26 mai, 2008

Personnalité narcissique et Yamaha DTLC !


Je parlais du narcissisme avec une jeune patiente. Cette dernière me relatait une conversation qu'elle avait eu avec une de ses amies et s'étonnait de l'absence totale d'empathie de cette dernière. Je l'ai un peu interrogée puis je lui ai passé le DSM ouvert à page "personnalité narcissique". Elle a lu et m'a juste dit que c'était exactement cela, qu'elle retrouvait sa copine trait pour trait.

On a ensuite parlé de ces personnalités narcissiques qui finalement consultent peu. Comme je lui disais, je vois essentiellement leurs victimes. Parler des narcissiques m'a remémoré un épisode de ma jeunesse. C'était a première fois que j'étais confronté à une personnalité narcissique. Je ne savais même pas que cela existait mais la discussion que j'avais eue m'avait laissé une impression curieuse que je n'ai jamais oubliée.

J'avais dix-sept ans et j'étais en terminale. Je venais d'avoir ma belle Yamaha DTLC dont j'étais très fier. Le LC signifiait Liquid µCooling, c qui veut dire qu'elle était à refroidissement liquide, solution technique connue mais qui était encore rarement employée sur les petites cylindrées.

C'était un samedi midi, j'avais raccompagné une amie chez elle après les cours. Je tombe sur son père, pilote de ligne sur longs courriers. Je le salue et il me dit que j'ai une belle moto. Puis, désignant le radiateur, il me demande ce que c'est. Naïvement, je lui explique que ma moto est à refroidissement liquide et que c'est le radiateur. Il me demande alors comment cela fonctionne.

Bien que n'étant pas manuel pour un sou, j'aime bien savoir comment les choses fonctionnent, alors tout fier, je lui explique que l'eau part du vase d'expansion via une pompe à eau, puis qu'elle passe par la culasse pour la refroidir, et qu'une fois chargée de calories et donc chaude, elle passe par le radiateur où elle est refroidie. En donnant mon explication, je lui montre du doigt chacun des éléments du circuit de refroidissement.

C'est alors qu'il me dit que j'ai raison et que c'est bien cela. Je repars quelques minutes après. Je me suis demandé par la suite pourquoi il m'avait interrogé sur le circuit de refroidissement puisque manifestement il savait comment cela fonctionnait. J'ai toujours supposé qu'il avait voulu me tester. Et que son grand plaisir aurait été que je ne sache pas afin qu'il puisse "jouer le beau" en m'expliquant.

Cet épisode m'a marqué parce qu'à l'époque je me demandais pourquoi il avait fait cela. Ce type avait tout : un boulot prestigieux, beaucoup d'argent, une femme superbe. Moi, je n'étais qu'un trou du cul de lycéen. Je ne comprenais donc pas en quoi il était aussi important qu'il veuille ainsi me tester et entrer en lutte avec moi. Dès le départ, il était gagnant sur tous les points.

C'est bien des années après que j'ai compris que ce type était narcissique. C'est à dire une grande gueule mais finalement tellement fragile qu'il devait sans cesse remettre son "titre" en jeu, fut-ce face à un gamin de dix-sept ans. J'ai donc compris qu'un narcissique, aussi impressionnant qu'il puisse paraître, n'est finalement qu'un pauvre type, un paumé, qui s'est construit une carapace formidable pour se protéger.

C'est un peu comme ces vieux immeubles hausmanniens que l'on restaure. Les façades magnifiques sont debout mais à l'intérieur tout est détruit. C'est la raison pour laquelle, lorsque j'ai des victimes de ces personnalités narcissiques, je leur explique qu'ils sont plus impressionnants que dangereux et que leur faille, c'est de dépendre entièrement du jugement d'autrui.

Le type dont je vous parle a fini par se suicider. Un beau matin, il a pris son pistolet et s'est logé une balle dans la tête. Il devait, parait-il, passer des tests d'aptitudes pour piloter de nouveaux avions et avait peur de les rater et d'être lourdé. Dans sa logique narcissique, mieux valait mourir que d'apparaitre comme imparfait. Etre imparfait était sa crainte, ce qu'il cachait sous ses abords narcissiques.

Cela illustre bien la profonde fragilité des narcissiques. Faibles avec les forts et forts avec les faibles, dit-on d'eux et c'est très vrai. Aussi terribles qu'ils puissent paraitre, aussi désagréables qu'ils soient, lorsqu'on prend la peine de les observer en laissant son radar tourner, on les plaint plus qu'on ne les craint, tellement leurs failles sont apparentes. Belles voitures, montres rutilantes, costumes de prix, autant de prothèses narcissiques destinées à masquer leurs manques.

On s'aperçoit alors que sous leur aspect phénoménal, ce sont de tout petits enfants peureux et on commence à en avoir pitié.

4 Comments:

Blogger El Gringo said...

Et BHL?

28/5/08 11:19 PM  
Blogger cecelia said...

ce comment sur les pilotes de lignes, c'est effrayant comme il vient etayer -et j'en suis toute retournee - mon ressenti ...

14/4/10 5:01 PM  
Blogger liline said...

Illustrer votre blog de votre photo est un brin narcissique en conviendrez-vous ? De plus, conter la mort d'un homme d'une façon relativement cynique et détachée manque cruellement d'empathie. Peut-être éprouvez-vous vous même un sentiment de supériorité à son encontre qui vous est inconscient ? Mes remarques vous enervent-elles, telles des lèses-majesté ou vous laissent-elles indifférent car après tout c'est vous le psychotherapeute, celui qui détient le savoir, l'être supérieur ...

15/8/12 9:52 PM  
Blogger liline said...

Je trouve étrange de mettre votre photo pour illustrer votre blog, n'est-ce pas un brin narcissique ? De plus, la fin de votre texte à savoir la mort d'un homme, n'est pas des plus joyeuses. Vous semblez presque vous en réjouir. N'est-ce pas un manque d'affect de votre part caractéristique des personnalités narcissiques, vous sentez-vous supérieur à ce pauvre homme inconsciemment parlant ? Mes remarques vous mettent-elles en colère, telles des lèse-majesté ?

15/8/12 9:53 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home