19 juillet, 2010

syndrome de Peter Pan !


Le syndrome de Peter Pan (parfois nommé complexe de Peter Pan) caractérise les enfants angoissés par l'idée de grandir et les adultes instables dans le monde adulte et a été développé par le psychanalyste américain Dan Kiley. D'un point de vue théorique, c'est une daube sans nom qui aura eu le mérite de faire gagner beaucoup d'argent à son concepteur qui a vendu beaucoup de livres essentiellement à des femmes ravies de faire culpabiliser leurs maris dès lors que ce dernier ne semblait pas s'intéresser exclusivement à elles !

Voici déjà dix ans, mon épouse et moi étions à une soirée qui se révélait ennuyeuse à souhait tant les gens présents étaient dénués de toute fantaisie. J'avais trente trois ans et j'étais sorti fumer sur le perron de la maison pour faire une pause. Une heure après, un autre ami pourtant âgé de huit ans de plus que moi arriva enfin. Il me demanda comment se passait la soirée et je lui fis part de mes craintes en lui disant d'aller se rendre compte par lui même. Je me souviendrai toujours de la réflexion qu'il me fit lorsqu'il revient un quart d'heure après. Il vint s'asseoir auprès de moi sur les marches du perron et je m'enquis de ses impressions. Il me répondit juste : "ça m'a rappelé quand j'étais enfant et que je devais rester assis de longues heures aux repas avec mes parents et leurs amis. Je m'ennuyais et je me disais que si c'était cela devenir adulte alors je ne voulais pas".

Le fait est qu'en ayant observé mes parents et leurs amis lorsque j'étais enfant, j'ai eu le même genre de réflexion. Pour Dan Kiley, notre cas était bon, : nous souffrions tous deux du terrible syndrome de Peter Pan, car nous étions deux enfants refusant de grandir. J'ai biens ur lu ce livre médiocre auquel je n'ai pas trouvé de qualités tant il est dénué de tout fondement scientifique. Pour Dan Kiley, finalement tous ceux qui ne sont pas chiants comme lui sont forcément malades. Le jugement qu'il porte sur les autres est celui d'un obsessionnel-compulsif adressé aux gens sains.

Hier soir, lors d'un diner que nous organisions, un ami est passé avec sa maitresse du moment qui s'est révélé comme étant un vrai cas pathologique. Alors qu'il parlait de je ne sais plus quoi à je ne sais plus qui, celle-ci furieuse lui a asséné : " de toute manière, tu souffres d'un complexe de Peter Pan". Puis elle est retournée vers moi, quêtant l'assentiment du professionnel que je suis. Pensant ce temps, son copain levait les yeux au ciel en se demandant sans doute en quoi il avait offensé Dieu pour être ainsi affublé d'une copine aussi atroce.

Comme je déteste Dan Kiley et sa prose à deux balles de la même manière que les femmes qui l'apprécient, j'ai bien sur lancé une charge virulente contre cet auteur médiocre et sa thèse minable. Autour de la table, il me semblait que tous les hommes présents étaient responsable et pourtant chacun de nous aurait pu cadrer avec les élucubrations de Kiley tant ses descriptions sont larges et inopérantes d'un point de vue clinique.

Il y avait un archi qui collectionne les flippers, GCM et sa Lotus, Le Gringeot et ses Harley-Davidson, un pharmacien biologiste et sa collection de Fenders et moi, votre serviteur, et mes lubies bizarres dignement représentée par ma RJ 49 trônant dans ma cour. Et pourtant, chacun de nous, exception faite de nos jouets pour adultes, est un homme responsable.


La question était donc posée de savoir si être adulte était uniquement le fait d'être totalement et uniquement immergé dans le quotidien, une sorte d'aliéné social en prise permanente avec le réel sans médiation avec autrui et sans évasion possible et si toute stratégie de défense représentait forcément une symptomatologie plus ou moins fluctuante de ce terrible syndrome de Peter Pan. D'ailleurs ce gros beuf de Dan Kiley le dit lui même : "

Les symptômes sont difficilement perceptibles, en particulier chez l'homme. Car techniquement et en général, tous les hommes souffrent à un niveau moindre et raisonnable du syndrome de Peter Pan. Ne dit-on pas : tous les hommes sont de grands enfants ?". Quand on décrit quelque chose de commun statistiquement et qu'on vise à en faire une maladie psychique, c'est bien que tout le monde est malade ou que personne ne l'est sauf l'auteur de pareilles inepties.


Ceci dit, si j'étais moins fainéant je me serais attelé à la rédaction d'un livre intitulé Le syndrome de Mary Poppins pour décrire toutes ces femmes qui bien qu'ayant dépassé l'adolescence se passionnent encore pour des choses aussi futiles que les fringues, les parfums, les chaussures, le maquillage, les revues féminines idiotes et les romans à l'eau de rose. Puisque les hommes sont de grands enfants, il ne me sera pas difficile de prouver que les femmes sont de vieilles petites filles.

Après que Dan Kiley eut psychiatrisé 90% des hommes, j'aurais fait de même pour les femmes !
Bref, Dan Kiley est un âne et son livre un tissus de bêtise et la copine de mon amie est une grosse hystéro que j'aurais du foutre à la porte. Ceci dit elle a assuré le spectacle d'une manière peu commune et nous aura fait passer une bonne soirée.

17 Comments:

Blogger El Gringo said...

"la copine de mon amie est une grosse hystéro"

Il en faut des comme ça, ne serait-ce que pour se conforter dans le choix de la solitude.

19/7/10 12:46 PM  
Blogger Max said...

Vous avez bien une piètre conception de la féminité et vision des femmes. Toutes ne sont heureusement pas comme cela (vous me répondrez les "pas jolies" ?)
Seules celles qui n'ont pas vraiment compris ce qu'est la feminité consomment tels des boulimiques, des revues idiotes, se maquillent, se parfument à outrance et on un problème avec leur pied!

D'autre part, les parfums, le maquillage ne sont pas les témoins de la futilité féminine. Réduire un parfum à un prétexte futilement féminin c'est insulter le "nez" derrière sa conception et la sensibilité de celui ou celle qui le porte. Un parfum est une oeuvre, c'est une composition au même titre que la musique, qu'une peinture. Il réveille un sens particulier, il se diffuse au plus profond notre être... Un parfum se savoure...comme le vin. Un parfum n'est pas un attribut de la féminité. Misogyne un peu sur les bords.. Les femmes ne sont pas plus futiles que les hommes.. tout n'est qu'une question de sensibilité, de caractère.
Certains de vos articles m'escagassent profondément...Heureusement que j'ai un peu d'humour.

On ne sort jamais de l'enfance.

19/7/10 3:52 PM  
Blogger poliorcete said...

avez vous déjà pensé à utiliser tous ces textes intelligents, drôles, brillants, pour en faire un livre? ou encore une pièce de théâtre? un scénario?

19/7/10 11:08 PM  
Blogger philippe psy said...

Max, je n'ai pas une piètre idée des femmes. Ce que j'ai voulu dire, c'est uniquement que ce concept de syndrome de peter pan était totalement fumeux. Quant aux magazines féminins, beaucoup de femmes très bien les achètent de la même manière que beaucoup d'hommes biens lisent des magazines de motos.

20/7/10 1:37 AM  
Blogger Max said...

Fumeux... Tiens tiens ! De là à généraliser, cela ne m'a pas une seule seconde traversé l'esprit.

Oui j'ai compris mon erreur de compréhension !! Désolée je suis une fille... ; ). Si vous n'êtes pas mysogine cette escuse ne tient pas...


Poliorcete, continuons à flatter son orgueil et il se proclamera roi et nous on passera à la guillotine.

J'ai des marquis dans mes ancètres vous m'épargnez ?

20/7/10 12:33 PM  
Blogger GCM said...

"Un parfum est une oeuvre, c'est une composition au même titre que la musique, qu'une peinture."

WOUAAA LA FIOTTE !!!
:D

20/7/10 1:56 PM  
Blogger itsaslore said...

"son copain levait les yeux au ciel en se demandant sans doute en quoi il avait offensé Dieu pour être ainsi affublé d'une copine aussi atroce."
en même temps il y a un truc assez pratique si on se pose ce genre de question, ça s'appelle la séparation...

20/7/10 3:53 PM  
Blogger V. said...

en mm temps, fallait pas être Sherlock Holmes pour pressentir que Max est plutôt une femme...
Pour défendre La Cause à ce point, c'était soit une femme soit un adepte de la "gynarchie" (cette vaste fumisterie imaginée par des phallocrates honteux(-ses))

21/7/10 9:57 AM  
Blogger Max said...

GCM , certes je suis une fiotte et à chaque fois que ma tendance "fiotte" s'empare de moi, qu'un parfum ou qu'une suite pour violoncelle agite l'hormone du plaisir, je commence à quitter la terre ferme, et je plane au dessus de "ceux qui ne sont pas des fiottes".

Il y est des êtres où il ne serait pas difficile de déceler où se situe sa tendance "fiotte"....

Itsaslore, mr le psy devrait pouvoir nous expliquer pourquoi il y arrive que des gens qui ne se supportent pas reste ensemble ? Humm peur de la solitude ? hypocrisie ?

21/7/10 1:37 PM  
Blogger Max said...

Gynarchie, génial j'apprends pleins de trucs ici!! Plus simple de parler des amazones, mais j'ai appris un mot!!!!

Je défends pas LA cause des femmes!! Mais celle de l'humain quelle idée débile, toujours de vouloir monter un groupe de personne contre un autre (femme contre homme, noir contre blanc.de l'égo, toujours vouloir dominer..) Toujours parcellisée, divisées et montrer du doigt...

j'espèrais que la personne se faisant appeler le gringeot, par exemple aimant sa moto lol, dise c'est pas parce que j'aime la moto que je suis un macho ou autre ? ou les tapis léopard lol un plouk??? ou le vin un alcolo ?

Je crois qu' ici on se marre plus qu'on ne dialogue et ne connaissant absolument personne, je devrais aller débiter mes aneries sur des forums où des cochons viendront essayer de me brancher cochonnailles!!!!

Et puis vous êtres trop fort je n'ai donc ma place parmi vous !!!

22/7/10 2:42 PM  
Blogger philippe psy said...

Nous sommes très très très forts voulez vous dire :))

23/7/10 2:43 AM  
Blogger pschit said...

Pourquoi les hommes sont-ils de "grands enfants" et les femmes de "vieilles petites filles"? Cherchez l'erreur.

28/7/10 8:17 AM  
Blogger turquoise said...

@Max: je me maquille et pourtant je pense assez bien avoir compris ce qu'est la féminité - une touche de rouge à lèvres est un bijou tout comme un parfum ou tout autre objet porté...cela fait partie de l'expression de notre personnalité, de nos goûts

@Phil: je comprend le concept de Marie Poppins mais je trouve étrange de considérer parfums, magazines, fingues etc. comme des thèmes de l'enfance, il me semble que c'est justement quand on cesse d'être enfant que l'on commence à rêver de Prince charmant (vos romans à l'eau de rose), de beaux vêtements etc. pour moi, les femmes Marie Poppins, ce sont plutôt les femmes qui n'assument pas leur sexualité, leur féminité et qui à 35-40 ans ressemblent à des étudiantes à qui on aurait dessiné quelques rides.

sinon le thème de ce billet me fait plutôt penser à une expression très à la mode "plaisir régressif" pour désigner par exemple le fait d'aimer le Nutella quand on est adulte ou d'autres plaisirs estampillés "enfants".

je ne savais pas que le syndrome de Peter Pan était à la mode (je pense plutôt à Oscar dans le Tambour) et surtout chez les femmes: n'est pas tout simplement une façon prétentieuse de dire à un homme qu'il est immature?

17/8/10 5:34 PM  
Blogger helene said...

Vous avez manifestement une "plume" monsieur le "psy". Mais plutôt à la manière de Sacha Guitry... Vous visualisez ce que je veux dire???
Quant à cette théorie, je crois réducteur de la limiter à celle de l'infantilisation masculine. Ceux qui souffrent de ce "syndrome" vous le diront. Au moins Dan Kinley a eu le mérite de mettre en exergue: la souffrance des personnes atteintes, leur difficulté à entrer vraiment en contact avec l'autre, à reconnaitre leurs émotions, les chocs affectifs répétés subis sur du long terme ; mais aussi à quel point leur conjoint(e) peut en souffrir, et ce, malgré l'amour qu'il leur porte.
Je vous propose un petit tour dans votre voiturette, plutôt que d'écrire un tel article qui n'a de "psy" que le nom. Sans rancune :-)
Héléna

17/11/10 9:47 PM  
Blogger mathilde.farci said...

Je pense que vous avez tout simplement mal interprete ce livre et lu ce que vous vouliez lire ! Vous parlez comme si son livre disait que tout homme possedant un "joue" est atteint du syndrome Peter Pan ce qui n'est pas le cas. Vous devriez vous concentrer la prochaine fois, au lieu de cracher de cette maniere sur un auteur. Aussi, pensez ce que vous voulez, mais vous pourriez etre plus respectueux meme si vous pensez que Dan Kiley a tord sur toute la ligne.

Morgan

24/2/11 8:14 PM  
Blogger Promethee said...

Freud ne pense qu'à la bite...

Jung croit en la pensée magique...

Lacan cache une chatte derrière un chaste tableau...

Kiley finalement à bien sa place dans ce tourbillon de crétins qui vous permettent de vivre bien, pas ?

8/4/11 10:58 AM  
Blogger Flav said...

Quelle vulgarité!! Heureusement qu' il y a quelques commentaire de femmes pour relever le niveau de ce torchon para-psychologique, quand à ceux qui ont traité Max de Fiotte et bien comme disent les enfants "c'est celui qui dit qui est"

25/7/11 3:08 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home