05 février, 2008

Un grand penseur !

Plutôt que "menteur", j'aurais bien vu "abruti" comme titre de son album !

Ce matin, pour une fois je suis à l'heure parce que je me suis réveillé super tôt. Il faut dire qu'hier soir, assis bovinement face à TF1, le téléfilm réunissant Yves Rénier et Ingrid Chauvin, a eu raison de moi ! Terrassé par la bêtise du téléfilm dont le scénario semble écrit par un militant socialiste, je me suis endormi comme une masse sur le canapé. Réveillé vers 23h30, tenaillé par une envie d'uriner, je me suis ensuite affalé dans mon lit "lourd comme un cheval mort" comme dirait Johnny Halliday.

C'est ainsi que couché tôt et donc levé tôt, j'ai pu rédiger l'article précédent. J'ai aussi pu accueillir le clamplin venu relever le compteur d'eau et même être à l'heure pour choper mon RER, ce qui m'a permis d'être frais et dispos à mon cabinet à dix heures pétantes. Là, j'ai reçu un SMS de ma patiente annulant mon rendez-vous mais m'expliquant que je serai bien sûr payé, ce qui est de toute manière la règle !

Dans la station RER, je tombe sur Métro que je ne lis jamais. Je ne sais, par quelle impulsion subite je suis mu ce matin, mais j'en saisis un exemplaire. Une fois assis dans mon RER, au milieu d'une foule bigarrée, je me mets à étudier les nouvelles du jour. Je n'apprendrai rien parce que ce genre de journal n'en révèle pas plus que yahoo actualités, en se contentant de plaquer des dépêches partisanes de l'AFP. De toute manière, je me fous des nouvelles de France et du monde. C'est mon secret pour ne jamais déprimer !

Cependant je dois admettre que si je connaissais Kali, la déesse noire adorée de la secte des Thugs, je ne connaissais que fort peu le chanteur Cali, qui sort un disque cette semaine. Or, il se trouve que Métro, journal branché, offre à ce saltimbanque l'occasion d'être "rédac chef invité". Ainsi, à chaque page, nous avons le droit au chanteur Cali coiffé comme un dessous de bras, commentant les nouvelles du monde. Et ça, c'est un grand morceau d'anthologie !


C'est ainsi que commentant la possibilité d'évaluer les enseignants, notre cher Cali nous explique "je trouve cela choquant et compliqué. Comment noter les professeurs ? Sur quels critères .? Est-ce qu'un 13/20 à Perpignan vaudra la même chose qu'un 18/20 à Paris. Et qui va noter ? Avec quels préjugés ? Je pense que chaque cas est individuel et qu'il faut laisser à chacun sa façon d'éduquer ses élèves. En plus, ça risque de diviser les profs." Cali ne s'en laisse pas compter. On ne la lui fait pas à lui. Et puis Cali est du côté des profs, ces damnés de la terre !

A propos des salariés de BRS qui font de la résistance, notre ami Cali clame : "Le patron voyou séquestré par ses employés ... C'est parfait ! Le typé allait déménager la boîte durant le week-end, c'est quand même dingue !". Cali s'indigne et ce faisant, nous explique qu'il est du côté des petits et des opprimés et contre les salauds de patrons. Cali n'a pas osé le dire, mais chacun sait qu'il est aussi contre la guerre et la famine. Cali n'hésite jamais à défendre des causes risquées ! Cali est un rebelle, un vrai, au moins de la trempe de Florent Pagny, dont les plus érudits se souviennent que personne ne lui volera jamais sa "liberté de pensée".

Plus loin, les élections américaines nous valent aussi une analyse terrible de Cali. Lequel, prenant des risques insensés, n'hésite pas à exprimer : "le sujet numéro un, c'est l'Irak et comment tourner la page Geroge Bush, qui reste le plus mauvais président de l'histoire des Etats-Unis. Si j'étais citoyen américain, je ne saurais pas pour qui voter. Surtout lorsque je vois comment les démocrates se déchirent entre eux. [...]." J'imagine que lorsque la CIA a pris connaissance des propos de Cali, cela a été la panique à la Maison Blanche ! Cali est donc contre Bush, quelle prise de risque insensée ! Quel courage de la part de ce plus tout jeune chanteur !

Mais Cali est encore plus malin qu'il n'y parait. A la page sport commentant le rugby, il se laisse aller à une saillie anti-Sarkozy super courageuse ! C'est ainsi qu'après nous avoir expliqué qu'il a joué au rugby avec un certain Marc Lièvremont en cadet, il nous explique : "et qu'on tourne la page de ce Mondial qu'on nous a volée, à nous les amateurs de rugby. A chaque action on ne voyait que la réaction de Sarkozy." Personnellement, je n'ai vu qu'une équipe de France se prendre une branlée, et je n'avais même pas fait gaffe que le nain magyar était dans les tribunes. Je rappelle aussi que c'est du Mondial dont parle Cali en disant qu'on nous l'a "volé" et non de la "page". Auquel cas, le tâcheron qui a rédigé ce torche-cul aurait été bien averti d'accorder "volé" à "Mondial" et non à "page". Je conçois cependant que le pauvre journaleux ait été quelque peu fatigué par les propos lénifiants de Cali et qu'à la fin, il en ait perdu l'orthographe.

Bon, vient ensuite page 14, vers la fin, une interview de Cali qui nous explique "qu'il se met souvent dans la peau des femmes". Alors, certes on peut excuser Cali sachant que les gonzesses, c'est admis, ne comprennent rien à la politique, pas plus qu'elles ne sont capables d'appréhender le cycle du moteur à quatre temps ! Mais que Cali la prochaine fois commente des recettes de cuisine ou des défilés de mode !

Une question me vient à l'esprit. Pourquoi faire commenter l'actualité par un chanteur dont ce n'est pas le métier et qui risque à tout moment de se couvrir de ridicule ? Du prochain candidat à la présidence de la République, j'exigerai une loi interdisant, aux chanteurs, comédiens, et autres saltimbanques, de s'exprimer sur autre chose que leur art ou sous-art sous peine d'amende ! Comme cela, on sera débarassé de Cali mais aussi de Torreton et consorts !

Les plus farouches démocrates objecteront que ces gens-là, les saltimbanques, ont aussi des droits. Ce à quoi, je répondrai que j'ai aussi le droit de ne pas subir ces crétins hors de leurs théâtres et salles de spectacles subventionnés. Quitte à payer pour eux, autant exiger qu'ils s'amusent entre eux sans ennuyer les honnêtes gens. Avec les médecins et les psys, parlant de tout et de rien, en se croyant autorisés à nous emmerder du fait de leurs diplômes d'état, les artistes d'état sont aussi de la pire engeance. Merde, traditionnellement, un véritable artiste, ça se drogue, ça vit dangereusement et ça meurt jeune.

Sinon, sur la page Wikipedia, consacrée à Cali, vous apprendrez que ce fils de militants communistes, appela son premier groupe "Pénétrations anales" et qu'il fut champion de France de pétanque en triplette en 1986 ! Tout un programme ! Quant à ceux qui auraient aimé l'inviter pour un dîner de cons, qu'ils prennent contact avec son agent. Toutefois, j'imagine qu'il doit être retenu pour les cinq années à venir. Soyez patients !

Quant à moi, dès demain matin, je me lèverai super tôt pour me précipiter sur Métro en espérant que ce soit Zazie, la chanteuse courageuse qui n'a pas hésité à s'en prendre carrément à Jean-Marie Le Pen, qui soit "Rédac chef invité", parce que j'aimerais bien savoir ce qu'elle pense de l'état du monde. Et après demain, j'ose espérer que ce sera le tour de Pierre Perret, artiste engagé lui aussi.

L'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt ! Le proverbe disait vrai !

13 Comments:

Blogger Laurence said...

Cali.... diot !

Cali.... méro
Cali.... sson d'aix
Cali.... pette
Cali.... fourchon

5/2/08 11:37 AM  
Anonymous Syl said...

J'aurais aimé continuer la liste de Laurence, mais je ne voudrais trop montrer ma science (qui n'est certes pas -encore- égale à la vôtre Philippe).
Je constate par ailleurs que le levé matinal ne vous réussit point et je mettrai sur le compte de doigts encore engourdis de sommeil vos phôtes de frappe. Ca va pour cette fois.

Un chanteur qui a dit "Le bonheur est un chien qui traverse une quatre voies" ne peut être qu'une valeur sûre pour le PS, non ?^^

5/2/08 2:23 PM  
Anonymous Anonyme said...

Ben moi je continue.

Cali...idoscope.


mdr mdr mdr


======================================================================

zurnisme = 132 références Google.


Toju l'anonyme.

(qui n'a pu s'empêcher de laisser un c'hti commentaire, et une ch'tite statistique de zurnisme.)

CHTE CHTE CHTE.

CHTA CHTE CHTI CHTO CHU CHTIGREQ

5/2/08 3:05 PM  
Blogger Sylvain Jutteau said...

Philippe Psy,

Si vous voulez voir mon blog, il est là :

http://europedelordrenaturel.blogspot.com/

Il me sert de cahier de brouillon pour des textes que je retravaille de temps en temps. Cela me permet de travailler où que je sois.

Bien cordialement.

5/2/08 3:12 PM  
Anonymous Pascal said...

Vous vous etes couche tot pour vous lever tot, et arriver au bureau a 10h ?!?

Votre President bien aime a pourtant bien dit qu'il fallait travailler plus, et fumer moins.

Je ne donne pas cher de votre peau quand il apprendra ca.

5/2/08 4:09 PM  
Blogger Laurence said...

Quelles fautes de frappe ???? z'êtes pas réveillé vous !!

5/2/08 4:23 PM  
Blogger El Gringo said...

Laurence noooonn, pas le Mauser!
Le monsieur Syl parle des fautes de frappes de l'Empereur Philippe (que son nom soit trois fois béni), pas des tiennes.
Tu vois, il ne mérite pas la mort... l'exil pour blasphème, tout au plus.

5/2/08 7:17 PM  
Blogger philippe psy said...

El Gringo, si tu avais pris soin de voir quié tait Syl tu aurais vu que c'était une dame et même une consoeur !

Bon, certes elle n'a ni mon aura, ni ma clientèle de stars, mais ce n'est pas une raison pour l'ignorer ! :)

6/2/08 1:23 AM  
Blogger El Gringo said...

Saperlipopette! Alors je la laisse se crêper le chignon avec Laurence, tant pis pour elle...

6/2/08 1:33 AM  
Anonymous Anonyme said...

Toutes ces femmes qui se crêpent le chignon au sujet de Philippe !!

JE suis impressionné

Claude

6/2/08 11:50 AM  
Anonymous Syl said...

Merci El Gringo. Y'en a qui suivent et même qui devancent.

Cher Philippe, je n'ai pas votre aura c'est vrai car j'ai le mien dans ma cuisine. Un souvenir de Finlande...

6/2/08 2:26 PM  
Blogger Laurence said...

Ah la la, voir des femmes se crêper le chignon, encore un fantasme de mecs ;))
(parmi notre belle littérature, le plus mémorable est,à mon humble avis, celui de la scène du lavoir dans "L'Assomoir" de Zola)

6/2/08 2:33 PM  
Anonymous Fillot said...

Mon Cher Parrain.

Pendant que je lisais religieusement ton blog, Marie, qui était sur mes genoux, a subitement saisi le clavier pour te poser une question.
Elle figure ci-dessous, nous attendons ta réponse :

,; w< yuvbt gvb vgt ,n vcvb ??????????????????????????????

7/2/08 8:36 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home