04 juillet, 2014

Enigmes !


C'est un peu la mode dans certains entretiens de recrutement. On vous balance une énigme que l'on vous propose de résoudre. Ce n'est évidemment pas la solution qui intéresse le futur employeur mais la manière dont vous vous proposez de la résoudre. Si vous claquez la gueule du recruteur pour qu'il vous donne la réponse (méthode Gringeot), que vous trichez en pianotant discrètement sur votre Iphone sous la table (méthode Jean Sablon) ou encore que vous noircissez des pages d'équations absconses en vous proposant de démontrer l'existence de Dieu afin qu'il vous donne la solution (méthode Chaton), que vous vous levez en lui disant que ça vous fait chier de répondre à cette question débile (ma méthode) vous risquez d'apparaitre comme un type violent, un pur escroc, un mec compliqué ou encore un gros branleur. 

Bref, vous l'aurez compris, peu importe le résultat de l'énigme, c'est la manière dont vous tentez de la résoudre. Tant mieux si en plus vous trouvez la solution mais en revanche, tenter à tout prix d'élucider l'énigme n'est pas à faire. C'est scolaire et cela prouvera juste que vous aimez perdre votre temps et que chez vous, les étagères doivent être encombrées de casse-têtes chinois et que vous aimez encore jouer avec un rubik's cube. A moins que vous ne passiez pour le gars qui, ayant peu confiance en lui, se jette à corps perdu dans la résolution de l'énigme pour mériter la reconnaissance du recruteur.

Mercredi, c'est Le Touffier qui semblait bloqué sur la résolution d'une énigme. Ayant décidé que tous ceux qui étaient à la séance de cafing étaient intelligents, le voici qui nous en parle. Bien sur, glandeurs comme nous le sommes, il était hors de question que l'on passe plus de deux minutes sur le sujet. D'une part, parce que l'on se branle de savoir à partir de quel étage une noix de coco se brise et enfin parce que de notre point de vue, la résolution d'énigme est à apprécier à l'aune du Sudoku : c'est un truc que l'on fait quand on se fait vraiment chier et qu'on n'a vraiment rien d'autre à faire.

C'est ainsi que si l'on n'a pas résolu l'énigme consistant à deviner à partir de quel étage une noix de coco se briserait si on la lançait, l'échange nous a tout de même permis de dégager de grandes lignes concernant les résolution d'énigmes en général.

Il en ressort que face à une énigme posée soit par un magazine, soit par un site de surdoués où tout un chacun fait assaut d'intelligence, on ne doit jamais passer plus de deux minutes sur le sujet. Si l'on passe plus de deux minutes sur le sujet cela prouve deux choses :
  • D'une part soit que l'on a une piètre estime de soi-même et que l'on cherche l'épreuve ultime qui nous rendra grâce et fera de nous le géant de nos rêves. L'énigme devient une sorte de Graal, le process par lequel on ne devient pas intelligent mais le chemin qui nous prouverait enfin que l'on est intelligent. C'est triste au moins autant qu'un chien qui ferait le beau pour une croquette.
  • D'autre part soit que l'on n'a pas d'amis et que l'on vit seul dans un studio encombré d'ordinateurs et de boites de pizza vides. La résolution d'énigmes reste alors la seule stratégie de survie qui empêche le passage à l'acte chaque fois que l'appel du suicide résonne en nous. Résoudre une énigme permet alors de mobiliser le système nerveux central en empêchant l'angoisse.

  • Dans ces deux cas, le mieux est de consulter votre médecin généraliste qui le cas échéant vous prescrira un traitement adapté et vous enverra voir un psy.  Le manque de confiance en soi, tout comme l'angoisse ou l'isolement affectif ne sont pas des fatalités contre lesquelles on ne puisse rien tenter. Cependant résoudre des énigmes ne règlera jamais le problème, sinon les chercheurs de chez Lilly (par exemple) n'auraient pas sorti le célèbre Prozac mais des magazines de jeux.

    Bref parfois, l'intelligence ne se mesure pas à la capacité à résoudre une énigme ou régler un problème mais simplement à la rapidité avec laquelle on décide de s'en foutre pour se consacrer à des choses plus intéressantes.




    Énigme : Comment évaluer le poids d'un cheval à partir d'un sac de pommes de terre.

    8 Comments:

    Blogger Rett Bourneville said...

    on met les sacs de patate sur le cheval et on regarde quand il s'écroule.
    ça m'a pris un quart de seconde.
    2 hypothèses : je suis méga-intelligente ou je manque de confiance en moi et comme dirait un psyKanalyste c'est la faute de ma mère.
    je vais pencher pour la 1ère hypothèse, il est tard !

    5/7/14 12:20 AM  
    Blogger V. said...

    La solution à l'enigme de la noix de coco est dans Monty Python and the holy Grail :-)

    5/7/14 11:11 AM  
    Blogger Adès Rahmani said...

    @V: quelle intelligence!

    5/7/14 3:01 PM  
    Blogger Adès Rahmani said...

    Morte de rire! Satisfaite V? :)

    5/7/14 3:49 PM  
    Blogger menvusa gerard said...

    Abandonnée au fond d’une forêt, comme la Mélisande de Maeterlinck, Blanche-Neige,
    après avoir traversé les sept monts, est recueillie par sept nains, ou gnomes. On a cru longtemps
    que, via le grec (« gnosis »), ce mot signifiait « détenteur ou gardien de la connaissance ».
    Dans le même registre symbolique, le chasseur sacrifie un MARCASSIN!!, symbole de la
    connaissance initiatique dans la mythologie celtique, en lieu et place de la jeune princesse" aaaahhh damned!!!!, vs étiez au courant Philippe??les monstres!!!

    7/7/14 9:47 PM  
    Blogger V. said...

    @MG : vous ne risquez pas d'être un marcassin dans une prochaine vie du coup...

    8/7/14 11:20 AM  
    Blogger LE JEUNE J said...

    on ne sait pas combien de fois son poids un cheval porte ^^

    10/7/14 4:15 PM  
    Blogger xxTunIA ToMikxx said...

    Au pire tu demande la masse du cheval (car rien ne nous l'interdit ) ensuite et ben tu applique la formule : p=m*g ( ps: je pense que c'est faux)

    27/8/16 9:42 PM  

    Enregistrer un commentaire

    << Home