06 mai, 2013

Le Gringeot a foi en les institutions !


Totu d'abord, puisque je vais encore parler de lui, qu'il me soit permis de souhaiter en ce six mai 2013 un joyeux anniversaire au Gringeot !

Le Gringeot, je l'ai vu ce weekend, samedi soir pour être précis même qu'étant un peu désœuvrés, on s'est dit que c'était le moment d'énerver le Gringeot. Pour énerver le Gringeot, il faut bien connaitre l'animal. Parce qu'un Gringeot, à l'instar du taureau qui le représente dans le zodiaque, ne s'énerve pas si facilement, il faut vraiment connaitre ses points faible et titiller cruellement jusqu'à ce qu'il mugisse puis se mette à galoper de plus en plus vite. Et là, rien ne l'arrête ! Il peut galoper des heures et tout défoncer sur son passage.

Peu de choses agacent le Gringeot qui est habituellement un bon camarade, aimant manger et boire et se livrer à des plaisanteries égrillardes. Mais parlez-lui de complots et là, il explose littéralement. Qu'on se le dise, dans la cervelle du Gringeot, tout est ordonné, les boulons de dix avec les boulons de dix et les vis à bois avec les vis à bois. Donc les gentils sont gentils et les méchants sont méchants. Et si d'aventure, le Gringeot peut admettre l'incompétence d'un politicien, il n'admettra pas pour autant que des élus puissent fomenter des complots. Parce que le complot, c'est un truc de voyous et pas de politicien et que voyou et politicien ce n'est pas pareil.

Né quelques années, pour ne pas dire bien des années, avant moi, le Gringeot a usé ses fonds de culottes sur les banc de la communale où on lui a inculqué le respect de la République et de la démocratie. C'était le temps où les inspecteurs d’académie venaient avec des montres à gousset, portaient redingote et favoris blancs. Au mur, la maxime "Bonne renommée vaut mieux que ceinture dorée" étalait ses grandes lettres pour rappeler aux bambins la morale. A l'époque, on ne rigolait pas avec l'honneur. Alors certes, même si certains élus se montraient indélicats, penser qu'ils puissent comploter relevait alors de la science-fiction la plus outrée.

Alors samedi, je ne sais plus pourquoi, j'ai lancé le sujet qui énerverait le Gringeot, j'ai dit que pour moi, il ne faisait aucun doute que Coluche avait été assassiné. Personnellement, je n'en sais rien du tout, je n'ai pas d'informations particulières sur le sujet mais c'est plutôt amusant de jouer le type qui en est convaincu. 

Et là, le Gringeot a encore explosé. Et durant des heures, parce que nous étions tous persuadés que Coluche avait été assassiné, le Gringeot a combattu vaillamment, rejetant tous nos arguments à force de logique taurine. Il a totalement réfuté, l'idée que la DST ait pu mettre au point un faux accident avec un camion au motif que cela aurait été trop dur à organiser. Et nous avions beau lui dire que cela n'avait rien de compliqué et qu'il prenait vraiment les services secrets pour une bande de cons, le Gringeot n'a rien voulu savoir. Pour lui, compte tenu du fait que Coluche soit parti se balader en compagnie d'amis en moto, il était impossible de savoir par où il passerait et il eut fallu trop de camions sur les routes des Alpes Maritimes.

Et voici notre Gringeot lancé des calculs statistiques et des probabilités laborieuses pour nous dire qu'il était impossible de monter un tel traquenard et que nous étions tous de grands paranoïaques. On a beau eu lui dire que monter un attentat comportait des aléas et que ce n'était pas de la mécanique, rien n'y a fait, pour le Gringeot, comme pour Renaud, la mort de Coluche est due à un putain de camion

C'était assez géant de la voir vociférer, hurler, argumenter, nous asséner de fausses preuves scientifiques pour nous convaincre que Coluche était mort accidentellement. Bon, comme nous sommes tous des conspirationnistes abreuvés de films américains dans lesquels des agents roulant en 4x4 noirs aux vitres fumées appartenant des agence opaques se livrent à tous les coups tordus, on ne l'a pas cru. Alors il s'est énervé encore plus !!! 

Bon à la fin, la discussion a cessé et pour la relancer, on lui a dit qu'on lui vendait vraiment n'importe quoi et qu'il devait faire partie de ces idiots qui étaient persuadés que les américains avaient marché sur la lune ! Et là, il est reparti pour un tour !

Bref, si vous voulez énerver le Gringeot, parlez lui de complot et vous le verrez se mettre hors de lui. Il y pensait d'ailleurs encore quand il est rentré chez lui parce que sur le coup de 4 heures et quelques du matin, il m'a balancé un message ironique sur mon portable expliquant qu'il y avait plein de camions suspects sur la route !

Bon, après tout c'est son droit de croire que les élus, et à fortiori le gouvernement soient incapables de comploter. J'aime bien cette vision naïve et irénique de la vie. Parce qu'au fond de lui, le Gringeot croit très fort en nos institutions et cela ne m'étonnerait pas qu'il ait confiance en la justice de son pays.  Après, les scandales Cahuzac et Guéant, c'est rafraichissant d'écouter cette grosse brute au cœur tendre défendre coûte que coûte sa vision d'une France tout droit sortie d'une réclame des années 50 !La vision de la vie politique par le Gringeot, c'est Maman et Papa et leurs deux enfants. 

Papa (Léon) a travaillé dur comme tourneur fraiseur aux Établissements Michon à Vanves pour les nourrir avant de devenir contremaitre comme quoi le travail paye. Maman (Yvette) s'occupe bien de la maison et des enfants (Michel et Martine). Et si tout va bien grâce à son travail et aux assurances sociales qui sont là en cas de malheur, papa sait que sa famille sera à l'abri et que ses enfants auront du travail. Michel aimerait bien devenir ajusteur chez Renault parce qu'il aime l'automobile et que dans ces grosses entreprises, il y a de l'avenir, tandis que Martine, plus coquette, se verrait bien coiffeuse dans un beau salon parisien pour voir des vedettes comme dans Cinémonde. D'ailleurs c'est en hommage à Martine Carol que ses parents lui ont choisi son prénom.

Pour le moment tout va bien, ils ont même acheté une téléviseur Ribet-Desjardins. Léon a pu se l'offrir parce qu'il a un copain, Alfred qui travaille à l'usine d'électronique de Montrouge où ils les fabriquent. Léon parle même de s'offrir une voiture l'an prochain, il songe à une Renault Dauphine, une bonne voiture à ce qu'il parait. Il a même choisi la couleur dans un des beaux catalogues qu'un démarcheur de la Régie lui a laissé un soir. Ah il se verrait bien faire la nique à Michaud qui le fait bisquer quand il part en vacances au volant de sa 4cv. Pour qui il se prend ce Michaud ? Tout ça parce qu'il travaille dans un bureau. Mais comptable c'est pas un vrai métier, c'est carambouillages et compagnie tout ça !

Parfois Yvette a peur parce qu'en faisant ses courses, elle entend beaucoup parler des événements d'Algérie mais Léon est formel et l'a rassurée en lui disant qu'on allait mater cette révolte comme un rien, c'est monsieur Michon le patron qui connait quelqu'un qui est proche de De Gaulle qui le lui a dit. Alors Yvette n'en parle plus parce qu'elle se doute bien que Monsieur Michon n'irait pas dire des bêtises.

Et puis Monsieur Michon dit toujours que tel que c'est parti, après la guerre qu'on a connue, on n'est pas prêts de recommencer et que maintenant l’avenir est radieux. Le carnet de commandes déborde et on sait bien que la crise n'arrivera plus. D'ailleurs, Monsieur Michon qui est visionnaire explique toujours que tant qu'il y aura des génies comme l'ingénieur Bertin, la France n'est pas prête de sombrer. D'ailleurs, comme il l'avoue à demi-mot, il a mis quelques billes dans l'affaire de Bertin qui travaille sur un projet d’aérotrain qui va tout bouleverser d'ici dix ans ! Il est sur de lui Monsieur Michaud, d'ailleurs la semaine passée, quand quelqu'un lui a parlé de Honda, il a dit que ce n'était pas demain que des jaunes dameraient le pion à Motobécane et que tout ça c'était une mode exotique pour ceux qui ne voulaient pas faire comme les autres. Tout le monde a bien rigolé parce que décidément, les gens croient n'importe quoi ! Les japonais dominer le monde de la moto ? Et pourquoi pas les chinois tant qu'on y est ?!

Politiquement, bien sur ça remue un peu mais pour le moment tout est calme dans les facultés et il n'y a pas de raison que cela cesse. Ce ne sont pas les bacheliers qui ne représentent que onze pour cent d’une classe d'âge qui vont créer du grabuge. D'ailleurs, il n'y a qu'à avoir le neveu d'Yvette Jean-Paul qui a été boursier et fait sa médecine à Dijon pour comprendre que les étudiants ne sont pas bien dangereux. Toujours plongé dans ses livres le Jean-Paul ou à jouer le petit professeur quand il veut montrer tout ce qu'il a appris !

Oh bien sur, Léon n'est pas idiot, il sait que les choses changent. D'ailleurs lui aussi il change, par exemple il aimerait bien aller sur la Costa brava une année, il parait que c'est très beau et qu'il fait chaud, ça les changerait de leurs vacances à Saint-Jacut-de-la-mer où l'état dernier il n'a pas fait très beau. Alors peut-être que dans deux ou trois ans, quand ils auront économisé pour s'acheter une petite caravane à accrocher à la Dauphine. Il a vu que le modèle Pitt de chez Georges et Jacques était assez léger pour être tracté par la petite Renault. Et puis elle ne coûte que 3100 NF toute meublée, ce n'est pas si cher après tout.  Il se verrait bien emmener sa petite famille au soleil espagnol pour l'été 1963. Au pire, s'il n'a pas assez, il pourrait vendre quelques rentes Pinay qu'il possède.

Léon est heureux, il vit dans un beau pays à une belle époque. Il sait que la république le protège et lui protège sa famille. Bon, il n'a qu'un seul regret c'est d'être mal logé, il aimerait bien que Miche et Martine ait chacun leur chambre. On lui a parlé de grands ensembles qu'on construisait en banlieue de Paris avec salle de bain et WC individuels. Parfois il pense à déménager, il faudrait qu'il en parle à Yvette... Parti comme c'est, Léon ne fait pas de bile, les années noires sont derrière eux !


9 Comments:

Blogger El Gringo said...

Mais putain, c'était un accident,
UN AC-CI-DENT!!! BORDEL!

;-)

6/5/13 10:41 AM  
Blogger V. said...

tout le monde ne peut être le descendant d'une dame a pris le thé avec la reine Victoria...
... les personnes sont des bibelots pour vous. Certains ont plus de valeur que d'autres. Et vous possédez même quelques oeuvres d'art..

6/5/13 10:51 AM  
Blogger philippe psy said...

@Gringeot : oui bien sur ! Sinon tu es content de ta Pitt ?
@V.
Il s'agit de l'impératrice Eugénie et oui, le Gringeot est ma créature rien qu'à moi !

6/5/13 11:47 AM  
Blogger V. said...

oui enfin c'est du pareil au même :-)

6/5/13 12:51 PM  
Blogger Carto Miseur said...

Dire que les services secrets français (que le monde entier nous envie) sont incapables d'organiser la collision d'un motard et d'un camion, c'est aussi crédible que de prétendre qu'ils seraient incapables de couler discrètement la barcasse rouillée de trois babas-cool crasseux, si l'envie leur en prenait…
M. Gringeot manque d'esprit logique : encore un doux rêveur !

6/5/13 7:18 PM  
Blogger philippe psy said...

V. la reine Victoria et Eugénie de Montijo n'ont rien à voir !

8/5/13 3:27 AM  
Blogger GCM said...

Petit conseil à Carto Miseur quand même... Faut pas trop énerver le Gringeot, il peut te péter les jambes à distance s'il le souhaite.

Si si ^^

8/5/13 10:36 PM  
Blogger V. said...

Philippe, si c'est pareil. La noblesse c'est comme les "ingé" ou les études supérieurs. Une classe.

12/5/13 1:26 PM  
Blogger V. said...

"En 1906, âgée de 80 ans, elle fut la marraine de la princesse Victoria de Battenberg, petite-fille de la reine Victoria du Royaume-Uni, lorsqu'elle est baptisée dans la religion catholique romaine pour pouvoir épouser le roi Alphonse XIII d'Espagne."
voilà, j'ai raison :-) !

12/5/13 1:32 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home