12 janvier, 2014

Jour de gloire !

 Dernier anniversaire !

Aujourd'hui, dimanche douze janvier, c'est mon anniversaire et je me prends encore un an dans la face. Moi qui angoisse depuis mes trente ans à l'idée de vieillir puis de mourir, voici un jour funeste malgré le titre de mon article.

C'est assez redondant comme demande chez mes chers patients. Je ne compte plus le nombre de celles et ceux qui me parlent de leur angoisse de mourir. Alors, moi, les fesses calées sur mon fauteuil  j'écoute, je joue l'important, le vieux sage et je les rassure sans jamais leur révéler que parfois, moi aussi, chaque fois, chaque douze janvier que la roue tourne, je me dis qu'un jour ce sera mon tour.

Parfois, je regarde un film idiot, du genre plein de pistolets et de méchants qui s'entretuent. J'en vois un ou deux se faire flinguer comme ça, alors que la caméra ne s'attarde même pas sur eux. Ils étaient vivants et ils ont pris une balle et son morts. De vie à trépas en une seconde, je me dis que c'est chouette. Mais bon, comme je n'appartiens pas au grand banditisme, il y a peu de risques que ma fin ait lieu de cette manière !

Non que j'aie vraiment peur de la mort mais des circonstances dans lesquelles elle viendra. Me retrouver vieux, perclus de rhumatismes, méchant et acariâtre, enfermé dans quelque hospice où j'éttendai que l'on vienne changer mes couches n'a rien de joyeux.

Je me dis qu'en tant que fumeur, je peux aussi partir plus tôt avec toute ma tête sans souffrir des affres du grand âge et c'est plutôt bien. Mais bon, il y a les douleurs, l'annonce du diagnostique que l'on redoute, moi qui ai déjà peur d'un rhume. Et puis ensuite le traitement inhumain infligé par une médecine poussive et passéiste ! Moi qui ai toujours professé le pire mépris pour le corps, quelle fin terrible entre les mains de types passionnés uniquement par les cellules.

Et puis que laisser à la postérité ? Rien ou presque ? Non carrément rien. Pas un livre, pas un fait de gloire, pas une œuvre, rien de tout cela. Un vie chiche et normale passée loin des projecteurs dans mon cabinet et chez moi en un incessant va-et-vient rassurant.

Une fois, une de mes lubies, avait été de m'acheter un petit bout de terrain dans le trou du cul du monde, un truc pas cher et là, à l'abri des regards et de l'administration, de faire couler un truc énorme en béton. Un truc tellement ferraillé que les bunkers allemands auraient eu l'air de cabanes à côté. Le truc tellement énorme et solide que n'importe quel ingénieur aurait déclaré que pour le détruire, il faudrait tellement d'explosifs qu'on devrait tout raser dans un rayon d'un kilomètre. Et comme on parle de Coysevox ou Le Notre pour Versailles, on aurait murmuré mon nom durant mes siècles pour avoir commis cette abomination indestructible.

Voilà où j'en était de mes réflexions en ce jour d'anniversaire. Je me connais, je me sais suffisamment aussi sensible qu'une jeune fille toute juste nubile pour ne pas m'inquiéter de mes états d'âme. Demain, ça ira mieux ou dans une heure.

Arrivera ce qui doit arriver, de toute manière je n'ai jamais su gérer un agenda, ce n'est pas pour tenter de me préoccuper de ce qui pourrait m'arriver.

13 Comments:

Blogger Valérie said...

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

13/1/14 3:04 PM  
Blogger chantal said...

Bon cela nous dit pas l'âge que vous avez ...héhéhé...bon au moins vous avez dépassé 30 ans !
Je viens de lire "le tireur" de Glendon swarthout ( le film tiré de ce livre "le dernier géant" avec John Wayne,) votre article m'y fait penser...comment terminer en beauté quand on est condamné ?

13/1/14 10:30 PM  
Blogger V. said...

@Valérie : ce sont peut être vos commentaires ineptes qui ont filé un arrêt cardiaque à la patiente.
"plutôt crever que de l'entendre encore une fois" qu'elle a du se dire et hop, que je te lâche le déambulateur :-)

13/1/14 10:51 PM  
Blogger philippe psy said...

@Valérie : quelle belle mort. J'ai 25 ans :D
@V. Vous êtes drôlement mauvaise dites moi ? :)

14/1/14 12:31 AM  
Blogger El Gringo said...

Philippe... une jeune fille toute juste nubile.

Mwahaha!

14/1/14 1:54 AM  
Blogger philippe psy said...

Oui Gringeot, je ne suis pas une bête comme toi mais un petit être sensible ému par la grâce d'un papillon ou le parfum d'une fleur ! :)

14/1/14 9:22 AM  
Blogger V. said...

@Philippe Psy : c'est l'hopital qui se fout de la charité ? ;-) Ou il s'agit d'une amie à vous peut être ?
:-)

14/1/14 10:46 AM  
Blogger Valérie said...

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

14/1/14 5:04 PM  
Blogger raimverd said...

Comment c'est la mort, Philippe?
Super!
Tu t'endors crevé, complètement, mais vraiment complètement, à côté d'un diesel marine. Poum, poum, poum. Pas trop gros quand même.

Et tu te réveilles. Il y a une fraction de seconde, toute petite. La paix du corps, le silence, le calme, total.
Un instant de grâce, avant que le bruit et la douleur ne te tombe dessus et t'enveloppe.
Super!
Vécu.
Par hasard.

Bon anniversaire.

14/1/14 5:56 PM  
Blogger Valérie said...

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

14/1/14 11:25 PM  
Blogger Valérie said...

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

14/1/14 11:40 PM  
Blogger Valérie said...

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

15/1/14 3:16 PM  
Blogger V. said...

@ Valérie :
Cela fait plusieurs fois que vous êtes totalement à côté de la plaque me concernant.
C'est la "qualité" totalement aplatie de vos propos qui motive mes commentaires.
Envisagez que je n'aie aucune sympathie pour l'obséquiosité des bavardages des courtisans.
Ce qui fait de moi quelqu'un de fondamentalement mauvais, absolument !

18/1/14 3:18 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home