14 juillet, 2010

Entendu à la Radio !


J'adore les radios où l'on parle. Je n'écoute presque jamais de musique si ce n'est quand j'écris ici sur mon mac. Quand je prends le RER et que je vois ces débiles le casque vissé sur la tête, je ne les comprends pas. Lorsque j'entends des gens que je connais bien discuter musique, en se jetant des noms de groupes à la face, j'ai du mal à saisir.

Et pourtant, je pense être mélomane. La musique m'émeut et j'ai fait pas mal d'années de piano. Lorsque j'écoute de la musique, même si je suis loin d'avoir l'oreille absolue, je reconnais généralement les accords et j'ai assez de connaissances pour distinguer de la soupe de quelque chose de plus sérieux. En revanche, je n'ai rien d'un puriste. Si j'avais composé, j'aurais sous-traité les arrangements. Quoique que je fasse, seul le gros œuvre m'intéresse. Pour moi, c'est là que réside la création. Le reste m'importe peu. Quoiqu'il en soit, trève de digressions, vous saurez que j'écoute peu de musique.

Tant et si bien que même le matin, mon radio-réveil est branché sur RMC où la voix pénible de Jean-Jacques Bourdin me réveille. Je n'ai pas choisi cette radio. Il se trouve que mon minable radio-réveil que j'ai du payer moins de dix euros a juste du mal à sélectionner les fréquences. RMC est donc l'une des rares stations qui me parviennent assez clairement. Moi qui aime la parlotte je suis ravi d'écouter Bourdin dès mon réveil. J'adore entendre ce faux chevalier blanc qui se croit indépendant mais rappliquera ventre à terre dès que ses maitres le siffleront, animer les débats ou bien dialoguer avec les auditeurs.

Ce matin, il y a eu une intervention assez étrange. Une femme de quarante-sept ans expliquait aux auditeurs qu'elle souffrait d'une forme de cancer assez rare nécessitant un traitement par hyprthermie au moyen d'un appareil que seul l'Institut Gustave Roussy de Villejuif possède. Manque de chance, cet appareil est en panne depuis des années et l'administration n'a pas jugé utile de le faire réparer. Le seul espoir pour cette femme est d'aller se faire traiter en Allemagne, aux Pays-Bas ou en Italie.

Comme elle n'est pas très chanceuse en ce moment, en plus de souffrir de cette rare forme de cancer, d'être confrontée à un appareil en panne depuis des années, l'auditrice expliquait aussi que la thérapie n'étant pas sur la liste des traitements validés par la Sécurité Sociale (que le monde netier nosu envie), son traitement ne serait pas pris en charge.

N'étant pas oncologue, je n'ai aucun moyen de vérifier les dires de cette femme. Tout au plus peut-on se rendre sur son blog où elle explique avec plus de détails la tragédie dont elle est victime. Par nature, je ne suis ni naïf ni paranoïaque.

N'étant pas naïf, je pourrais imaginer que cette histoire est une vaste arnaque aux sentiments dont les bonnes âmes feront les frais. Ce type d'histoire st déjà arrivé voici quelques années. Aux USA, une femme avait orchestré sa mort, victime de la leucémie, en publiant sur son blog un journal fort bien rédigé et vraiment déchirant. Elle avait tenu ainsi en haleine des dizaines de milliers de personnes et reçu des dons et des cadeaux. En finale, ce n'était même pas de l'escroquerie mais simplement une pauvre femme souffrant d'un syndrome de Munchausen n'ayant trouvé que l'invention d'une maladie pour exister.

N'étant toutefois pas paranoïaque, je n'ai pas de raisons spéciales de mettre en doute ce qu'explique cette femme. Le blog est bien rédigé et je n'y décèle aucune tendance hystérique tendant à m'amener à croire qu'elle souffrirait d'une quelconque pathomimie. Je rappelle que les pathomimies ou troubles factices sont une catégorie de troubles mentaux au cours duquel le sujet éprouve le besoin morbide de simuler une maladie en s'imposant des symptômes, et en pouvant aller pour cela jusqu'à des attaques de son propre corps pour y provoquer délibérément des lésions.

Donc si tout cela est vrai, je suis en droit de me demander dans quel pays je vis. Voici quelques mois, l'état dépensait allègrement un milliard d'euros pour combattre une grippe réputée terrible qui n'est jamais arrivée. On me rétorquera que dans le Désert des Tartares, le Lieutenant Drogo voit enfin arriver les fameux tartares qu'il aura attendu en vain durant des années. Dans les faits, beaucoup se demandent à quoi rime cette dépense inutile. Au mieux, les pouvoirs publics auront été pris d'une crise d'hystérie collective due au principe de précaution, au pire on aura eu à faire à une vaste arnaque mêlant élus et laboratoires pharmaceutiques. J'aurais une grande barbe blanche que je ne saurais toujours rien du fin mot de cette histoire.

Dans tous les cas, et pourvu qu'elle soit vraie, la tragédie vécue par cette femme est suffisamment monstrueuse pour être relayée. N'oublions pas que la France est dotée d'un système social que le monde entier nous envie : en voici la preuve !

Dans tous les cas, cette histoire parait tellement incroyable que je préfèrerais qu'elle soit fausse ou du moins qu'elle recèle quelque détail dissimulé. Par exemple, j'aimerais presque apprendre que si la sécurité sociale ne couvre pas les frais de traitements de cette femme, c'est parce que ce type de thérapie n'a pas fait ses preuves. Peut-être que des lecteurs en sauront plus que moi sur cette curieuse histoire.

Mais comme je vis en France, et que j'ai vu ce pays se dégrader dernièrement jusqu'à l'insupportable, je sais aussi que tout y est devenu possible. En France on pourrait très bien oublier de réparer un équipement hospitalier tout en laissant crever un patient qui nécessitait ce type de traitement au motif qu'il devrait aller en bénéficier dans un autre pays.

En France tout est devenu possible et surtout le pire.

26 Comments:

Blogger Ordalie said...

Je découvre votre blog, rafraichissant et plein d'humour, et je me délecte.
Je regrette toutefois que vous ne donniez que la possibilité d'avoir un compte blogger pour commenter. J'ai dû en ouvrir un.

14/7/10 7:42 AM  
Blogger Max said...

Arnaque ? Possible tout est possible chez l'espèce hominidé qualifié d'humain...

Système de protection sociale pourri, imparfait ? Possible tout est possible non pas en France mais chez l'espèce hominidé qualifié d'humain... Car il est illusoire de croire qu'une "liberté sociale permettrait une efficacité sociale oui mais dans quelle sens? quelle but ?Efficacité de gestion ????". Mais bon j'ai peut etre rien compris à mes cours d'éco..

Le problème ne se résolvera pas en changeant de système, un système n'est qu'un cadre, ce n'est pas le cadre qui fait l'excellence du tableau. Le système sera performant, fiable le jour où les Hommes le seront..

Les deux à la fois sont possibles aussi...L'histoire de la machine en panne qu'on ne veut absolument pas réparé est assez étrange...Le mieux serait que l'argent obtenu serve à sa réparation...
Les hopitaux Publiques de Paris, (et du reste de la France) n'ayant rien à envier à ceux d'ex Urss à l'abandon, une négligence telle ne m'étonnerait pas....

14/7/10 12:27 PM  
Blogger Epicier vénéneux said...

L'article du Lancet qu'elle cite date du début de l'année et est le seul article publié sur le traitement du chondrosarcome par une conjonction chimio/hyperthermie. Pour l'heure, le chondrosarcome s'opère (et il existe de nombreux types d'intervention pour cette pathologie) ou ne s'opère pas. Demain peut-être, un certain nombre d'études seront menées et on aura le recul nécessaire sur cette technique. Une étude, ce n'est pas suffisant, même en phase 3, et encore moins sur une cohorte aussi faible (169 patients soumis au double traitement dans l'étude qu'elle cite).

Elle a l'énergie du désespoir et je trouve ça admirable; en revanche, flinguer les médecins, la recherche, la Sécu, le pape etc. alors que la technique n'est qu'expérimentale et a des résultats à peine meilleurs qu'une chimio seule, ça va un peu loin. D'autre part, on ne parle pas du tout de rémission dans cette étude, mais de capacité à stopper l'évolution: la seule rémission possible aujourd'hui passe par la chirurgie, quoi qu'il arrive.

Après avoir refusé la seule option possible pour lui sauver la vie - l'amputation, votre auditrice est à l'interface entre le déni, exprimé par sa recherche effrénée et toute personnelle d'une solution miracle pour le moins ésotérique au vu des connaissances actuelles (j'ai été surpris de ne pas trouver un paragraphe ou deux sur les bienfaits de l'homéopathie dans le traitement des sarcomes sur son blog), et la colère, dont le blog lui-même n'est que le début.

Le seul conseil constructif à lui donner, qui lui apporterait à la fois paix spirituelle et espoir de maîtrise de sa maladie (sans en enlever le côté inéluctablement morbide), serait de lui proposer de s'enrôler elle-même dans une étude sur cette nouvelle technique que le monde entier semble d'après elle posséder (dans les faits, non).

A défaut de la guérir, ça la soulagera: c'est toujours ça de pris, et ce n'est pas rien.

14/7/10 4:55 PM  
Blogger philippe psy said...

Effectivement, je laisse à votre sagacité le soin de savoir si ce qu'elle dit est vrai ou non. Dans le doute, j'irai lâcher un peu de thunes à la dame. J'espère que mon obole aidera à sa guérison. Sinon, ça paiera les couronnes.

Quant à l'amputation, oui pourquoi pas mais l'hémipelvectomie est très difficilement appareillable. Et qui lui en voudrait de tout tenter avant de subit une chirurgie aussi monstrueuse ?

Dans tous les cas, les seuls à blâmer sont les chercheurs qui après avoir englouti des milliards ne parviennent toujours par à guérir le cancer en une semaine. Virez moi ces incapables !

15/7/10 2:31 AM  
Blogger Max said...

Epicier Vénéneux, quelle traitement préconisez vous pour éradiquer un cancer du cerveau ? De couper la tête histoire qu'il ne se propage pas ? Pourquoi les malades doivent tolérer ce que les biens portants ne tolèreraient pas ? L'habitude ? Chacun a ses limites.

La pire des réponses que j'ai entendu de la part d'un chirugien : "Allez voir un psy"...ce qui sous entend "crever si cela ne vous convient pas" !!!

15/7/10 12:37 PM  
Blogger Epicier vénéneux said...

Vous êtes grand; nul doute que la dame vous rendra votre obole au centuple lorsque, une fois guérie, elle se fendra d'un ex-voto au format A3 placardé à Notre Dame de la Garde pour tous ceux qui lui seront venus en aide moralement, physiquement et pécuniairement.

Personne ne lui en veut de vouloir en sortir indemne! bien sûr qu'il faut tout tenter et c'est bien pour cela que l'idée de l'enrôlement dans une étude clinique me parait bonne.

Pis c'est surtout le médecin qui lui a diagnostiqué son sarcome qui est un salaud; s'il n'avait rien dit, elle aurait vécu sous antalgiques jusqu'à ce qu'une phase aigüe ne l'emporte en cinq semaines montre en main.

Au feu, le médecin!

15/7/10 1:11 PM  
Blogger don de soi said...

c'est facile ..aucun de nous n'est confronté de manière plus probable que la normale à la mort..nos neurones fonctionnent bien ... sereinement ..tant mieux pour nous ..nous pouvons discourir en paix ..
Vous, moi, la plupart des médecins, nous débattons face à la mort ...des autres .. comme on peut , sincèrement ...avec nos limites
Ne te hâte pas de juger, hâte toi de comprendre (proverbe russe )
conjuguons nos efforts, unissons nos énergies, dépassons nos différences...Des échanges nait la lumière , soit... mais après ? où diffusons nous cette lumière ?? les blogues ? mais encore ?

16/7/10 6:11 PM  
Blogger Epicier vénéneux said...

Max, couper la tête de quelqu'un pour stopper un cancer du cerveau n'a aucune chance d'empêcher la personne atteinte de mourir. Réfléchissez, bon sang! et puis même si c'était possible, le patient n'aurait même pas la joie d'entendre la bonne nouvelle.

17/7/10 4:33 PM  
Blogger Max said...

epicier vénéneux, llolll.. d'où les aberrations des medecins lorsqu'ils préconisent des amputations en réponse à leur "méconnaissance" je n'ose pas dire incompétence!! où est la différence entre n'avoir plus de membre mais encore la tête pour penser,(à tout ce que vous ne pourrez plus faire) et ne plus du tout avoir de tête!! je préfèrerai ne plus du tout avoir de tete!! mais chacun à sa vision de ce qui lui semble le plus supportable!! Je préfère être morte que vivre à demi comme d'autre s'accrocherons à leur vie même si elle se limite à contempler celles des autres!!!

17/7/10 10:45 PM  
Blogger Max said...

et pour également ajouter un proverbe bisousnoursiens! "la vie ne sert à rien, alors autant la vivre pleinement ou pas du tout".
d'ailleurs je crois que meme si mr le psy n'a pas apprécié ma critique des limites de son art, sur ce point je crois qu'il me rejoint ???

17/7/10 10:47 PM  
Blogger philippe psy said...

Max vous avez raison. Si j'étais oncologue j'aurais honte !

18/7/10 2:29 AM  
Blogger Epicier vénéneux said...

A mort les cancéreux auxquels la médecine n'a pas trouvé de traitement!

Saloperie de condamnés.

18/7/10 5:09 AM  
Blogger Epicier vénéneux said...

Ceci dit Max, vos propos trahissent une méconnaissance du terrain, tant les gens s'accrocheraient à leur vie, si misérable soit-elle.

18/7/10 5:12 AM  
Blogger Max said...

Tout dépend de la conception qu'ils ont de la vie!! certains se suicident bien, non ? D'ailleurs il faudrait demander à son altesse sérénissime qui nous accueille dans son antre et nous permet de débattre sur tout et n'importe quoi, les stats des suicides, et La vision de Durkheim également vous verrez Epicier Vénéneux que parfois la vie c'est vraiment pas grand chose pour certains!!! Son altesse doit savoir non!!
Les malades s'accrochent ils plus à la vie que les biens portants ????

Je ne pense pas mettre présenté comme un grand connaisseur des maux de corps et d'esprit des malades. Je pense qu'il y a deux sortes de malades!!! Pensez à l'affaire Perruche, au fond que voulez dire ces malades en saissant la justice, qui leur a répondu en niant totalement le problème par une formule vidée de toute humanité "il n y a pas de préjudice du fait de sa naissance"!!

Madame Imbert et son fils sur le droit de mourir ? ou encore la dame atteinte d'une tumeur qui a du se donner la mort comme on achève un cheval!!!

18/7/10 4:22 PM  
Blogger philippe psy said...

Max, pourquoi m'appelez-vous Altesse sérénissime ?

19/7/10 1:39 AM  
Blogger Epicier vénéneux said...

Max, vous êtes parti sur un sujet totalement différent de celui sur lequel je vous ai répondu. Nous parlions d'une maladie connue, clairement diagnostiquée, à laquelle nous ne connaissons pour l'heure qu'un seul traitement, à savoir l'ablation directe du sarcome quand elle est possible ou l'amputation si nécessaire (j'insiste sur le terme nécessaire) pour tenter de sauver le patient.

Si le patient ne veut pas se soigner ou s'il préfère se laisser mourir en invoquant une raison X ou Y (du genre "les médecins cachent une technologie miracle au fond d'une cave et ne veulent pas réparer la machine") ou se suicider, c'est son choix. Bien sûr, il faut tout faire pour ne pas en arriver là! mais aucun règlement en France ne force les gens à se soigner. Voilà pour ma partie.

Maintenant, sommes-nous tous égaux devant les pulsions morbides quelles que soient leurs étiologies, sans doute pas. Mais le suicide et l'euthanasie n'ont à mon avis rien à voir avec le sujet qui nous intéresse. En ce qui concerne l'affaire Perruche, il me semble que l'oiseau était déjà mort lorsque John Cleese l'a acheté.
Ceci dit, je me souviens d'un article pas mal foutu de notre hôte sur le suicide, qui doit dater du début d'année et que je vous invite à lire ou à relire.

19/7/10 2:11 PM  
Blogger Max said...

Je ne mélange pas tout, je tire les fils, une maladie ressemble à des tas d'autres psychologiquement l'impact est le même sur la personne atteinte. Une maladie est une atteinte à l'intégrité physique et psychologique,et les deux sont en interaction très souvent...Alors dire " mais si vous voulez vivre il faut accepter une atteinte à votre intégrité physique.Lequel des deux maux choisir ? Le moindre ? Si vous arrivez à savoir quel est le moindre...

Etre infirmière libérale puis en raison d'une merde de maladie n'être plus rien, lui faire miroiter un possible traitement avec une machine.J'ignore si elle existe mais si elle demeure à jamais en panne, alors cette dame a été confondue avec un petit animal à fourruRe. Et ils ont essayer sur elle un traitement qui a sans doute du se solder par un échec, d'où l'état de la machine... Il faut bien des cobbayes mais il doit en être conscient, comprendre qu'il s'agisse d'un essai... Les medecins ont une methode particulièrement efficace. Ils mentionnent l'existence d'un traitement, puis se terre dans leur silence et attendent tranquillement de cueillir le désespéré.(commission prise sur les benef d'un labo ? d'un confrère?).. Ou encore le traitement existe et est parfaitement efficace. Mais !!!, mais comme il existe cette solution de l'amputation, tout ceux qui ne veulent pas avoir une atteinte à leur intégrité physique n'ont qu'à y mettre le prix, et c'est sans doute ce qu'elle recherche! L'apparence l'apparence toujours l'apparence certes mais les archéologues ne misent que sur l'apparence d'un squelette pour dire qu'il s'agisse d'un humain. Et ensuite les outils autour viendront le confirmer lol. Immaginer on trouve près d'ossements de cochons, des statuettes à l'effigie de cochons, des outils idéalement proportionnés pour une patte de cochons, pas la moindre trace de reste "humain" qu'en conclure ?? L'homme descend d'un cochon,.. parfois oui, le cochon fut un être supérieur intellectuellement il a des millions d'années ????????

.Un jour je voudrais appliquer au medecin le traitement qu'il voudrait m'infliger juste pour voir la tête qu'il ferait... Un chirugien l'emputé d'une main.

Ensuite je répondais à cela "tant les gens s'accrocheraient à leur vie, si misérable soit-elle." à propos du suicide

Après vous pouvez me traiter de parano, elle est peut etre parano, folle, désespérée, une parfaite escro...

Ensuite se foutre de la gueule de ceux qui estiment qu'il peut y avoir un préjudice d'etre né" c'est nier la souffrance humaine de ces enfants, adultes..C'est ignorer la cruauté des Hommes, c'est jouer à l'hypocrite sous de beaux principes...Bien évidemment plutot que de saisir un autre débat, ils ont réussi à écoeurer l'opinion publique, en y mêlant les aspects financiers.

21/7/10 2:52 PM  
Blogger Max said...

Je ne mélange pas tout, je tire les fils, une maladie ressemble à des tas d'autres psychologiquement l'impact est le même sur la personne atteinte. Une maladie est une atteinte à l'intégrité physique et psychologique,et les deux sont en interaction très souvent...Alors dire " mais si vous voulez vivre il faut accepter une atteinte à votre intégrité physique.Lequel des deux maux choisir ? Le moindre ? Si vous arrivez à savoir quel est le moindre...

Etre infirmière libérale puis en raison d'une merde de maladie n'être plus rien, lui faire miroiter un possible traitement avec une machine.J'ignore si elle existe mais si elle demeure à jamais en panne, alors cette dame a été confondue avec un petit animal à fourruRe. Et ils ont essayer sur elle un traitement qui a sans doute du se solder par un échec, d'où l'état de la machine... Il faut bien des cobbayes mais il doit en être conscient, comprendre qu'il s'agisse d'un essai... Les medecins ont une methode particulièrement efficace. Ils mentionnent l'existence d'un traitement, puis se terre dans leur silence et attendent tranquillement de cueillir le désespéré.(commission prise sur les benef d'un labo ? d'un confrère?).. Ou encore le traitement existe et est parfaitement efficace. Mais !!!, mais comme il existe cette solution de l'amputation, tout ceux qui ne veulent pas avoir une atteinte à leur intégrité physique n'ont qu'à y mettre le prix, et c'est sans doute ce qu'elle recherche! L'apparence l'apparence toujours l'apparence certes mais les archéologues ne misent que sur l'apparence d'un squelette pour dire qu'il s'agisse d'un humain. Et ensuite les outils autour viendront le confirmer lol. Immaginer on trouve près d'ossements de cochons, des statuettes à l'effigie de cochons, des outils idéalement proportionnés pour une patte de cochons, pas la moindre trace de reste "humain" qu'en conclure ?? L'homme descend d'un cochon,.. parfois oui, le cochon fut un être supérieur intellectuellement il a des millions d'années ????????

.Un jour je voudrais appliquer au medecin le traitement qu'il voudrait m'infliger juste pour voir la tête qu'il ferait... Un chirugien l'emputé d'une main.

Ensuite je répondais à cela "tant les gens s'accrocheraient à leur vie, si misérable soit-elle." à propos du suicide

Après vous pouvez me traiter de parano, elle est peut etre parano, folle, désespérée, une parfaite escro...

Ensuite se foutre de la gueule de ceux qui estiment qu'il peut y avoir un préjudice d'etre né" c'est nier la souffrance humaine de ces enfants, adultes..C'est ignorer la cruauté des Hommes, c'est jouer à l'hypocrite sous de beaux principes...Bien évidemment plutot que de saisir un autre débat, ils ont réussi à écoeurer l'opinion publique, en y mêlant les aspects financiers.

21/7/10 2:52 PM  
Blogger Max said...

Je ne mélange pas tout, je tire les fils, une maladie ressemble à des tas d'autres psychologiquement l'impact est le même sur la personne atteinte. Une maladie est une atteinte à l'intégrité physique et psychologique,et les deux sont en interaction très souvent...Alors dire " mais si vous voulez vivre il faut accepter une atteinte à votre intégrité physique.Lequel des deux maux choisir ? Le moindre ? Si vous arrivez à savoir quel est le moindre...

Etre infirmière libérale puis en raison d'une merde de maladie n'être plus rien, lui faire miroiter un possible traitement avec une machine.J'ignore si elle existe mais si elle demeure à jamais en panne, alors cette dame a été confondue avec un petit animal à fourruRe. Et ils ont essayer sur elle un traitement qui a sans doute du se solder par un échec, d'où l'état de la machine... Il faut bien des cobbayes mais il doit en être conscient, comprendre qu'il s'agisse d'un essai... Les medecins ont une methode particulièrement efficace. Ils mentionnent l'existence d'un traitement, puis se terre dans leur silence et attendent tranquillement de cueillir le désespéré.(commission prise sur les benef d'un labo ? d'un confrère?).. Ou encore le traitement existe et est parfaitement efficace. Mais !!!, mais comme il existe cette solution de l'amputation, tout ceux qui ne veulent pas avoir une atteinte à leur intégrité physique n'ont qu'à y mettre le prix, et c'est sans doute ce qu'elle recherche! L'apparence l'apparence toujours l'apparence certes mais les archéologues ne misent que sur l'apparence d'un squelette pour dire qu'il s'agisse d'un humain. Et ensuite les outils autour viendront le confirmer lol. Immaginer on trouve près d'ossements de cochons, des statuettes à l'effigie de cochons, des outils idéalement proportionnés pour une patte de cochons, pas la moindre trace de reste "humain" qu'en conclure ?? L'homme descend d'un cochon,.. parfois oui, le cochon fut un être supérieur intellectuellement il a des millions d'années ????????

.Un jour je voudrais appliquer au medecin le traitement qu'il voudrait m'infliger juste pour voir la tête qu'il ferait... Un chirugien l'emputé d'une main.

Ensuite je répondais à cela "tant les gens s'accrocheraient à leur vie, si misérable soit-elle." à propos du suicide

Après vous pouvez me traiter de parano, elle est peut etre parano, folle, désespérée, une parfaite escro...

Ensuite se foutre de la gueule de ceux qui estiment qu'il peut y avoir un préjudice d'etre né" c'est nier la souffrance humaine de ces enfants, adultes..C'est ignorer la cruauté des Hommes, c'est jouer à l'hypocrite sous de beaux principes...Bien évidemment plutot que de saisir un autre débat, ils ont réussi à écoeurer l'opinion publique, en y mêlant les aspects financiers.

21/7/10 2:54 PM  
Blogger Max said...

Je ne mélange pas tout, je tire les fils, une maladie ressemble à des tas d'autres psychologiquement l'impact est le même sur la personne atteinte. Une maladie est une atteinte à l'intégrité physique et psychologique,et les deux sont en interaction très souvent...Alors dire " mais si vous voulez vivre il faut accepter une atteinte à votre intégrité physique.Lequel des deux maux choisir ? Le moindre ? Si vous arrivez à savoir quel est le moindre...

Etre infirmière libérale puis en raison d'une merde de maladie n'être plus rien, lui faire miroiter un possible traitement avec une machine.J'ignore si elle existe mais si elle demeure à jamais en panne, alors cette dame a été confondue avec un petit animal à fourruRe. Et ils ont essayer sur elle un traitement qui a sans doute du se solder par un échec, d'où l'état de la machine... Il faut bien des cobbayes mais il doit en être conscient, comprendre qu'il s'agisse d'un essai... Les medecins ont une methode particulièrement efficace. Ils mentionnent l'existence d'un traitement, puis se terre dans leur silence et attendent tranquillement de cueillir le désespéré.(commission prise sur les benef d'un labo ? d'un confrère?).. Ou encore le traitement existe et est parfaitement efficace. Mais !!!, mais comme il existe cette solution de l'amputation, tout ceux qui ne veulent pas avoir une atteinte à leur intégrité physique n'ont qu'à y mettre le prix, et c'est sans doute ce qu'elle recherche! L'apparence l'apparence toujours l'apparence certes mais les archéologues ne misent que sur l'apparence d'un squelette pour dire qu'il s'agisse d'un humain. Et ensuite les outils autour viendront le confirmer lol. Immaginer on trouve près d'ossements de cochons, des statuettes à l'effigie de cochons, des outils idéalement proportionnés pour une patte de cochons, pas la moindre trace de reste "humain" qu'en conclure ?? L'homme descend d'un cochon,.. parfois oui, le cochon fut un être supérieur intellectuellement il a des millions d'années ????????

.Un jour je voudrais appliquer au medecin le traitement qu'il voudrait m'infliger juste pour voir la tête qu'il ferait... Un chirugien l'emputé d'une main.

Ensuite je répondais à cela "tant les gens s'accrocheraient à leur vie, si misérable soit-elle." à propos du suicide

Après vous pouvez me traiter de parano, elle est peut etre parano, folle, désespérée, une parfaite escro...

Ensuite se foutre de la gueule de ceux qui estiment qu'il peut y avoir un préjudice d'etre né" c'est nier la souffrance humaine de ces enfants, adultes..C'est ignorer la cruauté des Hommes, c'est jouer à l'hypocrite sous de beaux principes...Bien évidemment plutot que de saisir un autre débat, ils ont réussi à écoeurer l'opinion publique, en y mêlant les aspects financiers.

21/7/10 2:54 PM  
Blogger Max said...

Je ne mélange pas tout, je tire les fils, une maladie ressemble à des tas d'autres psychologiquement l'impact est le même sur la personne atteinte. Une maladie est une atteinte à l'intégrité physique et psychologique,et les deux sont en interaction très souvent...Alors dire " mais si vous voulez vivre il faut accepter une atteinte à votre intégrité physique.Lequel des deux maux choisir ? Le moindre ? Si vous arrivez à savoir quel est le moindre...

Etre infirmière libérale puis en raison d'une merde de maladie n'être plus rien, lui faire miroiter un possible traitement avec une machine.J'ignore si elle existe mais si elle demeure à jamais en panne, alors cette dame a été confondue avec un petit animal à fourruRe. Et ils ont essayer sur elle un traitement qui a sans doute du se solder par un échec, d'où l'état de la machine... Il faut bien des cobbayes mais il doit en être conscient, comprendre qu'il s'agisse d'un essai... Les medecins ont une methode particulièrement efficace. Ils mentionnent l'existence d'un traitement, puis se terre dans leur silence et attendent tranquillement de cueillir le désespéré.(commission prise sur les benef d'un labo ? d'un confrère?).. Ou encore le traitement existe et est parfaitement efficace. Mais !!!, mais comme il existe cette solution de l'amputation, tout ceux qui ne veulent pas avoir une atteinte à leur intégrité physique n'ont qu'à y mettre le prix, et c'est sans doute ce qu'elle recherche! L'apparence l'apparence toujours l'apparence certes mais les archéologues ne misent que sur l'apparence d'un squelette pour dire qu'il s'agisse d'un humain. Et ensuite les outils autour viendront le confirmer lol. Immaginer on trouve près d'ossements de cochons, des statuettes à l'effigie de cochons, des outils idéalement proportionnés pour une patte de cochons, pas la moindre trace de reste "humain" qu'en conclure ?? L'homme descend d'un cochon,.. parfois oui, le cochon fut un être supérieur intellectuellement il a des millions d'années ????????

.Un jour je voudrais appliquer au medecin le traitement qu'il voudrait m'infliger juste pour voir la tête qu'il ferait... Un chirugien l'emputé d'une main.

Ensuite je répondais à cela "tant les gens s'accrocheraient à leur vie, si misérable soit-elle." à propos du suicide

Après vous pouvez me traiter de parano, elle est peut etre parano, folle, désespérée, une parfaite escro...

Ensuite se foutre de la gueule de ceux qui estiment qu'il peut y avoir un préjudice d'etre né" c'est nier la souffrance humaine de ces enfants, adultes..C'est ignorer la cruauté des Hommes, c'est jouer à l'hypocrite sous de beaux principes...Bien évidemment plutot que de saisir un autre débat, ils ont réussi à écoeurer l'opinion publique, en y mêlant les aspects financiers.

21/7/10 3:02 PM  
Blogger Max said...

oH MOn dieu vous m'humiliez en mettant deux fois mon commentaire que je vous ai envoyé certes plusieurs fois!! J'ai un problème avec mon ordi ou ma connection, possédé par un fantôme ? J'ai cru qu'il n'avait pas été enregistré. Ma connerie me diriez vous!!!!!!
Pardon pour les fautes, l'orthographe est une limite à ma liberté d'écrire comme un goret et parfois de manière confuse quitte à ne pas être comprise !!!! Ou alors vous lisez pas les commentaires avant de les mettre en lignes?!!!!
Si épicier vénéneux me dit que je suis parano alors j'irai me faire pendre s'il me dit que je suis tarée cela ne me dérangera pas!!! Mais pas parano!!!

22/7/10 12:00 PM  
Blogger Max said...

salaud!! M'en fou d'abord!! je trainerai sur mon blog à moi et je conserverai toujours mes préjugés sur les psys!!

22/7/10 6:46 PM  
Blogger V. said...

l'homme ne descend pas toujours d'un cochon
Parfois il descend de la montagne
ou de sa moto
ou de sa RJ49
etc

23/7/10 1:54 PM  
Blogger Epicier vénéneux said...

Allez, on inspire à fond et on se détend.

23/7/10 11:52 PM  
Blogger V. said...

Il me semble que Max, en demi teinte, parle d'une maladie dont elle souffrirait...
Peut être conviendrait il de prendre cet élément de souffrance en compte ?

25/7/10 12:44 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home