08 septembre, 2009

Les bienfaits de la grippe !


Ce monde pourrait me rendre fou. Mais, je suis tellement déconnecté de l'information que je suis un peu comme ces japonais qui sont restés à leur poste alors que la seconde guerre mondiale était finie depuis vingt ans.

En évitant les annonces alarmistes et erratiques à propos de la grippe, de la crise économique et même du réchauffisme, j'évite le stress. Parce qu'il est bien connu que trop d'informations est anxiogène. Plus l'on vous tient informés de phénomènes sur lesquels vous n'avez aucun contrôle et plus vous serez stressés.

Comme vous l'aurez cependant constaté dans l'article précédent, même moi, je n'ai pu échapper aux infos sur la terrible pandémie qui pourrait ruiner le pays sans les efforts conjugués de nos élus et de nos dirigeants d'entreprise, qui à coups de vaccins obligatoires, d'interdiction du port de cravate et de bises, vont terrasser le vilain H1N1 qui nous fait tant de misère !

A toute chose malheur est bon dit un proverbe et c'est un peu vrai. Je suis ravi qu'on rappelle ainsi à mes chers compatriotes les bienfaits du lavage de mains. Je suis toujours stupéfait de voir combien les américains sont nombreux à se laver les mains après être allés toilettes, tandis que dans mon cher pays, on va à la selle et on repart tout guilleret vers ses occupations sans passer par la case lavabo ! Les épidémies récurrentes de gastro-entérites sont là pour nous rappeler l'absence d'hygiène élémentaire de nos contemporains !

J'ai ainsi le souvenir vivace d'une aventure survenue dans une belle brasserie parisienne du 5ème arrondissement où j'avais mes habitudes. Un jour que j'avais envie de faire une miction, je descendis vers les toilettes neuves et propres (pour une fois) de l'endroit. Ayant uriné tout mon saoul, je me lavai les mains consciencieusement ! Il faut dire que côté lavage de mains, je suis un peu obsessionnel.

La porte des toilettes s'ouvrit soudain et l'espace fut envahi d'une puissante et terrible odeur d'excréments fraichement déféqués par l'un des serveurs du restaurant. Puis dédaignant le lavabo où l'attendaient de l'eau et du savon, sifflotant gaiement et m'adressant un aimable signe de tête, celui-ci ouvrit la porte du lieu d'aisance avant de remonter en salle où il alla servir des tas de clients en posant son pouce sale et souillé de colibacilles dans leurs assiettes ! Moi, je n'ai plus eu faim.

Donc s'il faut nous bombarder d'alertes rouges sur la grippe pour que les gens se lavent enfin les mains, nous n'aurons pas tout perdu et j'aurais une pensée émue pour Roselyne !

7 Comments:

Blogger Robert Marchenoir said...

Hier, sur Radio-Courtoisie (je l'avoue : j'écoute des radios fachos...), l'animateur, qui interviewait Bernard Debré, disait qu'il avait au moins appris, grâce au délire propagandiste sur la grippe, que lorsque on se lavait les mains, il fallait aussi se savonner entre les doigts.

Quand j'étais enfant, mon médecin avait un lavabo dans son cabinet, et se lavait les mains entre chaque patient. Aujourd'hui... bref.

8/9/09 7:18 PM  
Blogger Maxime Zjelinski said...

Enfin on en parle !

8/9/09 8:48 PM  
Blogger tal said...

Là où je bosse, il faut plus se serrer les mains, de toute façon les allemands se serrent très peu la main.

Et moi, français, ça m'a toujours paru un peu con de se serrer la main pour devoir montrer qu'on est là et puis qu'on est copain avec tout le monde, même si ceux à qui on serre la main sont des chieurs finis.

Alors une grippe pour arrêter les simagrées corporelles de la politesse, ça me va. La cravate vistime de la grippe, c'est parfait. Faudrait aussi parler des claviers d'ordinateur, un vrai nid à saloperie, que l'on s'échange dans les open space où l'on est même pas résident fixe d'un bureau.

Vive la grippe et sa psychose, elle a du bon tout de même, le positif du négatif.

8/9/09 9:39 PM  
Blogger L said...

On veut plus de billets ! En rentrant du boulot je me disais "tiens, philippepsy a peut être publié quelque chose aujourd'hui". Quelle déception !

Alors je fouille les archives même si j'en ai déjà fait le tour, tel le fumeur qui remue un cendrier pour trouver un mégot potable.

Ce blog est un morceau de roquefort au milieu d'un océan de chavrou. Nous avons été patient cet été, mais maintenant c'est la rentrée, il faut reprendre le rythme. Au boulot !

10/9/09 11:46 PM  
Blogger Biaise said...

Tout s'explique...
Le non-lavage des mains suffisait à me choquer...
Puis je suis revenue dans l'appartement que je co-loue avec 2 mâles après 2 mois d'absence pour cause de job... Je viens de descendre 8 sacs poubelles (enfin, des cabas de supermarché contenant des sacs poubelles), 3 cartons chargés de bouteilles en verre, noircir 2 serpillères et user jusqu'à l'effritement 1 éponge neuve...

Vous savez quoi ? Y a pas que la morale qu'on va devoir ré-enseigner à l'école élémentaire...

11/9/09 1:53 AM  
Blogger Robert Marchenoir said...

Oui, L. Je le sens gros comme une maison : bientôt Philippe Psy va nous dire qu'il n'a pas le temps d'écrire parce qu'il faut bien qu'il gagne sa vie avec ses consultations, alors qu'on sait bien que c'est un mythomane, que son personnage de psychothérapeute est totalement imaginaire, et qu'il ne branle rien de ses journées à part tenir ce blog. Feignasse, va.

13/9/09 11:53 PM  
Blogger Truth said...

J'adore ! :) Je confirme que les américains passent toujours par la case "Lavage de mains".. Ils sont en fait très "Germs conscious". Je trouve ca incroyable que les francais ne se rendent pas compte que les virus/ Bacteries se propagent par simple contact. Leur raisonnement serait-il "ce qui ne se voit pas n'existe pas" ?

28/12/09 5:59 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home