10 mai, 2010

Oh la la !


Voici bien longtemps que je n'ai pas publié d'articles. Et pourtant, ce n'est pas la volonté qui me manquait. J'ai en brouillon une bonne quinzaine d'articles en préparation. Je les ai commencés et jamais finis. Et pourtant, ils étaient tous promis à devenir des pièces d'anthologie. J'ai beaucoup travaillé, suis rentré très tard le soir et n'ai finalement rien fait. J'ai honte à côté d'un stakhanoviste comme mon confrère H16.

Il faut dire, que moi qui déteste les voyages, on me force à bouger. Le weekend dernier, j'ai eu le droit à un passage à Genève, ce qui pour moi est aussi déstabilisant que d'aller en Amazonie. De toute manière, à plus de cinquante kilomètres de chez moi, je déprime. De plus, nous avions pris la "compagnie de pauvres" Easy Jet et lorsqu'il a fallu revenir, nous avons eu la chance d'apprendre que tous les vols étaient annulés à cause de ce putain de nuage du au volcan.

Dans les faits, rien de grave mais ces crevards de chez Easy Jet préfèrent semble-t-il laisser leurs avions chez eux que de payer le stationnement dans un autre aéroport au cas où ils devraient être bloqués au sol. Financièrement, ça se défend mais commercialement c'est vraiment minable. Le low-cost poussé à son maximum devient aussi engageant qu'un transport en bétaillère : tout juste bon pour les jeunes et les fauchés.

Fort heureusement, l'agence Hertz m'a loué une superbe voiture et j'ai pu rentrer chez moi sans rester un jour de plus en Suisse. L'un dans l'autre, le voyage en voiture ne prend pas plus de temps puisque parti à 14h00 de Genève, j'étais chez moi vers 19h00. Vendredi, j'étais parti à 13h45 de chez moi pour arriver en Suisse vers 19h00 aussi, parce que ces putains d'avions ont toujours du retard et que les contrôles n'en finissent pas. Et puis, l'avantage de la voiture, c'est qu'avant de monter à bord, on n'est pas traités comme des criminels. De plus je dois avouer que même si je ne suis pas un fanatique de Peugeot, les sièges d'une 5008 sont tout de mêmes plus confortables que ceux d'un vieil A319 d'Easy Jet. Air France me proposait un aller simple mais à 600 Fr CH le bout, j'ai négligé leur offre pour me rabattre sur le seul instrument de liberté individuelle qui vaille : la bagnole !

Mais le pire, c'est que demain je décolle pour New-York. Moi qui déteste bouger, voilà que je devrai me taper un vol transatlantique. Paris, Genève, New-York, je ne tiens pas en place ; voilà une vie bien trop trépidante pour un pauvre capricorne comme moi. Voici donc le résumé de mes aventures. Mais dès que je reviens, je finis mes articles et je les mettrai en ligne.

Je vous dis à bientôt.

1 Comments:

Blogger Robert Marchenoir said...

New York ? Mais il est fou ! Avec le Gringeot, je suppose ? Cette fois-ci, ils vont nous déclencher la troisième guerre mondiale, à eux deux, c'est sûr...

11/5/10 8:30 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home