29 mars, 2014

Explosion en plein vol !


Comme si le fait d'avoir deux ans d'avance et d'avoir été admise une grande école sans même passer par une prépa ne suffisait pas, il a fallu qu'elle choisisse un double cursus ! Les petites soldates sont comme ça, toujours volontaires pour du travail ! Qu'on les mette en permission de Verdun et elles en profiteront pour aller faire un tour au Chemin des Dames des fois qu'on ait besoin d'elles. Parce qu'avouer ses limites, se reposer, ce serait évidemment déchoir ! Et au pire, si elles n'étaient pas sur le théâtre des opérations, qu'elles doivent se reposer, elles en profiteraient tout de même pour lire quelques livres abscons ou se mettre au sanscrit !

On sent immédiatement qu'il ne s'agit pas de se dépasser pour faire de grandes choses. Il ne s'agit pas d'être, d'avoir un jour un quelconque Nobel ou de se donner les moyens de faire le métier de ses rêves. Non, à l'instar du type qui veut être rock star sans pour autant apprécier plus que cela la musique, il s'agit de tout faire pour avoir la reconnaissance de quelqu'un. Je pourrais louer le efforts qui amènerait quelqu'un à se donner les moyens de ses ambitions, mais là c'est juste trop parce que l'on sent que cela ne sera jamais assez !

Elles sont dans le contrôle perpétuel, dans la maitrise, et la notion de plaisir gratuit est absente de leur univers. Cette patiente que je reçois depuis un mois est totalement dans cette même logique utilitariste dans laquelle chaque miette de temps est destinée à s'améliorer. Elle est tellement dans le contrôle qu'elle en devient presque amusante. Surtout parce qu'on sent que la pression énorme qu'elle se met à de la peine à être contenue malgré tous es efforts. C'est une cocotte minute sous pression qui ne tardera pas à exploser. Quand, je ne sais pas mais bientôt.

Je lui ai déjà parlé d'antidépresseurs, de dépression masquée, etc. Mais pensez-donc que ces trucs là, c'est pour les faibles mais certainement pas pour elle ! Elle c'est la devise des Jeux Olympiques faite femme ! Même pas vingt ans mais un projet professionnel pour les vingt ans qui viennent. Des réflexions étonnantes qui ne dépareraient pas chez le directeur d'un établissement jésuite ! C'est une dure de dure, elle me le montre. Mais moi je crois les faits et je me dis que si elle est venue me voir c'est que la comédie qu'elle se joue a aussi ses limites. Elle croit de moins en moins à ses talents d'actrice.

Je ne la bouscule jamais, je la laisse me faire son cinéma et de temps en temps, je souligne juste une petite chose. C'est assez marrant parce que je touche juste et que son visage change l'espace d'un instant. Elle a alors les larmes aux yeux et je lui dis qu'elle peut piocher dans la boite de Kleenex, que j'en ai trois autres en stock. Mais c'est tout juste si elle en prend un du bout des doigts pour essuyer les larmes qui ont failli jaillir aux coins de ses yeux. 

Personne ne peut s'infliger un tel traitement sans en payer le prix. La décompensation arrive tôt ou tard. Il s'agit de personnes ne connaissant pas leurs limites, un peu comme ces soldats américains que l'on voit dans les films aboyer de stupides "sir yes sir" face à un vieux briscard de sergent instructeur avant de péter les plombs et de flinguer tous leurs camarades à coups de M16. Ça voudrait sonder à l'égal d'une baleine plongeant dans les abysses pour y manger sa ration de krill mais ces petites sardines ne sont pas faites pour les grandes pressions où seuls les sociopathes sont à l'aise faute de ressentis émotionnels.

Ces tortures qu'elles s'infligent en se fixant des objectifs déréalistes, sont surtout du à un complexe de culpabilité. En faisant cela, elles veulent souvent réparer quelque chose. On  a souvent l'impression que parce que filles uniques ou bien seul rejeton performant d'une fratrie défaillante, elles ont pour mission d'assurer la continuité de la dynastie. Et elles s'y emploient à merveille, tentant de convaincre papa qu'elle assureront encore plus que le fils parfait dont ils rêvaient !

D'ailleurs, elles gomment un peu leur féminité. Pantalons, talons plats, maquillage léger, tout est là pour donner le change et jouer aux petits mecs ! Celle dont je parle a forcé le trait jusqu'à lire tous les auteurs qui sentent le souffre ! Alors de Drieu à Brasillach en passant par Rebatet, Chardonne et Morand, ils sont tous lus et digérés. Non qu'ils lui aient plus forcément mais qu'il fallait les lire pour se donner une image parfaite. D'ailleurs elle m'avoue adorer lire les blogs de mode. On est loin de Louis-Ferdinand !

Alors moi, depuis un mois, je m'amusais à écouter et de temps en temps, je balançais une petite pique gentille, un peu comme on frotterait doucement un bon gros furoncle lourd de pus malodorant et déjà bien mûr, quand la peau est translucide, annonçant l'explosion imminente de sanies épaisse. Et évidemment, cela n'a pas tardé, la boule de pus m'a sauté au visage.

Elle a fini par ne plus contrôler ses émotions puis par pleurer. Et elle a eu du mal à s'arrêter. C'était tellement violent, qu'elle hoquetait en ayant du mal à respirer. Alors bien sur, elle a angoissé parce qu'elle avait l'impression de s'étouffer. Et donc en plus de pleurer, elle a fait une attaque de panique. Bon, c'est plus impressionnant que dangereux et au pire j'aurais appelé les pompiers. Mais j'ai géré la crise stoïquement et elle s'est remise à respirer, elle a encore pleurniché un peu puis elle a repris ses esprits. Et comme c'est une petite soldate, elle a séché ses larmes et s'est bien sur excusée ! Excusée d'avoir ainsi perdu la face : c'est son côté Toshiro Mifune interprétant le rôle d'un ronin japonais pétri d'honneur !

Mais bon, confrontée à ses limites, j'ai enfin été entendu. Et pusi de toute manière, à l'instar d'un dentiste qui sait enfin quelle dent soigner parce que le patient a mal quand il la touche, moi je sais que j'ai frappé juste quand les gens pleurent ! 

Elle m'a écouté, elle a rempli l'IDB gentiment, a constaté qu'elle déprimait gravement et elle s'est engagée à consulter son généraliste préféré pour prendre quelque chose. Non que je sois un fervent partisan des antidépresseurs, mais quand il faut, il faut ! Et puis d'un point de vue psychologique, c'est marrant de songer que tandis qu'on se pensait invincible, notre bien-être ne dépend que d'une petite pilule ! Ça enseigne l'humilité bien plus que les longs discours !

Bon plus prosaïquement, j'ai juste commencé à vider le vilain furoncle, la suite au prochain numéro ! Quel drôle de métier tout de même que de faire pleurer les filles !

5 Comments:

Blogger Brigit (petite française) said...

culpabilité ?!!
et pourquoi pas plutôt ferme volonté de briser le plafond de verre ? volonté qui se heurte à la dure réalité certes. et cela n'est effectivement pas parce que l'on veut qu'on peut.
ça me sidère toujours autant, votre sexisme. faites vous pleurer aussi les jeunes hommes ?

bon c'était ma visite annuelle, pas déçue de voir que ça ne change pas ici...

30/3/14 2:07 PM  
Blogger philippe psy said...

@Brigit : parce que là c'est juste "trop". C'est la version féminine du type qui veut être "rock star" non parce qu'il adore la musique mais parce qu'il veut juste être aimé !

30/3/14 2:24 PM  
Blogger El Gringo said...

Le plafond de verre... pfff
J'y ai encore eu droit la semaine dernière au cours d'une discussion. Les femmes n'arriveraient pas à briser ce fameux plafond mis en place par les hommes.
Par contre, à la question "Pourquoi les entreprises n'embauchent elles pas massivement des femmes qui, à compétences égales, coûteraient largement moins cher", toujours aucune réponse...

30/3/14 6:56 PM  
Blogger philippe psy said...

@Gringo : Tu sais quand on a de tels filtres cognitifs, nul besoin de discuter. Le plafond de verre n'était pas le fond de l'article. Je compte dans ma politique des femmes énarques ou médecins qui n'ont pas de problèmes particuliers.

30/3/14 8:46 PM  
Blogger Adès Rahmani said...

Avouez que ça vous fait un petit pincement au coeur de voir une fille pleurer..!!C'est notre vraie arme pleurer, après c'est comme si la pluie avait tout nettoyé, on repart comme en 14! Laissant en déconfiture les hommes qui se sont inquiétés!

2/4/14 6:28 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home