24 juin, 2011

Violence féminine !

 Messaline une femme qui n'était pas "jolie jolie" hein !

Après les affaires DSK, Tron et bien sur la grande campagne destinée à alerter l'opinion sur le viol conjugal, nous savons d'ores et déjà que l'homme est un salaud. C'est pourquoi dans un louable souci de justice et afin d'appliquer sur ce blog une saine et murement réfléchie parité, je tenais à parler de la violence féminine. 

Parce que si l'homme est souvent réputé violent, c'est sans doute parce que sa violence est plus visible puisqu'elle utilise ce que la nature lui a donné comme avantage par rapport aux femmes : sa force physique. Car nul ne contestera qu'il existe dans notre espèce un vrai dimorphisme sexuel qui fait que globalement les mâles sont plus grands et plus forts que les femelles. 

A la marge bien sur, existent des différences marquées ainsi que pourrait le démontrer une photo mettant en présence le Gringeot (2,03m et 145kgs) et Louis de Funès (1,65m et 58kgs). Si toutefois une telle photo existait mais je ne pense pas que le Gringeot ait un jour rencontré Louis de Funès ni qu'il soit plus que cela plus amateur des ses films, dans la mesure où la vidéothèque du Gringeot est principalement constituée d'oeuvres mettant en scènes soit des filles nues, soit des Harley-Davidson, soit les deux ensemble. Or, il ne me semble pas qu'on ait déjà vu De Funès dans un porno bas de gamme ni même qu'on ait rapporté qu'il ait fait partie d'un gang de bikers. De Funès son truc à lui c'était plutôt les roses, qu'il cultivait dans son château, et les DS qu'il conduisait dans ses films. Or je crois savoir que le Gringeot dirait des DS autant que des roses que "cé pour les pédés". J'ai beau eu lui dire que j'aimais les roses et que je trouvais la DS plutôt réussie comme voiture sans pour autant être homosexuel, le Gringeot n'en démord pas et me dit que de toute manière "lé psys cé tousse dé pédés".

Mais revenons à nos moutons et admettons que le dimorphisme sexuel fait que dans notre espèce, l'homme est plus fort que la femme, ce qui lui donne un avantage concurrentiel en termes de baston. Et à moins de s'appeler Michelle Rodriguez (dans ses films) ou Myriam Lamare, je connais peu de femmes qui réussiraient à gagner contre un homme dans un combat à la loyale. Comme on l'a vu, dans un match homme/femme, c'est DSK qui gagne. (Ceci dit bien sur j'écris cela pour rire car je suis un fervent partisan et défenseur de la présomption d'innocence !)


En revanche, la nature étant aussi bien faire que les jeux de rôles, dans lesquels même les nains ont des pouvoirs, la femme dispose d'une supériorité psychologique évidente par rapport à l'homme. Même si le fait n'a sans doute pas été démontré, vous admettrez que depuis tous petits, on nous bassine avec le fait que les filles sont plus mures plus tôt que les garçons, plus calmes, etc., et qu'elles nous sont donc supérieures sur bien des points. L'étude psychologique la plus aboutie réside sans doute dans le Petit Nicolas de Goscinny qui met parfois en scène la petite Marie-Edwige qui "a des cheveux jaunes, des yeux bleus et est toute rose" et qui développe dans les histoires où elle apparait une force psychologique peu commune lui permettant de manipuler les garçons avec brio.

A ce point de ma démonstration, je poserai la règle suivante édictant que la torture physique et la torture psychologie se valent en tous points. Dès lors, la violence peut être issue de ces deux formes de violence que représentent la violence physique - plus couramment masculine - et la violence psychologique - plus couramment féminine. 

C'est ainsi que via mon Iphone j'ai appris que Loïc Sécher, 50 ans, a été déclaré non coupable des accusations de viols sur la jeune Emilie, alors âgée de 14 ans, par la Cour d'assises de Paris. Définitivement innocenté, il aura passé plus de sept ans derrière les barreaux avant la rétractation de son accusatrice. Retour sur les causes de cette erreur judiciaire. Pour des motifs sans doute très vagues, le témoignage d'une adolescente aura suffit à envoyer en prison pour une peine de seize ans un homme innocent. Je n'étais pas aux auditions mais elle devait être sacrément convaincante la gamine !

Dans le même temps, un fait divers m'apprend dernièrement qu'une jeune fille de 13 ans a succombé aux coups portés par le frère de l'une de ses camarades. L'agresseur voulait venger sa sœur qui était en froid avec la victime à propos d'un amoureux. La querelle entre les collégiennes se serait envenimée, des injures auraient été échangées sur les réseaux sociaux et la sœur de l'agresseur. Si le jeune homme mérite d'être jugé, on est en droit d'avoir des explications sur le comportement de sa sœur l'ayant amené à se conduire ainsi. Ne serait ce pas une forme de domination psychologique assez classique par lequel une femme amènera un homme à la venger ? Les faits divers regorgent de ces histoires sordides dans lesquelles une odieuse manipulatrice instrumentalise un benêt afin de se débarrasser d'un mari gênant ou d'une rivale détestée.

Et dans un cadre beaucoup plus large, je suis toujours amusé par ces femmes qui trouvent que leur mec est un peu lâche parce qu'il s'est laissé insulter par un plus grand, plus gros et plus fort et "qu'elles à sa place, elle ne se serait pas laissées faire". Ou par ces mêmes femmes qui hurlent tout en sachant très bien qu'elles ne risquent rien parce qu'il est tout de même rare qu'on frappe des femmes sur la voie publique en cas d’altercation.  Cela me fait toujours penser à ces petits yorkshires qui aboient et grognent quand ils sont sur les genoux de leurs maitres, sachant bien qu'en cas de problème, ils n'assumeront aucune conséquence de leurs actes.

Je m'inscris donc en faux contre les propos de cette prof de psychopathologie du travail dont je suivis naguère les cours médiocres qui hurlait que la violence c'est ce qui fait mal et qui laisse des traces. Sans doute que la pauvre fille avait été battue mais bon, la violence psychologique laisse aussi de sacrées traces !

Tout ceci m'amène donc à me demander ce que font les pouvoirs publics qui ne dénoncent pas ces odieux comportements féminins en enjoignant aux hommes de se méfier des femmes, lesquelles se révèlent parfois être des terribles Messaline. Je trouve que de la même manière que les journaux féminins glosent sur le maintenant célèbre portrait clinique du terrible pervers-narcissique que toute employée croit apercevoir derrière un patron, un mari, un amant et tout homme en général, il faudrait que l'on dépeigne enfin les terribles perverses-hystériques. Ce ne serait que justice. 

Parce que comme dit le Père Peujat dans Les vieux de la vieille, parfois une femme : c'est peau de pêche en dehors mais peau d'hareng en d'dans".

La leçon de tout ceci c'est que rien n'est ni tout noir, ni tout blanc mais que y'a du gris partout.

18 Comments:

Blogger L said...

Ou comme dirait Nietzsche :

« Toutes les femmes sont pleines de finesse lorsqu'il s'agit d'exagérer leur faiblesse, elles sont même pleines d'ingéniosité à inventer des faiblesses pour se donner l'apparence de fragiles ornements qu'un grain de poussière ferait souffrir. C'est ainsi qu'elles se défendent contre la vigueur et le droit du plus fort. »

24/6/11 9:33 PM  
Blogger Lucie Trier said...

Marrant, sur la vingtaine de personnes avec qui j'ai parlé des coucheries diverses de DSK, toutes celles que j'ai vues qui restaient aussi détendues qu'à la piscine municipale, quitte limite à défendre le truc (sauf une syndicaliste CGT mais bon) étaient des femmes. Et ceux invoquant une morale outrée... tous des hommes.
Le trucs du féminisme sur cette affaire c'est vraiment les médias, de ce que j'ai vu autour de moi. J'ose espérer qu'il en va de même pour les interventions des psychanalystes au Figaro.

Ça reste théorique et c'est une vision *statistique* à laquelle je n'appose pas de sentiments, mais voici : la "force psychologique" des femmes peut s'expliquer par une variabilité plus élevée chez les hommes et pas seulement en taille. Celles qui iront moins loin, descendront aussi moins bas. Je parle de jolies choses comme les très hauts QI, la criminalité - y compris celle qui n'exige aucune force physique -, la dégradation de santé hors cocon conjugal, la répartition des sexes parmi les psychotiques et les débiles mentaux. Je ne crois pas que les femmes soient plus fortes psychologiquement : elles sont peut-être simplement plus "stables", si on prend la population médiane. Elles en baveront autant, prendront parfois moins de risques mais encaisseront mieux. Ce qui est à la fois triste et joyeux.

Les conséquences de ça, ce sont tout un tas de trucs croustillants que je note ailleurs que dans cette case de commentaires, qui n'a rien fait pour mériter de telles élucubrations.

-c-

24/6/11 10:57 PM  
Blogger Lucie Trier said...

Et pis y'a des trucs plus urgents, parce que Columbo il est mort à l'instant.

24/6/11 11:24 PM  
Blogger V. said...

Quid de la démission paternelle qui laisse le champ libre à la toute puissance maternelle engendrant des adultes complètement ramollis ou à l'inverse ivres de violence vengeresse qui s'exerce contre le mauvais objet ?

Quid de la démission masculine dans les couples, où pour ne pas affronter la violence psychologique féminine, l'homme se barre bricoler dans son sous-sol ou taper le carton avec ses potes, comme dans les vieux de la vieille précisément ?
Depuis combien de temps les hommes démissionnent ils en face des femmes en échange de leurs habitudes à ne pas bousculer ?

"Rappeler qu’il faut de l’autorité vous fait taxer de machiste ou de fasciste. L’autorité n’est pas de dire : « Je le veux, tel est mon bon plaisir », mais « Je suis en charge d’une loi dont je ne suis pas l’auteur, d’un ordre de langage et de différences sans lequel il n’y a plus des sujets mais des individus.
La terreur ou la tyrannie paternelle est le contraire de la loi symbolique du père."
(Michel Schneider)

26/6/11 11:48 AM  
Blogger oliv said...

" Les hommes seraient trop malheureux si auprès bdes femmes ils se souvenaient le moins di monde de ce qu'ils par coeur" Chamfort

26/6/11 1:02 PM  
Blogger philippe psy said...

@Olive : moui rire je n'ai pas tout compris, tu peux réécrire ta citation ?

26/6/11 1:06 PM  
Blogger V. said...

je crois qu'il faut comprendre que l'alcool aide à supporter et Chamfort et les femmes...

26/6/11 2:51 PM  
Blogger Thomas said...

Quelle affaire DSK ?

26/6/11 2:53 PM  
Blogger Lucie Trier said...

V, je vous trouve toujours aussi chouette et cela n'est pas contre vous. Mais votre commentaire me fait réfléchir.

Il me rappelle à quel point je ne crois plus à l'impact de la composition parentale sur les comportements "masculins" ou "féminins". Même si ces théories sont encore très en vogue -j'y ai cru pendant longtemps, comme j'ai cru pendant longtemps que l'intelligence était quelque chose de majoritairement acquis, et non d'inné. La plupart de mes amis étant des hommes, la plupart de surcroît ayant été élevés par des mères seules, je peux vous garantir que leur masculinité souvent splendide, parce qu'équilibrée, ne provient pas de l'absence ou de la présence du père. J'ai d'autres amis qui renient leur virilité, qui se retrouvent souvent dans la posture du gentil ami infantile et désexualisé et qui ont du mal à séduire, ils ont été élevés pour une bonne partie d'entre eux avec un père.

De même, je ne crois pas à l'épouvantail de la "féminisation" des hommes et de la société. Regardez les zazous : c'était en 1942. Encore avant; les homosexuels n'ont pas attendu l'existence de la gay pride pour exister. Les hommes n'ont pas attendu la "féminisation" de la société pour être des êtres doués de sensibilité et autres qualités traditionnellement rattachées au féminin. Par contre, l'homosexualité, la sensibilité, etc, cela se voit plus lorsque les codes sociaux autorisent à ce que les gens le cachent un peu moins. Les hommes ne sont pas plus démissionnaires qu'avant, les femmes pas plus couillues : encore une fois, cela se voit simplement plus. Mais au final, vous savez, notre vieille biologie évolue moins vite que nos masques sociaux. C'est donc pourquoi je ne crois pas à une influence psychanalytiquement magique du père ou de la mère sur les rapports homme-femme, ou sur l'homosexualité, ou sur l'autisme, et tout le reste. Il peut y avoir des schémas comportementaux, mais les hormones et le besoin de s'adapter l'emportent toujours - du moins chez ceux capables de progression.

De la même manière que certains sont terrifiés à l'idée que l'homosexualité se "développe", certains trouveront des explications sociologiques pour construire le rempart de leur peur panique d'une dévirilisation de cauchemar. Regardez Zemmour, il s'épuise depuis de nombreuses années à le faire, et c'est un homme brillant - bien que je ne partage pas ses valeurs.

Je me rends compte à quel point les données statistiques sont à prendre avec précaution quand on y appose du sens ou des croisades personnelles, c'est parfois le danger des gender studies. Je n'aurais par exemple pas l'aveuglement de considérer que le génie est masculin parce que la variabilité en QI est plus importante chez les hommes que chez les femmes, sans avoir à assumer, qu'alors, je serais en train de prétendre que l'extrême bêtise serait masculine également.

-c-

27/6/11 3:44 AM  
Blogger V. said...

Hello -c- :o)

Que la terminologie psychanalytique ne vous plaise pas, je peux le comprendre, mais prenez une femme qui frappe ses mômes et traite son mec comme un moins que rien.
C'est biologique pour vous ?

Et le fait que nombre d'hommes acceptent de vivre avec des harpies ?
ça aussi c'est biologique ?

Pour ma part, j'ai eu deux fils avec deux pères différents, je ne me suis jamais mariée, je ne défends donc pas le modèle en général et familial en particulier, mais j'avance que tout comportement participe d'une part qui peut s'expliquer (au delà du biologique), quitte à ce que l'explication soit que ça échappe à l'entendement.
Selon moi (mais ça n'engage que moi) la violence psychologique exercée par certaines femmes tient à l'attitude de certains hommes.
Disons qu'il faut être deux pour qu'un couple pareil existe.
Donc, aux deux à se remettre en question.
Et au moins pervers des deux de se barrer.

Je ne me fie pas aux barèmes et aux études et encore moins à Zemmour, je ne lis pas les journaux et ne regarde pas la télé.

Le bain ambiant auquel je ne peux me soustraire me suffit amplement pour ressentir que toute cette actualité, cette actualité gesticulante n'a que peu d'intérêt moi qui, par chance, n'ait pas encore lu tous les livres...

27/6/11 12:13 PM  
Blogger oliv said...

"Les hommes seraient prop malheureux si auprès des femmes, ils se souvenaient le moins du monde de ce qu'ils par coeur"
Chamfort. mais je crois que ton intellect ne peux tout simplement comprendre cette Maxime -)

27/6/11 4:09 PM  
Blogger V. said...

Mon commentaire tenait surtout à insister sur le fait qu'on ne naît pas pervers(e) narcissique, mais qu'on le demeure, ça j'en suis à peu près certaine.
Et comme Philippe, dans le fait divers concernant ce jeune homme qui a tué une jeune fille pour venger sa soeur, se demandait s'il ne fallait pas se pencher sur celle qui tirait peut être les ficelles dans l'ombre, il me semblait que cette hypothétique Messaline ne s'était pas construite toute seule et dans ce cas, je ne peux pas m'empêcher de me demander comment sont les parents.
D'où mon laïus (qui n'est pas de moi d'ailleurs) sur ce que Lacan appelait la Loi du Père.
Je sais ici, c'est un coup à se retrouver au goulag ou à recevoir un nain de jardin par chronopost...
Déjà que Staline n'est pas capricorne...

;o)

28/6/11 2:13 PM  
Blogger Lucie Trier said...

V., vous êtes merveilleuse et absoute, mon commentaire de départ était bien trop complexe.

Vous avez encore de la marge pour le goulag : inscrivez vous au club de triathlon, considérez que le cinéma est un média, mangez trois bols de graines germées par jour et vous y serez presque :))

Bises même si je n'ai jamais vu vos joues.

-c-

30/6/11 10:30 PM  
Blogger Nicolas said...

Acte de contrition après l'effacement de votre Tomahawk sur DSK?

1/7/11 10:56 PM  
Blogger philippe psy said...

@Nicolas : il ne s'agissait pas d'un tomahawk destiné à DSK. Il s'agissait juste de répondre à ce cuistre qui me disait qu'il était trop intelligent pour "faire cela" alors qu'il n'y a pas de lien entre l'intelligence et le viol. Je n'ai d'ailleurs jamais affirmé que DSK soit coupable juste dit qu'il pourrait l'être.

4/7/11 3:26 AM  
Blogger V. said...

à -c- : Merci ma Soeur...

4/7/11 11:51 AM  
Blogger 100hp said...

@V : "Mon commentaire tenait surtout à insister sur le fait qu'on ne naît pas pervers(e) narcissique, mais qu'on le demeure, ça j'en suis à peu près certaine."

Excusez moi, mais je sursaute à cette phrase qui énonce très exactement l'inverse de la réalité.

Les pervers narcissiques sont généralement des enfants intelligents et très sensibles, capables de décrypter les attentes de leurs entourages (parents) et de se développer psychologiquement dans le carcan imposé par ces derniers.

Ils construisent des personnages qui répondent à ces attentes et se développent en dehors de leur vécu émotionnel.

C'est essentiellement cela le narcissisme : intellectualiser son identité au détriment de son vécu émotionnel.

La perversion narcissique est un développement extrême et rare de ce développement psychologique qui s'appuie sur le fait que le pervers narcissique prend plaisir à faire à l'autre ce que lui même subit.

La perversion narcissique est une histoire triste, qui commence avec un enfant généralement intelligent et sensible, qui est si profondément entravé dans le développement de sa personnalité, l'expression de son être émotionnel, qu'il adopte un mode de fonctionnement psychologique psychotique.

Ce sont des personnes vides d'émotions qui ne ressentent que le plaisir narcissique de coller à un personnage dont ils ont définis les caractéristiques intellectuellement.

19/7/11 8:01 PM  
Blogger Io said...

Moi qui ne suis qu'une modeste bonne femme raisonnablement perverse et pas très versée en psychologie, je témoigne la main sur le coeur de ce que les hommes manipulateurs et usant de violences psychologiques bien carabinées, ça existe aussi. On y perd son latin!
Et sa santé aussi, par la même occasion.

Ceci mis à part, j'ai découvert votre blog récemment et je le trouve absolument passionnant. Bravo!

22/8/11 11:47 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home