02 février, 2008

Elections, histoire de France, communistes, parité et ignominie !

Inauguration de la place du 8 février 1962, allocution de Bertrand Delanoë, maire de Paris !

Je ne pensais pas que les élections municipales auxquelles je me présente me donneraient de fréquenter des témoins de l'histoire de France. Témoins ou dinosaures, remarquez c'est au choix, tant ce que l'on m'a raconté m'a étonné.

Notre liste est une liste d'ouverture, je le rappelle. Je rappelle aussi, que mon ambition personnelle n'a d'autre but que de battre le maire actuel. Je ne désire rien pour moi et je trouve même plutôt vulgaire de solliciter le verdict des urnes.

Mon orgueil monumental trouve ce procédé assez vil. Personnellement, j'aurais préféré que face à la décrépitude de notre commune, une ambassade de citoyens se présentât chez moi en me suppliant de les sauver. C aurait eu de la gueule ça ?! Putain d'orgueil mental des capricornes, c'est terrible ! Une fois j'avais lu cela et je m'y suis retrouvé !

Ils m'auraient offert un manteau d'hermine, une couronne impériale et un sceptre et m'auraient invité à régner en despote afin de leur offrir un destin. J'aurais enfin pu appliquer ma devise "chacun mes idées" et j'aurais choisi une super Lincoln Navigator blanc nacré que j'aurais fait rallonger en limousine pour mes déplacements.

J'aurais roulé au pas précédé de joueurs de bugles, tandis que de jeunes et accortes demoiselles à demi-nues auraient jeté des pétales de rose sous les roues de mon véhicule. A côté ma garde prétorienne aurait défilé d'un pas martial, l'AK47 en bandoulière, en grand uniforme et le chef orné d'un calot en léopard (c'est très chic le léopard).

Mon premier arrêté municipal aurait été d'autoriser le jeu et à fumer partout. Ca aurait été le régne de l'arbitraire et du bon goût ! J'aurais traité d'égal à égal avec Nicolas S.

Mais que voulez-vous, quand il faut y aller, il faut y aller. Notre maire est un sinistre crétin, qui comme de nombreux politiques, est victime du syndrome du melon. Prenez un brave type, élisez-le, offrez lui une écharpe tricolore, réélisez-le trois fois autres fois, et vous le verrez se muer en petit potentat persuadé que la commune lui appartient.

C'est une des conséquences de l'abus de pouvoir, qui comme l'alcool ne doit se consommer qu'avec modération. Sinon après le "tu t'es vu quand t'as bu?", il faudra faire des spots avec "tu t'es vu quand t'es élu?".

Il reste encore trois places à pourvoir aussi ai-je proposé à la tête de liste la candidature d'un type que je connais bien et qui se trouve être un UMP influent et plutôt sympa. Le grand Conducator se laisserait bien fléchir, dans la mesure ou cette trahison d'un UMP en notre faveur agacerait terriblement le maire actuel. Mais le directeur de campagne fait la moue.

Alors que je lui demande ce qui le chagrine, il m'explique que sur notre liste, certaines personnes pourraient voir d'un mauvais oeil quelqu'un de trop marqué à l'UMP. Alors que je demande plus d'explications, il semble embarassé et m'explique qu'une ou deux personnes aurient encore en tête les évènements du métro Charonne.

Pour les incultes qui ne connaitraient pas ces évènements, rappelons qu'à l'appel du parti communiste français et d'autres organisations de gauche, une manifestation est organisée le 8 février 1962, pour dénoncer les agissements de l'OAS ainsi que la guerre d'Algérie. Étant donné le contexte des plus tendus et l'état d'urgence décrété en avril 1961, cette manifestation est interdite.

Le préfet Maurice Papon (ouh, beurk, le vilain !) donne l'ordre de réprimer cette manifestation. Les manifestants essayant de se réfugier dans la bouche de métro Charonne, qui avait été fermée, huit personnes décèdent étouffés ainsi qu'une neuvième à l'hôpital, des suites de ses blessures. Toutes sauf une étaient membres du PCF, grand parti démocrate, et de la CGT, organisation syndicale transparente comme chacun le sait.

Bon, les plus cyniques se diront que cela n'a rien de grave puisque ce sont des communistes qui sont morts, tandis que les humanistes expliqueront que toute mort est à déplorer parce que c'est super triste. Moi, je ne dirai rien parce qu'en ce moment, je suis un putain d'opportuniste. Donc, je dirai que c'est super triste mais qu'il vaut mieux que ce soit des communistes quand même plutôt que des vraies honnêtes gens ! Certes on me rétorquera que parmi les cocos, certains furent de vraies honnêtes gens qui se trompèrent de bonne fois. C'est vrai mais stop, on arrête là sinon, je vais en écrire trente pages !

J'explose de rire face au directeur de campagne, et lui demande s'il plaisante. Je ne savais pas qu'il y avait des cocos sur la liste, vu qu'on les a virés. Et enfin, même si j'ai pu constater qu'il y avait des "vieux" sur la liste, je ne pensais pas qu'il auraient en mémoire un évènement s'étant déroulé voici quarante-cinq ans. Pour me foutre de lui, je lui demande si par hasard quelqu'un de notre liste n'aurait pas souffert des dragonnades de Richelieu. Parce que Richelieu, il était un peu comme Papon, côté répression, ce n'était pas un tendre, il n'y allait pas avec le dos de la cuiller !

Le directeur de campagne sourit et m'explique que lui aussi n'en a rien à foutre et qu'il se passerait bien de cette mémère. Mais, il semblerait que compte-tenu des exigences de la parité, et du fait que dans leur immense voire énorme, voire carrément hénaurme majorité, les femmes n'ont pas envie de se coller sur une liste parce qu'elles se tapent de la politique, il faut bien se coltiner les fonds de tiroir ! Et dans notre cas, cette vieille militante qui a peut-être même assisté à la fin tragique des dinosaures est un des rares éléments féminins, quoique ménopausée depuis au moins quarante ans, que l'on ait pu trouver.

Bref l'époque est ainsi faite que du fait d'une loi inique, exigeant que toute liste comporte un nombre égal d'hommes et de femmes, on doive se passer d'éléments intéressants, intelligents, ayant une vraie force de proposition, pour laisser la place à des fossiles grabataires témoins de luttes d'un autre âge. Et qu'en plus, on se doit de prendre en compte leurs idées stupides et rancies, simplement pour que ces rares éléments féminins ne nous claquent pas entre les doigts. Putain de femelles tiens ! Est-ce que j'aurais gueulé moi si une liste composée uniquement de femmes s'était présentée ? Non, en bon libéral, j'aurais admis que c'était leur droit. Une liste, c'est avant tout un projet défendu par des individus ayant entre eux un rapport particulier qu'une loi n'a pas à pervertir.

C'est donc un grave déni de démocratie puisque la rareté des femmes désireuses d'entrer en politique leurs donne de facto un pouvoir qu'un homme ne pourra jamais détenir. Tiens si El Gringo écrivait un peu plus sur son blog, au lieu de s'adonner au vice de la boisson et de poser totalement ivre avec une balalaïka sur une moto, il aurait fait un article sur ce sujet.

Saloperie de fausse démocratie tronquée, corrompue et avilie par des idées pernicieuses et diaboliques. Qu'il s'agisse des femmes ou des "minorités visibles" toute discrimination positive aboutira forcément à la dictature des médiocres, cela semble être une évidence. Qu'on encourage, pourquoi pas, je pourrais même être pour. Après tout, c'est parfois l'essentiel de mon boulot que d'encourager des gens qui n'y croient pas à oser et y croire encore et malgré tout. Mais, qu'on édicte des quotas et c'est la voie ouverte vers l'autoritarisme abject.

Bon, ceci dit pour ce que j'en dis moi hein ! Voici bien longtemps que je n'espère plus rien et que je préfère rigoler de ces inepties. Un de ces jours le réel pètera à la gueule de ces connards ! C'est bien connu, les voies qui mènent à l'enfer sont pavées de bonnes intentions ou comme aurait dit ce bon Pascal : "qui veut faire l'ange, fait la bête".

Lincoln Navigator (je le préfèrerais blanc nacré !)

11 Comments:

Blogger Laurence said...

Je propose une opération commando lors de ma prochaine venue en IDF pour supprimer la vieille !!


De par leurs différences physiques et psychologiques, hommes et femmes ne sont pas égaux, la nature les a voulu complémentaires. C'est contre nature de vouloir à tout prix une égalité entre hommes et femmes. L'égalité ne signifie pas similarité. Affirmer "l'homme à la chasse, la femme à la caverne" serait un peu extrême et simpliste car la préhistoire le confirmera : les hommes chassaient, les femmes faisaient la cueillette. C'est donc cela la complémentarité.

A mon sens, la parité est une pure tartufferie, de la démagogie à l'état pur ! On veut à tout prix une égalité des chances, permettant ainsi aux plus faibles ou aux médiocres d'accéder à des fonctions qu'ils ne méritent pas ou ne possèdent pas toutes les compétences requises pour les remplir.

Tout repose sur la culpabilisation avec ce grand mot qu'est la discrimination.
Merci ô grand empire du bien !!

2/2/08 3:17 AM  
Blogger philippe psy said...

Je rappelle à tous les jeunes gens célibataires, que Laurence, éduquée dans la foi chrétienne, modeste et travailleuse, est encore célibataire et bonne à marier !

Avec de tels propos, nul doute que les "jeunes gens corrects" de la "réacosphère" se précipiteront pour rencontrer cet oiseau rare qui nous change des pétasses habituelles !

Bien entendu, du fait de la rareté d'un tel profil, j'avertis que je suis contraint de prélever une commission importante !

2/2/08 3:20 AM  
Anonymous Pascal said...

C'est le probleme avec ces prefets, qui sont apres tout des fonctionnaires.

Pas capable de faire le travail correctement, et 45 ans plus tard, on en subit les consequences.

Il n'y a pas de doute, si on veut quelque chose de fait correctement, il faut le faire soi meme. Ou alors, utiliser un albanais.

2/2/08 10:09 AM  
Blogger El Gringo said...

Cette balalaïka m'a été offerte par une marque de vodka (authentique!)
Je préviens tout de suite que je ne répondrai pas aux questions du style:
"Il fallait avoir bu combien de bouteilles pour la gagner"

2/2/08 1:14 PM  
Anonymous Anonyme said...

Vous y croyez, vous ?



Vous y croyez que zurnisme a 123 références sur Google à l'heure où j'écris ???

Toju.

( Nonobstant tou zurnisme )

2/2/08 1:30 PM  
Blogger philippe psy said...

Emmanuel,

Je sais que la marque de Vodka Russkofskaïa (élaborée à Melun en Seine-et-Marne) proposait à l'époque une balalaïaka pour deux palettes achetées !

Et sinon, le carillon que t'ont offert les Apéritifs Vulcano, tu l'as encore ?

2/2/08 5:48 PM  
Blogger Anna said...

Je suis tout à fait d'accord avec cette chère Laurence. Je mettrai toutefois un bémol. Même si j'assume pleinement ma condition de femme en ne cherchant pas à m'en émanciper bêtement, je ne me sens pas soumise pour autant.

Je crois que dans les pays bien gérés, la règle qui prévaut est :
"Dehors l'homme est le roi mais quand il rentre à la maison, il met les patins et se tait".

Il faut bien que l'on soit les reines quelque part.

2/2/08 6:24 PM  
Blogger Laurence said...

@ Anna :
Je ne parlais bien évidemment pas de soumission.Je ne trouve rien à redire lorsque des femmes occupent de hautes fonctions, du moment où elles sont compétentes et ont bossé pour réussir.

Ce qui me met hors de moi, c'est mettre en branle "Parité" & "Discrimination" pour parvenir à ses fins quand on ne possède pas les compétences requises ou que l'on ne produit pas le moindre effort. A mon sens, ce n'est rien d'autre qu'une usurpation.

2/2/08 7:12 PM  
Blogger philippe psy said...

Tiens l'ensorcelante Laurence et la belle Anna se crêpent le chignon ?

Ca me donne une idée ce combat de naines (156cm vs 157cm). Bon les filles et si j'organisais un combat de catch féminin dans la boue entre vous ???

Vous n'avez jamais songé à entrer dans le monde du spectacle ???

2/2/08 8:24 PM  
Blogger Laurence said...

Méfie toi, on pourrait fort bien s'allier toutes les deux pour te balancer dans la boue ;))

2/2/08 8:51 PM  
Blogger philippe psy said...

C'est ça les deux naines ! Je vous prends quand vous voulez !

Quand je dis "prendre" il s'agit évidemment de vous défier et non de pratiquer une saillie sur vos petites personnes ! Ne rêvez pas trop !

3/2/08 4:11 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home