18 avril, 2010

Indisponible pour cause de nuage de cendres !


Désolé, j'avais plein d'articles à publier mais le nuage de cendres projeté par le volcan Eyjafjöll (putain de nom islandais à la con) m'oblige à reporter mes contributions sine die ! Je suis cloué au sol comme un gros mollusque. Mon esprit généralement enclin à s'élever au-delà des cimes est aujourd'hui à raz de terre. Si je me mets à trop penser, je risque la rupture d'anévrisme.

Pourtant, ayant lu des tas de commentaires publiés à la suite d'articles sur ce fameux nuage, je me rends compte que des tas de gens pensent. En premier lieu, nos amis écologistes et gauchistes parmi les plus durs sont les premiers à s'épancher sur le sujet en une sorte de paranoïa gratuite, folle et parfois très méchante.

C'est ainsi que certains "écologistes" se réjouissent de ce tour joué par la terre pour donner une leçon aux petits hommes en leur rappelant qu'elle peut quand elle le souhaite ruiner leurs projets prométhéens. Ils se réjouissent à l'idée que grâce à cette éruption volcanique, de gros avions pollueurs doivent rester au sol. Les plus versés en économie rajoutent que grâce à cette crise, on n'aura plus de produits en provenance d'autres pays comme les fraises du Chili ou que sais-je encore, ce qui permettra aux solidarités locales de fonctionner de nouveau. On sombre en plein animisme, en pleine hystérie collective au cours de laquelle des fous mystiques voient en de simples caprices naturels une volonté supra-humaine. En se radicalisant, la protection de l'environnement a ouvert les vannes aux délires les plus déments.

Du côté des gauchistes ultras, pas de pitié pour nos concitoyens bloqués à l'étranger ou pour tous ceux qui voient leurs vacances gâchées par cet événement. L'argument principal serait que l'on n'a pas à plaindre des gens qui partent en vacances mais que notre pitié doit être avant tout mobilisée pour ceux qui dorment dans la rue ou l'ouvrier qui lutte pour conserver son emploi devenu précaire. Tant pis pour l'humble, le courageux qui s'offrait des vacances ou encore celui obligé de par ses fonctions à voyager, ils n'ont qu'à crever la gueule ouverte. Seule l'icône du SDF mérite encore de l'intérêt. Emprisonnées dans une sorte de christianisme dévoyé, nos belles âmes aveuglées de jalousie se donnent des airs supérieurs en s'instituant juges afin d'énoncer qui doit mériter ou non notre compassion.

Décidément la lecture de ces commentaires m'indiquent qu'il n'y a pas que les avions qui sont cloués au sol au raz des pâquerettes ! Encore ces fameux avions reprendront-ils l'air dans quelques jours, ce qui n'est pas le cas de ces fumeux paranoïaques. Quant aux fous mystiques de l'écologie, ce n'est pas dans quelques jours non plus qu'ils remettront les pieds sur terre !

Au-delà de tous ces commentaires accablants, j'en ai perçu quelques autres plus amusants. En effet, certains s'étonnent de cette fermeture soudaine de l'espace européen. Certes cela aura fourni une belle excuse pour certains chefs d'état de ne pas se rendre aux obsèques du président polonais récemment décédé. Mais qu'en est-il de la réalité ?

Je suis toujours circonspect quand dans un bel essor de solidarité, tous les pays adoptent les mêmes mesures. Je pourrais en effet me demander si ces précautions sont nécessaires ou si elles n'obéissent encore qu'à un principe de précaution devenu totalement fou. Il me semble que ce n'est pas la première éruption volcanique qui s'est produite. D'un autre côté n'étant pas spécialiste en vulcanologie pas plus qu'en réacteurs, je ne peux avoir d'avis tranché : tout au plus un vague sentiment. J'ai beau eu traîner sur tous les blogs mal-pensants que je connaisse, personne n'aborde cette question.

Alors ce sentiment qu'on se ficherait un peu de nous et qu'on en fait encore trop persiste en moi. Tout ceci a des relents de H1N1, de SRAS, et autres quenelles qu'on a bien voulu nous enfoncer dans le fondement depuis quelques années.

Mais bon, peut-être qu'à l'instar des écolo-mystiques et des ultra-gauchistes, je deviens moi aussi paranoïaque ? A force de baigner dans le libertarianisme, il serait bien possible que j'en sois venu à douter de TOUT ce qui émane des états et de leurs canaux de communication.

Les jours à venir nous diront ce qu'il en était. Pour le moment, moi aussi je reste cloué au sol.

11 Comments:

Blogger Dorothée said...

bien vu le 3ème paragraphe ;)

J'ai justement assisté à une conversation ce midi, qui reprenait vos idées. Ainsi j'ai pu entendre pêle-mêle :"la nature reprend ses droits" ou encore "au moins ça fait moins de pollution" référence aux avions qui polluent...

18/4/10 7:58 PM  
Blogger Philippe said...

Au moins, grâce à ce nuage qu'on n'a pas vu, le ciel bleu d'aujourd'hui était étrangement pur : aucune traînée de jet, comme avant les années 60 !

18/4/10 10:04 PM  
Blogger philippe psy said...

@Philippe : erreur, le premier vol du Boeing 707 eut lieu en 1958 sous les couleurs de la Pan-Am. :)

19/4/10 1:01 AM  
Blogger ombre said...

Au fait, elle a été prise comment cette photo !?

19/4/10 1:07 AM  
Blogger philippe psy said...

@ombre : par un hélico biturbines dont les turbines ne doivent pas être sensibles aux cendres :))

19/4/10 1:21 AM  
Blogger Vlad said...

Bonjour Psychothérapeute,
tout comme vous, je ne suis ni spécialiste en réacteur ni vulcanologue. Ce week-end j'ai eu une conversation une source travaillant aux ADP et très au fait de la situation. D'après elle, aucun pays ne veut se mouiller : principe de précaution poussé à l'extrême. En fait chacun attend que son voisin autorise la reprise des vols avant de le faire lui-même. Les vols tests effectués laisseraient penser qu'il n'y a pas de danger. Bien entendu info à prendre avec des pincettes, cependant, et nous en sauront plus dans les jours qui viennent, cet élément "hygiéniste" de la même forme que la grippe H1N1 a il me semble son rôle à jouer dans la gestion de la crise actuelle et les prises de décision politique en matière de sécurité aérienne.

19/4/10 8:30 AM  
Blogger Philippe said...

Oui, oui, j'ai vu mon premier Boeing 707 à Dijon en exercice en 1957. Je ne connais pas la date à laquelle j'ai vu la première traînée. (Dans le ciel...)

19/4/10 11:59 AM  
Blogger ombre said...

C'est du réchauffé apparemment, mais je viens tout juste de le lire.
http://www.24heures.ch/reacteurs-f-18-finlandais-endommages-nuage-cendres-2010-04-16

19/4/10 1:12 PM  
Blogger Larry said...

On peut ricaner tant qu'on veut. Il n'empêche. Quand on se rend compte que la Réunion risque de manquer de véritable camembert au lait cru, on mesure la gravité de la situation.

19/4/10 5:18 PM  
Blogger ombre said...

Et les F 16 aussi , Félicie !
http://www.europe1.fr/International/Nuage-Un-F16-de-l-Otan-endommage-178688/

19/4/10 10:21 PM  
Blogger Marino said...

La France risque de manquer de bananes, m'en fou, j'en mange pas !!!

20/4/10 2:58 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home