17 mai, 2014

Reproduction !


Régulièrement, je vois des patients qui se présentent la quarantaine gaillarde et encore jolies pour m'expliquer que la carrière ça va un peu et qu'il est temps de se reproduire. Et tout aussi régulièrement, je vois un certain nombre de ces charmantes patientes faire le deuil de la maternité en se contentant de se faire appeler Marraine ou Tatie par un quelconque neveu, filleul ou fils(fille) d'ami(e)s. 

La psychologie c'est pas mal mais ça ne répare pas les follicules. Ca ne rend pas les quadragénaires primipares aussi efficaces qu'une gamine de vingt ans en termes de reproduction. Et même si elles ont fait de belles carrières, ont un salaire plus que conséquent, elles comprennent vite que pour porter un marmot dans son bedon, c'est juste une question physiologique et non une affaire de moyens. Pour pourrez préparer une belle chambre et remplir le placard de fringues de chez Jacadi,  Bonpoints ou Tartine et Chocolat, tant pis, le joli landau restera désespérément vide.

Alors quand je reçois des femmes dans cette situation, bien sur je fais mon boulot, j'aide et je soutiens psychologiquement mais forcément ça se termine par les étapes du deuil d'Elisabeth Kubler-Roth.On a tellement voulu miser sur la psychologie que tout doit en dépendre. J'entends donc des commentaires curieux qui voudraient me faire croire que la fécondité est directement liée à l'état émotionnel. Si j'ai un cancer c'est psy et si je ne peux enfanter, c'est aussi psy ! A force de se cultiver dans Cosmo et Biba, on en vient à croire n'importe quoi !

Désolé, même si c'est sans doute possible dans le cas de jeunes femmes exemptes de problèmes gynécologiques particulièrement névrosées, pour le reste, quand on aborde les quarante ans ou qu'on les dépasse, ce n'est plus de la psychologie mais de la physiologie. Bref, la fécondité ce n'est pas tant une affaire d'état émotionnel que de follicules ovariens.

Comme disait Le Touffier, gynécologue-obstatricien de profession, expliquant de manière imagée ce concept : "Pour la fécondité, c'est simple, tu prends la comparaison avec un joueur de Foutchibol. A quarante ans, ils sont tous à la retraite, à 43 ans les seuls qui jouent encore sont les gardiens de but d'exception".

Alors je ne doute pas que ce serait terriblement sexiste de dire aux femmes que plutôt que de s'occuper de leur carrière, elles devraient songer à leur maternité. Sans doute qu'on pourrait leur dire qu'elles pourraient penser aux deux. Enfin, de mon point de vue, qu'elles pensent à ce qu'elles veulent pourvu qu'elles en assument les conséquences et n’oublient pas que de toutes les espèces mammifères, elles sont les seules à subir la ménopause.

Sinon, quand la ménopause sera venue, je peux toujours expliquer les étapes du deuil et indiquer dans quelles bonnes animaleries du quai de la Mégisserie acheter un chat. Un chat ne remplace pas forcément un enfant mais c'est mieux que rien.

Sinon, on peut aussi adopter !


1 Comments:

Blogger menvusa gerard said...

Si c'est pour faire des gamins malheureux qui finiront + tard dans le bureau d'un psy malhonnete(si si ca existe!!c'est du vecu!:))),mieux vaut adopter un marcassin!(Les chats c'est fier,ca pisse partout et c'est pas reconnaissants)et puis le marcassin on pourra en faire un barbac!!:))

17/5/14 4:17 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home