24 novembre, 2014

Dernère lubie !


Je suis sujet aux lubies, tous mes lecteurs le savent. Je passe allègrement de l'une à l'autre, me contentant, durant le temps qu'elle m'obsède, de me documenter sur le sujet avant de l'abandonner pour d'autres horizons. Je pourrais d'ailleurs consacrer un pan entier de ma bibliothèque à mes lubies qui m'ont par le passé donné l'occasion d'acheter des livres sur le sujet. On y trouverait voisins des livres traitant de sujets aussi divers que l'apiculture, les ponts et viaducs, les autorails, l'EMI ou encore les hérissons.

Dernièrement, c'était la vie érémitique qui me préoccupait. Ne me demandez pas comment cela m'est venu. Je n'en sais rien ou plutôt je crois le savoir sans en être vraiment sur. Toujours est-il que j'ai un jour décidé de chercher sur ma tablette préférée combien il y avait d'ermites en France. Puis, que de fil en aiguille, je me suis intéressé à la vie érémitique, à la manière de "partir dans le désert" comme le fit Antoine le Grand, père de l'érémitisme chrétien.

Et bien sur, comme une lubie est quelque chose d'important pour moi, après avoir lu les textes régissant la vie d'ermite, je me suis intéressé aux conditions matérielles permettant cette réclusion dans le monde. Certes, on peut être ermite en ville, passager clandestin dans un immeuble, mais la condition campagnarde a eu ma préférence, sans doute parce qu'elle recèle un côté survivaliste amusant. Que voulez-vous, même quand il 'agit d'érémitisme, un mec reste un geek.

C'est la raison pour laquelle après avoir cherché l'endroit idéal pour mener une vie d'ermite, il fallait se soucier des conditions matérielles d'existence. Ceci dit l'endroit idéal n'est pas simple non plus car tous les coins paumés de France ne se valent pas. Le lieu idéal est un compromis entre la beauté de l'endroit, son isolement, le climat, le prix d'une masure correcte et bien sur l'accueil des locaux.

S'agissant des conditions de vie, mon esprit s'emballant sans raison, ainsi qu'il le fait pour n'importe quelle lubie, je me suis renseigné sur la manière de vivre en autonomie. Autant vous dire que les poêles, les éoliennes ou l'hydroélectricité n'ont plus de secrets pour moi. Quant à la manière de recharger un téléphone avec un simple réchaud, ce n'est plus un secret. L'effet Peltier comme l'effet Seebeck me sont devenus communs. Quant aux régulateurs, donnez moi un oscilloscope et je vous dirai s'il est bon ou si c'est une daube chinoise qui endommagera votre électronique. Idem pour le groupe électrogène !

J'ai évidemment pour ce faire fréquenté des forums spécialisés. J'ai été étonné par la qualité des échanges tant au niveau de l'orthographe que des renseignements qui y sont fournis. Et même si la plupart son plutôt des adeptes de la décroissance que de l'érémitisme chrétien, je dois souligner qu'ils sont généralement réfléchis. Comme quoi, on peut vivre en yourte et n'être point sot. La plupart sont d'ailleurs nettement circonspects face à l'écologie politique telle qu'elle se présente.

Et si les allumés existent, il suffit de parler technique, c'est à dire de dépasser le cadre des paroles creuses pour agir, pour les voir disparaitre au profit de gens ayant souvent muri leurs projets, même si ceux-ci peuvent sembler farfelu pour le commun des mortels. Pour ma part, capricorne enraciné d'un classicisme effréné, il est évident que mes gouts me portent plus vers les vieilles pierres que vers les constructions nomades.

Cette lubie m'a habitée durant quelques jours. Tant et si bien que dans la nuit de lundi à mari dernier, j'ai eu du mal à m'endormir tant les choses tournaient dans ma tête. C'est complètement stupide je sais, surtout quand je dois me lever après n'avoir dormi que deux heures. Et quand ma patiente de dix-huit heures me trouve fatigué, difficile de lui explique que c'est parce que j'ai passé un bon moment à me passionner pour les solutions solaires dédiées aux sites isolés. C'est quelque chose que tout le monde ne comprendrait pas.

De toute manière, même si le projet me plait, ce n'est pas demain la veille que je partirai vivre en ermite. Ni après-demain d'ailleurs. Je suis le type le moins bricoleur du monde. de plus, c'est le drame de ma vie, je ne parviens jamais à me décider tout en n'étant pas fait pour les solutions médianes. Donc je suis toujours en train d'hésiter en l'immense château en ruines et la masure nichée au cœur d'une vallée.Et même si je suis un bon théoricien, ce n'est pas la lecture d'un traité de charpente qui m'aiderait à refaire une toiture !

Voilà, adieu ma belle thébaïde aux murs de pierres et au toit de lauzes ! Mais bon, en cas de catastrophe, sans être un pro du survivalisme, disons que j'en connais maintenant plus que la plupart de mes concitoyens. C'est dommage j'avais trouvé une belle bâtisse pas trop grande, avec quelques hectares autour et en plus une chapelle ! Le rêve de tout ermite ! Je n'avais plus qu'à convaincre mon épouse de se chauffer à la bouse et de s'éclairer à la bougie !

Je sens la fièvre s'apaiser. J'ai juste commandé le nombre de livres obligatoires sur Amazon afin de garder un souvenir de cette lubie. Encore des livres qui rejoindront ceux concernant les autres lubies. Peut-être qu'un jour, on me demandera pourquoi un ouvrage sur les hérissons voisine avec un livre sur la taille de pierres et un autre sur le choix de vie érémitique.

Enfin, je n'abandonne pas tout à fait le projet. On ne sait jamais, dès fois que Hollande soit réélu en 2017, je pourrais bien prendre le maquis.

4 Comments:

Blogger Adès Rahmani said...

Le camping sauvage un mois fera tout aussi bien l'affaire surtout si vous étiez boy-scout! Pourquoi des murs, des poêles et des panneaux solaires? Un véritable Ermite n'a que la nature comme lieu de vie un abri certes mais qu'il est bon de revenir à l'essentiel...

25/11/14 3:05 PM  
Blogger Ordalie said...

"j'avais trouvé une belle bâtisse pas trop grande, avec quelques hectares autour et en plus une chapelle."
Mon rêve! Une affaire à ne pas rater.

25/11/14 5:41 PM  
Blogger alterflorilège said...

J'adore vous lire !
Pour une vie retirée je recommande un coin que j'ai découvert cet été : c'est dans l'Allier en montagne bourbonnaise à une trentaine de km de Vichy, plus précisèment la vallée du Sichon (rivière locale) Beau paysage, moyenne montagne, prix des masures sans doute les plus bas de France, les locaux sont ouverts et habitués aux "décalés" je pense.
Là bas j'ai découvert le silence et par moment des paysages presque mystiques. la descente vers la rivière dans la forêt après l'orage par ex...

11/12/14 4:55 PM  
Blogger Philippe Rabagnac said...

Bonjour Philippe,
après avoir longtemps [très] vécu à Paris et banlieue, j'ai fait, il y a bientôt 4 ans, le grand saut vers le néoruralisme et un commencement d'autonomie (je reste lucide par rapport à l'utopique autarcie totale mais espère me nourrir de plus en plus de ma propre production :)
Je suis donc installé en pleine nature dans le sud de la Corrèze et ne regrette en rien le changement.
Depuis de nombreuses années, me trotte dans la tête une idée farfelue mais tenace (je suis né en janvier… ;) celle de créer en pleine nature des petits gîtes confortables mais rustiques, en location courte ou longue, pour les personnes désirant s'isoler temporairement pour des raisons professionnelles, thérapeutiques ou simplement pour respirer un peu sans forcément devoir complètement changer de vie.
Depuis mon installation au vert, cette idée prend de plus en plus de sens (pratiquement tous les amis urbains qui viennent en vacances chez moi (ados compris !…), les aidants de HelpX et Workaway aussi, en repartent revivifiés et apaisés, voire "bouleversés").
Et voilà qu'en cherchant sur le net quelques pistes pour mûrir mon projet, je découvre votre blog (passionnant mais malheureusement illisible en blanc sur noir pour quelqu'un dont les yeux (sensibles) sont le principal outil de travail…) et cet article en particulier.
Alors, si cela vous est possible, il me plairait d'en discuter librement avec vous car je trouve qu'une vision professionnelle (autre qu'étiquetée écoconstruction ou survivalisme ;) sur mon projet (et son éventuel intérêt "thérapeutique") serait très intéressante.
Mon blog (aucazou) : http://lesdames.eklablog.com/
Bien cordialement
Philippe (aussi ;)

PS. Je n'ai pas trouvé de possibilité d'envoyer un "message" donc, vous pouvez ne pas le publier comme "commentaire".

15/2/16 4:14 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home