06 avril, 2014

Lubies en tous genres !


Hier je me suis tapé un article passionnant sur les akènes parce que je m'intéressais aux fruits indéhiscents. Maintenant, lorsque la saison venue, les fruits des érables tomberont en tourbillonnant, je pourrais m'exclamer : oh les jolis disamares ! Je dois évidemment ces connaissances loufoques au fait que j'adore lire, que ce soit une drogue qui fait que je lis tout et n'importe quoi !

Par exemple avant de me passionner pour les akènes et les samares, je lisais un super article sur la Renouée du Japon dont on dit le plus grand mal alors qu'en fait, si on entretenait mieux les terrains, il n'y en aurait pas autant. Et puis au pire, on n'a qu'à lâcher des chèvres des fossés et elles régleront leurs sort à ces damnées renoues un peu trop envahissantes. Et voilà, que j'ai lu tout ce qui concernait les races caprines. C'est inutile mais sait-on jamais ?

C'est ainsi que voici quelques semaines, mais ne demandez pas pourquoi, un de mes patients me parlait de caravane, sans doute pour souligner une anecdote. Il m'entretenait des autoroutes lorsque les vacances sont venues et qu'elles sont encombrées par les berlines de couleurs vives de nos amis hollandais tractant souvent des caravanes. Et je ne sais pourquoi, il me parle de "petites caravanes toutes rondes". Et moi de lui répondre doctement : sans doute une Eriba Puck. 

C'est sorti comme ça et il a été étonné parce que ce n'est pas souvent que chez son psy on parle de caravanes allemandes ou de caravanes en général. Il me demande alors si je suis un afficionado du camping et je lui réponds que non, que je n'ai jamais campé de ma vie, sauf quand j'étais scout mais que c'était sous de grandes tentes. De toute manière, je ne suis resté qu'un an scout, je n'aimais pas les groupes, ni marcher des kilomètres alors qu'on aurait pu prendre une voiture, ni construire des meubles tout nuls en bois.

Je remercie le ciel de ne pas m'avoir fait naitre aux USA ! Ce que cela m'aurait fait chier que mon père après avoir joué avec moi au base-ball en me lançant une balle, m'emmène en Pick-up camper pour aller pêcher dans une forêt paumée ! Moi qui n'aime ni le camping, et encore moins le sport, je pense que pour un père américain, j'aurais été un très mauvais fils ! On m'aurait accusé d'être gay et on m'aurait emmené chez le pasteur ou alors, on m'aurait inscrit au club d'échecs ! Putain que je suis content de ne pas être américain ! 

En fait de la même manière, que la Renouée du Japon m'a conduit au chèvres puis aux akènes et aux samares, un sujet quelconque m'a mené un jour aux caravanes. Et de la même manière que la chèvre des fossés mange n'importe quoi, je lis n'importe quoi, tant et si bien que de fil en aiguille, j'ai débarqué sur ce blog que j'ai complètement lu ! Et puis tant qu'à faire, comme je me passionnais pour le sujet, il m'en aura fallu de peu pour que je m'intéresse aux caravanes L'escargot, qui avaient des formes rigolotes.

Mais je me suis méfié et je n'ai pas acquis de caravane ! Parce que je me connais. Je lis un truc, j'approfondis et je suis capable d’acheter bêtement des trucs inutiles. Par exemple, la dernière fois, je me passionnais pour les terres australes et apprenant que le phylica arborea était le seule plante ligneuse de l'ile d'Amsterdam, j'en ai acheté un. non que ce soit un très bel arbre mais simplement que cela me faisait plaisir de me dire que dans un rayon de cinquante kilomètres, on ne devait pas être nombreux à en avoir dans son jardin.

Au départ, j'aurais bien voulu un choux des Kerguelen mais je n'en ai pas trouvé ! Alors je me suis rabattu sur un phylica arborea. Donc si quelqu'un a des graines de choux des Kerguelen, qu'il me le fasse savoir, je suis preneur.

En revanche, je me montre raisonnable et je ne suis pas acheter d'une caravane, fut-ce une Eriba Puck ou une Escargot. C'était juste rigolo à lire mais je n'aime toujours pas le camping. Et puis de toute manière, j'ai abandonné cette lubie depuis des mois pour me consacrer de nouveaux aux chapelles puisque j'ai décidé de m'en faire uen dans mon jardin.

Ne me demandez pas pourquoi, je ne sais pas ! Peut-être suis je le jouet de Dieu qui me parle à mon insu et que ma chapelle deviendra un lieux de pèlerinage après ma mort ? Alors pour me donner des idées, je me balade sur ce blog. Marcel semble être un mec un peu comme moi qui se passionne pour tout et n'importe quoi dont les chapelles et oratoires qu'il ne cesse de prendre en photo dans son département. Il en a déjà répertorié 827. 

D'ailleurs, comme j'adorais le lire, je lui en ai trouvé une en utilisant Google Maps, un jour que je n'avais rien d'autre à foutre ! J'avais trouvé cela sympa de lui rendre service vu que j'ai passé des heures à regarder ses petites chapelles ! De plus, il ne s'intéresse pas aux grandes, aux monuments qui ont l'honneur du guide Michelin mais aux minuscules chapelles érigées au bord des routes par des particuliers.

Comme je suis le type le moins ma,uel du monde et que j'avais déjà du mal à réaliser uen maquette sans e coller les doigts quand j'étais jeune, je me documente pas mal. Mais bon, monter du parpaing ce n'est pas bien compluqué, ni faire une dalle. Le plus dur c'est la charpente. Mais comme j'adore l'art-déco, la mienne sera à toiture terrasse. Ce qui complique un peu les choses vu qu'il faut calculer le ferraillage et faire un beau coffrage.

Bon, je me suis pas mal documenté et au pire j'ai deux bons potes architectes à qui je pourrai demander un tuyau, enfin si c'est nécessaire. Après tout, je vais le faire un peu à ma manière. Je ne fais pas non plus la cathédrale de Chartres. J'ai quelques idées et je dois faire quelques croquis. Je ne sais toujours pas ou la mettre. J'ai trois emplacements possibles ! 

En revanche j'ai choisi le nom et je sais même chez quel marbrier faire faire la plaque. Je l'appellerai Notre-Dame des Ours parce que j'aime bien les ours et qu'il n'y a aucune église de par le monde qui porte ce nom. Il y a bien neuf saints qui portent le prénom d'Ours mais ils ne me passionnent pas plus que ça ! Ou alors il faudrait que je lise un peu leur vie et que j'en sélectionne un avec qui j'aie quelques affinités. Qui sait ? Ce sera l'objet de mes lectures vaines. Cela me permettra au pire de discuter de Saint Ours avec d'autres passionnés.

Ceci dit, je n'ai pas l'apanage des idées baroques en matière de religion puisque jusqu'à un date récente a existé un Saint Guinefort qui n'était autre qu'un lévrier, oui un chien, dont la légende raconte qu'il aurait sauvé le fils d'un seigneur de la morsure d'un serpent en s'interposant. Prier Saint Guinefort était, parait-il bénéfique pour la santé des enfants un peu faiblards. Bien entendu l'église romaine a combattu ces superstitions. Une légende plus récente datant du début des années soixante raconte qu'une dame Gringeot aurait tellement prié ce curieux saint que son fils serait devenu une montagne de muscles !

Bref entre le choix de l'emplacement et la réalisation, cela me prendra un peu de temps. Et puis si vous apprenez au journal de vingt heures qu'un abruti est mort écrasé par la dalle qu'il avait réalisée pour le toit de sa chapelle, vous saurez que c'est moi ! Ce sera ma manière de concourir aux Darwin awards !

Mais bon, soyez rassuré, le temps que je passe du rêve à al réalité, du temps s’écoulera. Une fois, mon ami Toju me l'avait dit : tu préfères rêver les choses que les faire. Et le bougre avait raison ! Je suis très peu réalisateur ! EJ fais des plans su rla comète, je modélise, je réfléchis mais j'agis peu.

C'est pour cela que je m'occupe plus de la vie des autres que de la mienne. Au moins finissent-ils par faire des choses. Et moi je cesse de culpabiliser de mon inaction chronique en me disant que j'y suis peut-être pour quelque chose !


8 Comments:

Blogger Le Touffier said...

Notre-Dame des Ours.

Chaque 12 janvier de l'ère chrétienne depuis l'an de grâce 2017, cette minuscule chapelle située dans un coquet hameau de la banlieue parisienne, se transforme le temps d'un espoir en un lieu de pèlerinage international.
Loin des foules cosmopolites et touristiques de Compostelle, ce batiment de guingois abrite le dernier espoir des femmes meurtries par leur cycle naturel.
La légende raconte que Philippe de Boeldieu, son concepteur, avait choisi l'ascèse et le dévouement à ses contemporains, bien que d'extraction nobiliaire. Il puisait son inspiration spirituelle dans les flacons précieux d'Hibiki de 30 ans d'âge.
Lors d'une de ses cuites mémorables (rebaptisée par lui-même transes hypnotiques) où il entamait, sur son perron, et pour le plus grand malheur de ses voisins, l'hymne éternel des matelassiers (car, donc, nous cardons), il reçut le message de l'archange Gabriel. Certains témoins affirmèrent que l'archange portait un képi, un uniforme bleu, et une matraque assermentée. Notre Saint Homme sut dépasser les apparences et reçut le message divinatoire : "dis donc Raoul, t'as pas fini ton numéro ? T'as les ours qui débarquent ou quoi, on dirait ma régulière dans sa mauvaise semaine".
Celui qui, dans son soucis de se rapprocher des humbles et des miséreux avait dissimulé ses origines sous le patronyme de Raoul Boeldieu pour faire plus peuple, s'écroulât comme un socialiste découvrant le réel, et hoqueta avant de produire la gerbe la plus colorée que ne reçut jamais à son revers un officier de police judiciaire.
Au sein de sa cellule de recueillement (ou de dégrisement selon le terme réglementaire), la signification de sa transe lui apparut, clairvoyant d'entre les élus, il serait le rédempteur des échecs de l'Ibuprofene, des spasmolytiques, des poches de graines de lin, l'Attila des tampons qui s'ouvrent en corolle, le foudroyeur des migraines, le Du Guesclin des week-ends foutus.

C'est ainsi que pour notre reportage nous avons pu croiser l'Ordre des soeurs des Anglais, la carmélite des Reds, et même la grande prêtresse des ragnagnas algiques, la révérente mère Isabelle Alonzo-Théâtre. Les Franciscaines de l'ordre de la Dysménorrhée avaient annulé leur participation cette année, suite à l'annonce de l'Archidiacre Delon en leur couvent.
Toute unie par une sainte dévotion à Saint-Philippe, ces âmes en peine apposent leur pouce avide de pardon sur le sommet du crâne du Saint, noyé dans sa dalle de béton et non pas dévoré par les lions du cirque comme tout saint qui se respecte (Sainte Blandine, trois qui la tiennent, deux qui la lutinent).

Jusqu'à ce jour, 64 miracles ont été reconnus par l'Eglise des Ours. Moins qu'à Lourdes mais plus qu'à l'Elysée. Mirabelle Chafouineau nous confia avoir apporté une bière et s'être agenouillée entre les jambes de Monsieur Chafouineau pour s'astreindre à une dévotion conjugale, alors même que la nature lui prouvait que la visitation n'avait pas eu lieu.

Rendons grâce à Saint Philippe.

C'était Jean-Philippe Latrique en direct de Mezidon-sur-l'oreille.

6/4/14 11:27 PM  
Blogger Adès Rahmani said...

@Le Touffier: faut pas abuser de... l'eau bénite!Après c'est difficile de vous suivre!

7/4/14 1:22 PM  
Blogger Adès Rahmani said...

@Philippe:Pour vous donner des idées..un peu "chargée" peut-être? http://ow.ly/u6y79

7/4/14 1:38 PM  
Blogger Adès Rahmani said...

c'est sure... ça marque! https://www.facebook.com/VisitGuernsey/photos/pb.265715432311.-2207520000.1396870481./10151924057467312/?type=3&theater

7/4/14 1:41 PM  
Blogger philippe psy said...

@Touffier: une belle reconversion t'attend ! Au fait je déteste e whisky et si j'étais amateur je ne boirai jamais de whisky japonais. Pourquoi pas un Bourgogne de Chine tant que tu y es !

J'ai modifié mon article pour y intégrer cela :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Guinefort

7/4/14 5:32 PM  
Blogger Adès Rahmani said...

1200 euros le Hibiki 30 ans d'age quand même...

7/4/14 7:45 PM  
Blogger philippe psy said...

@Adès : je n'aime pas le whisky et je n'ai pas les revenus d'un médecin spécialiste pour m'offrir de telles choses. N'oubliez pas que je roule en Visa ! :)

7/4/14 7:59 PM  
Blogger El Gringo said...

@Philippe
Tes lecteurs te voient comme un ivrogne. Marrant, non?

13/4/14 9:25 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home