18 décembre, 2009

Sans commentaires ...




Lorsqu'on se dit de droite et qu'on visionne pour la première fois cette merde, on ne sait quoi en penser. Et si d'aventure, quelqu'un osait justement demander ce que l'on en pense, que répondre d'autre que : "pas de commentaires" ?

Tout cela est tellement aberrant qu'on se demande bien ce qui a pu se passer par la tête des concepteurs d'une telle daube. Manifestement, il s'agirait de l'œuvre des jeunes populaires de l'UMP. Mais de quel cerveau malade une telle abomination a-t-elle pu sortir ? Existe-t-il un seul vrai jeune qui puisse aujourd'hui en France pondre ce genre de truc ou même se reconnaitre dans cette production merdique ?

Ou alors peut-être un fils de profs entraîné très jeune, ayant obtenu son bac avec mention très bien à quinze ans et étant sorti major de l'ENA après être aussi sorti major de Sciences-Po. Oui, j'imagine bien une sorte d'abomination maigrichonne à grosse tête chaussée de lunettes à montures métalliques nous sortir cela, un type étrange quasi inhumain doté d'un profil de super-analysant, incapable de ressentir une émotion mais juste de les reproduire par mimétisme.

Un jeune qui ne serait jamais sorti étant jeune, qui aurait passé son adolescence entre les livres et de rares et tristes séances de masturbations coupables. En bref, une sorte de jeune qui aurait imaginé ce qu'aiment les jeunes d'après des rapports qu'il aurait pu lire. Le résultat final est aussi séduisant pour la jeunesse que peut l'être une french sauce d'un dinner pour nos papilles françaises exigeantes.

Tenez en écrivant cela, je pense exactement à Michel Barnier jeune. J'avais vu des images de lui et j'avais eu un peu peur. J'ai parfois l'impression que la politique à droite chez les plus jeunes est souvent le refuge de ceux qui n'ont pas d'amis.

Cette opération marketing grotesque me rappelle furieusement Michel Rocard déjà âgé mais sombrant inexorablement dans un gâtisme teinté de jeunisme décrétant qu'il fallait ouvrir des "cafés-musique (sic) pour les jeunes" ou alors Lionel Jospin couinant "Les feuilles mortes" dans une émission de variétés. Dans les deux cas, loin de me moquer d'eux, mon empathie m'avait amené à souffrir pour ces deux hommes que j'avais trouvés tellement pathétiques.

A une époque, lorsque je regardais encore la télévision avec mes parents et que l'on assistait à des pitreries ridicules de saltimbanques venus vendre leur soupe, je me souviens encore de mon père marmonnant l'air peiné :" Mon Dieu, qu'est-ce qu'il ne faut pas faire pour gagner sa vie !". J'ai eu la même réflexion en regardant les membres de notre gouvernement se couvrir de ridicule en dansant dans ce clip.

D'ailleurs, je ne sais pas lesquels sont les plus ridicules entre ceux qui manifestement savent ne pas être à leur place comme Christine Lagarde mais font contre bonne fortune bon cœur ou bien ceux qui comme Nadine Morano semblent s'amuser follement. Cette dernière, si elle a des enfants en âge d'organiser leurs premières boums, doit être le prototype de la mère envahissante tenant à danser avec les jeunes pour prouver qu'elle est encore "dans le coup" ; la mère que l'on pousse dehors en lui disant "maman non arrête, sors tu me fous la honte".

Et puis, lorsque l'on regarde attentivement ce clip, on est de suite assailli par tous les gros symboles assénés avec la délicatesse d'un boxeur poids lourd ! Déjà avant même de visionner ces tristes images s'affiche "le pire risque c'est de ne pas le prendre". Putain, on croirait le slogan d'une promotion de BTS Forces de vente dans les années quatre-vingt quand Séguéla était encore un roi de la pub et qu'on portait des chaussettes Burlington. Ensuite tout commence par un SMS envoyé sur une sorte de blackberry. "Tu nous rejoins ?" dit le message ! Et toc c'est parti et qu'on se tape dans la main et qu'on est tous potes.

Ensuite viennent tous les gros symboles du mieux vivre ensemble et de l'écocitoyenneté. Alors, on notera toutes les couleurs de peau bien sûr puis la femme enceinte et même le handicapé physique. Il doit y avoir un(e) homosexuel(le) caché(e) quelque part mais je n'ai pas trop fait attention. Je note toutefois l'absence totale de nains mais je suis rassuré par la présence d'obèses sous les traits d'une grosse femme en robe blanche bain de soleil mais aussi d'un jeune con, n'ayant aucun sens du rythme qui tape sur un djembé, symbole de la jeunesse sans frontière et métissée.

Tout le reste n'est qu'une suite de symboles d'une rare lourdeur qui ferait passer la statuaire réaliste soviétique pour un biscuit en porcelaine de Sèvres. De la jeune femme noire portant le bonnet phrygien, allégorie à peine esquissée à notre Marianne, à la demoiselle arborant le ruban rouge de la lutte contre le sida, en passant par l'aveugle rigolo qui conduit une voiture, tout ce que compte la France festive comme personnages caricaturaux est présent dans ce clip. Décidément pour les régionales, l'UMP ratisse large ! Qui peut encore se faire abuser par un tel message ?

Et puis, cerise sur le gâteau on a aussi le droit à l'image (2mn33) d'un scrabble sur lequel on distingue les mots "jeunes", "populaires" et "yallah". Souvenez-vous de Sœur Emmanuelle qui gueulait cette injonction de sa voix de crécelle à chacune de ses apparitions télévisées, enjoignant chacun de nous à oser et à espérer ! Ce clip est carrément religieux, c'est une exhortation, un crédo, un discours apologétique qui nous demander d'aller de l'avant et de ne pas avoir peur !

En bref, chaque image de ce clip merdique recèle une petite pépite qu'on ne se lasse pas de chercher. On pourrait presque en faire un jeu : regarde ce clip et découvre tous les messages citoyens que le réalisateur facétieux y a dissimulés !

Maintenant, comment conclure ? Pauvre France ? Bande de cons ? Pauvres mecs ? Je vous conchie ? Qu'est-ce qu'il ne faut pas faire pour gagner sa vie ?

Pas de commentaires !

3 Comments:

Blogger Laure Allibert said...

Une autre opération marketing de la Sécu pour expliquer le système français au citoyen responsable : la Sécu pour les nuls.

19/12/09 10:12 AM  
Blogger Vlad said...

Trop la honte ce clip.
Pitoyable quand on songe que toute cette bande de guignols tout droit sortis de leur école de cirque se paye notre tête avec notre fric.
Peut-être pour ça que j'ai jamais aimé les clowns.

19/12/09 6:47 PM  
Blogger monoi said...

"le pire risque c'est de ne pas le prendre"

Et le principe de precaution alors?

21/12/09 11:11 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home