup de paracétamol comme ... n'importe quel type de grippe !

On déplora quelques morts dans le monde mais force est de constater que les malheureux présentaient toujours des pathologies importantes précédant la grippe qui avait fini par les terrasser. Cette histoire me rappelle le sort de ma pauvre arrière-grand-mère, elle même terrassée par la grippe alors qu'elle atteignait gaillardement l'âge de quatre-vingt-dix-neuf ans.

A l'époque, on avait considéré cela comme normal. Sans doute qu'aujourd'hui, le décès de mon arrière-grand-mère aurait fait la une des journaux, provoquant le désarroi de la communauté scientifique et journalistique, s'étonnant qu'une telle jeune fille puisse être emportée par la grippe. Pensez donc, à seulement quatre-vingt-dix neuf ans, personne ne s'y attendait !

Mais rien n'y fit, la panique ne redescendit pas. Roselyne s'agitait dans tous les journaux, lesquels reprenaient servilement tout ce qu'on voulait bien leur dire. Il faut dire que quand on perçoit des subventions, on a intérêt à obéir ! Alors depuis début mai, il ne se passe pas un seul jour sans que l'on nous parle de cette grippe terrible que l'on attend toujours.

On aurait pu croire que seuls les politiciens idiots, les journaux et leurs plumitifs serviles emboiteraient le pas à la propagandastaffel, mais non ! Cette paranoïa est relayée un peu partout. Ainsi récemment un maire a interdit de cracher par terre dans sa commune ! Et cet imbécile aurait même écrit au président de la FIFA pour demander à ce que les joueurs de foot montrent l'exemple en s'abstenant de cracher sur les pelouses des stades.

Mais comme nos concitoyens ont perdu tout sens de l'humour, personne n'a rien dit ! On a laissé passer l'info comme si tout cela était normal. Mais le pire est chaque fois repoussé plus loin, les limites de la crétinerie enfoncées chaque jour, le ridicule ne tue plus et je constate avec consternation que mes concitoyens sont devenus dingues !

J'apprends ainsi aujourd'hui dans le Parisien, mon quotidien préféré, que certaines entreprises interdisent désormais la bise entre collègues afin de ne pas propager le virus. Tel est ainsi le cas d'AXA. On en viendra bientôt à se serrer la main en portant des gants Mappa.

Mais une autre entreprise va encore plus loin en interdisant le port de la cravate dans ses locaux. C'est ainsi que le groupe SCOR, cinquième société de réassurance mondiale, recommande d'éviter le port de la cravate. Pour Jean-Paul Besson, directeur des risques de cette société, "contrairement aux chemises qu'on lave régulièrement, on n'emmène pas souvent ses cravates au pressing, elles abritent donc des microbes, sans compter que cet accessoire est aussi le réceptacle idéal de tous les postillons de vos interlocuteurs !". Les 700 salariés du siège de la défense sont donc priés de laisser tomber la cravate.

Moi, finalement je trouve cette mesure de prophylaxie très bien mais je pense qu'on devrait aller plus loin encore. J'informe donc mon ami Le Gringeot que désormais, il ne passera plus le pas de ma porte tant qu'il ne se rasera pas son odieux petit bouc, ornement pileux qui comme on le sait est le réceptacle de tout un tas de choses un peu dégueulasses et pas ragoutantes !

En revanche, je le félicite pour son crâne rasé, propre et lisse, même si j'aurais aimé qu'il se le nettoie dorénavant avec une solution alcoolisée adéquate !


Chez SCOR, on s'équipe avant d'aller bosser !

2 Comments:

Blogger Robert Marchenoir said...

Aaaaaaah, je comprends maintenant la photo du geek obèse en train de bidouiller son ordinateur à poil. C'était une affiche de propagande hygiéniste !

8/9/09 7:20 PM  
Blogger El Gringo said...

Tu sais où je me les mets, les solutions alcoolisées adéquates?

9/9/09 10:53 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home