19 juin, 2007

Il leur faudrait une bonne guerre !


Avec leurs casques déjà prêts, et leurs bas de pantalons glissés dans les bandes molletières, ces poilus attendent leur vélo Decaux.

A midi, comme souvent, je vais déjeuner chez Fleur de Lotus à côté de mon cabinet. La nourriture y est bonne et saine. Comme souvent, la salle fumeur est encombrée de lycéens, venus du lycée voisin. Tous sont taillés sur le même moule, minces, à la limite du filiforme, filles comme garçons, et lookés à la limite du grotesque, les nanas façon semi-putes, tailles basses et dessous apparent, et les mecs, de manière androgyne.

J'adore les écouter parler. A midi, un petit con blond, coiffé comme un dessous de bras, pérorait tout seul, devant un auditoire composé de cinq gonzesses. Son discours était émaillé de "c'est chanmé" qu'il mettait à toutes les sauces, quelle que soit la discussion. Pour lui, le jugement définitif, était d'être chanmé !

A un moment, il a sorti un cône de son froc, pour jouer les malins devant les filles, comme si fumer était un truc atrocement déviant à notre époque. Et une de ses copines comprenant que je l'avais vu, lui a dit tout bas de le cacher. Elle a du avoir peur, du gros con de la table d'en face, qui le regardait méchamment (moi). Son regard ayant croisé le mien, il s'est habilement dissimulé derrière une des ses copines pour ranger son chichon. J'ai toujours détesté les fumeurs de shit, ce sont des petits cons immatures !

La discussion principale de ces jeunes cons, aujourd'hui était la mise à disposition de vélos par la Mairie de Paris via Decaux. Et ce jeune con était enchanté par le fait que la première demie-heure soit gratuite. J'avais envie de lui dire que rien n'est jamais gratuit mais je me suis tu. L'idée que des contribuables puissent être volés comme dans un bois, par des politiques stupides autant qu'avides, pour lui offrir son vélo, le dépassait sans doute. Aussi malin qu'un chien, lui, il va à la gamelle, sans se soucier de savoir comment sont arrivées ses croquettes.

L'avantage pour lui, était que comme cela, il pourrait aller aux soirée en métro, et en revenir en vélo. Il rajouta aussitôt qu'il rêvait de voir Paris couverte de tramways, et sans aucune voiture, parce que selon lui, la voiture craignait et polluait. Le fait que Paris ait perdu pres de deux-cent mille emplois en dix ans, ne veut rien dire pour un con pareil.

Mon Dieu, si jeune et déjà atrocement bobo et idiot ; le prototype de petit con atteint du syndrome du gauchisme adolescent-festif. Le genre de trou du cul que l'on retrouve aujourd'hui, dans toutes les capitales occidentales, décervelés, tout juste bon à débiter un catéchisme laïco-socialo, basé sur la tolérance et les plaisirs faciles : des petits soldats pré-formatés uniquement capable de consommer, des fringues comme des idées, les proies idéales pour toutes les multinationales et accessoirement les racailles banlieusardes.

Tout en lisant, je l'écoutais d'une oreille distraite. Ayant appris, que bien qu'il en parut seize, il avait dix neuf ans, je ne saurais dire exactement pourquoi, mais l'image d'un monument aux morts s'est imposée à moi. Sans doute parce que voici quinze jours, j'attendais mon frère assis devant le monument aux morts de la petite commune de Haute Savoie qu'il habite, et que je regardais les âges auxquels les soldats étaient décédés. Je me souviens qu'il y en avait quelques uns de moins de vingt ans, ceux ayant devancé l'appel. Et je me suis mis à penser que des types de l'âge de ce petit con, avait été envoyés, en d'autres temps, au front.

Comme je suis parfois cruel, je l'ai observé et, je l'ai imaginé, avec une jolie tenue bleu horizon, des bandes molletières et un fusil Lebel. J'ai trouvé qu'il aurait eu belle allure ce petit con festif, uniquement soucieux de plaisirs immédiats, à patauger dans la boue chaussé de brodequins au Chemin des Dames. En deux mois, il aurait pris du volume, et une petite coupe en brosse, au sabot de deux, lui aurait donné une allure plus mâle. Il aurait ensuite eu, au gré des permissions, le loisir de raconter qu'il avait vu des trucs chanmés, mais alors vraiment chanmés !

Puis j'ai pensé, qu'il leur faudrait une bonne guerre à ces petits cons. Ce doit être le signe que je vieillis ! De toute manière, même quand j'étais jeune je n'ai jamais pu blairer les jeunes.

Y'a pas plus cons que les jeunes. Vive le droit de vote à trente ans !

6 Comments:

Blogger Madame Poppins said...

Comment être autre chose qu'un petit con immature lorsque les "modèles" autour de soi ne sont rien d'autres que grands cons immatures ?

Je vous trouve bien tranchant à l'égard de ces jeunes; que vous détestiez ceux qui fument des joints, je veux bien, encore que cela me semble être beaucoup d'effort (détester) pour pas grand-chose mais de là à les qualifier de cons.... encore un effort qui ne me semble pas tellement utile, non ?

En revanche, le lecteur averti aura certainement apprécié à sa juste valeur le fait que dans ce restaurant, la bouffe est bonne et saine ! :-)

20/6/07 7:41 AM  
Blogger philippe psy said...

Ah Miss Poppins, chère avocate ! Quand vous écrivez, on croirait une jeune pénaliste tout juste inscrite au barreau !

Dans les faits, biens ur que je me fous qu'il fume du chichon. D'ailleurs en tant que libéral, je suis pour la dépénalisation, c'est vous dire !

Quant aux modèles, je susi d'accord avec vous, c'est d'ailleurs pour cela que je me propose, moi, en modèle presque parfait, structurant pour ces jeunes cons !

Mais bon, si vous avez lu la suite de l'article, vous aurez noté, que je ouais volontairement les "vieux cons". Il était donc logique que je juge que ce jeune était un "petit con". Sincèrement, imaginez-vous qu'au-delà de ma légitime colère, je sois aussi dur avec les gens ? Non, sinon j'aurais fait l'ENM pour être procureur !

Tsss... Fut un temps, ou la profession d'avocat était aussi juridique que littéraire ! Du recul !!!!! Ne prenez pas au pied de la lettre tout ce que j'écris même s'il y a toujours un fond de vérité !

Dans tous les cas merci d'être venue me lire !

20/6/07 11:54 AM  
Anonymous GCM said...

Pour revenir au droit de vote des jeunes, je serais plutôt favorable à la création d'un "certificat d'aptitude à voter". Je crois qu'une majorité de jeunes sont des abrutis finis, semblables à ces gogols débectants que tu décris, mais il doit probablement rester quelques jeunes eclairés.
Ainsi, dans ce certificat d'aptitude figureraient plusieurs volets visant à déterminer si on doit reconnaitre au candidat l'utilité de son vote dans le cadre de la préservation et l'évolution de notre société.
Ces volets pourraient être : la construction cérébrale (très utile pour éliminer les Lillois), la conscience politique (merci de se référer à l'éthimologie pour une meilleure compréhension), la connaissance globale de la planète et de son fonctionnement (comme par exemple savoir ce qu'est une balance commerciale, le PIB ou à quoi sert un ministre des affaires etrangères, qu'est-ce qu'un ambassadeur, un dictateur, etc...).
Les votants seraient bien entendus souverains et interviendrait non seulement dans le choix des représentants du peuple, mais également dans le fonctionnement des institutions et dans les décisions majeures ( on pourrait en conséquence généraliser les référundums ).
A bas les petits cons, mais surtout à bas les cons tout court !

20/6/07 5:53 PM  
Anonymous florence said...

un certificat ? ah ouiiiii !!
bain y'auré pa bocou de monde ki pouré veauter !!

22/6/07 12:06 AM  
Blogger philippe psy said...

Ah sacré GCM !!! J'ai toujours soupçonné chez toi un côté fascisant !

Mais l'idée est à creuser oui. Dans les faits, cela s'appelle l'aristocratie, le gouvernement des meilleurs.

22/6/07 12:33 AM  
Anonymous GCM said...

Si ce n'est les aristocrates tels qu'on les connait ne sont pas triés sur le volet, mais élus de naissance, ce qui fait une sacrée différence.
Je ne vois pas ce qu'il y a de fascisant à estimer que tout le monde n'est pas apte à assumer la responsabilité du vote, c'est plutôt de la clairvoyance. C'est comme de dire qu'un despote éclairé serait une bonne solution. Ce qui fait peur c'est le mot "despote", alors on élude le terme suivant et on passe à côté de la signification exacte.
Comme dans "bonne guerre", on élude "bonne", parce que "guerre" fait peur.
Certaines âmes bien pensantes (yuk !) me rétorqueront "mais on s'est battu pour le droit de vote, c'est un droit du citoyen!"

Oui, des gens se sont battus pour le droit de vote, mais lesquels ? Ceux qui ont voté ou ceux que ça arrangeait ? (et que ça arrange toujours d'ailleurs). Les peuples de moutons stériles sont la clé des systèmes décadents. Chacun ses outils pour les stériliser ! Dans nos sociétés occidentales, cette arme s'appelle le droit de vote.

22/6/07 2:40 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home