14 janvier, 2017

Défions nous des extrêmes et autres incantations !

Simplet n'est pas extrémiste !


J'ai dans ma clientèle, deux patientes, jeunes quadragénaires célibataires, qui aimeraient se trouver un gars bien ! Pourquoi pas ? C'est bien normal que de vouloir être aimé et être aimé non ? Sauf que, sans que je sache bien pourquoi, ces deux patientes sont plutôt de gauche et progressiste du point de vue des mœurs. Cela ne me dérange pas, n'étant justement pas de gauche, je ne suis pas sectaire et accueille indifféremment les patients quelque soient leurs idées politiques. 

D'ailleurs, je ne parle de politique que si l'on m'en parle. J'ai beau être persuadé que le socialisme est une pathologie mentale très résistante qui la rend sans doute plus dure à traiter qu'une schizophrénie, je ne dis jamais rien. Je reste neutre.

S'agissant de ces patientes, qu'on se rassure, aucune des deux n'est à proprement parler militante. D'ailleurs comme toute parisienne quadragénaire qui se respecte, l'une et l'autre ont adopté très largement un mode de vie bourgeois. Les deux possèdent leur logement, l'une dans le XVème et l'autre dans le XVIème. On est donc loin de Germinal ! On reste dans le standard de l’électorat d'Anne Hidalgo. Au XIXème siècle ça aurait fait de parfaites dames de charité soucieuses des pauvres et maintenant ça se dit de gauche parce que c'est sensé être généreux. 

Ceci étant dit, les deux sont plutôt sympathiques. N'étant pas moi-même militant, je m'entends généralement bien avec tout le monde. Je les sens tellement pleines de contradictions qu'elles en deviennent plutôt touchantes. J'ai souvent envie de leur dire que plutôt que de feindre de s'intéresser à la politique qui ne les passionne pas plus que cela, de se contenter de voter pour qui elles veulent mais d'aller à l'église à côté demander si une association n'aurait pas besoin d'elles. Mais bon, l’Église c'est vieux et réactionnaire alors qu'être de gauche c'est sensé être moderne, surtout sous la mandature d'Hidalgo. Et en écrivant cela j'ai subitement conscience que mes propos sont réactionnaires et sexistes et qu'en plus je les assume. 

Toujours est-il que comme on se connait bien l'une et l'autre m'ont demandé si dans ma clientèle, triée sur le volet, il n'y aurait pas quelque coquin intéressé par elles. Et effectivement, j'ai dans ma population masculine quelques profils intéressants. Cependant, afin de savoir si cela pouvait colle,r il a fallu que je demande à des deux demoiselles, quel était le profil recherché. L'une et l'autre n'ont pas d'exigences particulières. Bien sur, elles préfèrent que l'élu soit présentable et intelligent et d'un âge en rapport avec le leur. Jean-Luc Bennahmias n'aurait peut-être pas eu ses chances. Bon, ce profil là j'ai en stock vu que j'ai une clientèle généralement remarquablement intelligente. 

Bien sur connaissant leurs idées politiques, je leur ai demandé si c'était important que l'homme qu'elles recherchent pensent comme elles. Et là, les deux m'ont fait la même réponse en me précisant que la politique n'était pas au cœur de leurs centres d'intérêt et que de droite ou de gauche, elles s'en moquaient pourvu qu'il ne soit pas EXTRÊME ! Le mot est lâché, défions-nous des EXTRÊMES ! 

Et c'est là que le bât blesse parce que si on attribue à ce mot son sens premier, j'avoue ne pas connaitre d'extrémistes. Je n'ai ni nazi ni admirateurs de Pol Pot dans ma clientèle pas plus que je ne connais de staliniens convaincus. Petit, j'en croisais parfois dans le métro, de ces vieux lecteurs de l'Humanité affublé d’une casquette. Mais je crois qu'ils sont tous morts. Quant aux nazis, il faut bien devoir se rendre aux confins de l'Ukraine pour en croiser. En tout cas, je n'ai pas d'extrémistes dans ma clientèle. Pas de ceux là en tout cas.

Je crois qu'à notre époque, par extrémiste, il faut entendre le fait d'accepter d'apporter des solutions définitives à un problème grave lorsque qu'il a été prouvé que les solutions lénifiantes à base de dialogue, de bougies et de nounours ont échoué. Dès que l'on remonte avant l'élection de François Mitterrand, le monde nous apparait peuplé d'extrémistes ! 

Dès lors il me semble que je ne peux avoir que des extrémistes dans ma clientèle parce que quand on voue tue au Bataclan, qu'on vous roule dessus en camion et que votre première réaction est de hurler pas d'amalgame en allant allumer une bougie, on n'a vraiment pas de problème dans la vie. On est tellement malléable et adaptable que même le pauvre Candide de Voltaire, lui même qui professait que tout est bien dans le meilleur des mondes possibles est battu. On n'a vraiment pas besoin d'un psy.

Alors oui, j'avoue, comme je leur ai dit que la population masculine célibataire susceptible de leur convenir était sans doute un peu trop extrémiste pour leur plaire. Les deux s'en sont étonnées, persuadées que je ne recevais que de dangereux réactionnaires. Pas du tout, leur ai-je assuré, ils sont tous charmants mais pas forcément  gentils comme elles l'espèrent. Ils sont normaux avec des limites à leur tolérance. Capables de pardonner quand c'est nécessaire mais aussi de violence. Dans la bible il me semble qu'il y a une différence entre inimicus, celui à qui l'on pardonne, à qui l'on tend sa gauche, et hostis, celui qui veut vous anéantir. 

Les deux étaient plutôt tristounes de ne pas pouvoir pêcher dans mon vivier. Mais c'est ce que je leur ai expliqué. Il suffira qu'elles évoquent leur vote pour Anne Hidalgo pour que les mecs se barrent. Désolé, je n'ai ni hipster, ni réel bobo, ni admirateur fervent de François Bayrou dans ma clientèle. 

Mais promis, si j'en chope un, gentil, bien de sa personne, avec des revenus fixes et capable d'affirmer que François Hollande a été un bon président, je leur garde. Celui là, j'en suis sur, ne sera pas un salaud d’extrémiste.

Le célibat tient parfois à peu de choses !

2 Comments:

Blogger Maxime said...

François Hollande a été un bon président : il a fait imploser le PS. Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon n'ont plus qu'à en bouloter les restes. Cela devrait nous en débarasser entièrement.

Par contre, même après cette profession de foi pro-Hollande, n'insistes pas pour me caser auprès de tes patientes socialistes.

17/1/17 5:23 AM  
Blogger Adès Rahmani said...

excellent billet.

30/1/17 7:20 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home