31 mars, 2007

Au Chinois avec Robert-La-Pince !

La semaine dernière, Robert et moi, avons déjeuné au traiteur chinois à côté de mon cabinet. Comme robert fait attention à sa ligne, il a pris un repas frugal. Alors que nous allions payer séparément, Robert, n’ayant pas de liquide sur lui, voulait payer par Carte bleue. Fleur de Lotus lui a dit que c’était possible à partir de 15 euros. Par la force des choses, Robert, m’a donc invité. C’était bien sur à charge de revanche.

Aujourd’hui, à quatorze heures, j’avais rendez-vous avec Robert pour déjeuner. Nous sommes retournés chez ce traiteur. Robert a une qualité, c’est qu’il est ponctuel ! Et à quatorze heures pétantes, je vois donc mon Robert arriver, fringant, trottinant sur ses courtes jambes, sa trogne rougeaude sous une tignasse de cheveux couleur paille, tout de Gucci et de Prada vêtu car Robert aime en jeter ! Tant et si bien que la dernière fois il m’a reproché avec dédain de ne pas être looké. J’aurais pu lui répondre que j’étais un mec sérieux, avec un vrai métier, et non une pétasse de la mode, et que je n’avais pas besoin d’être looké. Mais comme je suis poli je me suis abstenu.

Nous sommes entrés dans le restaurant. Comme robert, avait deviné que je l’invitais, j’ai constaté une chose curieuse. Robert, d’habitude frugal a chargé son plateau. C’était le Noël des enfants pauvre lâchés chez Toys’R’Us ! Entrée, plat, dessert, boisson, j’ai bientôt vu le moment ou il allait demander un sac plastique pour en emmener chez lui.

Robert le frugal, devenait un véritable goinfre ! Une fois à table, je passe sur les mauvaises manières de Robert, qui avisant la carafe d’eau, dont il ne reste qu’un fond, ne partagera pas mais se servira un verre sans même vous en proposer. Mais, c’est je crois, là une question d’éducation et non de psychopathologie.

Connaissant Robert, comme si je l’avais fait, j’ai de suite imaginé, que parce qu’il était invité il se lâchait, parce qu’il n’y a pas de petites économies ! Je suis persuadé que sur un marché, c’est le genre à venir à la fin, vers 12h30, quand les commerçants soldent les produits qu’ils ne veulent pas remporter, et à choisir les fruits tachés parce qu’ils sont moins chers.

Comme tous les narcissiques, Robert est une pince, un pingre, un type qui ne sait pas vraiment profiter de la vie. Jouant les cadors au dehors, Robert est en fait un grand anxieux. Les psychanalystes parleraient d’un individu fixé au stade anal, d’un mange-merde en quelque sorte, si j’ai bien compris la psychanalyse, ce qui n’est pas très propre vous en conviendrez !

Dans les faits, si vous manquez d’instinct ou de connaissances pour profiler un narcissique, il y a une autre méthode. Il suffit de voir la manière dont il dépense son fric.

Généralement, les dépenses du narcissique obéissent à trois règles simples :

  • Il dépense aisément l’argent des autres (amis, société via les notes de frais, etc.) ;

  • s’il dépense son argent, c’est en « frais de représentation » du type grosse voiture voyante, costumes de m’as-tu-vu, montres dorées, champagnes chers dans les soirées pour qu’on remarque comme il est riche et important ;

Le père d’une amie était un intolérable narcissique. Après avoir pourri la vie de son épouse il a ruiné la vie de sa fille, qui aujourd’hui âgée de quarante-cinq ans, persiste à penser que c’était un type génial !

Ce type était fonctionnaire hors cadre, c’est à dire qu’il se gavait sur notre dos avec un salaire d’environ 25 000€ mensuels pour un boulot improbable et sans intérêt. Toute sa vie, il a vécu sur la bête avec gigantesque appartement de fonction, gaz et électricité payés par son administration, notes de frais faramineuses et tout un tas de trucs que je n’imagine même pas !

Lorsque la fonction publique a décidé de le jeter à la rue, parce qu’il avait l’âge de la retraite, et qu’il fallait donner sa place à un autre escroc, on s’est aperçu que ce chien avait même fait passer son lave-vaisselle en frais professionnel !!! En bon escroc de gauche, toujours prêt à enfourcher le blanc destrier de la justice sociale, ce salaud avait même acquis un petit château en Bourgogne, dont la rumeur dit, qu’il le fit en partie meubler aux frais du contribuable.

Je me souviens que sa fille, très admirative, m’avait dit une fois : « tu vois statutairement, les femmes de ménage dans son administration devaient être payées 35 F de l’heure et mon père a décidé de les passer à 55 F de l’heure ». Elle m’avait annoncé cela comme si ce pourri était Robin des Bois !

Ma réponse fut cinglante puisque je lui répondis : « oui, c’est sur qu’il très généreux avec le fric du contribuable par contre j’ai constaté que chez toi, que ce soit dans l’appartement de fonction ou au château, c’est ta mère qui torchonne ». Ayant attaqué son héros de père, mon amie en pris ombrage et je ne la vis plus.

Comme il existe une morale immanente, sitôt retraité, son père choppa un cancer foudroyant et calancha quelques mois après. La décompensation brutale en cancer foudroyant est un truc qui survient souvent chez les narcissiques qui d’un seul coup n’ont plus leur Cour de lèche-culs ! Nous ayant volé durant toute sa carrière, il n’a pas pu continuer à nous rançonner durant de longues années de retraite ! Ceci dit, paix à son âme et que Dieu veuille bien lui pardonner sa misérable vie de rapace inutile.

On retrouve toujours la même manière de considérer l’argent. Large et dispendieux avec l’argent des autres, le narcissique devient un ladre dès qu’il s’agit du sien sauf si cet argent est utilisé pour jouer le beau !

Le narcissique est en fait un pauvre type, à l’instar des immeubles haussmanniens dégradés dont seule façade mérite d’être conservée, seule son apparence est flatteuse. A l’intérieur tout est pourri, misérable et ruiné. Les narcissiques, quoiqu’ils puissent prétendre sont de pauvres types, qui malgré leur arrogance et leur méchanceté méritent notre compassion.

En sortant de déjeuner, j’avais promis à Robert, qu’il serait la vedette d’un article. C’est chose faite.

Je précise que j’apprécie tout de même grandement Robert, sans quoi je ne le fréquenterai pas. Il possède certaines qualités dont la sincérité et un respect de la parole donnée, ce qui n’est déjà pas si mal. Plaise à Dieu que je sois psy pour avoir su deviner ces qualités, sinon je pense que je l’aurais envoyé se faire foutre depuis longtemps.

Parfois, je me dis que si Robert, était moins centré sur lui-même, et possédait quelques manières, sa vie en serait changée.

4 Comments:

Anonymous Anonyme said...

MORT DE RIRE!!:!!!!!!!!!

robert

31/3/07 7:32 AM  
Anonymous Anonyme said...

c bien la premiere fois que tu restes coi et n'avances aucun contre argument a part "personne ne te croira"! "qui ne dit mot consent" donc acte!!
;)

31/3/07 5:26 PM  
Blogger philippe psy said...

Tiens rien que pour t'emmerder, j'ai ôté ton commentaire ! Comme ça ! Juste l'expression de mon pouvoir absolu et discrétionnaire !

Franchement oser parler de champagne alors que je venais de faire un post sur les AA ! Ah la la tu ne respectes donc rien ???

31/3/07 6:06 PM  
Blogger Caro said...

Cela se soigne un robert la pince ?

20/8/10 2:21 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home