16 juin, 2014

L'amour !


Ouh la la, c'est qu'il en a du chagrin mon jeune patient ! Comprenez que le pauvre lassé de jouer les utilités auprès d'une femme qu'il aimait a préféré rompre que de rester l'éternel amant auquel elle ne proposerait jamais rien.

Il faut dire qu'il a pris des risques, il s'est jeté sur la plus belle du bureau et une femme mariée en plus. Au début, il s'en foutait, il paradait à son bras, ravi d'avoir chopé la fille sur laquelle tous les hommes jetaient des regards envieux. Et lui, il faisait son petit mac, ravi d'être enfin le PUA de ses rêves ! Et qu'il ramène la donzelle chez lui pour des nuits torrides, et hop à part le weekend, c'était la fête du slip tous les soirs.

Sauf qu'il s'est attaché mais qu'elle, plus madrée et calculatrice, lui a fait comprendre qu'elle ne divorcerait pas. Certes elle adorait la sensibilité, la bonne éducation et les coups de rein de mon patient, mais plus encore l'appartement à Courchevel et les vacances aux Bahamas que lui procurent son friqué de mari.

Et là, ce fut la débandade parce que ce n'est pas facile de s'apercevoir que même s'il y eut des sentiments de la part de madame, ça n'allait pas plus loin que ceux qu'une femme de riche producteur de Bervely Hills aurait pour son jeune amant mexicain, celui dont elle aime tant la peau cuivrée et les pectoraux virils ! 

Mais bon, de là à vivre comme un pauvresse en bouffant des tacos et en roulant dans un vieux Ford F150, il y a des limites ! Les truffes c'est bon, les boutiques de Rodeo Drive sont sympas et le cuir de la Bentley plus agréables pour des petites fesses façonnées à grands coups de Pilates. C'est pas demain la veille que la belle allait abandonner son coiffeur visagiste ni son coloriste attitré pour se faire sa couleur avec un produit acheté en supermarché dans un lavabo ébréché.

Et alors là mon pauvre petit patient est tout déconfit. Certes, voyant que cela ne mènerait nulle part, c'est lui qui l'a larguée. Mais bon, sans doute qu'au fond il espérait qu'elle le rattraperait au vol en lui promettant le divorce rien que pour vivre avec lui. Ben non ! Elle préfère les avantages financiers procurés par un mec qu'elle aime un peu à l'indigence relative d'un type pour qui elle voue une passion. Face à cette passion, la raison l'emporte : cette femme est une tueuse !

Alors mon petit patient est encore plus triste. Certes il est assez intelligent pour savoir qu'ayant pris le risque d'aller avec une femme mariée, il doit en assumer les conséquences. Il est aussi suffisamment malin pour comprendre qu'ayant chopé au bureau, il va maintenant devoir se fader l'élue de son coeur tous les jours, sachant qu'elle ne le calcule même plus. Il est même prêt à admettre que c'est une putain de salope ! Bref, il est partagé entre la colère et l'abattement ! Son état oscille entre "je la hais cette pute" et "pourquoi m'as tu fait ça". Bref, il dérouille le pauvret.

Et moi, il me demande ce que j'en pense. Ben, j'en pense pas plus que lui, à savoir que séduire une fille du bureau et qui plus est une mariée c'était un peu chaud et qu'ayant joué il a perdu et puis voilà. Il s'en remettra même si je comprends l'orgueil mâle blessé ! Comme je lui rappelle sans cesse, c'est moins grave que s'ils avaient deux enfants et une baraque en commun ! Il se remettra dans quelques temps. Le problème chez les jeunes c'est qu'ils veulent tout, tout de suite ! Mais la vie n'est pas un putain de jeu vidéo sur lequel on peut annuler la partie et rejouer.

Alors je lui ai dit que puisqu'il comprenait tout cela mais qu'il se sentait toujours mal, il fallait faire un parallèle avec la toxicomanie, le syndrome de sevrage. Parce qu'être amoureux, c'est englué dans l'amour mais surtout être baigné et submergé par au moins trois hormones différentes : la phényléthylamine pour la passion, la dopamine pour l’insoutenable attente de nouvelles ou l’ocytocine pour les câlins.

La phényléthylamine (PEA) possède de puissants effets euphorisants et excitants ; elle pousse à l’hyperactivité. Elle est l'hormone de la passion qui fait passer des heures en compagnie de l’être aimé sans pouvoir arrêter de parler et d’échanger ou qui fait passer des nuits d’amour sans fin.

La dopamine, c'est l’hormone de la récompense. Elle sert à nous gratifier pour une bonne action que l’on a faite à notre propre corps : le nourrir, l’abreuver, ou assurer sa reproduction ! Notre corps lorsqu'il ressent l'afflux de dopamine se sent si bien qu'il voudra vite renouveler l’expérience !

L'ocytocine est notamment produite en grande quantité lors de l'orgasme. Elle nous plonge dans un état de bien être et d’apaisement, de confiance et d’optimisme. Elle est également produite pendant les massages et câlins ou tout autre moment de tendresse. D'abord connue comme "l’hormone de la maternité" car sécrétée en grande quantité au moment de l’accouchement en agissant sur les contractions de l’utérus, elle est aussi massivement présente lorsque la mère allaite son enfant puisqu’elle favorise la sortie du lait. On considère cette hormone comme étant à l’origine de l’amour entre parents et enfants mais également entre amoureux, une fois passée la passion de la dopamine et la folie de la PEA des premiers temps.  Il suffit juste d’un contact physique pour en sécréter.
 
L'endorphine est sécrétée entre autre lors d’efforts physiques importants et prolongés. Voilà pourquoi elle est associée au sport. C'est une sorte de dogue naturelle bien connue des sportfs devenus accros. Elle est aussi secrétée pendant l'orgasme.

Enfin, autre hormone sécrétée lors des ébats, la sérotonine aide à rester optimiste et à garder son calme. A l’inverse, en cas de carence, on a tendance à perdre notre sang-froid et à nous énerver facilement.

Bref, en lui communiquant certains articles traitant de ce sujet, à savoir l'amour vu par les éprouvettes, je lui ai juste montré qu'un amoureux transi éconduit devenit de facto un toxico en manque, en manque de tout un tas d'hormones. 

Dès lors, il ne suffit plus de comprendre intellectuellement une situation mais aussi de se souvenir que nous sommes aussi un amas de cellules lesquelles sont soumises ou non à un bombardement d'hormones. On peut donc comprendre une situation et continuer à en souffrir notamment en amour. Ne plus être aimé, c'est perdre la sécurité, les câlins, les petits mots, les compliments,l'activité sexuelle. C'est devenir comme un gros cocaïnomane qui vient d'apprendre que son dealer vient d'être mis en garde à vue et qu'il n'aura pas son produit !

Je lui ai donc dit, soit de voir son médecin qui lui prescrira des ISRS, soit de se mettre au sport afin de sécréter par lui même ces hormones dont il est en manque. Et bien sur, la prochaine fois, il fera plus attention. Elle était belle mais tout ce qui est beau n'est pas forcément comestible. C'est en faisant qu'on apprend. Il finira par en rire.



28 Comments:

Blogger Lucie Trier said...

Tiens, marrant. D'habitude, dans la majorité des cas d'adultère, l'amante éplorée met des années à comprendre que l'homme marié (plus âgé, CSP+ si on veut se faire une image) ne quittera pas sa femme pour elle. Heureusement, grâce à toi, me voilà décillée : C'est parce que le mec ne veut pas renoncer à la piscine en or massif ainsi qu'aux bijoux Rolex offerts par sa femme qu'il ne divorce pas ! Merci Philippe ! PS : un petit laïus pour compléter le tableau, sur l'ignominie du briseur de ménage et l'allumeur hystérique manipulateur qu'est forcément l'amant- aurait été de bon aloi, tout de même. Je suis presque déçue !

17/6/14 5:13 AM  
Blogger menvusa gerard said...

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

17/6/14 7:43 AM  
Blogger menvusa gerard said...

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

17/6/14 8:27 AM  
Blogger philippe psy said...

@Lucie : non généralement le mec ne veut pas renoncer à sa vie pépère auprès de sa femme. Il veut sa femme ET sa maitresse comme un petit garçon qui voudrait la religieuse au chocolat et la tartelette aux fraises dans la vitrine de la pâtisserie.

Et parfois il n'a aucune envie non plus de verser une prestation compensatoire à madame ni de partager son patrimoine.

En revanche parfois, il est prêt à tout lâcher pour retrouver sa liberté.

17/6/14 9:43 AM  
Blogger chaton said...

Bah, l'avantage de coucher avec une femme mariée, c'est pas justement qu'elle soit moins tentée de te passer la corde au cou? Je comprends pas trop ton patient.

17/6/14 10:42 AM  
Blogger GM-VdL said...

Et il n'a même pas pris la précaution de base de filmer au moins une partie de leurs ébats ? Il en eut tiré un bon prix auprès de son ex, ou au pire auprès du mari de l'ex. Aucun sens pratique !

17/6/14 1:31 PM  
Blogger Adès Rahmani said...

Vive votre romantisme Philippe! La version sentimentale étant en option, votre vision très physiologique de l'Amour a au moins la qualité d'être objective!

18/6/14 7:37 PM  
Blogger menvusa gerard said...

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

18/6/14 10:00 PM  
Blogger laurett said...

Un peu d'honneur, que diable, Menvusa ! Ce n'est pas en vous vautrant à ses pieds que ce monsieur vous trouvera attrayante... sauf évidemment avec de la lingerie sexy et une plume dans le cul, mais tout le monde ne le porte pas bien : il faut avoir le physique adapté sinon on risque l'effet inverse !

19/6/14 9:56 AM  
Blogger menvusa gerard said...

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

19/6/14 6:36 PM  
Blogger menvusa gerard said...

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

20/6/14 1:18 PM  
Blogger Adès Rahmani said...

@Menvusa, ce que veut dire Laurett (un peu à brule pour poing) c'est qu'il faut vous respecter avant de vous sacrifier au nom des hormones que vous procure "Philippe". Vous souffrez et vous gachez votre précieux temps à aimer un homme qui ne vous aime pas.Allez vous faire comme Adèle hugo et devenir folle et seule? Cela en vaut-il la peine, vraiment??? Votre dépendance à cet homme n'est pas saine et ne vous apporte rien de bon...Déccrochez... j'ai bien arrété de fumer, j'ai bien réussi aussi à me déccrocher de l'amour de ma vie au prix de quelques mauvaises années de souffrance, une vraie cure de désintoxe mais la liberté est au bout de votre combat pour réagir...Il n'est pas encore trop tard...courage.Je suis sure en effet que vous pourriez être aimée d'un homme qui vous convienne, que vous aimerez ( mais si!) et qui vous fasse évoluer dans l'épanouissement.Un homme libre et aimant.Les 2 conditions prioritaires.

20/6/14 6:37 PM  
Blogger menvusa gerard said...

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

22/6/14 7:46 AM  
Blogger Adès Rahmani said...

@Menvusa: je vois que vous ouvrez les yeux c'est bien pour vous... Bonne continuation!

22/6/14 7:11 PM  
Blogger laurett said...

Moi je trouve que mes mots étaient justes. Droit au but et aucune fioriture pour ne lui laisser aucune chance de se raccrocher aux branches, à la Menvusa...

Là, avec la reformulation d'Adès, elle est repartie en délire complet... pfff ! D'ailleurs, on ne comprend pas la moitié de ce qu'elle a écrit tellement elle est "high".

22/6/14 8:02 PM  
Blogger V. said...

@Menvusa : vous savez appuyer sur les touches du clavier, ça n'a rien de commun avec savoir écrire :-)

@Laurett : Adès est bien "high" aussi avec son orthographe maison. Brûle pour poing est plutôt charmant :-)
ou désolant
je ne sais plus ...
:-)

23/6/14 12:27 PM  
Blogger menvusa gerard said...

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

23/6/14 12:38 PM  
Blogger Adès Rahmani said...

@V..... On est peut-être "high" et inintéressantes à vos yeux mais vous qu'est ce que vous êtes soulante avec votre animus exacerbé...! A toujours tout juger et tout critiquer,Dieu que vous êtes triste et rabat-joie pour vous exprimer mon ressenti egalement!Menvusa, au moins ,vit pour elle et pas pour critiquer les autres bloggeuses et ça fait d'elle une personne à considérer. Pas vous.

23/6/14 6:36 PM  
Blogger Lucie Trier said...

@Phil : Oui. Nous sommes donc absolument d'accord.
Et, si les prestations compensatoires n'étaient pas tout à fait ridicules il y a plus d'un siècle, quand le travail féminin rétribué était rarissime, elles le sont maintenant que chacun est libre de travailler en gagnant croûte. Le principe, assez scandaleux à l'échelle actuelle, devrait purement être supprimé, dans les deux sens.

De la même manière, ne sous estime pas les effets de l'indépendance financière des femmes. Je ne connais pas l'âge de l'amante de ton patient, mais il est certain qu'à moins d'être d'Arabie Saoudite et d'avoir 60 ans, ce n'est pas pour des raisons matérielles qu'elle n'a pas quitté son mari. C'est une rationalisation élégante et presque généreuse de ta part pour le patient, qui s'en tire sans bobo à l'égo, mais ce n'est pas très honnête. Si, depuis que le capitalisme a pourvu les femmes de la possibilité d'un travail payé, les hommes doivent maintenant séduire et s'adapter au réel pour accéder au sexe, ce qui visiblement les fâche fort, e qu'ils associent au féminisme, les femmes sont tout autant soumises aux culpabilités d'image de soi maritale et familiale qui incombaient à leurs congénères masculins jadis.
Elles s'y soumettent bien moins fréquemment qu'eux néanmoins, contrairement à ce que tu dis de la liberté. 80% des demandes de divorces sont de l'initiative de la femme dans le couple, et par amour une femme est capable d'à peu près tout. Cette femme n'aimait pas ton patient, elle ne l'aimait pas à cause d'elle et de lui, et certainement pas du fait de la Rolex de son mari. Une femme ne raisonne pas en sentiments ou en sexualité à l'échelle de châteaux d'Espagne, parce que les femmes ont un rapport au marchandage du sexe et à son numéraire différent du tien : sinon, toutes les smicardes deviendraient prostituées, activité mille fois plus lucrative. Elles ne raisonnent pas non plus sexuellement à l'échelle d'une pâtisserie ; c'est là une différence entre les sexes où nous devrions être également d'accord.

25/6/14 3:36 AM  
Blogger V. said...

@Adès Rahmani: je te cause pas à toi ! va t'en !! :-D

27/6/14 1:06 PM  
Blogger menvusa gerard said...

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

27/6/14 2:24 PM  
Blogger menvusa gerard said...

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

27/6/14 2:32 PM  
Blogger menvusa gerard said...

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

27/6/14 3:03 PM  
Blogger Adès Rahmani said...

@Lucie: je suis tout à fait d'accord avec vous sur le point de vue de la femme en générale, son indépendance,sa force de décision, son intégrité en general,maïs il y a comme partout des cas différents et il se peut que le patient de Philippe soit en effet tombée sur une femme plus intéressée par son confort pour lequel elle semble s'être sacrifiée sinon pourquoi prendrait-elle un amant si elle était heureuse en couple?Elle cherchait juste peut-être à se venger du mari volage?ou bien compte le quitter mais pour des sentiments puissants qui n'étaient pas au rendez-vous visiblement.. Bref le pauvre patient à juste été "utilisé" ou pris à l'essai ... Une chose est sûre elle ne l'aimait pas...Mais ça Philippe peut pas le dire! Si le pauvre Patient le lisait! Il ne doit pas se laisser abattre en effet, une femme a des critères que d'autres n'ont pas. Mais en effet rien de plus agréable que l'Amour partagé...

27/6/14 9:28 PM  
Blogger Adès Rahmani said...

@V: pourquoi? Tu veux être toute seule à pouvoir faire tes commentaires désagréables? Je reste!!!!!!!

30/6/14 12:22 PM  
Blogger V. said...

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

1/7/14 9:57 AM  
Blogger V. said...

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

1/7/14 11:24 AM  
Blogger V. said...

@Adès : rhamani pas ta fraise ! ;-) par définition je suis la seule à pouvoir faire MES commentaires désagréables.

4/7/14 12:27 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home