29 mars, 2010

Syllogomanie !


Un ami a lu mon texte sur le syndrome de Diogène. Il a été pris de panique quand il a lu le symptôme "syllogomanie" et il est allé voir sur le net ce que cela signifiait exactement. Je lui ai dit qu'il aurait du m'appeler et que je l'aurais apaisé en deux minutes.

Il faut dire que cet ami a une nette tendance à l'entassement d'objets hétéroclites et au désordre. Pour autant, même si son logement est un capharnaüm ou dirons-nous un joyeux foutoir, on ne peut parler de syllogomanie. Comme la plupart du temps, une attitude ne devient un symptôme psychologique que lorsque l'on constate un excès évident. Être bordélique peut être pénible à vivre pour soi ou pour les autres, mais ne saurait devenir un symptôme.

La syllogomanie est un trouble obsessionnel compulsif qui conduit à amasser ou à ne pas jeter un grand nombre d’objets inutiles même si leur accumulation cause un inconfort majeur. Dans la syllogomanie, l'amoncellement d'objets est proprement ahurissant, jusqu'à ne plus pouvoir circuler dans le logement. Il y a souvent dans ces cas là, d'autres troubles associés qui motivent la consultation auprès d'un psychiatre.

Je me souviens que lorsque je cherchais un psychanalyste, j'étais toujours rebuté par un cabinet trop propre et trop bien rangé. Je ne sais pas si le désordre me rassurait en me permettant de poser mon regard sur des objets divers et variés, voire si cela me permettait de me faire une plus juste idée de la personne que j'avais en face de moi.

Toujours est-il que je n'ai jamais donné suite lorsque je me retrouvais dans un cabinet trop bien ordonné. Sans doute qu'une similarité entre mon analyste et moi était importante, comme dans tous types de communication, et que j'avais pris le désordre comme une bonne entrée en matière, un lien me signalant que le type en face de moi n'était pas tellement différent de moi.

J'ai fini par trouver un tel analyste. Je ne peux pas dire qu'il ait été un merveilleux psy mais humainement c'était quelqu'un de vraiment bien, extrêmement cultivé et curieux de tout. Le désordre et l'entassement de choses diverses et variées n'est donc parfois que cela : Les conséquences matérielles de sources d'intérêts diverses et variées.

Je ne suis pas devenu pour autant son digne successeur puisque je ne suis pas psychanalyste. En revanche, j'ai copié son foutoir puisque mon cabinet n'est pas l'endroit le mieux rangé du monde. Parfois, muni d'un sac poubelle, je fais un peu le vide et c'est toujours angoissant. Tenant un magazine en main, je suis obligé de me répéter que si je ne l'ai pas ouvert depuis un an, je ne l'ouvrirai jamais plus.

On ne m'a jamais fait de remarques sur mon désordre. A croire que les gens le prennent pour un fait acquis et ne s'en soucient plus. La plupart se concentrent sans doute plus sur nos échanges. Peut être que certains autres en tirent certaines conclusions ? D'aucuns doivent se dire que c'est un peu normal pour un psy compte tenu de la réputation étrange que nous avons parfois. D'autres encore trouvent peut-être cela rassurant, sans doute parce que cela permet d'incarner le modèle imparfait décrit par Bandura, comme meilleure source d'apprentissage. Je n'en sais rien.

Peut-être qu'un jour, je recevrai quelqu'un de terriblement angoissé qui me dira qu'il a peur à l'idée de souffrir de syllogomanie. Tendant alors le bras vers le reste du cabinet, je lui demanderai si chez lui, c'est pire que ce qu'il observe. S'il me dit que c'est pareil, alors je le rassurerai en lui disant qu'il n'est que désordonné.

Tout est définitivement thérapeutique.

14 Comments:

Blogger brindamour said...

Avez-vous une info ou une experience du syndrome d'Asperger a nous faire partaer
Attentivement votre

31/3/10 4:27 PM  
Blogger Robert Marchenoir said...

Pfff... quelqu'un qui a des abat-jour pareils chez lui... il y a atteinte aux droits de l'homme, là.

Je pense que la HALDE devrait intervenir. La sensibilité de plusieurs religions majeures de l'humanité est gravement offensée, ça me paraît clair.

31/3/10 4:48 PM  
Blogger philippe psy said...

Asperger ? Euh pas trop mon rayon. Je n'en ai pas en stock . Donc à part répéter ce que je trouverais dans un livre de psychopatho, je ne pourrais rien en dire de plus.

1/4/10 2:05 AM  
Blogger philippe psy said...

@Marchenoir : moi je l'aime bien mon abat-jour !

1/4/10 2:19 AM  
Blogger Robert Marchenoir said...

Ah, pardon, toutes mes esscuses. Je pensais que c'était une photo tirée du fichier patients. Catégorie tueurs en série, par exemple.

Mise de côté en vue d'une thèse de doctorat en médecine légale : vous pensiez que les tueurs en série étaient des monstres extraordinaires ? Bien sûr que non, ce sont des gens comme vous et moi. Enfin, surtout comme moi.

Toi aussi, mon jeune ami, tu peux devenir tueur en série. Il te suffit de ne pas ranger ta chambre et d'avoir des abat-jour de grand'mère.

Evidemment, si c'est chez vous, ça change tout.

1/4/10 8:43 PM  
Blogger philippe psy said...

Vous pensez que j'aurais du faire tueur en série ?

2/4/10 2:58 AM  
Blogger Robert Marchenoir said...

Ca se discute. Il ne faut pas négliger les avantages du métier.

C'est compatible avec une autre activité professionnelle. On peut éliminer discrètement des patients trop casse-couilles. Ca permet d'avoir un montant de pub gratuite dans les journaux incomparablement plus efficace que des liens sponsorisés. Et je suis sûr que c'est éligible au statut de l'auto-entrepreneur.

Moi je dis : ça mérite d'être étudié.

2/4/10 1:32 PM  
Blogger Boudeuse99 said...

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

2/4/10 6:29 PM  
Blogger Audrey said...

Cela porte déjà un nom : Dexter.

6/7/10 9:30 PM  
Blogger meloir said...

je pense que tu serais gâté en étudiant ma famille!
j'ai lu ton article car je pense être sujette au syndrôme de diogène mais je verrai ça avec ma psy et je suis persuadée que ma grand mère est munschausen ( ou accroc aux malaides, aux médecins, aux pharmacies)

10/8/10 3:24 PM  
Blogger Sostenida said...

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

25/4/11 4:04 PM  
Blogger Nathalie Sakayan said...

Bonjour

Aujourd'hui, et ce depuis jeudi, j'ai commencer à prendre des photos de mon appartement.

J'ai l'intention de faire un blog sur ce problème. Je voudrais pouvoir me passer de psy, de thérapeute, et autre joyeuseté, mais je reconnais que je suis arrivée à un point de non retour.

Mon frère m'a menacée de porter plainte si je publiais les photos, mais je ne vois dans cette publication qu'un moyen thérapeutique : en l'écrivant, non seulement j'ai conscience de ce problème, mais j'insiste sur le fait que je veux y palier.

J'ai besoin d'aide.

26/5/12 8:17 AM  
Blogger Agnès said...

Bonjour,

Merci de m'avoir rassurée sur le fait de n'être QUE désordonnée - ce qui n'est déjà pas si mal que ça - plutôt qu'atteinte de syllogomanie. En effet, hier soir un """copain""" m'a dit que j'accumulais et entassais, que c'était maladif ! Juste lui qui peut parler alors que quand il avait un "chez lui", il y avait des ordures par terre, sa salle d'eau était salle, qu'il est impuissant à 53 ans et ce depuis au moins 2 ans que je le connais mais sans doute plus ! C'est dingue, car il y a toujours des gens bienveillants qui sont là pour vous casser, alors que ce cas soc' est à la rue et hébergé chez une personne âgée ! Je suis très en colère contre lui et, comme je lui ai dit, il fait de la "psychologie de bazar"...

9/5/13 12:06 PM  
Blogger galinette said...

Voici mon témoignage : je vis depuis des années avec mon compagnon atteint de syllogomanie. Au début il s'agissait de simple récupération d'objets jetés pouvant encore être utiles puis cela a empiré au fil des années. Le jardin est totalement envahi de bibelots, meubles et électroménager, c'est affreux on dirait un camp de gitans. J'essaie de préserver l'intérieur de la maison mais je dois me battre pour ne pas être envahie. Je pense être arrivée au bout de ma patience et je souhaite partir vivre ailleurs car le spectacle quotidien de cette accumulation me démolit. Je n'ai jamais eu d'aide de quiconque ..que des apitoiements ironiques de l'entourage qui ne comprend pas comment j'ai pu me laisser faire, le laisser faire..J'ai tout essayé, colère, raisonnement, compromis..rien n'y fait ça recommence toujours. Après tant d'années ensemble je ne me vois pas appeler la mairie ou les flics..Il ne reste plus que la séparation, et c'est bien triste.
Si quelqu'un a une solution ou un conseil utile, je suis preneuse.

21/10/13 11:55 AM  

Enregistrer un commentaire

<< Home