29 juillet, 2010

Tout fout le camp sauf ... les capricornes !

Sénèque is not dead, he just goes in Caterpillar !

Je sais que c'est très mal de le dire mais j'adorais la téléréalité. D'ailleurs dans mon cabinet, trônait un vase qui était sur la table lors du diner entre Jean-Pascal et Lohanna, que j'avais payé fort cher avec certificat d'authenticité à l'appui. Voilà, je suis un gros débile de mon siècle ce qui ne me fait même pas honte. De toute manière, aurais je pu faire l'économie de ces émissions ? non, puisqu'elles sont un signe de notre époque et que ma pratique doit être immergée dans l'époque. Comment parvenir à nouer une alliance thérapeutique avec un "jeune" si quand il me parle de téléréalité, je lui oppose une façade intello en lui expliquant "qu'en dehors de France-Q pas de salut !".

En bref, si je regarde des daubes, c'est autant par voyeurisme comme tout le monde, un peu par sadisme comme tout le monde mais aussi par vocation et ça c'est nettement plus altruiste. Si je guette les phrases les idiotes et les situations minables, c'est évidemment pour avoir le plaisir de voir largement plus con que moi ce qui est toujours rassurant mais aussi pour être de mon époque.

Mais la téléréalité a bien changé. A force d'aller de plus en plus loin, les castings sont devenus odieux. Secret-story ou sa pâle copie dilemme sont inregardables ! Voir une bande de débiles s'ennuyer à cent sous de l'heure ne m'amuse plus parce que justement ils sont débiles et choisis pour cela. Tant qu'on avait des gens à peu près normaux, les dérapages étaient amusants car inattendus. Quand on vous met un paquet de phénomènes de foire, les dérapages deviennent la norme et ce n'est plus drôle. Voir un monsieur en costume cravate trébucher et se casser la figure peut être drôle mais voir un handicapé en cannes faire la même chose n'est plus du tout amusant.

Ces jeunes sont pathétiques dès le début et ils ont le droit de ma part à plus de compassion que de moqueries. J'avais regardé un bout de l'entrée dans ce fameux loft et j'avais été sidéré par les concurrents : un vrai catalogue de personnalité pathologiques et de misère morale. Voir ces représentants du nouveau lumpen-prolétariat entrer là-dedans comme des gladiateurs dans l'arène m'a sidéré.

Le sadisme des producteurs n'a plus de limites. J'avais presque envie de leur prendre la main pour leur dire de ne pas faire ça ! Je me souviens d'un jeune paumé se prenant pour le roi du monde face aux caméras et que l'on voyait ensuite faire un rinçage à une mémère. Le pauvre comment concilier les qualités de super-macho et de coiffeur pour dames ?

Et les filles, c'est aussi pathétique. On se croirait dans un mauvais feuilleton américain lorsque l'on voit des filles débarquées du Greyhound venues toutes droit de leur Iowa natal pour tenter leur chance à Hollywood et que l'on sait que 99,99% d'entre elles finiront par tailler des pipes sur Wilshire. Les voir déambuler dans le ce loft en tenues plus putassières que véritablement provocantes, se déhanchant sur leurs talons devient tellement misérable. On en viendrait presque à avoir une âme de micheton, vous avez le pauvre con qui tombe amoureux de la pute pour la sortir du trottoir !

Cet étalage de misère morale m'a rappelé ce texte amusant que j'avais lu voici quelques semaines et dans lequel l'auteur affirmait assez justement que le sac Vuitton était devenu le vrai signe extérieur de pauvreté ! Effectivement quand on n'a que du vide en soi, on tente de compenser comme l'on peut. Les pectoraux d'acier des messieurs et les microjupes des femmes deviennent autant d'étendards clamant qu'on veut de l'amour malgré tout : de l'amour et sans doute plus certainement de la reconnaissance.

Bref tout ceci devient misérable et je ne veux plus regarder ces émissions. On croirait du Léon Bloy à la sauce bling-bling et j'ai l'impression d'assister à un remake du "Désespéré" dans lequel Dieu même aurait disparu. Alors que reste-t-il au consommateur d'images débiles que je suis ?

Sans doute que le meilleur programme reste "L'amour est dans le pré" dans lequel des représentant(e)s du monde paysan tentent de trouver l'amour. Le naturel de ces gens de la terre est vivifiant et ne peux que contenter le terrien que je suis ! Et puis, j'ai élu ma vedette, c'est Pascal. Ce type massif et sobre, aux gestes lents, à la parole rare, aux distractions simples est forcément capricorne parce que je me reconnais en lui !

Un jour quand j'en aurais marre de la racaille dans le RER, des bobos parisiens, des patients et que je voudrais tout envoyer balader, je me reconvertis. J'achète une ferme près de chez lui avec des tas de vaches et on devient potes. Ce sera mon mentor, mon Sénèque à moi et je serai son Lucilius. Il m'apprendra les rudiments d'une vie saine et débarrassée des faux-semblants. En plus, ma parisienne d'épouse avocate adorera. Quand comme Pascal, je prendrai enfin le temps de lui mitonner de bons petits plats pour un diner aux chandelles et lui offrirait une folle soirée, je suis sur qu'elle craquera et qu'elle renoncera à sa vue sur le Palais des Tuileries ! c'est décidé je me laisse pousser la moustache !


Mon objectif ! Dans cinq ans, ce sera mon épouse et moi !



Pascal n'aime pas le poisson : comme moi !!!

13 Comments:

Blogger Laurence said...

Je suis persuadée qu'il ne s'était pas senti observé par les caméras, il aurait chanté "Diego" ou "Adieu Jolie Candy" devant son évier...

29/7/10 5:33 PM  
Blogger ginette said...

Bien d'accord avec vous. Ce couple n'avait pas beaucoup de conversation, mais au moins il était sain. Il n'était pas de le discours mais dans le faire. Je ne regarde presque plus la téloche tellement elle est faible, "l'amour est dans le pré" était le programme du soir regardable de la semaine.

29/7/10 6:09 PM  
Blogger C. said...

Ah si quand même, l'handicapé en cannes, c'est super drôle.

29/7/10 7:01 PM  
Blogger El Gringo said...

Désolé Laurence, mais pour chanter "Adieu Jolie Candy" a capella, il ne faut être rien de moins qu'un troubadour (avec ou sans Harley-Davidson), or un individu qui méconnaît la finesse de la chair du poisson ne saurait l'être...

29/7/10 11:32 PM  
Blogger philippe psy said...

Laurence nous est revenue !!! Alléluïa !!!!

30/7/10 2:18 AM  
Blogger Laurence said...

mon cher Gringeot,je guette régulièrement les castings de M6 car je leur ai suggéré de remplacer "L'Amour est dans le Pré" par "L'Amour est près du RER B" ! je te fais signe dès que le casting est annoncé !

@ Phil : Qui tacet consentis, ce n'est pas parce que je ne ramenais plus ma fraise que je ne suivais plus l'activité de ton blog ! en lisant certains commentaires, je dois cependant avouer avoir été très tentée de m'introduire dans la basse-cour pour y semer la panique aux côtés de GCM, Thomas et le Gringeot ;)) je pense qu'à mon retour de vacances, je vais me lâcher !! PROMIZOULIIIIIIIIIN !!

30/7/10 9:36 AM  
Blogger emmanuel said...

Quels sont les pathologies trouvées dans Koh-Lantah, jeu de télé-réalité dans lequel la plupart des participants me semblent "normaux" ?

30/7/10 5:21 PM  
Blogger El Gringo said...

Laurence, je me joins à Philippe pour célébrer ton retour, bis repetita placent.

Pour l'amour près du RER B, j'ai une idée de scénario inspiré du grand cinéaste Marc Dorcel. Je t'en reparle dès qu'on se voit...

30/7/10 7:26 PM  
Blogger philippe psy said...

@El Gringo : tu sais à la mère Laurence, faut pas lui en promettre. Tu es sur de tenir la route avec tes cinquante piges ? Oublie pas le Viagra !

30/7/10 9:17 PM  
Blogger El Gringo said...

Mes cinquante piges? Pff... je ne te réponds même pas.
Pendant que tu glandouilles sur ton blog, moi je bûche le scenario de "L'amour est dans le RER B":

Acte 1 - Scène 1

Un beau mâle très viril (genre chauve avec un bouc) monte dans le RER B après avoir laissé son Road King Harley-Davidson stationné devant la gare.
Une fois dans le wagon, il se rend compte que tous les passagers sont des passagères et comme il fait très chaud et que le RER B n'est pas un truc climatisé pour les tafioles, elles sont très peu vêtues...


Alors, qu'est-ce que t'en penses?
C'est chouette comme début, non?

31/7/10 12:32 AM  
Blogger philippe psy said...

@El Gringo : LE beau mâle avise une petite châtain clair à forte poitrine et s'approchant d'elle lui demande :"Vous semblez avoir chaud mademoiselle ?". Et celle-ci lui répond avec un accent lorrain à couper au couteau "oh oui monsieur je suis toute chaude" en s'essuyant une goutte de sueur qui perle entre ses deux seins lourds et blancs qu'offre un généreux décolleté.

Euh ça te va ?

31/7/10 3:39 AM  
Blogger El Gringo said...

Putain, t'aurais pu faire cineaste, t'es universel!

31/7/10 10:53 AM  
Blogger V. said...

je dirai même plus : univerdorcel

^^

6/8/10 4:36 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home