26 décembre, 2010

Noël chez les socialos cultureux !


Moi, je n'aime pas le théâtre. J'ai toujours considéré que c'était une goinfrerie pour croquants, un truc passé de mode, qui ne pouvait que perdurer dans les endroits où la télévision et le cinéma ne sont pas encore arrivés. Quand on me parle de théâtre, j'imagine toujours une troupe de saltimbanques  amoraux couchant les uns avec les autres, venus dans des chariots, montant hâtivement une estrade sur laquelle il cabotineront face à un public de paysans édentés et consanguins. D'ailleurs, toutes les fois qu'on m'a traîné au théâtre, j'ai trouvé cela nul.

Il se trouve que sans doute mal conseillé, mon père m'a trainé au théâtre avec mon épouse le soir de Noël. c'était une invitation que je ne pouvais refuser et ce d'autant plus qu'il ne s'agissait pas d'une pièce mais d'une comédie musicale : My fair lady, d'après la pièce de George Bernard Shaw, un communiste notoire. L'histoire est simple puisqu'il s'agit pour un professeur de phonétique, Henry Higgins, de faire passer une pauvre vendeuse de fleurs, Eliza Doolittle, pour une aristocrate. Mon père sans doute ému par les souvenirs de l'adaptation cinématographique de Cukor avec Audrey Hepburn tenait absolument à voir cette comédie musicale. Personnellement, l'idée d'aller me coller le cul dans un théâtre subventionné, le Châtelet, pour assister à une adaptation française de cette œuvre ne me tentait qu'à moitié parce que j'étais à peu près sur que ce serait nul.

C'est ainsi que l'on débarque par un froid de gueux au théâtre. Comme c'est français et public, c'est forcément mal organisé. C'est le pompier de service qui nous prend le ticket et le brave homme ne sait pas nous dire où sont situées nos places. Finalement nous avisons un clampin mieux informé qui nous fait remonter d'un étage où un autre clampin nous place en refusant tout pourboire. Le fauteuil est plutôt confortable et la vue assez correcte bien que pour cent-dix euros la place on ait pu espérer avoir mieux. Dire qu'en plus c'est subventionné !

La scène représente la façade d'un immeuble londonien sur lequel figure la phrase "mea pulchra puella", soit la traduction latine approximative de "My fair Lady". On poireaute, on entend les musiciens s'accorder dans la fosse. Et d'un coup d'un seul, l'orchestre se met à jouer l'ouverture. Et d'un coup d'un seul, moi qui me souviens de la direction magistrale d'André Prévin, le chef d'orchestre de la MGM, je compare ce que j'entends et je sais que je vais avoir à faire à une représentation merdique dans la plus pure tradition française de ces vingts dernières années où l'on foire tout ce que l'on entreprend. Ce soir j'aurais un My fair lady qui sera à l'original ce que Quaero est à Google : de la merde.

L'orchestre Pasdeloup dirigé par je ne sais quel âne semble composé de mecs bourrés de lexomil. L'ouverture se doit d'être brillante, gaie et enlevée et là c'est un désastre. La mesure est trop lente et on sent qu'ils ont du mal à monter. Alors pour combler leur manque de tonus de temps à autre retentit un grand coup de cymbale ou un roulement de tambour (peut-être pour les sortir de leur coma ?). C'est vraiment merdique et moi qui vient de lire sur le programme que le pensum durerait trois heures et vingt minutes, je commence à avoir peur. Mais bon le fauteuil de velours est plutôt confortable et je me cale bien dedans et commence à piquer un roupillon tout juste entrecoupé de coups que me donne mon épouse en me soufflant "réveille toi, tu ronfles tout le monde t'entend". Alors j'entrouvre les yeux et assiste à quelques minutes de  représentation avant de me rendormir. 

Les comédiens sont aussi merdiques que les musiciens. Ils ont pris des anglais qui déclament leur texte comme eu Shakespeare ! Putain, ça roule des "r", ça braille et ça cabotine à tout va, on croirait Didier Bénureau dans son sketche du chevalier anglais fou. Putain, ils ont réussi à transformer une comédie musicale, un spectacle léger et gai en merde pour abonnés à Télérama. Et ces ténors et ces sopranos sont tous aussi insupportables les uns que les autres et totalement inadaptés. Moi qui me souviens de la jolie voix de Marni Nixon, c'est insupportable, aussi insupportable qu'une adaptation d'Oscar par la comédie française dans laquelle Terzieff aurait repris le rôle de Louis de Funès : chacun son boulot ! C'est précieux, surfait, ampoulé et d'un snobisme atroce.

Tant pis, je me rendors tranquillement jusqu'à l'entracte durant lequel je vais fumer ma clope dehors. Comme nous échangeons avec mon père, un cuistre surprenant notre échange nous lance un regard courroucé parce que pour lui, le spectacle est merveilleux. Comme il est attifé comme l'as de pique, je suppose qu'il est venu par son comité d'entreprise avec des places à tarif réduit. J'avise aussi un groupe de types à lunettes carrées : sans doute des gens du service culturel de la Mairie de Paris ?

Je suis un peu mieux le second acte. La valse de l'ambassadeur est massacrée bien évidemment par ces trou-du-culs. Ce sont les seuls qui réussissent à transformer une valse en slow. Quant aux danseurs, j'ai vu des spectacles de fin d'année avec des gamines plus convaincantes que ces professionnelles ringardes qui s'agitent sous mes yeux. Souhaitant rester positif, je trouve que les décors sont plutôt réussis. En revanche la pauvre Eliza Doolittle est vêtue n'importe comment. Tandis que la pièce est sensée se dérouler en 1914, la pauvre est successivement habillée à la mode de la Belle époque, des années trente, quarante, puis à la fin avec une jupe à godets digne des années cinquante. Le puriste que je suis ne peut réprimer une grimace. Je me rendors encore et ce sont les applaudissements nourris de la fin qui me réveillent. Bien entendu, je n'applaudis pas. Et quand je vois apparaitre le chef d'orchestre sur la scène j'ai même envie de lui crier "enculééé" mais je me retiens.
Avisant mon père et mon épouse, je ne formule qu'un laconique "bon on se casse maintenant pour éviter la bousculade" et nous partons. C'est fou ce que la chape de béton qui pèse sur le pays depuis bientôt trente ans peut faire, même transformer une jolie comédie musicale, gaie et enlevée, en pensum pour intellos creux.

Enfin si un promoteur a une bonne idée pour transformer le théâtre du Châtelet en immeuble de bureaux, moi je suis plutôt pour !

7 Comments:

Blogger L said...

Merci pour ce billet hilarant, il ne pouvait pas tomber mieux =)

26/12/10 10:22 PM  
Blogger Marino said...

L'histoire ne dit pas si votre père et votre épouse ont apprécié la pièce ou s'ils ont aussi dormi !

27/12/10 10:55 AM  
Blogger philippe psy said...

Ils n'ont pas dormi mais l'ont trouvée nulle aussi.

27/12/10 4:24 PM  
Blogger oliv said...

C'est dans quel chapitre de "La conjuration des imbéciles" déjà ???

10/1/11 5:40 PM  
Blogger LiLi JaZz said...

"remboursez nos invitations!"

1/1/12 10:56 PM  
Blogger arne baby said...

Si vous n'aimez pas le Théâtre, foutez lui la paix. Il n'a pas besoin de vous pour désemplir ses salles. Le magnifique spectacle dont vous parlez est complet jusqu'à la fin. Acteur de Théâtre, c'est un métier magnifique. Critique en revanche... c'est être un puceau qui ne fait rien et qui voudrait nous apprendre à faire l'amour. Votre 'chronique' me donne l'impression d'une critique gastronomique écrite par un anorexique. Pourquoi parler de ce que vous n'aimez pas? On s'en fout. Le problème des blogs, c'est que chacun se croit auteur, et pense que son avis importe. Les acteurs chanteurs dans cette pièce sont magnifiques. Vous en revanche vous avez le cabotinage râleur au bout de la plume. C'est ça qui est très franchouillard et snob. Et tandis que je vous lis d'un derrière distrait, j'éviterai de me faire analyser dans votre cabinet, avant de tirer la chasse. Vous m'avez l'air d'un type plutôt chiant.

PS: le Théâtre du Châtelet ne reçoit que peu de subventions, contrairement au Théâtre de la Ville. Le Châtelet était loué par la société américaine qui organise la tournée de 'My fair lady'. L'Etat français n'a pas versé un centîme dans ce spectacle. Ce n'est donc pas du 'socialo snob' comme vous dîtes, mais l'inverse: du capitalisme à grand public de broadway pur et dur. Le snob c'est vous. Bonnes pâtes devant la télé.

29/12/13 9:04 PM  
Blogger arne baby said...

J'ai hâte de vous voir publier mon commentaire. Si vous ne le publiez pas, c'est que vous n'aimez pas qu'on vous critique à votre tour. Auquel cas un conseil: arretez la critique. A.D

29/12/13 9:08 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home