03 mai, 2014

Le jeune qui se la raconte !


Voici quelques années, je recevais un jeune et grand provincial qui semaine après semaine, bénéficiant des tarifs intéressants de la SCNF, venait de sa Touraine natale pour me consulter. Et hop, après une heure et demie de train Corail, c'était l'arrivée à Austerlitz, puis le métro aérien où les yeux grands ouverts notre ce jeune paysan contemplait la grande ville de Paris !

Le secret professionnel m'empêche bien sur d’expliquer le motif de sa consultation. Ceci dit, je n'ai jamais compris que les confrères qui l'avaient suivi avant moi n'aient pas réussi à l'aider. Parce qu'en définitive, à part une aide à l'orientation professionnelle, il n'avait pas grand chose. Du moins, c'est la seule chose que j'aie pu faire pour lui.

Il n'avait certes pas pas grand chose sauf qu'il était un peu chiant dans la mesure où il exigeait de moi des explications et des précisions que j'aurais bien été en peine de lui fournir. Comme je ne cesse de l'expliquer, moi je fais des fondations et je monte des murs mais il ne faut pas compter sur moi pour les détails.

Et puis, il était rigolo car bien que je l'ai appelé par son prénom il s'obstinait par me donner du "monsieur". Sans doute qu'il n’était pas si timide que cela mais qu'étant un peu psychorigide, il se devait d'appeler son psy "monsieur" selon une règle qu'il avait établie. Ça m'amusait beaucoup et je ne lui en ai pas tenu rigueur. Il était donc bien éduqué mais surtout très très sérieux. Ps vraiment timide mais tellement pusillanime que c'était le genre de type à attendre que toutes les conditions soient vraiment réunies avant d'entreprendre quelque chose.

Un jour, je lui avais dit de but en blanc qu'il devait avoir un ascendant vierge pour être aussi "enculeur de mouches". Il avait été un peu choqué mais, venu du blog, il connaissait mes marottes et ma manière d'être. D'ailleurs, j'avais vérifié et il était effectivement ascendant vierge, la position astrologique génial si dans votre vie vous envisagez de faire un travail exigeant minutie et organisation.

Finalement, son problème c'était d'avoir mal choisi son orientation. Il se rêvait scénariste et je trouvais qu'il n'était pas fait pour ce métier exigeant certes de la précision mais surtout une très grande imagination. Moi, qu'il fasse du cinéma, tant mieux pour lui, c'est un truc de jeune, sauf que je l'aurais mieux vu faire du montage, de la réalisation, bref une activité plus carrée que le scénario.

Bon, il s'agissait de lui faire comprendre que l'on a pas toutes les réponses à ses questions et qu'il faut un jour s'arracher les doigts et avancer. Rien de bien compliqué finalement ; la préoccupation doit toujours céder face à l'occupation. Il faut bien vivre !

C'est finalement ce qu'il a fait, choisissant une formation à Paris. Puis les mois ont passé et voici qu'il a trouvé un emploi sur une chaine de la TNT, s'occupant de je ne sais quoi, sans doute quelque chose de sérieux et d'un peu chiant précis. Dans tous les cas, cela lui plait et il s'y épanouit totalement.

C'est ainsi qu'hier, tandis que l'on parlait de tout et rien, quelqu'un lui a demandé s'il avait vu une émission à la télévision. Et il a répondu : "Moi la télé, je ne la regarde pas, je la fabrique" 

Entendre ce jeune type qui angoissait dans mon cabinet se la raconter comme ça, ça fait vraiment plaisir. Je crois que c'est un succès ! Dix contre un que dans moins de dix ans, il sera à Cannes en compagnie de jeunes femmes de mauvaise vie.

Aucun problème, je serai capable de traiter ses problèmes de cocaïne et d'addiction au sexe !

2 Comments:

Blogger Adès Rahmani said...

psy de futures stars... vos honoraires vont augmenter!

4/5/14 2:19 PM  
Blogger philippe psy said...

@Dès : quand un mec vous dit "moi la télé je ne la regarde, je la fabrque", c'est que c'est déjà une star ! Donc, il m'oubliera et préférera s'adresser à un psy médiatique et très cher. C'est cuit pour moi :)

4/5/14 5:39 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home