18 février, 2008

Ahurissant ! "dé nouvel du kébek"


Bon, chacun sait que je n'ai aucune ligne éditoriale, j'écris ce qui me plait et vous allez encore en avoir la preuve incessamment en lisant ce qui suit. Alors plantons le décor.

Ayant écrit deux textes, je m'apprêtais à aller faire un gros dodo bien mérité, lorsque j'eus envie d'aller faire un tour chez mes confrères. Juste un petit tour vite fait avant de m'endormir. Un clic après, j'étais chez Le Grand Charles qui expliquait que la ville de Montréal avait choisi d'offrir sur son site, un accès en "orthographe simplifiée". La nouvelle émanait du site Fdesouche.

Après avoir lu la prose du Grand Charles, j'allais immédiatement voir sur Fdesouche. Et ainsi de fil en aiguille, je tombais sur le lien permettant d'accéder au site de la mairie de Montréal. Il suffit de cliquer ici. Vous tombez sur le portail et en bas à droite, vous remarquerez un logo mentionnant accès simple.

Vous cliquez et vous vous retrouvez . Vous cliquez sur "Continuer" (curieusement écrit en bon français car on aurait pu écrire "continué") et vous aurez le droit à cela. Il suffit de cliquer sur le lien "Pourquoi ce site" en bas à gauche et vous arriverez enfin ici. Je vous fais un copier/coller des premiers paragraphes :

"Pourquoi un site simplifié ?

À la suite du Sommet de Montréal, tenu en juin 2002, la Ville de Montréal s'est engagée à souscrire au principe d'accessibilité universelle pour les personnes ayant des déficiences. En quelques mots, le principe d'accessibilité universelle est la possibilité pour une personne qui a des déficiences ou des limitations, qu'elles soient visuelles, auditives, intellectuelles ou autres, de participer aux activités de la communauté ou d'utiliser les produits ou services de façon autonome. Le site « Accès simple » a donc été réalisé pour les personnes ayant des incapacités intellectuelles ou de graves problèmes de lecture ou de langage.

Les citoyens sont au cœur des préoccupations de l'administration municipale. Celle-ci veut s'assurer que tous soient traités de façon juste et équitable, et que tous puissent participer de façon active à la vie démocratique. Ce site avant-gardiste est un pas de géant dans cette direction. En effet, la Ville de Montréal est la première municipalité au monde à mettre sur pied un tel site Internet adapté pour ses citoyens qui ont certaines limitations ou déficiences et nous en sommes très fiers. Aux premiers abords, nous pouvons être surpris par une telle initiative. Mais il ne faut pas oublier que tous les citoyens ont le droit d'avoir de l'information et des services de sa municipalité."

Que dire après avoir lu cela ? Les bras m'en tombent. A ce niveau de démagogie et de connerie, Gérard Tremblay, le maire de cette ville, devrait avoir un oscar ou une récompense quelconque. Même Delanoë n'aurait pas osé !

A part la langue, nous n'avions plus grand chose en commun avec ceux qu'on appelaient nos cousins québécois. Ultra américanisés, soumis au polically correct d'une manière tellement intensive qu'on ne l'imagine même pas ici, nos chers cousins se démarquaient de plus en plus de la vieille Europe, confondant modernité et crétinerie abjecte.

Maintenant qu'ils adoptent une "ortograf altênativ", nous n'aurons vraiment plus rien en commun. Je ne sais pas si c'est l'air du temps ou les hivers rudes qui rendent cons, à moins que ce ne soit les accidents de motoneiges ou encore les rencontres fortuites avec des ours, mais quelque chose ne tourne vraiment pas rond dans la Belle Province. Mais bon, à en croire le maire : "plus de 30 % de la population montréalaise éprouve [...] de la difficulté à lire".


Mais cessons de faire du mauvais esprit et de nous moquer de nos "cousins" québécois. Penchons-nous plutôt sur cette curieuse initiative et imaginons qu'elle soit le fruit de cogitations d'experts et que cela la rende utile.

La fin du message nous rassure en effet quelque peu, puisqu'il est écrit :"Attention, l'ortograf altêrnativ n'est pas une nouvelle façon d'écrire le français. Elle est un mode alternatif d'écriture au même titre que le braille, destiné à des personnes que la complexité de l'écriture place dans une situation d'analphabétisme, de dépendance envers autrui ou d'exclusion à la vie démocratique." Nous voici rassuré, le français tel qu'on le connait restera le même et on n'y substitue pas ce curieux langage !

Admettons que si l'initiative permettait à quelques grands dyslexiques ou quelques trisomiques de mieux vivre, on ne pourrait que la louer. Il est évident qu'à la marge, certaines personnes ne maitriseront jamais correctement les arcanes d'une langue écrite : tout le monde le sait. Je reste toutefois circonspect devant les chiffres annoncés puisque le maire, dans ce même message explique : "il ne faut pas oublier que plus de 30% de la population montréalaise éprouve, pour toutes sortes de raisons, de la difficulté à lire".

Alors entre permettre une meilleure insertion des handicapés, ce qui serait une initiative louable, et admettre que plus d'un tiers de la population d'une ville ne maitrise pas sa langue, ce qui est un constat gravissime, il y a un grand pas que l'édile franchit allègrement sans s'inquiéter outre-mesure. Il semblerait que face à ce fléau qu'est l'analphabétisme, plutôt que de remettre en cause l'apprentissage du français manifestement mal effectué, il ait préféré proposer un pidgin plus assimilable, sorte de bouillie linguistique permettant à tout crétin basique de s'en sortir. C'est la légitimisation du langage SMS dont on sait pourtant qu'il appauvrit la pensée et génère de la violence. Manquer de mots, d'expressions, c'est ne pas savoir communiquer, et c'est souvent le premier pas vers la violence. On sait bien que les "beignes pleuvent quand on n'a plus les mots".

Enfin, je pense que si la mise en forme des informations municipales en "ortograf altêrnativ" peut éventuellement être une bonne chose pour certaines populations (l'initiative est amusante), elle aurait du être le fait d'associations spécialisées, et je suppose que le Québec n'en manque pas, plutôt que du site officiel de la capitale. De plus, à ce niveau de difficulté en orthographe, je ne suis pas sur qu'un individu ait suffisamment d'autonomie pour accéder à des renseignements utiles sur un média tel que l'Internet.

Le site de la ville de Montréal aurait pu alors proposer un lien vers le site des associations spécialisées dans l'accompagnement des personnes souffrant de dysorthographie grave. Aujourd'hui avec cette initiative, le risque est grand de considérer que cette "ortograf altêrnativ" constitue une sorte de traduction équivalente au français, comme on proposerait une traduction du site dans une autre langue classique (anglais, espagnol, etc.).

Fort heureusement, la semaine passée, conversant avec un ressortissant du Togo, j'ai constaté qu'il existait des africains qui maintenaient l'emploi d'un langage châtié et d'une syntaxe parfaite en en retirant une légitime fierté. Tout n'est pas perdu même si les québécois risquent d'être la honte de la francophonie.

Allé cé pa tou mé je vé me couché moa. Gesper que vou avé lu sa !

10 Comments:

Blogger ylyad said...

Ca me fait penser aux panneaux de signalisation du métro détruit du Piège Diabolique.

18/2/08 8:49 AM  
Blogger Laurence said...

put1 sa me trou lcu

18/2/08 12:32 PM  
Blogger El Gringo said...

la diskriminasion pozitiv è tan march...
sa tonb i1 jè écri desu.

18/2/08 12:40 PM  
Blogger Pierre said...

Il doit bien y avoir 50 manières de traduire alternativement, et le fait d'en choisir une arbitrairement peut avoir l'effet inverse de celui escompté.
D'autant que ça manque de constance: le son "è" de maire, accès, service, déchet est phonétiquement identique, mais trouve 4 "simplifications" différentes...
Pourquoi aKtivité et pas parK ?

Hum...les températures négatives, sûrement...

18/2/08 3:09 PM  
Anonymous Syl said...

Pourquoi avoir conservé "ville de Montréal" et ne pas écrire "vil de Monréal" ?

Je propose que désormais votre blog soit écrit dans la colonne de droite afin de faciliter la lecture aux borgnes de l'oeil gauche.

18/2/08 3:47 PM  
Blogger Robert Marchenoir said...

Les plus déficients intellectuellement ne sont pas ceux que l'on croit.

Il est évident que un texte avec une orthographe délirante comme celui-ci est beaucoup plus difficile à lire qu'un texte avec une orthographe correcte.

Et ce pour quelqu'un qui lit normalement, mais aussi, à plus forte raison, pour quelqu'un qui a des difficultés à lire.

Le politiquement correct détruit le cerveau de l'intérieur.

18/2/08 5:58 PM  
Anonymous Anonyme said...

Les vrais cons c'est atendrissant.

Le talent de maître Phiphi est de les détecter.

Merci Ô grand détecteur de cons.

Toju.

(Nonobstant tout zurnisme)

*********************************************************************************************************


::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Les p'tites recettes du père Toju

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::




Moi, quand je veux détecter un vrai con, je roule un "Libé" bien serré autour de l'antenne radio de ma voiture et je l'emmaillote avec du ruban adhésif. J'allume la radio, et très peu de temps après, j'entends le bruit du con de base qui est d'autant plus con qu'il est convaincu qu'il n'est pas un con de base puisqu'il snobe TF1. Hé hé, la preuve qu'il est pas con...
Grâce à ce procédé, je détecte du con pur. Un distillat de con.

18/2/08 7:29 PM  
Blogger °X°e"lymphe said...

C'est pas une révolution, les jeun's l'avaient inventé bien avant avec le langage texto...Sauf que c'été pas du tout pour la cause des déficiant et autre (meme si a force ils risquent de le devenir)

18/2/08 10:28 PM  
Anonymous pepe said...

La révolusion de l'ortograf è komansé é èl se propaj rapidman. Adapté-vou! =- www.ortograf.net

21/2/08 2:52 AM  
Blogger cplnpn said...

je ne pense pas que l'auteur de cet article connaisse réellement des personnes en situation de handicap mental. Je considère ses propos comme étant insultant à l'égard de ces personnes et des Québécois également. Son discours est clairement rétrograde et conservateur. Je lui rappelle d'ailleurs qu'auparavant les pauvres ne savaient pas lire parce que les riches ne souhaitaient pas perdre leur statut d'élites du peuple. Je pense que vous ne vivez pas à la bonne période.

11/8/09 2:29 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home