14 mars, 2014

Où je joue au Dr Freud et parle de phallus !




Bon chacun le sait ici, la psychanalyse m'emmerde et elle n'est pas du tout ma tasse de thé ! Mais bon, moi qui me considère comme un maçon de la psychologie, un simple mec capable de monter des murs, de construire un bâtiment solide, je peux tout de même donner le change et parler comme un psychanalyste. Jargonner n'est pas utile avec les patients mais sorti du cabinet, c'est chouette parce que ça fait tout de suite intelligent, dans le genre du type qui manipule des concepts vachement compliqués et qui connaitrait même les secrets de la vie et de la mort.


En plus pendant que vous débitez vos conneries, il suffit de ne pas sourire et de plisser les yeux et ça donne tout de suite un air pénétré et pénétrant, l'air de celui à qui on ne la fait pas et qui a déjà tout deviné de l'inconscient de son interlocuteur. Bref vous l'aurez deviné puisque la psychanalyse tourne autour de cela, on va parler de phallus, c'est à dire de bite pour ceux qui n'auraient pas fait grec ancien. Parce que c'est ainsi, ce n'est pas parce que j'ai moi-même fait grec et latin que je dois m'abstenir de m'adresser aussi aux gens moins doués !

C'est lors de la rédaction d'un article consacré à événement Mettez du rouge que je m'interrogeais sur la dualité que je constatais entre les menées féministes publiques et ce que je pouvais constater dans l'intimité feutrée de mon cabinet. Tandis que comme tout un chacun, je subis les attaques incessantes anti-hommes menées dans les magazines ou les pouvoirs publics, j'observe pourtant que mes chères patients n'en veulent pas aux hommes et sont loin d'être des pétroleuses. 

Et pourtant, il s'agit majoritairement de jeunes femmes diplômées et exerçant un travail et totalement indépendantes. Les deux tiers sont diplômées de l'enseignement littéraire et le tiers restant du scientifique. Mais qu'elles soient issues de Khâgne ou ait fait Math' Sup, je ne distingue jamais de récriminations dans leurs propos. Les reproches lorsqu'ils existent, sont adressés à un homme en particulier et non à l'ensemble. Et lorsqu'elles s'en prennent aux hommes pour fustiger notre travers, c'est toujours dit sur le ton de la plaisanterie.

C'est vrai que les gauchistes ne sont pas nombreuses à venir me consulter. Mais même celles-ci sont dans le même état d'esprit. Et si je ne doute pas qu'elles soient ravies de posséder les mêmes droits que nous, rien dans leur discours ne me permet de constater qu'elles en voudraient plus. c'est vrai que mes patients sont intelligentes et pourtant que je ne pense pas que les prises de position anti-hommes soient réellement corrélées à l'intelligence. Peut-être que dans la sphère sociale, sous l'influence du discours dominant, sont elles un peu différentes et revendicatrices ? Le féminisme tel qu'il existe aujourd'hui est peut être un égrégore qui phagocyte les individus ? Je n'en sais rien.

En revanche, j'ai noté que si toutes n'ont aucune envie d'être maltraitées, elles ne cherchent pas pour autant un homme gentil. L'homme gentil n'a pas vraiment la cote et on voudra bien dire ce que l'on veut, le mythe du chevalier réactualisé a toujours les faveurs de ces dames. L'épée, l'armure et le canasson, sont des symboles toujours vivants. Je suis d'ailleurs toujours étonné d'entendre certaines d'netre elles, parmi les plus armées, celles dont Jung aurait dit qu'elles avaient un animus positif, m'expliquer qu'elle souhaite un homme qui les domine. 

Dans le même registre, je ne compte plus celles craquant pour ce que l'on nomme les bad boys. Elle a beau dater d'avant-guerre, la chanson Mon Légionnaire et ses paroles caricaturales restent encore d'actualité. Et si ce n'est plus Gabin dans Gueule d'amour, avec son bel uniforme de spahi, qui reste la référence de ces demoiselles, le mythe survit en empruntant d'autres atours mais avec toujours les mêmes attributs masculins. Bon si au lieu d'être un médiocre psy, j'étais un brillant chercheur, je me dirais qu'il existe une dualité entre le discours social produit par le néo-cortex et éventuellement celui produit par le système limbique et ayant trait à l'espèce. 

C'est périlleux mais bon dans une perspective philo-génétique on a le droit d’imaginer qu'il existe des mâles et des femelles avec certains spécificités plus ou moins marquées. quoiqu'il en soit et là, zou je deviens freudien, le mâle phallique ayant des activités phalliques est favorisé. C'est terrible à dire mais à la grande loterie de la drague, le pilote de chasse jouit d'un avantage considérable sur le comptable. Non que le premier soit forcément mieux que le second mais que le mythe soit un peu plus représentatif de l'activité phallique. Le Rafale semble effectivement être un symbole plus phallique qu'une paire de Méphisto à semelles de crêpe !

Mais la bonne nouvelle c'est qu'il n'est pas nécessaire d'être pilote de chasse pour réussir et incarner ce mâle phallique. L'aspect phallique c'est la manière dont vous pénétrer le monde quel que soit vos projets et votre manière d'être. L'opposition entre le pilote et le comptable n'est qu'illusoire. On peut être phallique de plein de manières. On peut l'être que l'on soit porteur de projets ou non, juste dans la manière d'être face au monde, les certitudes que l'on a face à certaines choses.

Ainsi même si vous en faites rien de concret, vous pourrez vous montrer phallique en vous foutant de la gueule du pilote de Rafale en lui rappelant que depuis le temps qu'il n'y a pas eu de guerre, son statut est plus celui du fonctionnaire que du guerrier. Et s'il veut répondre, tournez lui le dos en lui disant que de toute manière, vous ne respectez que les légionnaires. Et s'il la ramène encore, expliquez lui d'ailleurs que s'il existe maintenant des femmes pilotes de chasse, la légion ne recrute pas encore de demoiselles. Là vous aurez été phallique ! 

C'est effectivement un exemple outré et s'il se trouve que j'ai des lecteurs dans une quelconque escadrille, qu'ils ne se formalisent pas de mes propos ! Ce n'est qu'un exemple parmi d'autres ! Même si effectivement Cameron est resté dans les mémoires alors que l'on peine à se remémorer une bataille où l'armée de l'air se serait illustrée. Enfin, je dis ça, je dis rien moi ! Bon j'ai réussi dans un article à me brouiller encore plus définitivement avec les féministes, auxquels je rajoute les pilotes de chasse mais dans le même temps je marque des points auprès des légionnaires. Dès fois que je sois lu au 2ème REP à Calvi !

Mais pourquoi parler de tout cela me direz-vous ? Simplement parce que la semaine passée, un nouveau patient chouinait dans mon cabinet comme seuls mes patients sensibles savent le faire en maudissant sa vie qui le faisait habiter dans un quinze mètres carrés ce qui selon lui l'empêchait d'intéresser des filles. Comme j'aime dédramatiser, je lui ai d'abord dit que quinze mètres carrés déjà c'était plus facile pour le ménage parce que c'est vrai ! Et qu'en plus, mieux valait un quinze mètres carrés à soi que de coucher sous le point Alexandre III même si l'on peut y admirer de jolies statues de Frémiet.

Bref tout cela pour dire que même s'il existe des femmes vénales, je ne pense pas pour autant que les succès féminins soient corrélés au nombre de mètres carrés disponibles. Comme il avait un projet littéraire, je lui ai demandé où il en était et là, il a bafouillé et parlé de feuillets noircis, de fichiers Word à mettre en forme. Bref, il était plus dans l'intention que dans le concret, dans l'objectif. J'ai donc pu enfoncer le clou un peu plus en lui disant qu'avoir des intentions sans jamais les mettre en œuvre avait un côté garçonnet mais certainement pas phallique. Que les types qui pensaient écrire le roman ou peindre le tableau du siècle étaient légion mais que ceux qui passaient à l'acte étaient plus rares mais respectés.

Bref, peu importe ce que vous faites et où vous vivez, soyez phallique, pénétrez ce putain de monde d'un ample mouvement de bassin. Rien de pire que la loque larmoyante se lamentant sur lui-même et ou se mettant en colère contre les injustices d'un monde qui ne le comprend pas. Qu'il s'agisse de l''envie d'écrire un roman, de devenir vigile en chef ou de réaliser un herbier, peu importe votre objectif mais soyez un peu gabinesque dans votre manière d'être.

Si j'en crois ce que me confient mes charmantes patientes, si l'on révère le hipster dans les magazines, dans la vraie vie, le bourrin (un peu haut de gamme tout de même) a toutes ses chances. De la gentillesse mâtinée d’égoïsme typiquement masculin n'est pas toujours pour déplaire. Voilà c'était mon article vaguement freudien. J'ai cité le mot "phallique" douze fois en comptant celui-ci. Comme je suis né un douze janvier, ça fait qu'il doit y avoir une lourde symbolique inconsciente derrière tout cela !

Bref, cessez de vous demander pourquoi le Gringeot cartonne avec les gonzesses bien qu'il ait une culture littéraire d'un gosse du primaire et qu'il boive de la bière à la bouteille tandis que vous avez une agrégation de lettres classiques et êtes expert en champagnes ! Parce que le Gringeot fait de la moto, a des tas de projets, bref parce qu'il pénètre le monde d'un ample mouvement de bassin favorisé par des muscles fessiers en acier façonné par des années de salle de sport en ahanant comme un bucheron abattant un séquoia avec sa cognée ! 

D'avance pardon aux féministes et aux pilotes de chasse qui m'auront trouvé très con. Et vive la Légion étrangère !

Un peu de musique légère pour conclure !
(on entend légèrement la voix du Gringeot dans le chœur)

9 Comments:

Blogger Biscotte De Proust said...

je comprends tout maintenant, nous sommes nés le même jour de l'année mais moi je suis née sous giscard dernier round derniers mois.
tu prends des stagiaires ? (joke)

15/3/14 9:50 PM  
Blogger Biscotte De Proust said...

je comprends tout maintenant, nous sommes nés le même jour de l'année même si je suis née sous giscard dernier round derniers mois et j'ai abandonné la moto pour un déambulateur piaggio 3 roues depuis que je suis mère de famille.
tu prends des stagiaires ? (joke)

15/3/14 9:52 PM  
Blogger filleàgentils said...

merci merci merci merci merci!

15/3/14 10:16 PM  
Blogger chaton said...

Aaah, voilà des conseils clairs! Plus que "canaliser sa sensibilité", en tous cas :)

16/3/14 9:02 AM  
Blogger Valérie ANFRAY said...

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

16/3/14 6:02 PM  
Blogger Adès Rahmani said...

Comme vous connaissez bien les femmes!Et pour les mecs.. c'est toujours le physique des nanas qui compte le plus? vous qui entendez tout et savez tout dans l'alcove de votre cabinet...?

16/3/14 6:05 PM  
Blogger sté said...

Une fois de plus, ce que vous dites c'est le bon sens .

Freud a relié par ailleurs le masochisme à la féminité . Donc oui, le mec qui ne domine pas un minimum les femmes va galérer en séduction . Ou alors il aura l'immense honneur de devenir l'ami-confident à la con, dont je pense certains de vos patients se plaignent .

Il y a aussi Nancy Huston qui dit des choses très intéressantes sur les différences hommes-femmes :

https://www.youtube.com/watch?v=JHU--UBXA4M

16/3/14 7:22 PM  
Blogger filleàgentils said...

Adès, le physique compte, mais aussi ce qu'on dégage. Comme le dit élégamment Philippe, si on se trimballe " avec une étiquette en solde collée au cul", ça se voit.
C'est beaucoup plus facile à dire qu'à faire, mais c'est plus facile de trouver quelqu'un quand on a confiance en soi.

16/3/14 10:28 PM  
Blogger Lili onthebeat said...

Je ne pense pas que l'apparence soit un facteur plus important pour les hommes que pour les femmes, puisque l'amour étant libéralisé et la fécondité contrôlée, les attentes se révèlent assez similaires des deux côtés.

Le pouvoir (masculin) est un aphrodisiaque paraît-il, mais au delà il y a surtout une façon "d'être au monde" qui rejoint la confiance en soi dont parle filleàgentils (j'aime beaucoup ce pseudo!). Apprendre à vivre selon ses propres règles, garder son indépendance d'esprit par rapport aux desiderata de ces dames serait déjà un très bon départ. Il n'y a rien de plus anti-érotique que celui qui s'ingénie vainement à tout cumuler pour plaire et obtenir enfin l'amour qu'il estime mériter.
En fait l'apprenti player c'est un peu comme l'apprenti bouddhiste: à trop se concentrer sur le "but", il est certain de le manquer !

Et puis pour les damoiselles fortes de tête dont il est question dans l'article suivant, ce n'est pas bien différent dans le fond. Se remettre de l'idée que décidément ils préfèrent les idiotes ou sont incapables de voir le bon parti qu'elles constituent grâce à leur incroyable bagage et leurs multiples talents... avec lesquels elles les écrasent verbalement (dans le pire des cas) pour leur prouver qu'elles "le valent bien".
Et plutôt que de faire étalage de son cv comme s'il fallait surcompenser par la publicité un produit qui trouve difficilement acheteur, il vaut mieux apprendre à s'intéresser à l'autre intelligemment, le mettre en valeur lui, repérer et respecter ce qui lui semble important (dans les limites de son souci d'intégrité évidemment !).
Mais ça, ça n'est possible que si l'on est enfin assuré de n'avoir rien à prouver à personne, que ce soit à papa ou ses avatars !

18/3/14 4:22 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home