12 septembre, 2007

Journée de merde !

Scottish go home ! You are ridiculous with your jupettes !

Ca commence mal avec un accident voyageur à la station Port-Royal, et cela continue avec un connard qui me plante un rendez-vous, même si je savais que ce baltringue allait me planter : pas assez fort pour suivre une thérapie avec the king of therapy !

Ensuite, fin de journée, je termine plus tôt mes consultations pour rejoindre mon ami Bobo. Et là, surprise, des hommes en jupe aux curieux cheveux rouges, que semble apprécier mon confrère, mais chacun son truc, se baladent ivres morts sur la chaussée, avec un curieux insigne, une sorte de drapeau bleu barré d'une croix blanche.

Cet amoncellement d'individus avinés, et roux de surcroit, oblige mon bus à être détourné, ce qui fait que je suis obligé de marcher pour le récupérer à un arrêt à perpéte. C'est ainsi que j'arriverai en retard au rendez-vous chez Bobo. J'apprends en route que ce n'est pas une énième gay-pride organisée par les roux mais des supporters écossais. Si Lord Lovatt, sa cornemuse et ses troupes, sont très amusants et folkloriques dans "Le jour le plus long", les écossais sont nettement plus pète-burnes dans Paris !

En fait, cette croix blanche sur fond bleu, n'est pas un insigne d'une association de travestis destinées aux hommes roux, mais le drapeau écossais ! Je m'en souviens enfin, même si depuis Mary Stuart, on avait un peu oublié les écossais. Je me prends soudainement à adorer les anglais qui leur ont mis une branlée à Flodden Field. Je ne sais pas, contre qui, ni quand il jouent, mais j'espère qu'ils vont se prendre une branlée comme la France face à l'Argentine, ça les apprendra à me faire rater un bus.

J'espère qu'on va leur lire une traduction de la lettre de Guy Môquet à eux aussi, avant leur entrée sur le terrain comme ces abrutis l'ont fait à nos joueurs. Font chier ces sportifs. Moi je les aurais dégagés à coup de CRS ! Est-ce qu'on va foutre le bordel à Edimbourg nous ? Non ! Remarquez, qui a envie d'aller à Edimbourg ou à Glasgow ? Si on aime la pluie et le granit, on a la Bretagne et on y cause français, c'est plus simple ! En plus, on peut y bouffer des crêpes excellentes et non de la panse de mouton farcie.

Fort heureusement, l'ami Bobo comprend les raisons de mon retard. De plus, il méprise à peu près autant le rugby que moi, ce qui nous fait un énième point commun. Nous vidons, quelques bouteilles de vin, dont les deux de Chasse-Spleen que j'ai amenées, et qui sont parfaites à l'apéritif, avant d'aller nous asseoir à une excellente table.

Je n'oublie pas de boire un verre à la mémoire de Georges Guynemer. Avec l'ami Bobo, je négocie un super truc pour Urbain, un autre pour George Killian, qui n'est pas écossais Dieu merci bien qu'il soit roux comme un renard, et encore un pour Laurence qui va murmurer "super" de sa petite voix ce qui sera le comble de la joie pour elle qui n'est pas très démonstrative. La soirée se finit bien, même si le taxi tente de m'arnaquer en me proposant un super forfait pour m'amener à un endroit auquel je n'ai pas envie d'aller. Putain de taxi, à croire qu'il m'a pris pour un écossais !

Putain, déjà près de quatre heures ! Plus que quelques heures à dormir ! Demain j'attaque à dix heures ! Bon, c'est pas la mine mais c'est tôt tout de même !
A boire avec vachement de modération sous le contrôle d'un adulte agréé par le ministère de la santé publique
et en présence d'un médecin urgentiste !

3 Comments:

Anonymous Marie-Laure said...

Pas très sympa ni juste avec les écossais, mais très rigolo !

12/9/07 10:10 AM  
Anonymous Anonyme said...

Ton émoi trop atisé. Ton surmoi traumatisé.

En somme tu as tisé car tu as somatisé.

Toju.

12/9/07 11:35 AM  
Blogger philippe psy said...

Sylvain qui se la joue almanach Vermot !!! :))

13/9/07 10:04 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home