28 février, 2008

Stuntman Olive and Stuntman Phil oublient leur cerveau !


Dimanche dernier, on recevait mon pote Lionel, sa femme et ses mouflets à déjeuner. Oui, un dimanche à midi comme des petits vieux, à l'ancienne !

Mon pote Olive, celui qui a réussi et roule en Touareg est le parrain du dernier, tandis que je suis le parrain de l'ainée. Alors Olive et moi, nous sommes allés chercher des cadeaux pour nos filleuls. Bien sur, on s'y est pris au dernier moment, puisque l'on y est allés une heure avant qu'ils n'arrivent. Je ne sais pas mais ce jour là, on devait se sentir bien et détendus et on a décidé de vivre sans cerveau, comme deux abrutis.

Ca a commencé comme ça ! Alors Olive sonne chez moi et j'ai la surprise de le voir en 4L, un des derniers modèles, une Clan, avec frein à main au plancher, ceintures à enrouleurs, feux de recul et montre digitale ! En fait c'est rien d'autre qu'une GTL que Renault soldait à l'époque ! Moi j'aurais préféré qu'il prenne sa Touareg pour qu'on jouent aux narcotrafiquants mais il a pris cette daube.

Comme ça fait un bail que je n'avais pas conduit une merde pareille, je me mets au volant. Déjà Olive et moi on est serrés là-dedans, c'est tout petit, tout naze, plein de plastoc et de tôles, on a l'air de deux gendarmes en civil dans notre 4L blanche !

Ce qui a permis à Olive de me faire un cours de philo appliqué. C'est ainsi qu'il m'explique que la 4L est révélatrice des tensions qui règnent dans la société. Bien sur, il m'explique cela avec ses mots à lui. Ca donne :

"Tu vois quand je suis en Touareg, on me déteste parce qu'on m'envie. Je le sens dans le regard. Les gens sont jaloux mais ne disent rien parce que ma bagnole les impressionnent. Ils se disent que j'ai du fric et ça leur suffit pour ravaler leur haine."

Puis, poursuivant son cours de philosophie, le professeur Olive m'explique :

"Par contre tu vas voir la 4l réconcilie tout le monde. Le mec un peu friqué te double parce que cela lui semble naturel de te doubler. S'il pouvait il te roulerait dessus. Pour lui, tu es une merde, un pauvre mec qu'il peut mépriser. Avec toi dans ta 4L il se libère de sa méchanceté naturelle".

Je suis impressionné par le talents de psychosociologue et le don d'observation de mon ami Olive. Imperturbable, celui-ci poursuit :

"Mais rassure-toi, y'a pas que le riche qui est agressif avec toi. Tu vas voir, le pauvre aussi. Lui, il roule dans sa merde, il a une femme moche, des enfants cons et il te voit. D'un seul coup sa vie s'illumine parce qu'il va pouvoir mépriser quelqu'un et se dire qu'il n'est pas le dernier".

J'objecte qu'en dessous de nous et de notre 4L il y a le SDF. Mais Olive, maître dans sa discipline nouvelle de sociovoiturologie n'en démord pas et me coupe :

"Non, le pauvre ne peut pas s'en prendre au SDF. Parce que le SDF il est intouchable, ce serait pas politiquement correct. Et puis, le SDF c'est la hantise du prolo ! Lui le prolo, avec la crise et la hausse des prix, ce qu'il redoute c'est de devenir SDF ! Alors il ne risque pas de s'en prendre à lui dès fois que ça porte malheur. Non, il préfèrera s'en prendre à toi dans ta 4L tu vas voir !".

Je continue à rouler en méditant les puissantes réflexions de mon ami de trente-sept ans quand ce denier lâche d'un ton définitif :

"Tu vas voir, on va faire du bien à tous ceux qui nous croisent. Les plus riches laisseront libre court à leur méchanceté et les prolos se lâcheront sur nous pour se venger des humiliations qu'ils subissent. On devrait être payés par l'état pour rouler en 4L moi je dis".

Et effectivement, Olive n'a pas tort. Manœuvrant ce stupide levier de vitesse au volant, je lance le lymphatique 4cylindres dans une montée pour aborder une voie rapide. Ca tangue beaucoup et on parvient à la vitesse stupéfiante de soixante-dix kilomètres heures !

Et je constate qu'Olive avait raison. Klaxonnés de toutes parts, tous les véhicules nous doublent sans nous accorder un regard. Nous sommes les super-prolos en 4L, des laissés pour compte, des étrons puants. C'est extrêmement frustrant, on a beau se dire qu'on est au-delà de tout ça, on se sent minable. Alors on tente d'appuyer sur l'accélérateur mais le 1108cm3 ne veut rien savoir, les chevaux qu'il développent sont des haridelles anémiques.

Y'a un mec qui nous double dans son Mercedes GL tout neuf sans nous accorder un regard. Je vous l'énorme SUV qui grossit dans mon rétro et hop, il déboite en manquant de nous envoyer au tas. Pour lui, on n'est rien, pas mieux qu'un hérisson tout pourri qu'il foutrait sous ses roues ! Une magnifique petite Lotus nous double aussi, sans un regard, je suis sur que le conducteur, genre petit con brillant qui a réussi dans l'informatique, n'a même pas enregistré la scène. Il a du voir un obstacle blanc et fumant avec deux formes molles à l'intérieur sans réaliser ce que c'était. Sur qu'à la vitesse ou il roule, il court rejoindre une maîtresse blonde à gros seins au Royal à Deauville. Enfin, il avait une bonne tête, persuadé que si on avait été arrêté côté à côte dans un embouteillage, il nous aurait jeté une petite pièce ou un reste de sandwiche !

Je prends conscience de la relativité de la vie ! Juste après, un naze de pauvre dans sa vieille Opel nous klaxonne comme un boeuf parce qu'il doit juger qu'on se traine et qu'on l'empêche d'aller déjeuner avec ses beaux-parents. Et il nous double aussi. Le pire c'est que ce miséreux qui devrait avoir une conscience de classe est pire que les deux riches. Je le vois gueuler derrière sa vitre. Le salaud, Olive avait raison, se venge de toutes les avanies qu'il a du subir. Il croise plus pauvre que lui, dans une 4L bringueballante et hop tout ressort ! "Abréaction" qu'on appelle ça chez mes confrères psychanalystes ! En nous voyant nous trainer la bite dans notre épave au milieu du chemin, ce mec a ressorti six mois de vexations et nous les a renvoyées dans la gueule !

Je songe à cet enculé et me dit que si El Gringo était assis sur la banquette arrière avec son Tokarev (il a changé de flingue depuis le dernier message mais il est fidèle au matos russe) à la ceinture, ça ne se serait pas passé comme ça ! Il aurait sorti la main par la vitre et il aurait vidé le chargeur sur ce connard ! Sauf que je me dis aussitôt que ça n'aurait pas été possible puisque dans une 4L les vitre arrières ne s'ouvrent pas ! Et puis El Gringo n'est pas là, je suppose qu'il est en train de rédiger son prochain message à paraître pour le printemps prochain sur son blog ! La 4L est décidemment une caisse nulle ! On arrive enfin à Toys'R'Us !


On fait nos achats puis nous repartons. Bien sur comme nous sommes un peu débiles sur les bords, on s'est acheté des voitures radiocommandées pour faire joujou comme des gosses. Au départ, on voulait prendre des hélicos mais on s'est dit que c'était un peu con de prendre des trucs chers qu'on allait au mieux rapidement détruire et au pire laisser tomber à la fin de la journée. On est deux abrutis mais on claque pas le fric à tort et à travers ! C'est normal on n'est pas riches vu qu'on roule dans une 4L perrave.

Au retour, sans doute émoustillé après être passé au rayon "petites voitures" où il admiré des muscle cars, Olive reprend le volant et m'expliquant qu'il va nous venger en conduisant comme Stuntman Mike dans Boulevard de la mort de Tatentino. Et c'est parti, dans la tête d'Olive c'est plus une 4L qu'il a entre les mains mais une Pontiac GTO ou une Dodge Charger.

Le moteur n'envoie toujours rien mais comme Olive ne ralentit jamais et surtout pas dans les virages, on garde une bonne moyenne. A cette occasion, je constate que j'avais oublié qu'une 4L est dépourvue de toute poignée de maintien !

Balloté de droite à gauche, le coeur au bord des lèvres, j'ouvre la fenêtre coulissante pour agripper ma main à la portière. Olive s'en donne à coeur joie en m'expliquant qu'une 4L "ça tient bien le pavé" et "qu'au plus y'aura que les deux roues extérieures qui se soulèveront dans les virages" mais "qu'on peut pas faire de tonneaux".

Nous grattons tout le monde, réconciliant riches et pauvres autour du fait qu'un abruti reste un abruti même au volant d'une 4L. Et ils peuvent même constater qu'en ce dimanche 23 février 2008, les abrutis vont par paire ! A ce train d'enfer avec des pointes à 80km/h on est vite de retour chez moi.

Et c'est là, qu'on s'aperçoit que nos idées ne sont pas appréciées à leur juste mesure. Lionel ne veut absolument pas qu'on passe des extraits d'accident de Boulevard de la mort à son fils de quatre ans, alors qu'on se tue à lui expliquer que c'est pour le sensibiliser à la sécurité routière et aux dangers de la route. En plus, jugez par vous-même, c'est rien d'autre qu'un accrochage entre deux voitures ! Pas de quoi en faire un pataquès !

Le pire c'est la mère qui nous traite de dingues quand je dis que la petite qui a huit ans serait peut-être aussi intéressée ! Elle trouve qu'avec le métier que je fais, je suis irresponsable de proposer cela ! J'ai beau lui dire que j'y connais rien à la pédopsychologie et aux mouflets, et que tout le monde peut se tromper, et que d'abord moi mon truc c'est les adultes voire un peu les adolescents, rien n'y fait ! Quand les gens sont butés, ils sont butés !

C'est n'importe quoi ce conservatisme en matière d'éducation ! Si quand ils auront dix-huit ans, leurs gosses font n'importe quoi en voiture, faudra pas se plaindre parce qu'Olive et moi on leurs dira que c'est parce qu'ils n'ont pas vu Boulevard de la mort quand ils étaient petits !

Comme quoi, ainsi que je l'explique à Olive, cela ne paye pas d'être des parrains adultes et responsables. Alors ni une, ni deux, puisqu'on ne veut pas de nous et de nos idées novatrices en matière d'éducation, on se barre mettre des piles dans nos super voitures radiocommandées.

Et comme décidemment ce dimanche là, on a décidé de vivre sans cerveaux, on joue à se poursuivre et à se rentrer dedans le plus vite possible. On a ruiné nos belles voitures mais on a bien rigolé.



Message sonore

4 Comments:

Anonymous Pascal said...

Excellent !!

En fait, si le petit Nicolas avait grandi, ce serait vous !

29/2/08 8:49 AM  
Blogger philippe psy said...

Oui, le "petit Nicolas" serait devenu le "gros Philippe". Tiens ça me donne une idée de livres.

29/2/08 12:54 PM  
Anonymous Syl said...

70 km/h ? Si j'ai bonne mémoire vous habitez pas très loin de chez moi (rien que de penser que vous passer devant chez moi pour monter à Paris, ça m'émeut ^^) et si c'est le Toys auquel je pense, une chose m'intrigue : les petites routes auxquelles vous faites référence ne seraient-elles pas limitées à 50 km/h ?
Je demande ça comme ça hein !
OK je sors.

1/3/08 7:33 PM  
Blogger philippe psy said...

chère Syl,

Il s'agissait d'une voie rapide où la limitation de vitesse était justement de 70km/h ! Jamais je n'aurais dépassé cette limitation que je trouve citoyenne et solidaire !

De plus, et là c'est vrai, je ne roule jamais vite. Ce doit être mon côté "gros pépère tranquille" !

Et puis perdre des points en faisant un excès de vitesse en 4L, ce serait très bête !

2/3/08 1:11 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home